You are here: Home » Médias » France Info, complice de Greenpeace

France Info, complice de Greenpeace

 “De gros bidons avec un tête de mort devant le siège parisien d’InVivo,une quinzaine de militants de l’organisation écologique ont installé ce mercredi matin plusieurs gros bidons symbolisant des pesticides devant l’entrée du siège parisien d’InVivo. Greenpeace accuse cette coopérative agricole d’empoisonner les agriculteurs.
 « La vocation d’une coopérative agricole comme InVivo est d’être au service des agriculteurs, pas de les empoisonner avec des pesticides« , a annoncé dans un communiqué Anaïs Fourest de Greenpeace France. Les militants ont également déployé une banderole sur la façade d’InVivo qui proclame « Philippe Mangin, Thierry Blandinières: empoisonneurs », en référence au président de la coopérative et à son directeur général. Les militants ont quitté les lieux à la mi-journée.”


Au fait, France info a-elle interrogé In Vivo ?
Ben non !
C’est ça le journalisme.
Payé avec vos impôts s’il-vous plait !

8 commentaires

  1. Trop contente de son coup de com’, Anaïs Fourest est allé immédiatement s’en griller une ( clope) pour fêter le petit évènement. Joyeuse la coquine!

    Clope = http://www.ligue-cancer.net/article/339_tabac-et-cancer

  2. Si des associations anti-avortement utilisaient les mêmes méthodes, on verrait la police débarquer aussitôt et les politiques protester énergiquement contre cette atteinte à la république …

    • @alex
      comparons ce qui est comparable ,non?

    • Éclairez ma lanterne, SVP.

      Critiquez-vous l’absence de réaction à l’« opération » de Greenpeace, ou les réactions aux « opérations » des anti-avortement ?

      • @ Wackes Seppi

        Je déplore le traitement de complaisance envers Greenpeace aussi bien par les politiques que par les médias…

  3. Occupations illégales, obstructions à activités professionnelles légales, dans les deux cas. C’est parfaitement comparable.

    • Mais il est vrai que GP bénéficie en quelque sorte d’un passe-droit à la délinquance.

Comments are closed.