Même bio, les apiculteurs veulent donner des médicaments aux abeilles

Partager sur : TwitterFacebook

Quelle ironie. Mardi 5 janvier, Marie Astier explique dans « La Terre au carré » sur France Inter (en collaboration avec le site écolo Reporterre) que les apiculteurs sont démunis face au varroa. En effet, le seul produit vraiment efficace, jusqu’ici toléré bien qu’interdit, ne leur est plus autorisé : il s’agit de l’acide oxalique, « essentiel en apiculture biologique et largement utilisé en apiculture conventionnelle ». « Simple et pas cher », il n’a pas d’autorisation officielle pour être utilisé comme médicament vétérinaire », c’est-à-dire qu’il ne dispose pas d’autorisation de mise sur le marché. Reste aux apiculteurs 14 médicaments contre le varroa dont un avec de l’acide oxalique, mais dix fois plus cher que le produit pur (un de ses composants rend compliquée une utilisation hivernale). Le soucis, c’est que le varroa présente des résistances contre la majorité d’entre eux. Bref, les apis se retrouvent dans la situation des agris, et se mettent à agir comme eux qui souhaitaient soigner leur culture… à l’époque sous un feu nourri de critiques d’apiculteurs. Les accusations étaient sans doute proférées de bonne foi, mais elles étaient fausses et mensongères (voir nos papiers ici, , , et )

Il est d’ailleurs amusant de voir le média écologiste Reporterre vent debout contre le retour de certains néonicotinoïdes mais indulgent voire favorable à l’utilisation de l’acide oxalique :

 

Certains twittos rappellent l’importance des mots. « Pesticide » ou même « phyto » passent à l’évidence moins bien que « médicament » :

 

Le monde agricole doit parler de médicaments pour les plantes, comme les apiculteurs parlent à raison de médicaments pour les abeilles. L’agri-bashing n’aura de chances de cesser que lorsque la sémantique utilisée par le monde agricole sera actualisée en fonction des standards du XXIe siècle.

14 commentaires sur “Même bio, les apiculteurs veulent donner des médicaments aux abeilles

  1. Je ne suis pas sûr que les apiculteurs soient démunis devant le varroa avec la palanquée de produits autorisés.

    Faut-il croire que l’on a autorisé des produits pas efficaces — ou que l’on continue d’autoriser des produits devenus inefficaces ?

    L’acide oxalique serait efficace, mais le produit le contenant ne le serait pas ? On se moque de qui là ?

    Et si l’acide oxalique est la solution, les apiculteurs qui veulent l’utiliser ont une solution simple : le faire homologuer.

  2. @ Ernst
    « Donner une gellule , une a une a des abeilles , faut etre patient…. »

    >>>> Ils n’avaient le choix qu’entre « gélules » et « suppositoires »….

          1. @ JG2433
            « Mais attention, hein… nul sous-entendu de « sodomie de diptère » !  »

            >>>> D’autant plus que les abeilles sont des hyménoptères……

            1. @Zygomar,
              Je complétais mon post précédent ayant à voir avec la « figure de style » évoquée par Ernst.
              Sinon, je n’ai pas (encore) tout oublié de ma Propédeutique (SPCN*, ça s’appelait, à l’époque) à la Fac de Sciences de Bordeaux. 😉
              Mais ça pourrait m’arriver…
              *Sciences Physiques, Chimiques et Naturelles

  3. Bientôt certains vont proclamer que les néonicotinoïdes en enrobage de semences sont l’équivalent d’un vaccin.

  4. « L’agri-bashing n’aura de chances de cesser que lorsque la sémantique utilisée par le monde agricole sera actualisée en fonction des standards du XXIe siècle. » Le monde agricole a toujours utilisé le terme de « produit phytosanitaire » et jamais celui de » pesticide » .Si ceux qui ces dernières années ont mis en avant les « pesticides » étaient logiques , ils devraient aussi en affubler tout ce qui compose la pharmacopée destinée à soigner les humains et les animaux !

      1. Pour ça , il y aurait plus poétique : la quintessence de mon cru !!! (ne pas chercher de contrepèterie , ya pas …)

  5. Chez les marchands de matériels apicole on trouve tout l’attirail pour traiter hors AMM en toute illégalité les ruches « en bio » et en « conventionnel «
    De l’acide oxalique en bouteille
    Des diffuseurs d’acide oxalique
    Des packs de protection / gaz chimique pour l’opérateur
    Des cartons de bandelettes pour Thymol
    Des Vaporisateurs de traitement de ruches Jungle Fogger pour vaporiser un mélange de pétrole avec de l’amitraz
    Plusieurs traitements sont nécessaires ,ors les traitements répétés à l’acide oxalique par exemple provoquent des légions des tissus des abeilles
    L’acide oxalique est produit industriellement par synthèse mais admis en bio car existant a l’état naturel !
    Voir le matériel https://www.icko-apiculture.com/au-rucher/actions/hygiene-de-la-ruche.html
    On peut estimer que la moitié des ruches en France sont traitées hors AMM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *