Quelques unes des villes les plus bétonnées de France interdisent les phytos

Partager sur : TwitterFacebook

Vous imaginez Trifouilly-les-Oies prendre un arrêté interdisant la construction de gratte-ciels ? C’est un peu comme si Arcueil, Bagneux, Cachan, Gennevilliers, l’île-Saint-Denis, Malakoff, Montfermeil, Nanterre, Savigny-le-Temple et Sceaux, dix communes franciliennes ultra-denses et urbanisées qui ne comptent pas un champ sur leur territoire, prenaient un arrêté prohibant les phytos… Et pourtant, elles l’ont fait ! Ce petit coup médiatique, car c’en est un – complaisamment relayé, part du postulat erroné qu’une utilisation des pesticides autorisés en France est risquée pour l’homme. C’est évidemment un peu plus compliqué. Mais Florence Presson, première adjointe à la mairie de Sceaux et vice-présidente du collectif des maires anti-pesticides, semble mieux renseignée que l’ANSES… Par son action, la militante souhaite « réaffirmer qu’aucun pesticide ne peut être pulvérisé dans nos communes ». Tant pis si le Conseil d’État a jugé le 31 décembre 2020 que les mairies étaient incompétentes pour règlementer l’usage des pesticides dans leurs communes… Ces élus de l’ancien monde se croyant au-dessus des lois, ils considèrent les pesticides comme des déchets, le traitement de ces derniers étant du ressort du maire. « On a l’obligation de gérer ses déchets, de ne pas les laisser sur le bas de la route. Ce n’est pas nous qui le disons », déclare Florence Presson. « Les pesticides émettent bien des déchets. Pour nous, on est effectivement dans notre bon droit ». « Pour nous »… En fait, elle enfreint la loi, le sait mais juge qu’elle ne l’enfreint pas, fin des discussions. Si on suit son raisonnement, un élu pourrait considérer que la fumée des pots d’échappement est un déchet, comme les batteries d’un véhicule électrique, donc qu’il a le droit d’interdire l’automobile dans toute sa commune. Pour se convaincre d’avoir raison, Florence Presson et ses petits camarades se basent sur une décision de la Commission européenne du 3 mai 2000 sur les déchets dangereux. Selon la première adjointe, l’instance européenne parle bien « de pesticides organiques comme des déchets dangereux donc c’est bien un déchet en tant que tel ». Les neuf mairies sont alors parties du principe qu’elles n’ont « pas l’assurance de pouvoir gérer ces déchets ». Au passage, tout ce petit monde sans lien avec la recherche ou avec le terrain agricole confond allègrement « danger » et « risque », mais bon, il ne faut pas trop lui en demander. Le Conseil d’État sera sans doute amené à se prononcer sur ce sujet, souhaitons qu’il réaffirme sa jurisprudence et casse ces arrêtés démagos d’élus sans scrupule.

8 commentaires sur “Quelques unes des villes les plus bétonnées de France interdisent les phytos

  1. Si l’instance européenne qualifie les « pesticides organiques » de « déchets dangereux », elle exclue de fait les pesticides « de synthèse » . Ces arrêtés d’interdiction ne concernent donc que l’agriculture biologique… Non ?

    1. Ça dépend de ce qui est entendue par organique. Soit il parle d’organique dans le sens des engrais organiques, auquel ça ne concernerait que les engrais issue d’élevage et porterait un coup dure (si il y avait des agriculteur dans cette ville du moins) à l’agriculture bio. Soit c’est organique dans le sens de chimiquement organique (les composés à base de carbone) et dans ce cas les pesticides utilisé en bio serait aussi concernés. Car à part le sulfate de cuivre et le souffre qui sont des composés minéraux les autres pesticides bio étant des composés organiques.

      1. @ Max

        >>> C’est bien la démonstration par l’absurde que tous ces imbéciles prétentieux ne font que brasser de l’air sans rien comprendre…

  2. Je suis dans un bled anti pesticides, les habitants se pleignent maintenant des rats qui pullulent.
    Et sinon à Saint Valéry sur Somme, ils utilisent maintenant des chalumeaux pour désherber… y’a bien un employé de mairie qui va se bruler avec tôt ou tard… sans compter que ça participe au réchauffement climatique leur connerie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *