You are here: Home » L'œil agricole » ZNT : le gouvernement ne traite que la demande sociétale

ZNT : le gouvernement ne traite que la demande sociétale

Dans son éditorial du 20 septembre, Philippe Pavard s’élève contre « le très controversé projet d’arrêté instaurant des zones non traitées (ZNT) à proximité des habitations ».

Démagogie. « Que de surenchère et de démagogie aura-t-on entendues chez les politiciens et les associations ! 100 m par-ci, 150 m par là, pourquoi se gêner dès lors qu’il s’agit de l’outil de travail d’autrui et que l’on n’est pas comptable de ses inconséquences ? »

Émotion. Cette décision « devrait d’abord être guidé par la science au lieu d’être préempté par l’émotion », explique le rédacteur en chef de La France Agricole. Le gouvernement n’en prend pas la direction avec une « consultation publique » tandis qu’EELV « a préparé des ‘argumentaires en kit’ prêts à être postés sur le site de consultation gouvernemental ».

Questions. « Quel avenir pour ces nouveaux no man’s land qui vont miter encore un peu plus le territoire ? Quelle compensation pour la perte économique engendrée et la valeur des terres concernées ? Quid de leur entretien, de leur imposition ? Quelle éligibilité à la Pac, etc. »

Promoteurs. « Déjà, en toute bonne logique, des voix s’élèvent pour dire à l’attention des promoteurs de lotissements et autres aménageurs que le no man’s land, ce sera à eux de le prévoir sur leurs terrains, eux qui viennent se planter au contact direct des champs… »

La demande sociétale… et c’est tout ! « Visiblement, le gouvernement a choisi de ne traiter que la demande sociétale, en oubliant tout le reste du sujet », note le rédacteur en chef de La France Agricole. « C’est particulièrement flagrant lorsqu’on se réfère à la date de mise en oeuvre prévue : le 1er janvier 2020, autrement dit demain. Tant pis pour les colzas en place et les interventions qui ne pourront plus être faites sur les parties concernées. Tant pis pour l’incertitude que cela crée chez les agriculteurs vis-à-vis des assolements déjà constitués, des intrans déjà achetés, des semis qui vont démarrer. Un vrai travail d’amateur… »

Concurrence déloyale. « Une fois de plus, et contrairement aux promesses, les pouvoirs publics placent l’agriculture française en situation de distorsion de concurrence défavorable » déplore Philippe Pavard, qui conclut par cette question : « Quand est-ce que cela va s’arrêter ? »

19 commentaires

  1. C’est la conséquence logique d’avoir fait des pesticides des boucs émissaires .A partir du moment où la propagande étatique depuis plus de 10 ans stigmatise l’ensemble des pesticides ( amalgame et non prise en compte des bénéfices) le terreau est mûr pour passer la vitesse supérieure car la majorité des citoyens est maintenant convaincue qu’il faut se passer totalement des pesticides. D’ailleurs, le ministère de la recherche vient de lancer ( avec l’inra) un gros projet pour se passer complètement des pesticides (!!!) ( c’est une utopie et cela n’a pas de sens de considérer que tout pesticide est obligatoirement très mauvais ). Même les filières agricoles acceptent l’idée qu’il faut  » changer de modèle  » ( passer à l’agro écologie de grand papa) et qu’il faut réduire fortement les pesticides : pour le peuple c’est donc bien qu’il y a un problème !! la filière ne parle jamais des véritables enjeux ( augmenter la production et la compétitivité pour exporter plus , etc…) . Les décroissants (post communistes) ont contaminé les gouvernements de droite et de gauche et leur objectif ( détruire la civilisation occidentale pour laisser la place à un monde meilleur) ne leur semble plus inatteignable. Il est clair qu’en touchant l’énergie ( anti nucléaire ..) et les pesticides la décroissance est garantie.

    • La décroissance est garantie: donc, pour financer le modèle social, les retraites, il faut trouver de l’argent que nos politiques s’évertuent à faire disparaître (industrie, agriculture), donc, il faut le trouver… en sauvant la planayte, c’est à dire en augmentant les taxes sur les carburants (sans oublier les malus, les nouveaux contrôles techniques).
      Encore un magnifique bras d’honneur au monde péri urbain et rural.
      C’est certain, ça va bien marcher.

      • … donc, cela va mal finir!

        • Mais il y a déjà eu un magnifique exemple en vrai grandeur (il y en a encore actuellement!) de ce qui nous attend lorsque les kmers verts auront pris le contrôle ,ce qui ne va pas manquer d’arriver du train où vont les choses. On a vu où ce genre de régime en est arrivé ! Dans le mur! Mur qu’ils avaient eu même construit pour éviter que les étrangers top envieux viennent en nombre bénéficier de la douceur de vivre pour tous qu’ils avaient réussi à instaurer…… Leur couleur favorite était (est encore chez certains) le rouge , nous ce sera le vert!

        • Cela finira mal de toute façon, plus où moins mal mais mal quand même.
          On ne peut impunément faire fonctionner la planche à billets comme actuellement avec les rachats de dettes par la BCE sans conséquences futures, perte de valeur massive des économies des particuliers dans les banques, faillite de certaines d’entre elles. Restent solvables les biens indispensables :
          – l’air, il reste peu pollué sauf en ville surtout à proximité de Lubrizol actuellement, mais globalement avec un flux d’ouest, renouvelé, donc encore gratuit,
          – l’eau, là cela va se compliquer mais la France fait partie des privilégiés,
          – la nourriture issue de l’agriculture donc de la terre, valeur extraordinaire de la terre.
          Quand la corne d’abondance de la BCE se tarira et l’Etat incapable de soutenir les dépenses sociales notamment pour des populations arrivant en masse du sud????
          C’est un scénario certain et ce n’est pas le plus sombre.

  2. Devant ce plan de ZNT, je me pose une question : les pesticides interdits dans ces zones seront-ils uniquement des pesticides de synthèse, ou bien concernent-elles également les pesticides « naturels » de l’agriculture biologique ?

    • Willy-Paul

      Devant ce plan de ZNT, je me pose une question : les pesticides interdits dans ces zones seront-ils uniquement des pesticides de synthèse, ou bien concernent-elles également les pesticides « naturels » de l’agriculture biologique ?

      >>> Devinez!!

    • Sont exclus les  » produits de biocontrôle référencés à l’article L. 253-6, des produits composés uniquement de substances de base ou de substances à faible risque au sens du règlement (CE) n° 1107/2009 du Parlement européen et du Conseil du 21 octobre 2009″.

      Le soufre est classé biocontrôle. Il y a des rumeurs comme quoi le cuivre le serait aussi…

      • Pas le cuivre , ni l’extrait de neem, même si les bio aimeraient bien.

  3.  » Les fascistes de demain s’appeleront eux même antifascistes »
    Winston Churchill

  4. ZNT par rapport à la pollution de l’incendie de Lubrizol??? réelle celle là, pas fantasmée , dont l’incendie est décrit comme extérieur à l’usine, donc destiné à se reproduire ailleurs.
    Pollution réelle des cultures, certes on a connu pire lorsque les fumées des industries, plus nombreuses, n’étaient pas filtrées, le bon vieux temps parait-il.

  5. Les agriculteurs hollandais se révoltent contre des orientations législatives pour « sauver la planayte » qui feraient diminuer leur cheptel de moitié!

    https://www.huffingtonpost.fr/entry/aux-pays-bas-des-agriculteurs-en-tracteurs-provoquent-denormes-bouchons_fr_5d9355a5e4b0e9e7605323b6

    Idem en Allemagne et en Pologne.
    L’agribashing n’est pas qu’une exclusivité française.
    Nous pensions que le servage était terminé, mais il est revenu sous le masque des sauveurs de Gaïa.

  6. Et quid de la végétation de ces bandes non traitées ???
    Je vous le donne en mille : Ambroisie, Renouée du Japon, Solidage géant, Vergerette du canada…
    Je me « marre » à l’avance :
    – Les habitants : il y a une explosion des allergies chez les enfants !!!
    – Les Zécolos : c’est la faute aux pesticides !!!
    – L’Etat : on va agrandir la zone de non-traitement !!!
    – Les agriculteurs… rien, ils se sont pendus !!!

  7. Il manque:
    les pharmaciens et les firmes pharmaceutiques ( les mêmes que ceux qui frabriquent des herbicides pour le reste du monde).
    – chouette ! on va vendre plein d’antihistaminiques et de médicaments pour l’asthme (l’allergie sévère à l’ambroisie conduisant dans 50% à l’asthme chez les personnes touchées).

    Les ONG écolos:
    – On s’en fout dans la mesure où la population meurt ( en masse et assez vite) de mort naturelle ( contaminants naturels et pas artificiels).

  8. Expérience intéressante en Charente, mais qui ne convainc pas la Conf. ! https://www.sudouest.fr/2019/10/22/epandage-la-couronne-terrain-de-demonstration-6731690-900.php

    • La conf nie l’agribashing parce qu’elle en est elle même responsable. C’est pas vraiment étonnant qu’ils n’aiment quand les agriculteurs explique leur métier, ça casse leur com et leur fond de commerce.

      • @ max

        >>> Bien vu!!

      • +100

  9. Bonjour à tous
    Quand les élus locaux se félicitent de faire des lotissements de village contre les domaines viticoles, j’appelle cela de la provocation.
    Si les riverains ne sont pas contant ils ont qu’à se retourner contre la municipalité qui ont fait n’importe quoi au niveau de l’urbanisme car souvent elle a passé outre toutes les études faite par les chambre d’agriculture et INAO.
    Les élus et le complice commissaire enquêteur se sont permis d’écrire sur l’enquête publique du plan d’urbanisme de mon village que le travail de la chambre d’agriculture et de l’INAO était obsolète. Aucun respect envers l’agriculture !
    Aujourd’hui élus locaux et agriculteurs le divorce est actée tous les coups seront permis.
    Elus locaux de mon village et de l’agglomération = petits arrangements + prise illégale d’intérêts + abus de pouvoir, il va falloir les remettre sur le droit chemin.
    Elle n’est pas belle la France !
    Passé de bonnes fêtes
    https://www.leboncoin.fr/vins_gastronomie/1724674459.htm

Comments are closed.