Libre d’être Charlie

Partager sur : TwitterFacebook

Nous n’avons pas écrit de billet sur les événements tragiques de la semaine dernière. Nous n’avons pas non plus affiché le slogan « #JeSuisCharlie » sur le site. Scotchés, sidérés, touchés comme des millions de Français, nous avons tout simplement gardé le silence et bloqué nos publications.

Nous étions présents parmi les millions de Français dans les cortèges à Paris ou en province. Bref, nous n’avons eu qu’une attitude banale, très largement partagée en France et dans le monde entier : se mobiliser tout simplement contre la haine et pour la liberté pour chacun de s’exprimer de revendiquer des idées, des valeurs. Car cette liberté n’est pas négociable. Elle est même le socle de notre société.
Nous avons eu une pensée sincère pour Fabrice Nicolino. Car, comme de nombreux acteurs de l’agriculture française, nous lisons régulièrement son site, « Planète sans visa ». Nous l’avons reconnu sur des images de l’évacuation des blessés peu après l’attentat du 7 janvier. Et nous avons été soulagé d’avoir de ses nouvelles via le site Reporterre et de lire sa chronique dans l’édition de Charlie Hebdo publiée hier.
Bien sûr, avant comme après le 7 janvier et le sang qu’il a fait coulé, avant comme après le 11 janvier et l’élan de solidarité qui s’est exprimé, nous aurons toujours des divergences de fond avec Fabrice Nicolino et avec la ligne éditoriale de Charlie Hebdo. C’est aussi cela la liberté d’expression et la liberté d’opinion. Heureusement ! Oui, demain comme hier, nous continuerons de dénoncer le lobbying écolo et ses dérives, les attaques contre l’agriculture que nous considérons bien souvent comme injuste, le robinet d’eau tiède du « développement durable », les illusions de la croissance verte et les dangers de la décroissance.
Alors, nous souhaitons simplement faire part de notre stupéfaction en lisant le point de vue de Laure Nouhalat qui considère que les dirigeants de la FNSEA n’ont pas le droit de dire #JeSuisCharlie. Car comment peut-on envisager d’exclure de ce mouvement spontané ceux qui ne renoncent pas à leur liberté et assument de ne pas se reconnaître dans la ligne éditoriale de Charlie Hebdo et dans le point de vue de ses chroniqueurs. N’en déplaise à Laure Nouhalat, c’est le cas de la FNSEA. C’est aussi le notre, ce qui ne nous empêche pas de tacler « la vieille dame de l’agriculture » lorsque nous l’estimons nécessaire.  La réaction de Laure Nouhalat est révélatrice d’un état d’esprit « totalitaire » sous couvert d’ouverture aux autres. Pour elle,  être Charlie, c’est se reconnaître dans la démarche de Charlie Hebdo, dans ses valeurs, et bien évidemment être contre les OGM, contre les phytosanitaires, pour Sivens, contre l’agro-alimentaire etc… Dommage.

Allez Bridget Kyoto, on vous embrasse (Wolinski n’aurait pas pu s’empêcher).

40 commentaires sur “Libre d’être Charlie

  1. Merci de continuer à user de votre liberté d’exprsssion pour pourfendre les méchants écolos qui ne pensent qu’à entraver les libertés des gentils citoyens.

    1. un Pays a décider de rendre hommage au journal français Charlie Hebdo , en arborant les initiales sur ses plaques d’immatriculation :

      MERCI LA SUISSE !

  2. « Alors, nous souhaitons simplement faire part de notre stupéfaction en lisant le point de vue de Laure Nouhalat qui considère que les dirigeants de la FNSEA n’ont pas le droit de dire #JeSuisCharlie.  »

    Mais de quoi, de qui parlez-vous? Une citation, un petit lien, une petite présentation cela permettrait quand même à ceux qui ne suivent pas tous les soubresauts du microcosme écolo de comprendre quelque chose à ce que vous dites et à ce à quoi vous répondez exactement. Encore un article bien obscur pour des non initiés. Merci de faire un petit effort dans ce sens.

    1. Surtout que « je suis Charlie » ne se destine pas uniquement aux caricaturistes ,mais aussi aux personnels de C.Hebdo , aux policiers , aux personnes abattues
      dans le magasin kasher .

      Beaucoup d’ailleurs sur leur affiche avaient précisé cette chose !

  3. L’article de son blog de cette journaliste de Libération est la manifestation banale du sectarisme de la très grande majorité des écolos. Moins on est sûr de soi, plus on est sectaire.

  4. Ce billet de Laure Noualhat est d’une indigence crasse.

    C’est effectivement le reflet d’un état d’esprit totalitaire. Mais sans guillemets.

    « Hier, la FNSEA organisait un déjeuner de presse, le président Xavier Beulin y adressait ses vœux à la presse et décidait d’aborder quelques sujets majeurs de l’année. Quelle ne fut pas ma surprise, en débarquant dans le hall de l’immeuble cossu du principal syndicat agricole français, de me voir proposer, à l’accueil, un badge avec «Je suis Charlie» inscrit sur fond noir. »

    Ben oui, Mâdâme trouve inconcevable que la FNSEA puisse proposer un badge « Je suis Charlie » !

    Ben, c’est que la pauvrette réduit le « Je suis Charlie » à une sorte d’hommage à Fabrice Nicolino. Et ça devient :

    « En voyant l’équipe dirigeante de la puissante FNSEA arborer ce badge, «Je suis Charlie», j’ai eu un haut-le-cœur. Pourtant, la choucroute était au poil. Autant Mahomet, sous la plume de Cabu, se désespérait d’être aimé par des cons, autant il doit être écœurant d’être loué par ses ennemis. Mais de cela, je ne sais goutte, je suppute simplement. »

    Obsédée par le délire totalitaire pseudo-écologique… La célèbre phrase de Voltaire devient « un des poncifs les plus irritants du moment ».

    C’est à vomir.

    Le pire est cependant que cette dame a laissé fleurir sur son blogs des cris de haine, et même des trucs signés « Charlie Coulibaly ».

  5. Merci à ceux qui ont posté des liens et citations permettant de cerner vraiment le « phénomène ».

  6. L’intégrisme de Laure Noualhat n’a pas grand chose à envier à ceux qui considèrent que les assassins des dessinateurs et journalistes de Charlie Hebdo étaient dans leur bon droit en réponse à leur caricatures jugées offensantes.
    Au delà de la manifestation de solidarité aux familles des victimes , il y avait bien un soutien à une certaine idée de ce que peut être la liberté de la presse, idée assez franco française cependant.
    Il s’agissait bien d’un soutien face à l’attaque inacceptable et d’une rare violence dans les pays développés d’un journal satirique, pas à la production de ce journal, avant et après l’attentat.
    Cette différence est de taille et n’a visiblement pas été comprise par les bobos post 68ard attardés qui voudraient surfer sur l’émotion .
    On notera qu’aucun autre pays développé ne va aussi loin en terme de caricature sur le fait religieux ou les convictions, d’où les excuses collectives des Danois après les caricatures dans leur pays, d’où le floutage des caricatures et l’ abstention intentionnelle américaine à la manifestation du 11 janvier.
    On a pu relever des propos ambivalents sur l’attitude du journal Charlie au travers de nombreux articles de la presse dans la plupart des autres grands pays développés, ceux en voie de développement étant en grande majorité hostiles à la ligne éditoriale du journal et le rappelant à cette occasion.
    Le même questionnement peut être lu, moins fréquent en France, sous la signature de Rony Brauman http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/01/15/ce-qu-il-y-a-de-non-charlie-en-moi_4557224_3232.html ou avec une sensibilité et des conclusions différentes par Shlomo Sand http://www.ujfp.org/spip.php?article3768, belles analyses complémentaires à défaut d’être totalement convergentes.

    Un lieu d’enseignement quelle que soit sa sensibilité , le siège d’un parti politique, une communauté religieuse ou philosophique auraient subi la même agression, la mobilisation aurait été identique et certainement supérieure à soutien institutionnel équivalent.
    Ce type de propos de Laure Noualhat est d’une extrême gravité car au lieu de rassembler, il clive la société pour ne laisser dignes de manifester leur émotion que les lecteurs de Charlie ou ceux qui trouvaient pertinentes et amusantes ses productions, minorité avant le 7 janvier mais minorité bruyante désormais.
    Annoncées dans des termes extrêmes et invitations limitées à ceux qui partageaient tout ou parties des valeurs du journal Charlie Hebdo, les manifestations monstres des 10 et 11 février auraient avec difficulté rassemblé plus 300 000 personnes alors que le 11 janvier , au sein des cortèges, à Paris comme en province, nombreux étaient ceux qui avaient également battu le pavé de la « manif pour tous » un an auparavant , au nom justement de la citation de voltaire et de l’esprit des lumières qui irrigue l’inconscient collectif, mais comme rappelé précédemment reste une caractéristique très française et non pas universelle.

    Vu l’état économique de la France, le respect qu’inspire désormais notre pays au vu de ses difficultés , essentiellement à venir , de son manque de réalisme, on peut craindre qu’une fois l’émotion très légitime passée et retombée, un phénomène de balancier n’intervienne et ne gâche le bel élan national qui s’est manifesté au delà de toutes considérations sur le caractère « raisonnable » ou non des productions du journal Charlie.
    Etre ou ne pas être Charlie, est bien là que se situe la bonne question ?

    1. @Alzine
      Vous me gonflez souvent et je dois vous gonflez aussi souvent .
      Mais ce que vous dites est simplement juste.

      Merci Alzine pour post , sincèrement , merci , j’aurais pas dit mieux !

  7. Attaquer la liberté d’expression, est-ce que c’est attaquer la France ? Et surtout à travers Charlie Hebdo ? La réponse est deux fois non. Une fois parce que c’est oublier que l’Etat français a plusieurs fois interdit Charlie Hebdo, à l’époque où il s’appelait Hara Kiri. C’est, bien au contraire, parce que le gouvernement français avait interdit le célèbre numéro de Hara Kiri titrant à la mort de De Gaulle « Bal tragique à Colombey : un mort » que la rédaction de Hara Kiri a contourné cette censure en reparaissant aussitôt sous un autre nom, celui de Charlie Hebdo. Et pourquoi cette interdiction ? Parce que, dans le contexte où un dancing (comme on disait à l’époque) avait brulé entrainant la mort de dizaines de personnes, Hara Kiri avait plaisanté sur la mort du général De Gaulle : un blasphème, en quelque sorte. Il faut avoir un terrible toupet pour oser aujourd’hui faire de Charlie Hebdo l’emblème d’une liberté d’expression caractéristique de la république française.

    1. Je pense qu la France devrait dénoncer la Convention européenne des droits de l’homme qui entrave bien plus sa souveraineté que tous les traités fondant l’Union européenne.

      1. et pourquoi pas aussi , la déclaration des droits de l’homme et du citoyen et quitter le BIT ( ce n’est pas un gros mot !) comme le suggère le groucho marx du MEDEF

        1. Le BIT n’agit pratiquement que par recommandation, recherche le consensus et n’est pas une cour de justice. La déclaration des droits de l’homme, nous sommes souverains pour l’appliquer comme nous l’entendons. La justice internationale je n’y crois pas. TPI, CEDH, etc. poubelle, ça n’a pas de sens, sinon monter les peuples les uns contre les autres. Le Tribunal de Nuremberg, c’est autre chose. Si ça intéresse quelqu’un, je l’expliquerai.

      1. @GV
        Vous dites:

        tout comme l’Etat a répondu à la libre expression de Rémi Fraisse en envoyant l’armée le tuer à coup de grenade offensive .

        Cette phrase est….(je cherche les bon termes)…est d’une débilité profonde.(pas trouvé mieux)

        Et ma remarque ce passe d’explications qui ne serviraient a rien si vous la pensée vraiment.

        1. Les analyses de ces sociologues sont très pertinentes contrairement à ceux qui ne les comprennent même pas veulent faire croire.

          On peut lire aussi cet article vraiment instructif sur les élèves qui n’ont pas respecté la minute de silence :
          http://lmsi.net/Des-questionnements-insupportables#nh2

          C’est une excellente nouvelle, les élèves mettent en œuvre l’esprit critique que l’école leur demande justement de développer

      2. La politique de modération de ce site ne laisse pas de m’étonner. Un galimatias incompréhensible et sans intérêt est censuré parce qu’il est censé n’être qu’un copié-collé d’un article d’un sociologue minable tout aussi incompréhensible, alors que des messages manifestement de trollage visant à pourrir un fil sont laissés en ligne. Enfin, charbonnier est maître chez soi ! Peut-être que le modérateur a eu peur de la législation sur les droits d’auteur ? (Un auteur bien minable au demeurant.)

        1. On vous a reconnu Berthod, même en tentant de masquer votre odeur derrière un pseudo qui pue !

          1. Bien vu FabLab !
            Même si Berthod fait des efforts de langage pour ne plus insulter à tout bout de champ, son style bougon-parano et ses arguments insignifiants sont identifiables entre mille.

    2. he ! Meria , faudrait se réveiller !!

      le personnel politique actuel a changer depuis 1970!

      il n’y a plus de ministère de l’information depuis longtemps !

    1. Échec pour l’ouverture du lien…

      Not Found

      The requested URL /index.htm/index.php was not found on this server.

        1. Merci !

          J’ai de la compassion pour les souffrances de M. Nicolino et le traumatisme tant physique que psychologique dont il aura à se remettre.
          Je lui souhaite un rétablissement le plus rapide et le plus complet que possible.

          Je ne suis toujours pas pour autant convaincu par son prêche faisant l’apologie d’un écologisme révolutionnaire.

          1. JG2433
            « J’ai de la compassion pour les souffrances de M. Nicolino et le traumatisme tant physique que psychologique dont il aura à se remettre. » – See more at: https://alerte-environnement.fr/2015/01/16/libre-detre-charlie/#comment-148779
            Pas de regret d’en avoir manqué…de compassion!
            Déjà à la lecture de son 1er billet post-carnage, je l’avais trouvé assez ou plutôt toujours aussi imbu de sa personne, le second en ligne est d’une affligeante prétention.
            Ça seule préoccupation ou plutôt obsession après avoir échappé de peu à la mort c’est dixit « la tragédie écologique planétaire »!
            Nul doute que notre toumou Ier qui veut faire de cette année celle du RC aura trouvé un partenaire* de poids. Bon à condition que les barbus sanguinaires lui lâchent la grappe bien sûr… Compris Nico faudra pas aller embêter les arabes avec leurs fermes de 1000 vaches dans le désert!…
            * ou adversaire au palmarès du climathon 😉

          2. De Nicolinio j’aurais pu dire [censuré] ou [censuré] , c’était l’esprit de Charlie Hebdo qui transpirait dans mes propos .
            Mais bon , l’admin est seul maître après; Dieu ou Allah ou JéhovaH ou BHL ou Zeimmour ou ……… (rayer la mention inutile)

  8. Très belle chronique. Je suis abonné à Charlie depuis 8 ans bien que je ne partage pas les 3/4 de leurs prises de position (sur l’écologie, le nucléaire ou la tauromachie) mais j’ai toujours pensé que leur joyeuse impertinence et leur défense de la laïcité méritaient d’être soutenues. Je comprend et partage donc pleinement votre position « ouverte » sur « Je suis Charlie ». L’attitude des écolo-gauchistes, là comme ailleurs, est révélatrice de leur pensée totalitaire et d’exclusion de tout ce qui n’est pas 100% d’accord avec eux. C’est plutôt rassurant car ça les empêchera toujours d’arriver au pouvoir.

    1. Une suggestion :
      Quand vous proposez un article à lire, ne vous contentez pas de « balancer » un lien en pâture
      Faîtes un minimum d’effort en en faisant une présentation, même succincte et rapide.
      Merci.

      1. >>> Il est intéressant d’observer qui est l’auteur de l’article et qui est son employeur… Il n’est peut être pas totalement dépourvu d’intérêt dans le « noircissement » et la « dramatisation » de ses observations….

        Nutr Health. 2003;17(2):85-115.

        A study on the mineral depletion of the foods available to us as a nation over the period 1940 to 1991.

        Thomas D1.

        Author information

        http://www.mineralresourcesint.co.uk/opencart/

        Mineral Resources International
        MRI Info

        MRI is a leading ingredient supplier and manufacturer of quality liquid and tablet nutritional supplements using minerals and trace minerals from Utah’s Great Salt Lake.

        MRI offers a complete portfolio of all natural GRAS ionic mineral blends to suit a variety of product applications.

        1. un petit contrôle toujours intéressant à faire quand on lit toutes ces publi sur les pesticides et OGM financées par l’industrie.

Les commentaires sont fermés.