Échec total pour le projet Rewild

Partager sur : TwitterFacebook

Nous sommes en décembre 2019. Sept associations de défense de l’environnement (le centre Athénas, les associations Sea Shepherd, Le Biome, Hisa, One Voice, Wildlife Angels et Darwin) forment la coalition Rewild et annoncent leur intention de racheter le zoo de Pont-Scorff, dans le Morbihan. Objectif : « libérer » les 561 pensionnaires, puis transformer les 14 ha du site en centre consacré « au soin et à la réhabilitation des animaux sauvages sauvés du trafic ».

Un projet jugé alors très peu crédible par les spécialistes du secteur :

  • Organiser le retour à la nature d’un seul animal exotique demande des années et des dizaines, voire des centaines de milliers d’euros, explique Marianne. Or, Rewild est à court d’argent. L’essentiel des 743 000 euros levés en décembre 2019 auprès de 25 000 donateurs (dont un gros, Marc Simoncini, pesant 250 000 euros à lui tout seul) a été absorbé par les frais de fonctionnement, qui se montent à près de 90 000 euros par mois… Exactement ce que craignais en décembre 2019 Rodolphe Delord, le patron du zoo de Beauval : selon lui, avec un budget mensuel de 100 000 euros, les associations ne pourraient que nourrir que les animaux…
  • En décembre 2019 déjà, beaucoup prévoyaient que Rewild finisse par « se heurter au mur de la réalité » car « très peu d’animaux peuvent être réhabilités ». Un témoin souhaitant rester anonyme expliquait : « Les 3/4 des animaux sont nées en captivité. On ne sait même pas si les animaux récupérés des trafics n’étaient pas en captivité ». Sans parler du fait que la plupart des animaux « n’appartiennent pas au zoo, mais au programme d’élevage européen, et il faudra l’aval de beaucoup d’institutions » pour les « réhabiliter » (Rodolphe Delord).
  • Enfin, le projet lui-même et dans son ensemble laissait dubitatif : il consistait à « proposer un restaurant végétalien, une boutique de produits Rewild, des habitats écologiques, des lieux de conférences, des ateliers en réalité virtuelle et des expositions. » D’énormes investissements en perspectives avec zéro vedette puisqu’il aurait été impossible de voir le moindre animal ailleurs que sur un… écran, histoire de « ne pas les perturber » (sic). Autant rester chez soi devant sa télé… Au passage, pas dit que le public ciblé soit le plus favorable aux écrans ! En effet, selon Lamya Essemlali (Sea Shepherd), « aimer les animaux sauvages, c’est les aimer… de loin ! »

Nous sommes en mars 2021 et, comme prévu, Rewild n’a plus un centime (les salaires de janvier ont été versés avec beaucoup de retard). Le centre Athénas a quitté la coalition en février, le zoo a été placé en redressement judiciaire quelques jours plus tard, les salariés, la direction et Sea Shepherd se déchirent à coup de communiqués dans les médias locaux, s’accusant réciproquement de « mauvaise gestion » ou d’« OPA hostile », en attendant une décision de justice. L’utopie écologiste s’est tristement brisée sur la dure réalité. Souhaitons que cet échec total serve de leçon aux donneurs de leçons qui pullulent dans les milieux écolos…

12 commentaires sur “Échec total pour le projet Rewild

    1. @ Seppi

      Hors sujet!
      Pour votre information personnelle!!

      Je suis tombé sur ce site par hasard en cherchant sur des sujets +/- en rapport et j’ai pensé que çà pouvait peut-être vous intéresser si vous n’en avez pas déjà connaissance même si çà date un peu çà reste d’actualité !

      https://www.amazon.com/Green-Hell-Environmentalists-Plan-Control/dp/1596985852
      Green Hell: How Environmentalists Plan to Control Your Life and What You Can Do to Stop Them
      Hardcover – March 22, 2009
      by Steven Milloy (Author)

      Everywhere you look, everything is going green. But soon, this trendy green lifestyle wont be voluntaryit will be mandatory. Milloy shows how the government will soon have you under its green thumb.
      […]

  1. « …« aimer les animaux sauvages, c’est les aimer… de loin ! » ».
    C’est comme moi avec ce genre « d’écologistes »! Je les déteste de loin aussi »!

    Mais ceux-là ( la coalition Rewild ) sont vraiment une bande de branques de la pire espèce. Ils ont quand même réussi à griller 750.000 € en moins de 12 mois pour un résultat 100% nul! Tout çà en raison d’une prétention démesurée assise sur monstrueuse ignorance crasse…. Ca donne une idée de ce qui nous attend ainsi que « la planète » puisqu’elle est le centre de leurs « préoccupations » si on les laisse parvenir à leurs fins…..Ce qui malheureusement n’est pas impossible! Il suffit d’entendre les élucubrations plus débiles les unes que les autres de « certaines et de certains » (oui c’est désormais comme çà qu’il faut dire pour ne vexer personne) ayant des prétentions nationales, et d’autres déjà en place au niveau municipal…

  2. « …. Souhaitons que cet échec total servent de leçon aux donneurs de leçons qui pullulent dans les milieux écolos… »

    >>>> Il est fortement à craindre que çà reste un voeu pieux…..

    1. Zygomar , en effet les autres voudront faire mieux …l’esprit Shaddok est tres repandus parmi cette population.

  3. quand on se rappelle toutes les campagnes de désinformation de greenpisse et autres sur les pauvres paysans indiens obligés de se suicider à cause des vilains OGM occidentaux, maintenant ce sont les Indiens eux-mêmes qui sont en pointe sur le sujet, nous, ben comme dans beaucoup de domaines scientifiques ( voire le fiasco sur les vaccins anti-covid…), nous sommes dans les choux. On dit merci qui ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *