Primaires écologistes : ça tourne déjà au vinaigre

Partager sur : TwitterFacebook

C’est bien connu, les primaires écologistes ne sont jamais une partie de plaisir. Tous les 5 ans, nous avons droit à l’étalage des très nombreuses divisions du mouvement qui débouchent généralement sur le choix d’un candidat aux convictions écologistes les plus « pures » mais n’ayant aucune chance de gagner une élection. Nicolas Hulot en a fait les frais en 2011, Cécile Duflot en 2016, et Yannick Jadot cette année ?

Le Monde parle ce matin de «nuances » qui s’expriment notamment sur la décroissance, entre Dephine Batho qui « assume la décroissance » ; un Eric Piolle déclarant « « La croissance est devenue une religion, vous devez être ou bien “croissansiste” ou bien “décroissansiste” ; ça ne me parle pas » ; ou encore un Yannick Jadot affirmant : « Je suis décroissant pour le carbone, pour les maladies liées à l’environnement, pour les pesticides, mais je suis croissant pour le bien vivre-ensemble. » Ces nuances n’en sont (malheureusement) pas réellement pour l’électeur lambda. Et ce c’est pas nous qui l’affirmons mais Sandra Regol, secrétaire nationale adjointe d’EELV : « Le choix des mots, c’est plus de la com que du fond, tout le monde partage l’idée de changer de modèle économique, qu’ils parlent de décroissance, de postcroissance ou de nouvelle croissance… » En bref, quel que soit le candidat choisi, le programme écologiste reste le même : un décroissance « verte » planifiée façon soviétique.

Mais ce dont le Monde ne fait pas mention, ce sont les divisions de plus en plus importantes sur la « défense des valeurs républicaines et de la laïcité”. » Cap21, le mouvement de Corinne Lepage, en a fait les frais hier en étant exclu du “pôle écologiste”, au motif que celui-ci a refusé de s’engager par avance à soutenir le futur vainqueur, si celui-ne s’engage pas à défendre les « valeurs républicaines ». Quel est le principal visé ?  Le maire de Grenoble, Eric Piolle, dont la complaisance envers certains mouvements islamistes fait régulièrement la une des journaux. La question est loin d’être nouvelle : il y a quelques semaines, lors des élections régionales et départementales, deux candidats islamistes avaient dû être exclus en catastrophe des listes EELV.

La réaction de Cap21 ne s’est pas fait attendre :

Résultat : sans la présence de Cap21 parmi les formations participants à la primaire écologiste, le candidat l’Alliance écologiste indépendante (qui, techniquement, vient de fusionner avec Cap21 pour devenir Cap Ecologie) Jean-Marc Governatori, perd 19 parrainages sur les 28 dont il a besoin…

2 commentaires sur “Primaires écologistes : ça tourne déjà au vinaigre

  1. Les écologistes lancent leur primaire et le jeu de la plus grosse bêtise
    samedi 10 juillet 2021, par Gabriel Collardey
    « Quel que soit l’écologiste désigné candidat à l’élection présidentielle à l’issue de la primaire, le modèle de société qu’il promeut fait craindre le pire pour la France. »
    https://fr.irefeurope.org/Publications/La-betise-de-la-semaine/article/Les-ecologistes-lancent-leur-primaire-et-le-jeu-de-la-plus-grosse-betise
    ________
    Pour info. : Comme signalé par Zygomar, je dois remplir Nom et E-mail avant chaque envoi.

    1. Les mouvances « écolo » n’ont pas vraiment d’autre choix. Ils risquent même de s’entre-déchirer au sein d’EELV… c’est dans leurs gènes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *