Le bio a-t-il atteint son plafond (sur fond de désinformation) ?

Partager sur : TwitterFacebook

Pour la première fois depuis vingt ans, le bio, habitué à des hausses à deux chiffres depuis plusieurs années, a vu ses ventes chuter dans la grande distribution (-3% par rapport à 2019) qui représente la moitié des ventes (12 milliards d’euros en 2020), soit tout de même 200 millions d’euros en moins sur un an. Les grands gagnants des confinements ? Les circuits courts… pas forcément bios ! Comme l’écrit la journaliste Virginie Garin (RTL), « ce qui est ‘proche’ rassure plus que ce qui est ‘bio' ». Le phénomène est général. Selon l’Agence Bio, le nombre de personnes qui mangent tous les jours au moins trois quarts de produits bio est passé de 19 à 16% en un an. Autre exemple, s’il continue à voir ses ventes croître, le lait bio n’a plus autant le vent en poupe. Après des années de croissance à près de 20%, sa consommation n’a augmenté que de 12% entre 2019 et 2020. Résultat, les industriels du secteur laitier, à l’instar de Sodiaal et d’Agrial, demandent à leurs agriculteurs d’arrêter la conversion vers le bio pour éviter une surproduction qui pourrait faire baisser les prix… La baisse du pouvoir d’achat et le biowashing de la grande distribution sont en cause. Mais pas seulement : l’attrait des Français pour le bio repose sur un grand mensonge, celui selon lequel le bio n’utiliserait pas de phytos, avec en filigrane un autre grand mensonge, celui selon lequel il serait risqué de consommer des aliments traités selon les règles (draconiennes de la France) avec des phytos. Ce dernier mensonge aura malheureusement pour effet, lorsque les Français seront réinformés sur la réalité du bio, de discréditer icelui à leurs yeux… C’est peut-être au début de ce phénomène que nous assistons. Le bio représente aujourd’hui près de 6% des ventes de produits alimentaires en France.

14 commentaires sur “Le bio a-t-il atteint son plafond (sur fond de désinformation) ?

  1. À propos de deux initiatives des anti-pesticides en Suisse, un fort intéressant article de Michel de Rougemont sur son blog.
    Extrait :
    « […] la nature ne subviendra jamais à nos besoins sans qu’elle y soit contrainte par l’agriculture. La promotion du « bio » fait croire à une vertu que d’autres méthodes n’auraient pas, ce qui est pourtant faux. Le bio consomme plus de ressources pour nourrir une famille, oblige l’agriculteur à travailler plus pour produire moins, et ne lui permet pas de bien protéger ses récoltes. La soi-disant meilleure qualité des denrées certifiées bio n’a jamais été démontrée. La culture bio interdit l’usage de certaines substances mais ne promet aucun résultat, sauf ceux que l’on veut s’imaginer. Abasourdis par un marketing massif, nous devrions croire que « tout le monde mange bio » alors qu’en fait ses ventes ne représentent que 11% des dépenses alimentaires des ménages suisses.
    […]
    Faire croire […] que nous sommes tous empoisonnés au-delà du tolérable est un autre mensonge victorieux du verdisme écologiste qui, lui, ne tolère rien. »
    https://alerte-environnement.fr/2021/04/30/le-bio-a-t-il-atteint-son-plafond-sur-fond-de-desinformation/

  2. Les français commencent peut-être à faire le rapprochement entre la dénonciation hystérique des pesticides pour des dangers imaginaires et celle de certains vaccins pour des risques infimes.

  3. Saluts les arnaqueurs ,
    je vois que la désinformation continue et même bat son plein ! La bio ne risque pas de progresser plus tant , que tout le pognon
    de la PAC , 10 milliards d’euros par an , continuera d’engraisser les mafieux écervelés de la fnsea ! En effet les terres cultivées en bio , ne concernent que moins de 10 % de la surface totale .
    Par ailleurs , dire que les règles pour les aliments traité sont  » draconiennes  » est un gros
    mensonge !
    La preuve , quand on cherche vraiment les pesticides , on en trouve énormément et même des substances interdites
    depuis des années , comme l’atrazine !
    Alors arrêtez vos mensonges , car on ne peut pas croire que ce soit de l’ignorance !

  4. Les personnes qui mangent bio au moins 3/4 de leurs aliments, ils sont combien ceux là ? Sérieux est-ce représentatif de la population ? Pendant le confinement de nombreuses personnes ont utilisé le drive, et on ne trouve pas tout en bio avec ce service. Ou tout simplement pas envie ou la possibilité d’aller dans un magasin bio.
    La consommation de lait a augmenté en 2020 avec le confinement, les gens ont cuisiné plus que d’habitude donc les chiffres de cette année là sont à part…. Faudra voir l’évolution.
    Comme Lactalis a obtenu l’annulation de l’étiquetage avec l’origine du lait, le lait pourra provenir de n’importe où. Rien de bon pour gagner la confiance des consommateurs, certains se tourneront vers le lait bio, au moins ils auront l’assurance que les animaux sont en extérieur avec une meilleure alimentation, les sabots dans l’herbe contrairement à certains élevages en conventionnel.

    1. Lactalis N’a PAS « obtenu l’annulation de l’étiquetage avec l’origine du lait », mais celle de l’étiquetage OBLIGATOIRE.

      Et cet étiquetage ne concerne pas le mode de production, ni l’origine géographique régionale, mais le pays de production et de transformation/conditionnement.

      Par ailleurs, j’aimerais connaître le pourcentage de consommateurs qui connaissent les détails de l’élevage laitier bio.

  5. @ asso OIER

    « Saluts les arnaqueurs ,
    je vois que la désinformation continue et même bat son plein ! »

    >>>> Moi je vois surtout que vous n’avez rien compris à ce pourquoi ce forum existe et est fréquenté par de nombreuses personnes échangeant courtoisement des points de vue, des arguments et des informations qui peuvent être différents mais sur des sujets qu’elles connaissent bien. Ce qui n’est manifestement pas votre cas puisqu’il apparaît clairement à la lecture et au ton de votre diatribe que vous n’êtes venu que pour « chercher la bagarre » sans aucun argumentà mettre en avant…..

    « …..Par ailleurs , dire que les règles pour les aliments traité sont » draconiennes » est un gros
    mensonge !… »

    >>> Deux deux choses l’une:
    – Ou bien vous n’avez pas fouillé bien profond le corpus des réglementations diverses et variées tant françaises européennes
    – ou bien n’ avez rien compris de ce que vous avez pu lire et dans ce cas parce que ce n’est pas vos compétences et que vous vous permettez de pérorer sur un/des sujets qui vous échappe()nt ou bien votre catéchisme « rouge/vert » habituel obscurcit vos moyens et par conséquent votre jugement est biaisé.

    1. Cher Zygomar,
      Vous avez tout faux.
      NB :
      1) ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve.
      2) Les sophismes de l’empoisonnement du puits, le dénigrement et les attaques personnelles sont d’habitude les ultimes arguments utilisés par les perdants, faute de mieux.

      1. @Paul Aubrin

        Cher Zygomar,
        Vous avez tout faux.
        NB :
        1) ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve.

        >>>>> Ben voyons! Tout l’art de l’esquive! Facile évidemment mais cependant pas très correct ni honnête…..
        Cà rendrait service à aux lecteurs de ce forum (ainsi qu’à moi-même par la même occasion) afin de justifier votre affirmation tranchée selon laquelle j’aurais « tout faux ». Merci d’avance.

        2) Les sophismes de l’empoisonnement du puits, le dénigrement et les attaques personnelles sont d’habitude les ultimes arguments utilisés par les perdants, faute de mieux.

        >>>> Votre interprétation tout ce qu’il y a de tendancieux de mes propos (2ème paragraphe de mon commentaire) apparemment soutenu par l’utilisation pompeuse du sophisme « empoisonnement du puits » ainsi que des termes de « dénigrement et attaques personnelles » traduit tout à fait de votre part une tournure d’esprit qui rend mal à l’aise.
        En effet, mes remarques, faites sur un ton poli et en termes corrects, s’adressent effectivement à l’auteur (trice?) d’une intervention., et sont par conséquent « personnelles » et ne sont en aucune façon des « attaquent » contrairement à ce que votre interprétation d’emblée « orientée » essaie d’insinuer.
        Je ne pense pas que votre « participation » mérite de ma part de plus amples développement.
        Bonjour chez vous.

        1. Désolé! La re-lecture aurait dû être faite « avant » de cliquer et non pas après!!

          « des « attaqueS»
          de plus amples développementS.

    1. @ Seppi

      >>> Oui bien entendu! Merci! Envoyé trop vite sans relecture suffisante!

      A ce propos je souhaiterais saisir l’occasion de préciser que LES gouvernements français surenchérissent et durcissent pratiquement constamment les réglementations élaborées par les autorités européennes engendrant par conséquent des éléments de concurrence supplémentaires pour les agriculteurs et l’industrie agroalimentaire françaises….

  6. Il serait grand temps que les citoyens se mettent directement à lire les textes réglementaires sur le bio, en s’affranchissant des « décrypteurs » médiatiques tous plus ou moins écolos. Ces textes sont disponibles et parfaitement compréhensibles (voire…) et leur lecture attentive donne la mesure de la supercherie du bio.
    De même, il est intéressant d’observer l’application de ce schéma irrationnel, notamment les instances largement politisées voire extrêmistes (FNAB, SYNABIO, etc.), la complaisance de l’administration quant à la réalité et à la qualité des contrôles et l’existence de dérogations quasiment systématiques… Et je ne parle ici que des produits agricoles, il y aurait tant à dire sur les produits transformés bio, arnaque garantie…
    Pour finir, il convient également de souligner que le développement du bio est uniquement basé sur le dénigrement du conventionnel, sans aucune différence prouvée sur les produits, entre les modes de production. La production dite « conventionnelle » étant en France remarquablement maîtrisée tant au plan du mode d’obtention que de la qualité des produits.
    Bon courage pour contrer la supercherie du bio, et en particulier la confiscation de ce préfixe à des fins idéologiques par les prêcheurs « verts ».

  7. Dénigrement du conventionnel que l’on retrouve essentiellement sur les chaines publiques radio et TV : documentaires, journal d’info, séries policières, … et beaucoup de revues et quotidiens.

  8. Hey zygomar ,
    c’est bizarre , tu t’exprimes comme les instances dirigeantes de la fnsea ; oui , les mêmes
    qui s’accaparent les milliards d’euros de la PAC chaque année , en s’attribuant des bons gros salaires au
    passage ; tout en faisant crever ses adhérents ! Allez enlève ton masque , on t’a reconnu !
    Mon expérience , je la fait sur le terrain : ouvrier agricole maraicher en Bretagne de 1998 à 2001 ;
    puis en Bio depuis 2002 , dans une ferme de 4 hectares . et ce n’est pas le même job que les énormes
    exploitations , les tracteurs à 300 000 euros , etc…
    Et en Bretagne , on ne veut plus être le labo et les cobayes de l’agro-industrie !
    Alors , en effet , je n’ai  » pas fouillé bien profond le corpus des réglementations …  »
    mais par contre , je te remercie bien profond !

Les commentaires sont fermés.