You are here: Home » L'œil agricole » Didier Guilllaume explique pourquoi une agriculture sans pesticides serait « une catastrophe »

Didier Guilllaume explique pourquoi une agriculture sans pesticides serait « une catastrophe »

« Une catastrophe pour l’agriculture et surtout pour notre autonomie alimentaire puisque nous ne serions plus à même d’avoir notre autosuffisance alimentaire » explique Didier Guillaume fin juin sur RMC. « Mais nous devons sortir de la dépendance aux produits phytos » ajoute le ministre qui n’explique pas pourquoi les plantes devraient se passer de médicaments et pas les humains (parce que les anticancéreux, ça pollue. Heureusement, en matière de santé des personnes, il y a moins d’idéologie et personne n’envisage un plan gouvernemental pour diminuer leur usage de 50% d’ici 2025…). Ne comptez pas sur Jean-Jacques Bourdin pour questionner la supposée dangerosité pour l’homme des phytos :

11 commentaires

  1. C’est quand même un peu ballot que notre ministre de l’agriculture prenne conscience quelques mois sa nomination, du B-A BA de l’agriculture.
    En général, quand on prend une fonction, on observe sans trop rien faire, puis, on modifie par petites touches.
    sauf en politique où l’on fait le contraire.

    • Vous êtes bien gentil avec lui car en 50 secondes il réussit à placer les mêmes concepts absurdes de ses prédécesseurs.
      * » sortir de la DEPENDANCE des phytos  » : cette phrase est débile car les produits phytos sont des facteurs de production et non des drogues. Si les agriculteurs les emploient c’est bien parce qu’ils sont rentables et utiles pour produire ( rappelons que le rendement du blé bio est e 25 qtx/ha , soit 3 fois moins que le blé moderne)
      *  » baisser de 50 % les phytos  » : premièrement c’est idiot d’amalgamer tous les phytos car certains sont plus problématiques que d’autres. Par ailleurs, pourquoi 50 et pas 80 ou 30 % ? la barre des 50 % est arbitraire et idéologique. L’équipe Sarkozy- Lemaire avait déjà promis en 2007 qu’en 2017 les phytos auraient baissé. Guillaume est donc incapable d’analyser pourquoi cela est impossible même pour 2015!!
      *  » l’agro écologie  » : concept fumeux qui date de plus de 50 ans et qui a été balayé par le bouquet d’innovations ( engrais- génétique-phytos) . Le goût pour la régression et le retour à l’agriculture de grand papa montre son manque de leadership ( un chef va de l’avant !). Si l’agro écologie était la solution ( à supposer d ela définir correctement) elle aurait des parts de marché importantes et non nulles comme aujourd’hui.
      * Il faut être un doux rêveur et un incompétent pour penser que d’ici 2015 ( dans 6 ans) des nouvelles méthodes seront trouvées et appliquées à grande échelle . C’est IMPOSSIBLE!!
      Les firmes phytos ne cherchent pas de méthodes alternatives car la France ne les intéresse plus et l’enjeu est de développer les méthodes classiques dans le monde ( Russie, Afrique, Asie..) et il faut au moins 10/15 ans pour développer de telles méthodes.
      quant à l’INRA il faut être naif pour penser qu’ils vont trouver des solutions ( depuis le grenelle de 2007 , il y a donc 12 ans, ils n’ont rien trouvé!!!). L’INRA ne trouve rien en agrochimie et quasiment rien en génétique.
      Ce Ministre Guillaume n’est pas l’homme qui va redresser l’agriculture Francaise: il va plutôt continuer à la faire décliner.

      • Excellent billet d’humeur par ailleurs très bien charpenté. Hélas !

    • Et que penser de cette étude sur la supériorité économique de l’utilisation d’abeilles à la place de certains insecticides ? En tout cas. Une belle publicité, de la part de l’INRA, pour une forme d’agro-écololgie : http://presse.inra.fr/Communiques-de-presse/Pollinisation-abeilles-rentabilite-colza

      • encore une étude du branquignole du CNRS de chizé!!! il nous a habitué à ses délires se monsieur. C’est le même qui nous a expliqué que le désherbage avait toujours pénalisé les rendements. Là, il oubli simplement que produits phytos (avec bonne pratiques) et polinisateurs ensemble sont encore plus efficace que polinisateurs seul .

      • Non , L’INRA n’a rien inventé !!!: ce phénomène est connu depuis longtemps. D’ailleurs, les sociétés productrices de semences l’utilise.(au prix de la semence c’est vite rentabilisé) Des agriculteurs acceptent aussi que des apiculteurs mettent leurs ruches dans les champs afin d’augmenter les rendements.Cette pratique est largement développée en arboriculture. Aux USA les producteurs d’amandes payent même les apiculteurs pour qu’ils installent leur ruches ( c’est un gros business). Au passage, l’INRA en profite pour mentir en prétendant que si il n’y a pas assez de pollinisateurs c’est à cause des phytos alors que c’est tout simplement lié à la quantité de nourriture disponible avant et après la pollinisation dans les champs.
        Décidément, on ne peut rien attendre de l’INRA. Un institut qui emploie 10 000 personnes avec un budget de 1 milliard € devrait être plus créatif et apporter des solutions nouvelles concrètes et applicables à grande échelle.

  2. Les Politiciens, n’ayant strictement aucune formation en économie, sont les fossoyeurs de la France :
    Mitterrand a détruit l’industrie lourde française en empêchant son évolution et sa modernisation.
    Balladur a détruit l’industrie informatique naissante (Rapport Théry de 1994).
    Chirac a flingué a jeté les fondements de la destruction de l’industrie automobile et agricole et des nano-tech.
    Sarkozy a accéléré la destruction de l’agriculture pour « sauver le nucléaire ».
    Hollande enterre le nucléaire, l’agriculture et l’automobile…
    Et Macron ferme le cercueil des trois… mais en plus il met en péril les nano et l’entertainment (Netflix, Web, GNU…) !!!
    Non, vraiment rien à attendre de telles incapables !!!
    Mon avis : on ne peut pas demander à des « littéraires » de comprendre l’industrie, les sciences et l’économie. Ils sont formatés dans l’Esprit d’Alice aux Pays des Merveilles !!!
    S’ils étaient intelligents, ils seraient médecins, chercheurs, entrepreneurs… et pas énarques !!!

  3. « Mais nous devons sortir de la dépendance aux produits phytos »
    Ah bon et pour quelle raison Mr le ministre ?
    Nous allons murer toutes les portes des pharmacies Française Mr le ministre , vous allez
    entendre très vite de quel côté se trouve cette dépendance .

  4. Voilà ce qui attend notre agriculture et notre environnement dans peu de temps si on
    ( les cerveaux rincés quotidiennement de l’opinion publique docilement manipulée+les escrolos + les politicards accros à l’électoralisme chronique) laisse faire les abrutis hystériques thunbergistes agressifs et ignares et bêlants!

    http://www.lefigaro.fr/jardin/a-versailles-la-lente-agonie-du-potager-du-roi-20191004

    ENQUÊTE – En moins d’une décennie, ce jardin monumental, victime d’initiatives hasardeuses, a perdu la moitié de ses arbres.
    Squelettes d’arbres morts ou mourants, murs effondrés, jardins à l’abandon, friches: la situation du Potager du roi, chef-d’œuvre créé à la fin du XVIIe siècle par l’agronome Jean-Baptiste de La Quintinie (1626-1688) pour approvisionner Louis XIV et sa cour en fruits et légumes frais, n’en finit pas de se dégrader. Au grand dam des amoureux de ce jardin monumental de 9 hectares, situé à deux pas du château de Versailles, entre la pièce d’eau des Suisses et la cathédrale Saint-Louis.

Comments are closed.