Anti-vax, anti-5G, même combat contre les faits et la science

Partager sur : TwitterFacebook

Dans le cadre de l’observatoire Lemon.fr du rapport des Français à la science et aux nouvelles technologies, Jean-Philippe Dubrulle de l’Ifop a analysé pour la Fondation Jean Jaurès les résultats d’une enquête qui montre que ces réticences trouvent, à l’instar du rejet de certaines technologies (ex : 5G, compteurs Linky, IA…), leurs origines dans une défiance générale à l’égard de la science et des autorités de contrôle ou de régulation, défiance à laquelle ne sont pas étrangers certaines ONG qui font commerce de la peur (Générations Futures par exemple) et certains journalistes qui relaient complaisamment et sans recul leur propagande (Stéphane Foucart du Monde, Élise Lucet de France Télévisions, etc.)

L’on découvre notamment dans cette analyse que la « résistance vaccinale s’avère aussi étroitement liée à une méfiance globale à l’égard des bienfaits de la science – elle est nettement plus élevée chez les Français estimant que l’apport de la science pour l’Homme est négatif (60%) que positif (29%) – ou de nouvelles technologies comme la 5G : ces réticences montant 54% chez les opposants à la 5G alors qu’elle n’est que 33% chez ses partisans.

Une imbrication importante entre les deux mouvements – anti-vaccin d’un côté, anti-5G de l’autre – peut être constatée si l’on en juge la proportion élevée de Français refusant à la fois le vaccin contre le Covid-19 et la 5G : 35%, tandis que 26% s’opposent seulement à la 5G et 14% uniquement au vaccin. Au total, seul un quart des Français (25%) ne s’opposent ni à l’un, ni à l’autre.

Si l’adhésion à la théorie farfelue selon laquelle les vaccins contre le Covid-19 contiendraient des puces permettant d’être localisé via la 5G reste marginale dans l’ensemble de la population (7%), il est intéressant de noter que cette idée n’est rejetée que par un anti-vaccin sur deux (54%), signe que l’adhésion à certaines théories complotistes constitue un ressort non négligeable du vaccinoscepticisme.

Jean-Philippe Dubrulle (Ifop) appelle en conclusion « à la réhabilitation du discours scientifique, préalable indispensable au dépassionnement du débat public ». Cela fait des années que nous réclamons la même chose. Tant mieux si la crise du Covid a permis à certains de nous rejoindre au niveau du constat, mais le mal est bien plus ancien. Il est à chercher du côté des marchands professionnels de peur qui polluent le débat depuis des années, avec la complicité de certains médias ou groupe de médias complaisants comme Le Monde ou France Télévisions.

36 commentaires sur “Anti-vax, anti-5G, même combat contre les faits et la science

  1. Cet espèce d’amalgame sans nuances et dénigrant entre les antivax et les obscurantistes de tous poils relève de la paresse intellectuelle dans le meilleur des cas, mais des ressorts classiques de la bonne grosse propagande dans le pire.

    Pour parler de ma position personnelle, si je ne suis pas antivaccin par principe, j’affirme qu’un vaccin n’est pas un produit comme un autre, qu’il comporte des risques pour partie mesurables seulement, et qu’une évaluation défavorable de la balance bénéfice/risque conduit à préférer ne pas être vacciné (sachant que le niveau de prise de risque acceptable est une donnée personnelle). Qui osera contredire la logique de ma position ?

    La crise Covid met à jour des éléments qui font un complet consensus (par exemple, le REMDESIVIR ne sert à rien contre le virus) et d’autres qui ne font pas consensus actuellement (l’efficacité de l’hydroxychloroquine, par exemple). L’idée qui consiste à insulter la partie adverse sur les éléments incertains est moins bonne que celle qui consiste à admettre que dans la vie, il existe des zones d’incertitudes dans laquelle chacun peut se faire sa propre religion, jusqu’à ce qu’un consensus se dégage, dégagé des conflits d’intérêt qui, dans le cas de cette crise, sont patents.

    1. A vrai dire, votre position n’est pas très consistante. Vous enfoncez un peu des portes ouvertes en déclarant que les vaccins « ne sont pas des produits comme les autres » (c’est peut-être pour cela qu’ils doivent faire l’objet de tests cliniques très poussés et passent par des phases d’homologation, non ?).
      Vous mettez en avant (à juste titre) la question du bénéfice risque mais c’est justement sur cette base que sont autorisés (ou non) les médicaments, dont les vaccins. À cet égard votre « sachant que le niveau de prise de risque acceptable est une donnée personnelle » est singulièrement hypocrite.
      Enfin en ce qui concerne l’hydroxychloroquine, il y a bel et bien un consensus scientifique sur son inefficacité. Je vous accorde qu’il y a quelques grandes gueules qui prétendent le contraire mais les études sérieuses sont sans appel.

    2. « Qui osera contredire la logique de ma position ? »

      Moi !

      La vaccination relève aussi de la santé publique, pas seulement personnelle, de la protection des autres, et du civisme.

      Je sais, le civisme, par les temps qui courent…

    3. @ Thibault.Mortier@E-Nautia.Fr

      « …. (sachant que le niveau de prise de risque acceptable est une donnée personnelle). Qui osera contredire la logique de ma position ? »

      >>>> Je m’associe complètement avec Seppi! Le civisme en France de nos jours serait plutôt du genre  » ma gueule d’abord, les autres n’ont qu’à se démerder… » .
      Voir par exemple les innombrables « apéros » et « teufs » en tous genres + ou – clandestines au mépris largement proclamé des précautions les plus élémentaires pour avoir une idée du sens civique et de la solidarité dont on nous rebats les oreilles quotidiennement…

  2. Il est clair qu’il est bien plus facile de « gouverner » ou plutôt d’influencer dans le sens voulu, des personnes convenablement formatées antiscience, plutôt que de le faire avec des personnes dotées d’un certain bagage scientifique et surtout qui ont appris à raisonner par la logique scientifique. Et il faut reconnaître que cette dernière catégorie n’est pas majoritaire, loin de là, dans la population française, et malheureusement n’est pas près de le devenir.

    1. À ma connaissance Greta Thunberg ne s’est pas prononcée sur le glyphosate, les ondes ou les OGM. Ensuite, la « jeune suédoise », comme vous dite, s’est faite connaître pour son engagement sur la question du réchauffement climatique . Et devinez quoi ? Sur ce sujet, elle est parfaitement en accord avec la science, au contraire de bon nombre de ses détracteurs.

      1. C’est plutot sa facon d’estimer comment nous y prendre qui pose probleme , c’est une dictature ecolo qu’elle souhaite.

      2. @ Bugul Noz
         » Greta Thunberg [ …]s’est faite connaître pour son engagement sur la question du réchauffement climatique […] Sur ce sujet, elle est parfaitement en accord avec la science »
        >>> Ben vous n’êtes pas difficile vous…. C’est bien connu! A 17 ans (y compris une bonne année « sabbatique » sans scolarité passée à sillonner la planète pour proférer des reproches et des injures aux citoyens et aux chefs d’Etats et à rabâcher son catéchisme couleur pastèque), elle a parfaitement intégré tous les paramètres, toutes les méthodologies, toutes les hypothèses,, toutes les théories, toutes les données disponibles, elle a assimilé tous les rapports du GIEC, etc…. Un pur génie universel on vous dit, génie comme le monde n’en avait pas connu depuis ! Et défense de penser autrement, sinon gare aux accusations de sacrilège et à leurs conséquences dans tous les réseaux zozios et autres tribunes officielles et non officielles…

        1. Naturellement, si quelqu’un déclare que la terre n’est pas plate, que les êtres vivants évoluent etc. ne peut être en accord avec la science sur ces points s’il n’a pas parfaitement assimilé tous les tenants et les aboutissants des théories soutenant ces thèses et ce sont forcément des génies.

          Mais alors, que penser des zozos qui, sur leur blog, avec d’autres zozos du même acabit, déclarent que la terre est plate, que les être vivants ont été créés et n’évoluent pas etc. ?

          1. Bugul Noz 5/02/2021 | 4:34

            « Naturellement, si quelqu’un déclare que la terre n’est pas plate […] que les être vivants ont été créés et n’évoluent pas etc. ? »

            >>> Ben dis donc c’est pas bien clair tout çà…… Je dirais même plus, c’est pour le moins amphigourique!

            1. Oui, vous avez raison, il me faut m’adapter à mes interlocuteurs.

              Donc , je reprend : aucun rapport entre être en accord avec la science et être scientifique ou maîtriser les théories.

              1. @ Bugul Noz
                « Oui, vous avez raison, il me faut m’adapter à mes interlocuteurs. »

                >>> Ben voyons! Encore au stade  » c’est sui qu’il dit qu’y est »?

              2. @Zygomar : vous me reprochez une réponse en français trop complexe, je le refait pour vous en français plus simple et vous n’êtes toujours pas content ?

      3. « sur la question du réchauffement climatique […] elle est parfaitement en accord avec la science, au contraire de bon nombre de ses détracteurs. »

        C’est beau comme l’authentiquel’antique !
        En particulier, quand on compare ce que vous écrivez à la moindre réserve à l’encontre de la théorie du RCA émise par un scientifique, fut-il de haut niveau (en physique, chimie, etc…), et qui est systématiquement rejetée par les gardiens de la doxa, au motif que celui-ci n’est pas climatologue…
        Ainsi, « The science is settled ».

        1. Mais à qui voulez-vous faire croire que l’on ne reproche aux Gervais et autres QUE de ne pas être des spécialistes ?

      4. « la « jeune suédoise », comme vous dite, s’est faite connaître pour son engagement sur la question du réchauffement climatique. »
        Si elle était vraiment engagée sur la question du réchauffement climatique, alors elle aurait protesté contre la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Juin 2020). Sacrifier une énergie bas carbone non intermittente, climat-friendly, sans rien avoir d’équivalente pour la remplacer, entraînant donc plus d’émissions de CO2, c’est favoriser le réchauffement climatique.
        Le Giec considère qu’il est nécessaire que la part du nucléaire augmente, selon les scénarios, de 98 à 501 % par rapport à 2010, d’ici 2050. ( Résumé à l’intention des décideurs – GIEC 2018)
        Je n’ai pas entendu non plus la « jeune suédoise » protester contre la mise en service de la centrale au charbon de Datteln en Allemagne (mai 2020).

        « Greta Thunberg ne s’est pas prononcée sur les OGM. »
        C’est une grosse lacune. La communauté scientifique s’accorde sur les avantages écologiques de certains OGM (les OGM Bt qui permettent de réduire l’utilisation des pesticides). En n’en parlant pas elle est en contradiction avec sa recommandation de suivre les avis des chercheurs.

        http://ecologie-illusion.fr/transition-energetique-allemagne-france.htm

        1. Donc Greta Thunberg est accusée d’activisme anti science hostile aux OGM, aux ondes, au nucléaire parce qu’elle na pas fait de grève de la faim contre la fermeture de Fessenheim ni pris partie publiquement en faveur des OGM ?

          C’est un point de vue…

    2. Son discours est clairement dirigé vers l’occident, son mode de vie et son développement économique et technologique. La science ne dit rien sur les solutions au problème du réchauffement climatique. Le discours de Greta s’inscrit explicitement dans le courant de l’écologie politique et la décroissance avec tous les rejets que l’on connait et décrits dans le livre.

    1. Ah, donc vous aussi vous considérez que Greta Thunberg « combat la science » par ce qu’elle n’est pas scientifique et parce qu’elle n’a pas mené absolument toutes les actions que vous auriez aimé qu’elle mène.

      Le problème c’est qu’avec ce genre de critère, et bien c’est 100% de la population mondiale qui « combat la science ».

        1. Que d’inepties de la part de Greta : « Le travail des hommes politiques n’est pas de sauver le monde, mais d’engranger des votes et on n’obtient pas des votes en disant la vérité sur le climat. » et en face, propos de la ministre Barbara Pompili : « en 2019, la France a tenu ses engagements climatiques et c’est une excellente nouvelle. Nous venons en effet d’avoir les chiffres stabilisés et je peux vous annoncer que nous avons, en 2019, baissé nos émissions de gaz à effet de serre de 1,7%, contre 1,5% fixés dans notre stratégie! On peut donc avoir de la croissance économique et en même temps, baisser nos émissions… Dans la période sombre que nous traversons, c’est une vraie note d’espoir et ça doit nous encourager à aller plus loin. Nos efforts payent. » https://www.lejdd.fr/Politique/barbara-pompili-sur-le-projet-de-loi-issu-de-la-convention-citoyenne-ce-texte-va-verdir-notre-societe-4023477?Echobox=1612649139#utm_medium=Social&xtor=CS1-4&utm_source=Twitter
          Mais la fermeture annoncée des centrales nucléaires risquent bien de changer la donne.

      1. Pour information:

        Traduction d’une longue interview (*) de la Greta intitulée « Nous, les autistes, ne suivons pas les codes sociaux » parue dans le dernier numéro de Courrier international n° 1579 du 4 au 10 février 2021 page 44 et suivantes. Original : paru le 2 janvier 2021 dans The Times signé Rosie Kinchen.
        (*) article très laudatif…… what else?

  3. C’est la moins con la Gretha , elle est a la tete d’une fortune telle que plus besoin de travailler Deja a la retraite.

Répondre à écologie réaliste Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *