You are here: Home » L'œil agricole » Influencé par… des ados, François Rebsamen interdit le glyphosate à Dijon (et demain, la viande rouge ? La charcuterie ? La pilule ?)

Influencé par… des ados, François Rebsamen interdit le glyphosate à Dijon (et demain, la viande rouge ? La charcuterie ? La pilule ?)

Localement, François Rebsamen est surnommé « le maître des Fake News », et vous allez voir qu’il n’a pas volé sa réputation. Dans un communiqué récent, il explique

(avoir) décidé de prendre un arrêté anti-glyphosate sur l’ensemble du territoire de la ville de Dijon. Est désormais interdite l’utilisation de tout produit contenant du glyphosate.

Puis, il justifie sa décision. Et là, comment dire… Lisez plutôt :

Un rapport rendu en 2015 par le Centre international de recherches contre le cancer (CIRC) a classé le glyphosate comme cancérogène probable.

Au même titre que la viande rouge. Qu’attend François Rebsamen pour prendre un arrêté interdisant sur tout le territoire de la ville de Dijon la consommation de toute viande rouge ? L’édile sait-il que la charcuterie a été classée « cancérogène certain » par le CIRC ? Pourquoi n’interdit-il pas immédiatement la charcuterie dans la ville aux cent clochers ? Pourquoi n’oriente-t-il pas son courroux vers les sodas alors qu’il ne fait plus aucun doute que la consommation de boissons sucrées augmente le risque de mort prématurée, et ce dès la première canette ?

Comme l’explique un ancien fonctionnaire d’une institution des Nations Unies,

« Dans le cas du glyphosate, preuves limitées de cancérogénicité chez l’homme et preuves suffisantes de cancérogénicité chez l’animal ont abouti en un classement en 2A : « cancérogénicité probable ». « Cancérogénicité probable » (comme pour la viande rouge) n’a pas le sens courant, mais les preuves sont moins convaincantes que pour « cancérogène certain » (comme pour la charcuterie) et plus convaincantes que pour « cancérogène possible » (comme pour les implants chirurgicaux et autres corps étrangers). Le classement n’est pas lié à la fréquence des cancers, ni à l’exposition. On trouvera donc, par exemple, en « cancérogène certain », des contraceptifs oraux et le plutonium 239. »

François Rebsamen va-t-il interdire la contraception à Dijon ?

Le maire de Dijon l’ignore sans doute, mais le travail du CIRC est orienté :

Certes, « une instruction quasi exclusivement à charge pour identifier un danger n’est pas déraisonnable » mais « à condition de bien préciser l’objectif et les implications de la démarche, ce qui n’a été fait qu’a minima pour le glyphosate, permettant ainsi aux controverses de se développer. » Car « le Circ a écarté de nombreuses études, pour n’en retenir qu’une poignée ». La question est donc posée : « Celles-ci sont-elles pertinentes et fiables ? Ont-elles évaluées correctement ? » Comme l’écrit André Heitz, « ça se discute sinon se conteste », « les preuves retenues pour l’homme sont fort légères » tandis que « celles sur les animaux portent sur des doses extravagantes ».

Autre question qui fâche : « Y a-t-il eu malversations ? » En effet, « il y a un faisceau de faits qui incitent à conclure, au-delà du doute raisonnable, à une manipulation pour saborder la réautorisation du glyphosate en Europe mais aussi aux États-Unis et dans d’autres pays. » Outre-Atlantique, la Chambre des représentants se pose des questions mais le Circ refuse d’y répondre.

Avec notre ancien fonctionnaire d’une institution des Nations Unies, nous posons la question à François Rebsamen :

« Existe-t-il d’autres publications fiables sur le fait que le glyphosate est cancérigène ? Réponse : non. » Mieux : « depuis la sentance du Circ en mars 2015, une vaste étude de cohorte portant sur 57 310 applicateurs de pesticides (l’Agricultural Health Study) n’a pas établi de lien entre glyphosate et cancer ». « Une autre étude – gardée sous le manteau – a été révélée : le North American Pooled Project a amalgamé une série d’études cas-témoins et arrive au même résultat quand on corrige pour tous les facteurs confondants, en particulier pour l’utilisation d’autres pesticides (2,4-D, dicamba et malathion).

Résumons donc la situation :

« la FAO et l’OMS (réunion conjointe sur les résidus de pesticides), l’Efsa, l’Anses (avec quelques bémols) et les agences allemande, australienne, canadienne, coréenne, états-unienne, japonaise, néo-zélandaise et suisse ont conclu à un risque improbable issu du glyphosate (l’absence est indémontrable). L’Agence européenne des produits chimiques (EChA) évalue les dangers et, sur la base de la prépondérance de la preuve, n’a pas classé le glyphosate en cancérogène, mutagène et reprotoxique. »

Mais Dijon interdit le glyphosate !

Autre argument (!) de François Rebsamen :

En octobre 2017, le Parlement européen a demandé à la Commission et aux États membres de ne pas autoriser les utilisations de la substance par les particuliers.

En se basant sur… les travaux du CIRC ! Et sous l’influence de lobbies bien connus pour tenter de peser en France (voir ici et ) comme dans les instances de l’UE.

Dernier argument, manifestement décisif car c’est le seul qui repose sur des faits récents, de François Rebsamen :

Depuis des mois, nous observons l’émergence d’une prise de conscience écologique commune. L’appel mondial de la jeunesse pour le Climat résonne aujourd’hui comme le cri d’une génération qui exige des actes.

Restons calmes : on était habitué au fait que les politiciens ambitieux, démagogues et incompétents tiennent des propos et prennent des mesures anti-science. Mais jamais ils n’avaient encore osé avouer que leurs décisions aberrantes étaient prises sous l’influence… de leurs ados. On ne saurait d’ailleurs leur conseiller de ne pas les prendre au mot sous peine de finir derrière les barreaux :

 

Ces jeunes servent manifestement de conseillers scientifiques à François Rebsamen.

Nous confirmons, question Fake News, le maire de Dijon est un compétiteur hors pair. « La classe mondiale… Peut-être même le champion du monde ! »

25 commentaires

  1. Je ne suis pas sûr que Guillaume Bernard puisse servir de référence…

    • Cdc
      Il ne doit pas souvent côtoyer des jeunes. Il devrait peut être revoir les définitions des termes utilisés : »la débauche et la dépravation portées en étendard »

  2. l’OMDS aussi, maison mère du CICR a invalidé le classement de ce dernier pour le glyphosate ce qui se compare à la cassation d’un arrêt de Cour d’Appel

    • @ yvesdemars

      « l’OMDS aussi, maison mère du CICR a invalidé le classement de ce dernier pour le glyphosate ce qui se compare à la cassation d’un arrêt de Cour d’Appel »

      *** O M S
      *** CIRC

  3. Pour info, la mascarade Paul François VS Monsanto continue !!!!
    https://www.lejdd.fr/Societe/Sante/monsanto-lagriculteur-paul-francois-fait-plier-une-nouvelle-fois-le-geant-de-lagrochimie-3890246

    La cour d’appel condamne Monsanto au titre que « de ne pas avoir sur l’étiquetage et/ou l’emballage du produit apposé une mention sur la dangerosité spécifique des travaux dans les cuves et réservoirs ».

    On est exactement dans les cas absurdes  » du chat dans la machine à laver » ou « du chat dans le micro-onde » ou « il faut déballer le produit avant de le manger » !!!
    La compagnie est condamnée pour ne pas avoir écrit sur l’emballage « il est dangereux de mettre sa tête dans la cuve de votre tracteur si elle contient notre produit »… Faut être kon ou suicidaire pour le faire (lui était suicidaire à la base) !!! Comme si vous alliez plonger votre tête dans cuve de fioul et après faite un procès à Total !!!
    Cela devient vraiment n’importe quoi !!!
    La « justice » utilise des arguties minables pour essayer de coincer les « méchant Monsanto » !!!

  4. Avec un minimum de logique, il devrait interdire le vin et les autres boissons alcoolisées …

  5. Le glyphosate concerne tout le monde: consommateurs (d’aliments, au cas où certains comprendraient autre chose) , utilisateurs et même riverains. Difficile voire impossible de l’éviter, alors que celui qui ne veut pas consommer de viande, de charcuterie ou pilule peut le faire facilement.
    Les recommandations existent pour l’alimentation, le Plan National Nutrition Santé (PNNS) donne la quantité de 500 g maximum de viande rouge par semaine, pas plus de 25 g de charcuterie par jour, pas plus de 2 verres d’alcool par jour, au maximum 5 fois par semaine, pas plus d’une boisson sucrée par jour, etc. Ces informations existent gratuitement sur internet avec des exemples de recettes, c’est fait pour le grand public et le PNNS est au programme de nombreux élèves de différentes sections. Donc à moins de vivre dans une grotte, tout le monde connait ces recommandations.

    • Le PNNS… Encor un truc bien « écolo-compatible » inventé par des hauts-fonctionnaire en mal de notoriété et de pouvoir politique…
      Le même PNNS qui disaient il y a quelques années que les lipides étaient mauvais pour la santé… alors qu’ils doivent représenter 30% de notre ration alimentaire.
      Le même PNNS qui nous dit maintenant que le sucre est mauvais. Alors que notre cerveau consomme 5 g de sucre à l’heure !!! et qu’il représente 60 % de la consommation de notre corps !!!
      Quand j’étais gosse, dans les années 80, on nous disait que les féculents et surtout les « légumes secs » étaient mauvais. Maintenant le PNNS dit qu’il faut en manger…
      Etc etc etc…
      En tant que chercheur je dirais juste ceci : foutez moi la paix, je fait ce que je veux. Et seul les excès sont mauvais !!!

      • Exact! Les recommandations faites par les hauts fonctionnaires ne le sont pas pour notre bien mais pour nous habituer à obéir et à se soumettre à des choses de plus en plus idiotes. Il s’agit de détruire nos capacités de discernement, de jugement et notre esprit critique. L’état vise à  » s’occuper  » de tout, de notre vie jusqu’à la mort et à supprimer ce qui reste de la liberté individuelle. Notre corps ne nous appartient plus, d’ailleurs l’état impose de prendre nos organes .. si besoin. Bientôt il pratiquera l’euthanasie au prétexte d’éviter les souffrances, qu’il n’y a pas les moyens ou pour sauver la planète!!

        • Visor
          Quand l’Etat ne fait rien on critique, quand il fait quelque chose on critique. Le français est mondialement connu pour être un râleur, ce n’est pas très glorieux.
          Le terme de problème de santé publique ne doit pas faire parti de votre vocabulaire.
          Une meilleure hygiène de vie pourrait éviter 40% des cancers actuels, ce n’est pas rien ! L’alimentation fait partie de l’hygiène de vie c’est donc assez cohérent d’avoir des recommandations de l’Etat.
          Vous oubliez Visor que dans notre pays, quand on fait n’importe quoi avec sa santé on est encore pris en charge par la Sécurité Sociale. C’est une liberté individuelle qui a des conséquences sur l’ensemble de la société.
          « …d’ailleurs l’état impose de prendre nos organes » , bon Visor, il faut déjà être en mort cérébrale et ensuite si vous ne le souhaitez pas, vous pouvez le signaler au registre national des refus . Pas compliqué hein ? C’est même faisable en ligne.

          • C’est un fait que nous avions une excellente fonction publique il y a 50 ans ( les fonctionnaires étaient, en majorité, consciencieux, avaient le sens de l’intérêt général ..) … et qu’aujourd’hui nous avons une des plus mauvaises ( en rapport avec ce qu’elle coûte). Tout est au bord de l’écroulement ( santé, éducation nationale, justice…) car elle ne s’est jamais réellement réformée et que maintenant elle travaille pour elle même et non pour les citoyens. Les Français  » râlent  » contre leur fonction publique et c’est à juste titre mais cela ne change rien car il y a une déconnexion .Dans le privé ,je peux vous dire ( ayant travaillé au niveau européen) que les Français ne sont pas plus râleurs que des gens d’autres pays . C’est encore une combine des fonctionnaires pour ne pas bouger : il est plus facile d’accuser les citoyens d’être des râleurs plutôt que de se remettre en cause. Dans le privé il y a des réorganisations tous les 3 ans ( d’ailleurs parfois excessif!) et il y a donc une adaptation et une amélioration lente mais régulière. Je vous conseille de lire les articles du site de l’IFRAP ( qui évalue la performance du public en comparaison avec d’autres pays) et les rapports de la cour des comptes, mais malgré des quantités de rapport qui vont tous dans le même sens rien ne bouge!! Pour une fois ,il aurait été utile de suivre la voie choisie par les Allemands ( on a 40 % de fonctionnaires en plus ) et donc recommandée par la technostructure européenne. Il y a 200 milliards € à couper ( en supprimant les gabegies, en travaillant plus, en débureaucratisant etc…) : c’est l’enjeu n° 1 et tant que le job n’aura pas été fait la France continuera de plonger jusqu’au moment où cette impuissance nous amènera des extrêmes.
            Que l’état fasse bien la police, l’armée, la justice et les infrastructures et libère le reste.

            • @Visor,
              Pour abonder dans votre sens, à propos des sureffectifs de fonctionnaires en France, comparativement à votre exemple de l’Allemagne…
              Je viens de finir la lecture de ce livre :
              Nicolas Lecaussin. — Les donneurs de leçons. Pourquoi la France est en vrac, Editions du Rocher, 207 p., février 2019.
              Extrait, p. 173 :
              « À Bercy : on est très nombreux, on paie très bien et on distribue des primes à la pelle – souvent illicites comme le dénonce la Cour des comptes dans son rapport de janvier 2018. »
              […] les effectifs y sont largement supérieurs à ceux des ministères équivalents dans d’autres » pays :
              […] 90 000 fonctionnaires de plus qu’en Allemagne. La différence avec l’Allemagne […] est encore plus importante lorsque l’on compare les populations : 67 millions d’habitants en France contre 80 millions en Allemagne […] »

          • D’où sortez vous ces 40 % des cancers actuels?
            Lisez, par exemple, l’ouvrage de feu, le P. Tubiana, « Cessons d’avoir peur » qui remet les choses en perspective.
            Et la première cause d’augmentation des cas de cancer, c’est avant tout l’augmentation de l’espérance de vie.
            Et pour rappel, 100% des personnes mourront un jour. ça, c’est une statistique qui n’est pas contestable.

            • @ douar

              « 100% des personnes mourront un jour.  »

              >>>> Et dire que le gouvernement ne fait rien!
              Quelqu’un pour attirer l’attention des gilets jaunes omniscients et omnipotents pour apporter une solution à ce très ancien scandale sanitaire?

      • Daniel
         » Des hauts fonctionnaires en mal de notoriété… », comme si ces personnes travaillaient seules . Nutritionnistes ? Diététiciens ? Médecins ? Chercheurs ? Vous avez les boules que ce ne soit plus seulement les lobbies qui fassent des messages concernant la nutrition, des messages faux ou arrangés pour entraîner la confusion auprès des consommateurs.
        30 % de lipides oui c’est ça mais vous oubliez de préciser qu’il existe 3 types d’acides gras (les saturés, les insaturés et les polyinsaturés). En France les gens mangent trop d’acides gras saturés à cause de l’excès de fromages, de charcuterie, de viandes, de beurre, de pâtisseries… Il manque souvent des acides gras polyinsaturés qui sont dans les fruits à coque (amandes, noix, noisettes…), les huiles végétales ( sauf coco) en privilégiant les huiles d’assaisonnement, les graines ( sésame, lin, chia, pavot…). On peut donc manger des lipides mais encore faut-il choisir les bons aliments si on ne veut pas favoriser les maladies cardio-vasculaires.
        Vous mélangez les « sucres ». Notre carburant provient des glucides (55 à 58 % de notre apport énergétique quotidien provient des glucides). Parmi les glucides on a différentes molécules comme le fructose, le glucose, le lactose, le saccharose, l’amidon…. Problème les gens mangent trop de sucres simples et composés et pas assez d’amidon et de cellulose. L’industrie du sucre a été très forte pour faire croire que le sucre (le saccharose) était indispensable, c’est faux moins on en mange et mieux on se porte. Par contre il faut manger des aliments riches en amidon et cellulose ( céréales complètes et légumineuses)
        J’étais aussi gosse dans les années 80 et on m’a toujours dit que les légumineuses étaient bonnes pour la santé, qu’elles étaient riches en protéines et que les céréales étaient la base de notre alimentation, qu’il fallait en manger à chaque repas. Cela n’a pas changé. Les manuels de SVT avaient pourtant le même contenu sur l’ensemble de la France, étrange !
        Réaction étonnante de la part d’un soit disant chercheur. Vous devriez savoir qu’en sciences les découvertes sont permanentes. Parfois on peut être dans l’excès sans le savoir, d’où les recommandations nutritionnelles. (Cf nouvelles recommandations de l’OMS par rapport au sucre).

        • Une précision concernant les acides gras insaturés ( forme trans) : le problème majeur vient de l’ajout de ces acides gras trans par hydrogénation pour des raisons  » technologiques  » ( sont sous forme solide, ce qui évite d’avoir les doigts gras et améliorent la conservation) : on en trouve dans les viennoiseries, les pizzas, quiches, barres chocolatées etc..) . Un croissant bien gras au beurre est bien préférable à un croissant d’aspect sec non gras fabriqué avec des graisses hydrogénées. Dans certains pays c’est même interdit mais en France, ce n’est même pas indiqué sur l’étiquette!!
          https://www.anses.fr/fr/content/les-acides-gras-trans

          • Visor
            Les graisses hydrogénées sont fréquentes dans les produits industriels, surtout dans les premiers prix. Les informations ne sont pas toujours précises mais quand il est écrit  » hydrogénés » « semi-hydrogénés » ou « partiellement hydrogénés » il vaut mieux acheter autre chose. Plus l’aliment a été transformé et moins il est bon au niveau santé, c’est une généralité qui compte peu d’exceptions.
            Certains pays ont eu le courage d’interdire ces graisses, meilleure matière grasse = prix plus élevé mais meilleure santé. Ce que vous dites sur le beurre…. oui et non car ce dernier contient pas mal de cholestérol alors pour les gens qui ont un taux déjà élevé ce n’est pas très bon. Après si le croissant est présent de manière exceptionnelle, pas de problème.
            Aux mauvaises graisses dans les produits industriels s’ajoute l’acrylamide dans les chips, frites, biscuits, biscottes, pizzas, etc. Tout cela pour dire qu’il vaut mieux cuisiner chez soi, même des plats très simples au lieu d’engraisser les industriels qui vendent des aliments « toxiques ».

            • sur le cholesterol: ci-dessous 4 articles qui font une bonne synthèse
              https://www.contrepoints.org/tag/cholesterol
              Globalement, la cause majeure n’est pas l’alimentation mais celle-ci aggrave la situation si on a le problème. ( un peu la même chose pour la consommation de viande et l’insuffisance rénale).

        •  » Problème les gens mangent trop de sucres simples et composés et pas assez d’amidon et de cellulose. » De la cellulose ? Vous savez que l’être humain ne la digère pas ?
          « Parfois on peut être dans l’excès sans le savoir, d’où les recommandations nutritionnelles. (Cf nouvelles recommandations de l’OMS par rapport au sucre). »
          Vu que vous vous référer à l’OMS pour la nutrition, pourquoi ne pas le faire pour le glyphosate. Car il estime improbable qu’il soit cancérigène pour l’homme. Après pour le « on est tous contaminé » c’est seulement selon le laboratoire Biocheck https://www.agriculture-environnement.fr/2019/02/21/biocheck-un-laboratoire-aux-curieuses-analyses . Et de toute manière les doses présentées sont ridiculement faible.
          Par contre vu à quoi ressemble leurs résultat, les pisseurs involontaire n’ont en principe aucune chance de gagné en justice https://pbs.twimg.com/media/D1VYr3dWoAUelmo.jpg , parce que ça, ce n’est pas un résultat d’analyse.

          • Max
            Vous n’allez rien m’apprendre concernant la nutrition. La cellulose améliore le transit intestinal d’où son intérêt.
            Et pour le reste, je vous conseille de lire l’article suivant: Expert de l’OMS : Le glyphosate endommage l’ADN. Et pour  » les doses présentées sont ridiculement faibles », vous avez en ligne certains travaux du Pr Belpomme sur l’effet cocktail.

            • Oui la cellulose est une fibre, mais votre com insinue qu’on l’utilise comme les autres sucres, ce qui n’est pas le cas.
              Pas un expert de l’OMS mais un conseillé du CIRC, et en plus Chris Portier qui à été payé par un cabinais d’avocat prédateur pour sont travail, le reste de l’article c’est juste de la rhétorique activiste de base mainte fois dé-bunker http://www.alterinfo.net/Expert-de-l-OMS-Le-glyphosate-endommages-l-ADN_a115885.html . En plus le site alterinfo n’est qu’un repaire de complotiste antivax donc pour la fiabilité on repasseras.
              Le Pr Belpomme, celui qui distribue des ordonnances pour dire qu’on est électrosensible, oui je connais déjà ses travaux et franchement c’est de la merde. Il fait partie des amies de Henry Joyeux.
              L’effet cocktail c’est l’argument bidon habituelle « on ne sait pas, donc effet cocktail (personne ne sait ce que sait mais sa fait peur) ». Si il y avait un telle effet à des dose aussi faible, nous serions tous malade du à la présence du cocktail de substance naturellement toxique dans l’environnement. Pour que des molécules interagissement entre elle , il faut qu’il y en ait une concentration suffisante sans quoi la moindre prise de médicament nous tuerais. Donc même pour ça la relation effet dose existe.
              Sinon si vous vous intéressez au CIRC (et pas à l’OMS, je sais que les médias les confondent tous le temps, mais c’est pas la peine de s’abaisser à leurs niveaux. Il l’a prenne aussi pour une agence sanitaire ce qu’elle n’est pas) http://seppi.over-blog.com/tag/circ/. Éviter par contre de dire que c’est un site payé par Monsanto oui un truc du genre, car je vous rappel que vos sources sont un site antivax et Belpomme.

            • @ Marc

              « …..certains travaux du Pr Belpomme sur l’effet cocktail. »

              >>>> Compliments!! Bonjour la référence!
              Belpomme et l’effet cocktail! C’est la meilleure de la décennie! Et bien entendu selon Marc le Belpomme se fonde certainement sur ses travaux personnels comme il le fait, entre autres, pour sa profonde expérience sur les effets des ondes electromagnétiques?

  6. On savait Le pseudo médecin journaliste Laurent Chevalier, veritable guignol du papier blanc, mais dans cet article il rejoint des sommet digne de Séralini.
    https://www.lepoint.fr/invites-du-point/laurent-chevallier/chevallier-glyphosate-gare-aux-fake-news-15-04-2019-2307651_424.php

    Les pseudo scientifiques c’est les autres, ceux des x agences sanitaires du monde.
    Les avis de ces agences sont des fakes news, seul un avis très contesté du CIRC , amendé par l’OMS d’ailleurs sur les résidus de glyphosate dans l’aliment compte à ses yeux.

    Ce type d’article normal dans le journal  » Le Monde » est plutôt rare dans « le point » en général plus sélectif, même s’il est devenu très tendance.

  7. S’agissant de pilule contraceptive, il est intéressant de voir comment les instituts de recherche doivent tordre leur discours pour coller avec la demande politique sur le sujet des perturbateurs endocriniens.

    Un exemple ici :
    https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/perturbateurs-endocriniens

    « Les hormones naturelles ou de synthèse constituent une source importante de perturbateurs endocriniens : œstrogènes, testostérone, progestérone, Hormone stéroïde secrétée par l’ovaire à certaines phases du cycle, et par le placenta durant la grossesse. Chez les deux sexes, les glandes surrénales et le cerveau en produisent également… et les produits de synthèse mimant leurs effets sont souvent utilisés en thérapeutique (contraception, substitution hormonale, hormonothérapie). Elles entraînent un risque indirect en rejoignant les milieux naturels, après avoir été excrétées dans les rejets humains ou animaux. »

    Cette assertion n’est pas exacte mais confusion volontaire :

    – les hormones synthétiques, issues de la chimie de synthèse et des procédés industriels, ce sont des médicaments sont assimilées ici à des produits naturels sécrétés par l’organisme animal alors qu’ils sont chimiquement et /ou structurellement différents.
    Ils agissent sur les mêmes cibles pour partie mais aussi des cibles différentes, ils ne sont pas reconnus à l’identique par l’organisme et sont ingérés volontairement, ne sont pas régulés à l’identique. L’EE est reconnu cancérigène certain, au moins 3 cancers sont associés (mais pour faire passer la pilule, car c’est un totem des années 70, on allègue un effet positif, à discuter, sur d’autres cancers).

    – seul un risque est évoqué dans cet article partial « entraînent un risque indirect en rejoignant les milieux naturels ».
    Avant de passer dans les milieux naturels, ces hormones synthétiques médicaments ont un effet sur l’organisme, d’où l’effet cancérigène certain ( sein, foie…) et facteur d’infarctus et d’AVC, interagissant avec la consommation de tabac ( en négatif pour l’organisme animal), ce risque est « oublié ».

    -Ne sont pas mentionnés les perturbateurs endocriniens de l’alimentation notamment ceux contenus dans le soja et les légumineuses, isoflavones principalement.

    Et bien d’autres oublis, par conviction par des scientifiques qui ne veulent pas informer ou veulent faire passer une vision personnelle de ce qui est risque ou ce qui ne l’est pas, fumeurs, végans …

    – Cela renvoie à la nécessité d’obliger à déclarer les membres des comités d’experts fumeurs ou végans cette caractéristique dans leur déclaration d’intérêts, au même titre que la profession du conjoint, caractéristique qui va modifier les positions prises en commission. Un végan va défendre l’innocuité du soja même à forte dose, un fumeur va chercher des explications autres que la cigarette, pour relativiser sa propre exposition et ne pas faire interdire la drogue dont il est accro. Les fumeurs sont souvent les pires ayatollahs antipesticides.

    Un maire voulant améliorer la santé de ses concitoyens devrait interdire l’usage du tabac dans la rue et les espaces publics ouverts, car stationner sur un quai de gare ou de bus, c’est l’assurance de respirer de façon perceptible les fumées de cigarettes de 5 fumeurs différents. Idem pour les parcs publics si la densité est forte.

    Les enfants sont aussi exposés à ces polluants cancérigènes certains, première cause de cancer évitable ….

    Mais François Rebsamen est ou a été lui même fumeur de cigarettes peut-être donc préfère -il le glyphosate pour expier et servir de bouc émissaire.

Comments are closed.