You are here: Home » L'œil agricole » Didier Giraud, éleveur : « Un couillon se lève un matin et dit qu’une lentille est un steak et tout le monde est d’accord ?! »

Didier Giraud, éleveur : « Un couillon se lève un matin et dit qu’une lentille est un steak et tout le monde est d’accord ?! »

Pour la « Grande Gueule » Didier Giraud (RMC, le 15 octobre 2019), vegan ne rime pas avec écolo, puisqu’il assure que sa viande de bœuf est « un piège à carbone », quand le soja venu d’Amérique du Sud est en partie responsable de la déforestation de l’Amazonie. Extraits :

« Le soja, ça n’a pas le goût du bœuf donc si vous avez dans votre assiette du soja qui a le goût du bœuf, c’est que dedans il y a des trucs qui donnent le goût du bœuf… »

« Le soja, c’est quand même un truc qui est produit d’abord en Amérique du Sud, en déforestant la planète à grands coups de pesticides… »

En vidéo :

> Nos articles sur la guerre du steak (Steak Wars)

3 commentaires

  1. Surtout il n’y connaît rien et n’a pas pris la peine de se renseigner. Peut être la volonté de désinformer les gens.
    Le soja qui vient de Brésil, de l’Argentine, des USA… c’est pour nourrir les vaches, volailles, etc des agriculteurs français et européens. Soja OGM le plus souvent.
    Le soja bio ou non, utilisé pour l’alimentation humaine provient de France ( ex la marque Céréal bio) ou d’Italie ( exemple la marque Bjorg) ou d’autres pays européens. La production de soja en France augmente pour répondre à la demande des entreprises qui vendent yaourts, boissons végétales, farines, tofu, tofu lacto-fermenté, etc.
    Le soja prend le goût de tous les ingrédients qui l’accompagnent, il ne se mange pas nature. Il est donc facile de l’aromatiser, de modifier son goût. Certains industriels peuvent rester sur des ingrédients naturels, d’autres des ingrédients moins flatteurs. C’est aux consommateurs de choisirent comme ils le feraient en lisant la composition d’un plat cuisiné à base de viande ou de chips ou de n’importe quoi d’autre.

  2. Quelques précisions concernant le soja importé pour le bétail. Ce sont essentiellement des tourteaux, sous-produits de l’ extraction d’huile à usage alimentaire, dont l’innocuité sanitaire ne fait aucun doute pour le milieu scientifique.
    Et quelques mises au point supplémentaires : https://www.lefigaro.fr/sciences/pourquoi-la-france-est-elle-si-dependante-du-soja-bresilien-20190920

    • Mais que fait donc l’INRA? ( 10 000 salariés) : on attend toujours les bonnes variétés de légumineuses qui permettraient de réduire notre dépendance au niveau protéines.
      Macron avait osé dire ( août) que l’amazonie représentait 20% de la production d’oxygène dans le monde ( c’est tout au plus 2%).L’Amazonie n’est pas le poumon de la planète car, d’une part, la majeure partie de l’oxygène produit est consommé par la vie du sol qui y est très riche et d’autre part ce sont les océans ( via le plancton) qui couvrent 70% de la planète qui produisent l’oxygène. Au rythme actuel de déforestation de l’amazonie il y en a pour 800 ans à tout couper! et ensuite, les arbres cela repousse ( renouvelable). Il n’y a aucun mal à exploiter la forêt afin d’améliorer l’emploi en amérique latine et le bien être des populations.

Comments are closed.