La secrétaire générale du MIRAMAP en roue libre

Partager sur : TwitterFacebook

Si ces derniers temps, les Verts Julien Bayou et Yannick Jadot ont essayé d’adopter un discours plutôt rationnel sur la question de la vaccination ou sur la gestion du covid, une bonne partie de la nébuleuse écologiste reste toutefois très éloignée de ce positionnement.

C’est le cas de la militante écologiste Elisabeth Carbone, secrétaire générale du MIRAMAP. La responsable du Mouvement Inter-Régional des AMAP vise à assurer une représentation nationale aux fameuses et très tendance Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne, dont l’activité consiste à vendre des paniers de produits frais en provenance directe de la ferme. A ce titre, elle a par exemple signé le 2 février 2021 une tribune publiée dans Le Monde afin de dénoncer les nouveaux OGM et les NBT. Bien que peu connu du grand public, le MIRAMAP est pourtant très présent dans divers collectifs écolos (comme la Plateforme Pour une autre PAC) et entretient de nombreux partenariats avec des associations comme Générations Futures, Agir pour l’environnement, France Nature Environnement, la LPO, ATTAC, Réseau action climat, Extinction rébellion…

Or, sur sa page Facebook, Elisabeth Carbone n’hésite pas à diffuser des messages de soutien au film très controversé Hold-up, retour sur un chaos. Ainsi, le 14 novembre 2020, elle prend la défense du film : « J’ai vu ce film qui met les medias (les oligarques) aux abois, qui crient aux loups (au complotisme) !!! Mais où sont les complotistes ? ! Grosses critiques des medias sur les avis contradictoires dans ce film… mais qui a dit qu’un film ne devait pas donner à entendre des avis divergents ?! » Dix jours plus tard, Elisabeth Carbone diffuse un article de Nicole Delépine, égérie des anti-masques et proche de la réacosphère. Et ce n’est pas tout. Le 13 décembre, elle diffuse un autre film, intitulé MAL TRAITÉS – Covid-19 : comment les malades ont été privés de remèdes efficaces, que Sciences & Avenir décrit comme « un nouveau documentaire complotiste qui prétend que les gouvernements mondiaux, y compris la France, ont sacrifié des centaines de milliers de vies par dédain de quelques médicaments miracles, tels que l’hydroxychloroquine ». Deux semaines après, elle récidive en diffusant un l’entretien du sulfureux professeur Henri Joyeux sur le thème « Covid & Vaccin : Dictature sanitaire ? », accordé à NTD Français, la chaîne TV de la secte chinoise mystique Falungong. Deux jours plus tard, voilà qu’elle fait de la pub pour un entretien du Dr Perronne accordé au site France-Soir.

 

Bref, Elisabeth Carbone multiplie la diffusion de messages vaccino-sceptiques et complotistes de façon finalement assez cohérente avec l’idéologie antiscience et anti-entreprises de l’écologisme radical. Et sans que cela n’émeuve le moins du monde ni les responsables de EELV, ni ceux des organisations écologistes.

17 commentaires sur “La secrétaire générale du MIRAMAP en roue libre

  1. Ce billet est (involontairement) très drôle quand on connaît la perméabilité entre le climato-septicisme (très bien représenté parmi les commentateurs qui ont leurs habitudes ici) et l’adoration de la Sainte HCQ. L’absence (gênée) de réaction en dit d’ailleurs assez long.

    1. Il n’y pas d’absence gênée de réaction, seulement des personnes qui n’ont as forcément de choses à rajouter, surtout que l’article ne parle même pas de climat. Ces remarques de votre part semble plus venir du fait que vous n’apprécier pas qu’on puisse ne pas aimer Greta Thumberg.
      Des raisons pour laquelle elle est critiqué, est son attitude propre aux écolos décroissantiste du « fait ce que je dis pas ce que je fais ».
      Elle voyage à bord d’un voilier de plusieurs millions d’euros qui à nécessité le voyage en avion de l’équipage qui prenait le relaie de celui de l’ allé pour ramener le bateau. L’équipage de l’ allé est rentrer en avion. Plusieurs personnes qui parte en avion pour donné l’illusion qu’elle voyage 0 carbone.
      Tous ces voyages (qui n’ont surement pas été fait en vélo), alors qu’elle aurait pu faire tous ça par visioconférence. A moins qu’elle ne se sacrifie pour la cause comme Yann Arthus Bertrand et Nicola Hulot ?
      Ces repas industriels emballé dans trois fois trop de plastique. Pas très écoresponsable tous ça. On peut y rajouter les bananes surement local et de la Suède.
      Ses discours ou elle affirme qu’on lui à volé son enfance, ce qui vu le luxe dans lequel elle vit, les voyages qu’elle à fait et les personnes qu’elle à rencontré (comme Obama, Shwarzenegger, etc) est inadmissible quand on sait que des enfants vivent dans la pauvreté la plus total et doivent travaillés dans des conditions atroces.
      Les personnes avec qui elle c’est allié sont les même ONG écolos qui combattent le nucléaire à tous prix (même si le GIEC le considère comme une solution pour le RCA) et s’allie par derrière avec les gaziers. Ce sont aussi les mêmes qui combattent les OGM et le génie génétique, accueille tous les pro homéopathie et antivax (anti-science en générale) et sont lié à l’anthroposophie.
      Pour l’hydroxychloroquine, les échanges dans les commentaires prouve que tous le monde est loi d’être pro Raoult ici. Et vu le comportement de ce dernier et les preuves de inefficacité de son protocole, je doute que ce qui l’était le soi encore. Ce que semble confirmer les réponses donné a Thibault.

      1. Attention, Raoult et son équipe, c’est d’abord une approche: on identifie et on soigne avant que cela ne s’aggrave.
        L’HCQ fait partie de son arsenal mais rien de plus, certains pensent que c’est plutôt l’AZI (+ Zn) qui marcherait . Depuis, on voit arriver l’ivermectine (que les éleveurs connaissent), voire la colchicine. Le traitement Xenothera qui déboule également.
        Et c’est tant mieux si la médecine cherche des traitements. Parce que tout miser sur la vaccination, c’est mettre ses oeufs dans le même panier; le Covid19, ce n’est pas la polio, ça mute.
        J’avoue avoir du mal à comprendre l’acharnement de certains (dont l’ordre des médecins, certaines médecins médiatiques) contre ceux qui proposent des approches destinées à ce que la maladie ne s’empire .
        On peut y voir un triste épisode de la gueguerre entre la médecine hospitalière (publique) et la médecine dite « de ville » (ou de campagne), les premiers les prenant de haut.

        1. @Douar : cette réécriture de l’histoire est très instructive. Raoult a présenté successivement la chloroquine, puis l’hydroxyhloroquine, puis l’hydroxychloroquine + AZM (puis avec du zinc, ça n’en finira jamais) comme LE traitement ultime, c’est fini, vous pouve déposer vos cerveaux, la maladie est vaincue. Présenter maintenant ‘HCQ+AZM comme « faisant partie de l’arsenal mais rien de plus » est tout simplement contraire aux faits.

          Et que croyez-vous, que tout le monde mise tout sur les vaccins ? Que personne ne cherche voir n’espère un traitement ? C’est la aussi totalement contraire aux effets (et au bon sens).

          Il y a une distinction élémentaire en philosophie, exprimée par Hume, selon laquelle on ne peut un « est » d’un « doit ». Ce n’est pas parce qu’il faudrait un traitement (et si possible facile à produire et bon marché) qu’il est censé de proposer n’importe quel médicament pou soigner le COVID-19.

          Et ici cela n’a rien à voir avec une opposition médecine hospitalière/médecine de ville (Raoult est un généraliste ? Perronne aussi ?). L’opposition se fait entre ceux qui décident de conserver esprit critique, rationalité et sang(froid et ceux décidés à suivre un gourou à la grande gueule qui clame avoir trouvé la Panacée et être en bute à un establishment obtus.

          1. Je crois que vous n’avez pas suivi ce qu’a présenté l’IHU depuis le début, c’était et c’est particulièrement instructif.
            Le côté rationnel est de quel côté selon vous?

            1. Pas du côté de l’IHU et si, j’ai suivi ce qu’a présenté cet institut. C’est navrant d’assister en direct à un naufrage comme celui là.

        2. Non, Raout et son équipe ce n’est pas une approche, c’est du charlatanisme. Son protocole ne marche ni avant, ni pendant ni après. Et ses publication là dessus, c’est de la fraude pur et simple. Déplacer des personnes du groupe traité dont l’état c’est aggravé dans le groupe contrôle, même Séralini n’avait pas osé.
          https://www.les-crises.fr/didier-raoult-les-graves-manipulations-scientifiques/
          L’ivermectine c’est la nouvelle hydroxychloroquine, un médicament qui n’a pas prouvé son efficacité sur le covid 19, mais présenter comme un miracle par les complotiste.
          L’étude sur la colchicine est faible et ne montre pas de résultat significatif. Par contre le risque de diarrhée semble multiplié par 5 et d’embolie pulmonaire par 2 quand on la prend pour le covid 19.
          Raoult, Perronne et leurs acolytes passent leurs temps à insulter les autres médecins et à les accusé de laissé mourir les gens voir même de les euthanasier (ce qui est bien sur faux). Sachant qu’ils ne soignent pas et font des études qui tiennent de la science poubelle et de la fraude.
          Je ne vois pas de gueguerre entre des médecins publique et de campagne. En plus ça ne tient pas Raoult est à la tête d’une structure de plusieurs centaines de millions d’euros (qu’il gâche pour son propre profit) et est très proche de plusieurs personnalité politique (ce qui explique qu’il soit encore en place malgré plusieurs année à profiter de l’IHU de Marseille, créer pour lui au passage pour son propre profit). Ont à donc un personnage très très loin du petit médecin de campagne.
          https://twitter.com/AlexSamTG/status/1336711402342526978
          https://twitter.com/olivierbyrne/status/1308689295528595459
          Il faut arrêter de soutenir se personnage qui n’a pas arrêter de se tromper depuis le début et qui ne fait plus de science (ni de médecine, celle-ci étant une science) depuis plusieurs année (il a quand même été interdit de publication dans l’American Society for Microbiology et toutes les revue qui en découle pendant un an et perdu les labels du CNRS et de l’INSERM. En faite même la cours des comptes est tombé plusieurs fois sur l’AP-HM à cause des irrégularités plus que douteuse de l’IHU).
          Le vaccin est pour l’instant la seule chose efficace que nous ayons et toutes les maladies mutent (à une rythme plus ou moins élevé). L’avantage que nous avons maintenant est le vaccin à ARNm qui est facile à modifier en cas de mutation.

          1. le gros problème initial, c’est d’avoir considéré la médecine comme une science dure.
            or, rien n’est plus faux quand on travaille sur un système complexe comme l’est le corps humain.
            Déjà , avec un modèle animal, ce n’est pas simple mais on peut jouer sur des groupes témoins, avec des génétiques identiques quand on veut tester un traitement.
            par contre, rien de tout ce la pour les humains.
            L’EBM s’applique difficilement, surtout pour des épidémies rapides et le médecin est face à son patient, c’est légèrement différent qu’être face à des statistiques de mortalité d’un lot de poulets.
            Autre souci: on tend à une certaine « rationalisation » de la médecine qui se fait par une place plus importante de la médecine hospitalière contre la médecine de proximité. Il y a clairement une guerre entre ces deux approches alors qu’elles devraient être complémentaires.
            ce sont des connaissances, médecins à la retraite qui m’ont expliqué cette évolution qui a de nombreuses raisons (démographie, sociologie…).
            je ne vais donc pas revenir sur cette rage de certains contre tout type de traitement précoce qui m’apparaît invraisemblable.

            1. Il n’y a aucune rage contre les traitements précoces, je ne vois pas du tout d’où est-ce que vous tirez cela;

              Pour le reste… ma foi, c’est une bonne manière de réhabiliter l’homéopathie, la saignée ou… le mercure. C’est un art la médecine.

              1. En plus cette accusation de ne pas aimer les traitements précoces et de considérer que l’on s’appuie trop sur le vaccin est assez malvenue et fausse, sachant que le vaccin est quelque sorte le traitement le plus précoce qui soit.

      2. @Max :

        « Ces remarques de votre part semble plus venir du fait que vous n’apprécier pas qu’on puisse ne pas aimer Greta Thumberg. » Non. Appréciez ou n’appréciez pas Greta Thunberg, c’est le cadet de mes soucis.

        « Des raisons pour laquelle elle est critiqué, est son attitude propre aux écolos décroissantiste du « fait ce que je dis pas ce que je fais ».[blablabla jusqu’à anthroposophie] ». Toujours pas. Sur le fil d’à coté, Greta Thunberg a été présenté comme « anti science, anti glyphosate, anti OGM, anti onde etc » sans aucune raison valide. Cette relation très particulière à la vérité (et pas spécialement le cas Thunberg) me pose problème. Pas à vous, dont acte.

        « Pour l’hydroxychloroquine, les échanges dans les commentaires prouve que tous le monde est loi d’être pro Raoult ici. Et vu le comportement de ce dernier et les preuves de inefficacité de son protocole, je doute que ce qui l’était le soi encore. Ce que semble confirmer les réponses donné a Thibault. » Il y a parmi les commentateurs réguliers de ce site des gens pour le moins prudent vis à vis de l’HCQ, en effet, et d’autre pas du tout. Il y a des commentateurs communs avec, par exemple, « Mythes Magie et Mathémancie », un blog climato-sceptique qui a porté aux nues Raoult, ce nouveau Dieu de l’anti science officielle et non, il n’y a eu aucun retour arrière sur le sujet. Idem sur Skyfall. Le raoultisme y règne (avec toujours des commentateurs communs). Et quand je dit « commentateurs communs », je ne fait pas un sophisme de déshonneur par association comme vous le faites avec G. Thunberg, je parle de commentateurs climatosceptiques ET pro Raoult ET qui fréquentent ce site.

  2. Le climato-scepticisme est bien représenté dans le milieu écolo que je connais très bien pour l’avoir côtoyé longtemps, et se moque allègrement de la solution bas-carbone que représente le nucléaire civil. Sur ce site, vous généralisez un peu vite.

    1. Qu’appelez-vous climato-sceptique dans ce contexte ? Quelqu’un qui bafoue la science en ne croyant pas à un réchauffement climatique d’origine humaine ou quelqu’un dont la cohérence mérite d’être questionnée parce que, bien qu’en prétendant placer au zénith la lutte contre le réchauffement il refuse malgré tout une solution bas carbone pour produire de l’électricité ?

      Parce que les mots on un sens et que les personnes du second types ne peuvent être appelées « climato-sceptiques ».

      1. Kokopelli qui est apprécié des écolos est climatosceptique.
        Et si l’on considère que les actes comptes un minimum, les écolos sont aussi délétère au climat que les climatosceptiques.

        1. Un écolo (à la Hulot ou à la Artus-Bertrand, liste non exhaustive) peut tout à fait avoir un impact sur le climat bien pire que celle d’un ascète climato-sceptique, en effet.

      2. Par exemple, l’agriculture bio (que j’ai pratiqué à un moment) ne prend pas en compte, dans son cahier des charges, le bilan carbone. Indirectement, ce facteur est souvent passé sous silence tant dans les pratiques agricoles que dans les modalités de vente : plus grande consommation de carburant appliqué à des faibles volumes.

Répondre à douar Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *