« Sivens : Voyage au cœur de la ZAD »

Partager sur : TwitterFacebook

Ce reportage du Figaro daté de mercredi dernier sur les « zadistes » de Sivens est à lire et à diffuser. Il montre à quel point les opposants au barrage vivent dans un autre monde. Impossible évidemment de tout résumer ici. Juste un extrait édifiant  à propos des difficultés des « zadistes » à cultiver un potager : « Un paysan a bien promis de venir retourner la terre avec son tracteur mais certains militants sont contre les énergies fossiles. D’autres sont véganes : ils excluent la domination de l’homme sur l’animal. Ils ont refusé le labour par des bœufs de l’Aubrac ou des vaches gascognes. »
A lire cet article, on se met à penser que cette pub Volkswagen …était finalement plutôt réaliste.

334 commentaires sur “« Sivens : Voyage au cœur de la ZAD »

  1. Le lien aboutit à la mention :

    « Cet article est réservé aux abonnés »

    Je ne le suis pas.
    L’extrait présenté dans ce billet semble édifiant, en effet.
    Tant pis…

    1. Pas de problème pour moi.
      Si j’ai bonne mémoire, les associations écolos s’étaient déchainées suite à ce clip. D’ailleurs, on peut voir à la suite, un clip de GP, reprenant le thème de Star War contre VW. L’humour en moins (ce ,’est pas la qualité première des zécolos).
      Je ne suis pas certain, mais VW a du retirer fissa son clip suite à d’amicales pressions.

    2. @ JG2433 qui a écrit
      « Le lien aboutit à la mention :
      « Cet article est réservé aux abonnés »
      Je ne le suis pas. »

      J’ai le même problème et je me disais que peut-être pourrions-nous demander les identifiants à Zygomar, s’il l’accepte évidemment.

      Je viens en effet de lire sur le fil au sujet du frelon-asiatique qu’il est lecteur de ce genre de magazine. Ah mais non, au temps pour moi, après vérification, en fait il s’agit d’autres périodiques tout aussi garantis sans pub et totalement indépendants des marchands d’armes ou des grands groupes financiers (le point, l’express, le nouvel obs…).

    3. Au lieu de se focaliser sur ces crétins , pourquoi ne parle t on pas des entreprises qui ont été mobilisés pour les travaux , que deviennent-elles ?
      Qui sont-elles ? Leurs salariés affectés au barrage que deviennent-ils ?
      Sont-ce des intérimaires ? des CDD embauchés pour le projet ? Ils sont retournés au chômage ?

      Les entreprises de BTP puent de la gueule ??

          1. Ce n’est pas nouveau: déjà, lors de la construction du tunnel du Somport, au milieu des années 90, « on » avait affirmé que le tunnel allait permettre de transporter entre autres, des déchets toxiques vers l’Espagne.Yves Boisset en avait fait un téléfilm (Le tunnel).
            D’ailleurs, ce chantier a été l’occasion de voir à l’oeuvre, les ancêtres de nos ZADistes actuels, avec comme figure emblématique, Eric Pétetin.

          2. Une diffamation de plus. Cloba ne répond pas à l’article du Dauphiné par des informations ou des arguments concernant l’affaire mais par des généralités sur le Dauphiné. C’est la technique stalinienne de base : on ne fait pas le procès su la base de « ce que dit l’accusé est-il exact ? » mais « d’où parle l’accusé ? ». Technique méprisable.

          3. Tout comme Séralini a menti et mentira, le daubé est daubé, un point c’est tout.
            Mais puisque vous semblez atteint de paranoïa aiguë avec vos délires staliniens, et particulièrement naïf, j’ai pitié et prends le temps de vous expliquer.
            L’histoire est un peu longue mais une fois que vous l’aurez lue (si toutefois vous ne faites pas l’autruche) vous ne regarderez plus ce torchon comme avant.

            C’est donc une affaire entendue depuis des dizaines d’années : dans les bistrots, les ateliers, les salles d’attente ou les chaumières ; à Grenoble ou ailleurs, on appelle le Dauphiné Libéré le « Daubé ». Ce surnom lui va si bien, résonne tellement comme une évidence que personne ne se donne la peine de l’expliquer. D’où vient-il ? Un hasard, un mauvais jeu de mots ? On ne sait pas. Le Dauphiné Libéré est daubé, voilà tout. Pourquoi perdre son temps à le démontrer ?

            Mais à trop se reposer sur cet acquis, on en ignore les enseignements. Car chercher à comprendre pourquoi le Dauphiné Libéré est daubé permet bien plus que de s’interroger sur le bien-fondé d’un surnom. Cela permet de faire un voyage au coeur de l’histoire de la Presse Quotidienne Régionale, de la presse en générale et de la vie politique et d’en ramener des éléments de compréhension et de critique du monde dans lequel on vit. Tel est le but de ce feuilleton qui tâche d’étudier l’histoire, le développement et le fonctionnement actuel du Daubé.

            Début des années 2000 : sous le soleil du Dauphiné Libéré , rien de nouveau. Les mises en cause dues à l’affaire Carignon ne sont plus qu’un mauvais souvenir. Le ciel du monopole est toujours autant dégagé et le quotidien demeure la référence de l’information locale dans plus de 7 départements (Isère, Savoie et Haute-Savoie, Ardèche, Drôme, Hautes-Alpes, Vaucluse et des bouts des Alpes de Haute Provence et de l’Ain).

            Le Dauphiné Libéré n’a plus de concurrents directs à l’horizon mais il doit depuis quelques années affronter un adversaire bien plus redoutable : la fameuse « crise de la presse ». Phénomène commenté à longueur d’articles par ses « victimes », à savoir les journalistes, qui l’expliquent généralement par le développement de la télévision d’abord et d’Internet ensuite. Une explication facile, qui permet d’occulter leurs faiblesses et dérives, comme le commente Serge Halimi : « Tout le mal actuel, entend-on souvent, viendrait de ce pelé, de ce galeux d’Internet. Mais la Toile n’a pas décimé le journalisme ; il chancelait depuis longtemps sous le poids des restructurations, du marketing rédactionnel, du mépris des catégories populaires, de l’emprise des milliardaires et des publicitaires » (Le Monde Diplomatique, 10/2009).

            Toujours est-il que Le Dauphiné Libéré souffre, en ce début de millénaire, de cette « crise de la presse » et, malgré son monopole, voit sa diffusion et ses recettes publicitaires baisser d’année en année. Les chiffres de diffusion sont à la fois trompeurs, car ils prennent en compte les multiples abonnements gratuits, et difficiles à vérifier, car potentiellement manipulés par la direction qui a intérêt – pour les annonceurs et sa renommée – à annoncer des chiffres élevés. N’empêche que le journal ne cache ni « l’érosion des ventes, qui sont passées de 270 000 en 2001 à 253 000 en 2005, soit une baisse de 7% » (Lyon Mag, 04/2006), ni la baisse des « recettes publicitaires qui ont encore baissé de 2,5 % en 2002 » (Objectif Rhône-Alpes, 02/2003).

            La recette est bien connue : quand une entreprise obtient de mauvais résultats, elle tente de les enrayer en annonçant des changements. Un « plan de modernisation » du journal est donc lancé en 2003 pour un investissement de 52 millions d’euros (Objectif Rhône-Alpes, 02/2003).

            Le plan annonce des améliorations techniques : changements de maquette, de format et renforcement de la couleur grâce à l’achat de coûteuses nouvelles machines. A cause de leur importance, ces investissements prendront un peu de retard, mais seront finalement assumés grâce à l’argent frais de nouveaux propriétaires. Le groupe Hersant cède en effet le titre en 2004 à Serge Dassault, bien connu pour son amour de l’indépendance de la presse et du travail d’investigation : « Une certitude, Dassault n’a aucun complexe. Pour lui, les journalistes sont des « emmerdeurs », le pluralisme « une illusion » (Nouvel Objectif Rhône-Alpes, 04/2004). Mais le journal n’est pas assez rentable pour le marchand d’armes qui le revend, début 2006, au groupe Est Républicain, allié au Crédit Mutuel (voir ci dessous).

            Le « plan de modernisation » annonce également un réel travail sur le fond. Jean-Marc Willate, directeur de développement éditorial au sein du groupe qui regroupe alors Le Dauphiné Libéré et Le Progrès, assure : « Nous ne nous contenterons pas d’un lifting. Notre projet est de changer en profondeur Le Progrès et Le Dauphiné Libéré ». En prenant tout de même garde de ne pas effrayer les annonceurs : « Nous n’avons pas l’intention de transformer Le Progrès et Le Dauphiné Libéré pour qu’ils deviennent des Canards Enchaînés » (Nouvel Objectif Rhône-Alpes, 07/2003).

            S’il y a une volonté de « changements en profondeur », c’est qu’il devrait y avoir la reconnaissance de dysfonctionnement. Or ceux-ci ne sont ni nommés, ni analysés. Les responsables du Dauphiné Libéré se contentent de communiquer à tout va sur une prétendue remise en question et un avenir prétendument différent. Comme en témoigne un article de La Croix (08/2004) : « Quand son président lui a dit qu’il fallait se pencher sur la qualité rédactionnelle du journal, Jean-Pierre Souchon [NDR : rédacteur en chef du journal] a bien compris qu’il faudrait aller jusqu’à « parler du fond des papiers ». Un exercice délicat, qui a répondu à l’attente des journalistes, qui ne demandaient pas mieux que de réfléchir à la qualité de leur travail. « Nous avons organisé plus d’une centaine de réunions, les journalistes se sont montrés très réalistes et inventifs. Cela a produit des approches formidables » estime le chef de chantier enthousiaste. « Notre pire concurrence ce ne sont pas les journaux qui nous côtoient, mais c’est l’indifférence. Alors soyons différents. » Un programme qui devrait, à terme, décoiffer Le Dauphiné Libéré. » On ne saura donc pas ni ce qui n’allait pas dans le « vieux » Dauphiné Libéré ni comment ses responsables comptent le « décoiffer ». Rester imprécis, cela n’engage à rien et permet de ne pas être pris en défaut par la suite. Ainsi la supercherie du changement est bien plus difficile à révéler.

            Les « changements en profondeur » vont en fait se limiter à d’infimes modifications, dont on peut déjà constater l’importance quelques mois avant le lancement de la nouvelle formule : « Afin de préparer nos lecteurs à cette évolution, nous allons modifier, dès lundi 11 juillet, le déroulé de votre édition afin de nous rapprocher du contenu du nouveau journal. Ainsi les avis de décès, jusqu’à présent insérés en page 4, seront désormais publiés dans une page spéciale entre vos pages locales et les petites annonces » (Le Dauphiné Libéré, 9/07/2005). Le 3 mai 2006, la nouvelle formule est lancée. « Plus de 17 groupes de travail avec des journalistes et 70 réunions ont été organisées pour décliner le projet » (Présences, 06/2006). C’est le « fruit de trois ans de réflexion des salariés » (Dauphiné Libéré, 26/01/2006). L’occasion rêvée pour Henri-Pierre Guilbert, PDG du groupe Dauphiné Libéré depuis 2001, de prendre la plume et de signer un édito creux et populiste. Morceaux choisis : « Le nouveau Dauphiné Libéré est enfin arrivé. (…) Ce nouveau journal, nous l’avons conçu, construit, fabriqué, pour vous, pour vous seul. A chaque instant de l’élaboration de cette nouvelle formule, nous avons pensé à vous. Votre nouveau journal, fidèle à ses valeurs et à son histoire, nous l’avons voulu plus présent, plus proche de vous. (…) Il est le fruit d’un long travail d’écoute, auprès de vous. (…) Nous vous proposons un journal mieux construit, plus pratique, plus tonique, avec un contenu dense, rythmé et une information plus exhaustive et plus fraîche. Deux axes forts ont guidé notre démarche : – centrer le projet autour de vous, nos lecteurs. – renforcer ce qui est le coeur de notre métier : l’information de proximité. (…) Dans un monde où la culture de l’individualisme domine, nous voulons créer ou recréer la relation avec vous. Notre journal accompagne la vie. Il est le lien entre tous. Nous souhaitons renforcer ce lien et développer avec vous l’intelligence, la confiance, l’amitié ».

            Passons rapidement sur la pitoyable prétention de vouloir « accompagner la vie ». Guilbert n’a tellement rien à dire sur ces « changements en profondeur » annoncés, qu’il use et abuse du « vous » pour appeler ses lecteurs à la rescousse. « Trois ans de réflexion des salariés », « 70 réunions » pour finalement dire qu’on veut juste que « vous » achetiez le journal, c’est cher payé. Comme prévu, hormis la maquette et le format, « non, non, rien n’a changé, tout, tout, va continuer ». Bien sûr, telle nouvelle rubrique est née, quelques pages ont été interverties, et le courrier des lecteurs a gagné de la place. Mais le fond n’a pas changé. Les articles, vite écrits par des journalistes ou correspondants locaux payés à coups de lance-pierre, sont toujours aussi rarement intéressants. Les enquêtes sont toujours aussi absentes. Le journal se contente toujours essentiellement de relayer les communiqués de la Mairie, de l’Hôtel de Police, de la Chambre de Commerce et d’Industrie ou des clubs de boules. Le journal brosse toujours dans le sens du poil ses annonceurs actuels et potentiels. Et on ne peut que sourire en relisant les déclarations d’intentions : « Rester un journal jeune… même soixante ans après son lancement » (Dauphiné Libéré, 01/12/2005).

            Les changements de fond ont été opérés sur d’autres supports investis par le groupe Dauphiné Libéré, notamment avec le lancement d’un hebdo gratuit et d’un site web, Grenews.com, sujet d’un prochain épisode. Mais Le Dauphiné Libéré version papier est resté égal à lui-même : daubé.

            Le Crédit Mutuel était déjà actionnaire à 49% de la société Ebra, qui contrôle Le Courrier de Saône et Loire, Le Bien Public, Le Progrès, Le Dauphiné Libéré. Elle a racheté le 24 Juillet dernier les 51% restant à Gérard Lignac, actionnaire majoritaire de L’Est Républicain. « Déjà propriétaire du Républicain Lorrain et de l’Alsace, le Crédit Mutuel de l’Est devient donc l’actionnaire unique d’un ensemble de journaux qui font de lui le premier éditeur de presse régionale, devant le groupe Ouest-France ». Le Crédit Mutuel est donc le nouveau propriétaire du Dauphiné Libéré, sans que cela n’ait été annoncé – sauf erreur de ma part – dans le journal. La banque achète-t-elle des journaux par amour du journalisme ? Sûrement pas. « Selon des sources internes, il s’agirait, pour le très secret Michel Lucas (le patron), d’asseoir son influence, et pour Le Crédit Mutuel, qui dispose d’une importante filiale informatique, de contrôler des vecteurs essentiels à ses activités bancaires et industrielles » (Nouvelobs.com, 07/09/2009).

  2. la pub de VW était excellente et se moquait avec beaucoup d’humour des écolos jusqu’au-boutistes qui généralement n’en ont aucun (sens de l’humour) …

  3. Il y a aussi le Complément d’enquête d’hier soir. Plutôt bien fait.

    Dommage que l’on ait donné ensuite la parole à Duflot de paroles insensées…

    1. Wackes Seppi :
      « Il y a aussi le Complément d’enquête d’hier soir. Plutôt bien fait. »

      Mouais… avec un reportage-sensation pour faire peur au populo, ça me fait plutôt penser à de la téléréalité bas de gamme. Et si les agriculteurs défavorables au projet avaient été interviewés, vous auriez surement gloser « quel reportage minable, qui donne la part belle aux escrolos et patati et patata… »

      1. D’agriculteurs défavorables, il y aurait un vieux à la retraite qui à l’air de s’éclater avec les djeun’s et un couple d’éleveurs bovin allaitant qui craint de voir disparaitre leur libre usage d’abreuvement du ruisseau (ou plutôt de pataugeoire) mais aussi de devoir se mettre aux normes pour leurs effluents…
        Alors les « beaucoup d’agriculteurs » de duflotte comme de bové c’est un hoax, comme de nous faire croire que le monde agricole n’est pas opposé aux écologistes!
        De plus elle ment en parlant de ces projets individuels de retenues collinaires, très lourds financièrement, mais surtout assortis des pires difficultés administratives et environnementales pour les mettre en oeuvre.
        C’est d’ailleurs amusant d’entendre enfin cette réalité sur la gestion même des fossés, des cours d’eau impossible à réaliser par les agriculteurs à cause d’une police de l’eau ultra tatillonne, depuis 2 mois que des habitants se retrouvent à répétition les pieds dans l’eau!

        http://pluzz.francetv.fr/videos/complement_denquete.html

        Le reportage des 1000 vaches avec son gérant Michel Welter, très intéressant et plutôt sympathique ce gars là.
        http://www.dailymotion.com/video/x284wd2_mille-vaches-michel-welter-pret-a-accueillir-novissen_news

        1. Mieux vaut ne pas avoir la naïveté de croire ce que raconte les médias dominants. Les agriculteurs défavorables au projet ne se comptent pas que sur les doigts des mains.

          1. 1)
            Rémi Serres, agriculteur retraité de 76 ans militant de la première heure opposé au projet, « productiviste repenti » confie à propos des opposants : « Ce ne sont pas tous des gars bien, mais je les admire. Sans eux, le barrage serait déjà construit »
            http://www.histoiresordinaires.fr/Remi-Serres-l-infatigable-laboureur-de-paix_a1496.html

            2)
            « Pierre et Nadine Lacoste élèvent une trentaine de vaches. Ils font partie des rares agriculteurs de la vallée à s’opposer au projet de retenue d’eau. Leurs vaches sont simplement élevées « à l’herbe et au foin », ce qui ne nécessite pas d’irrigation. Qui plus est, la retenue d’eau leur imposera des règles supplémentaires, sur l’épandage du lisier et sur l’accès des bêtes à la rivière, qu’elles ne pourront plus approcher. « Et puis ce projet est mal fait, mal ficelé. Il est possible aussi de faire des retenues d’eau en bas ! », estime l’agriculteur. »
            http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/11/07/a-sivens-l-exasperation-des-agriculteurs_4520000_3244.html

            3)
            Un autre, connu pour raconter des bobards, a hérité de son père, maisiculteur, sa propriété toute irriguée, surnommé dans son coin, Monsieur Chénopode, se laisse filmé devant des parcelles (propres) qui ne lui appartiennent pas.
            Lire les 2 commentaires…
            http://wikiagri.fr/articles/les-enjeux-agricoles-autour-de-laffaire-du-barrage-de-sivens-/1639
            La vedette :
            http://www.agrivisio.com/n31-france/tv-barrage-de-sivens-%EF%BF%BD-l-arbre-qui-cache-la-foret-le-off-sur.html?vod=10221

            Si vous avez d’autres infos sur ces « nombreux agriculteurs opposés au barage » faites nous signe!
            Pour avoir parcourru et même commenté sur des sites franchement opposés, s’ils étaient si nombreux ils ne manqueraient pas de s’en servir pour leur cause, non?

          2. Ne me dites pas que vous pensez sincèrement que les agriculteurs opposés à ce projet sont seulement 3 en France pour la raison que les médias en ont dégoté 3 ?!

          3. @rageous
            « Eh oh, on parle bien des agriculteurs du secteur, arrêtez de mentir! »

            Qui est ce « on » globalisant ? VOUS peut-être parlez des agri du secteur.
            Mais avec un petit effort d’ouverture pour passer outre les oeillères, qu’appeçoit-on ? Je vous le donne en mille !

          4. @ GV
            C’est lolipap qui a commenté « complément d’enquête » suggérant que ce reportage in situ aurait été différent si plus d’opposants agris avaient été interviewés, sauf qu’ils sont tellement peu nombreux à s’y opposer que les journalistes on eu vite fait le tour!
            Pas la peine de vous raccrocher aux branches en parlant d’agriculteurs opposés au projet EN FRANCE!
            « qu’appeçoit-on ? Je vous le donne en mille ! »
            Vos rêves pour des réalités!

          1. Faut pas se faire d’illusion, 150 ETP c’est surtout du mi-temps et la plupart pour nettoyer les chambres et les piscines à 29°C toute l’année de l’usine aux 5000 touristes.

          2. Je cite in extenso ce post :
            # 899.  volauvent | 29/11/2014 @ 8:51
            http://www.skyfall.fr/?p=1314&cp=18#comments

            « La commission européenne a lancé un projet fou qui s’appelle Production et consommation durable qui est censé remettre en cohérence tous les projets environnementaux : les règlements sur la pollution industrielle, le projet sur l’efficacité énergétique, le projet sur l’efficacité des ressources, les critères d’évaluation environnementale des produits, les règlements sur les risques chimiques des produits, etc… Le tout à grand renfort de méthodes dont on sait qu’elles ne sont pas au point (et ne le seront peut être jamais), de modélisation, de calculs d’empreintes, d’études par des consultants internationaux…
            Cela pose de graves problèmes à terme sur les possibilités d’innovation en Europe (tout va être bloqué par des contraintes parfois même contradictoires entre elles et la conception des produits va être “réinventée” par Mac Kinsey ou Deloitte!) et même sur la liberté d’entreprendre et la démocratie. Peu de gens ont une vision suffisamment globale pour s’en alerter. Les élus des Etats se laissent cerner par cet énorme jeu de go sans prendre du recul. »

          3. Nettoyer des chambres c’est dégradant , selon vous ?
            Pauvre idiot qui a un emploi et qui ignore ce que c’est de ramer pour trouver un boulot !

            Il n’est point de sot métier , il n’y a que de sottes gens !

          4. M. Roger a écrit le 29 novembre 2014 à 17:09 :

            « Nettoyer des chambres c’est dégradant , selon vous ?
            Pauvre idiot qui a un emploi et qui ignore ce que c’est de ramer pour trouver un boulot !

            Il n’est point de sot métier , il n’y a que de sottes gens ! »

            Je ne suis pas d’accord avec vous, M. Roger. Vous êtes bien trop bon envers ce sinistre individu.

          5. Mais pourquoi devenez-vous insultants ?? On est un pauvre idiot si on n’est pas d’accord avec vous ??

            Oui j’ai un emploi, mais je n’ignore pas que c’est difficile d’en trouver un. Simplement certains élus isérois font miroiter monts et merveilles en terme d’emploi sans aucun regard critique sur cette usine pour touristes bobios en mal de nature !

            C’est quoi ce center parc au juste : une ville de vacances privée et fermée dans laquelle il y a une bulle de 30 000 m2 avec une végétation tropicale autour d’une piscine à remous qui se trouve à la température de 29°C. C’est ce que vend la société Pierre & Vacances dans ses Center Parcs pour profiter d’un tourisme à l’année contrairement au tourisme blanc, le tourisme des stations de ski, et le tourisme côtier qui sont saisonniers. Ici on vient, durant toute l’année, consommer ce genre de tourisme et ses activités proposées. Sous la bulle, il y a des restaurants, des boutiques, de quoi pratiquer des activités. Mais la construction d’un Center Parcs est avant tout une opération immobilière. Le terrain a été acquis au prix du non-constructible à 30 centimes d’euro le m2. Dans la région le m2 constructible coûte environs 80 euros…

            Saviez-vous que les conclusions de la commission d’enquête publique « loi sur l’eau » pour l’implantation d’un Center Parcs à Roybon (Isère) dans le massif des Chambaran sont sans appel ? : absence de délimitation et de caractérisation de la zone humide, sous-évaluation de la surface détruite et impactée, insuffisance des mesures compensatoires, risques de crues et d’érosion, évaluation d’incidence déficiente, incompatibilité avec le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (voir article dans les épines drômoises de cet automne)… Malgré cela, dans un arrêté du 3 octobre, le Préfet de l’Isère vient de décider d’autoriser la société Pierre et Vacances à réaliser son projet.
            Je constate que des entreprises peuvent détruire l’environnement, et dissimuler leur spéculation avec la promesse d’emplois.

            La Loi française représentait pourtant encore un rempart contre ces exactions, mais ce n’est plus le cas !

            Dans les Chambaran, un nouveau pas a été franchi. Par son arrêté qui ignore les résultats de l’enquête publique, le représentant de la République dans le département de l’Isère s’assoit sur la règlementation française et sur l’expression démocratique des citoyens. Qui lui donne ce pouvoir ? Les spéculateurs dirigent-ils désormais notre pays ?

          6. Détruire l’environnement ça veut dire quoi ? Rien !

            Procurer du plaisir et des loisirs que vous n’appréciez pas à des gens qui les apprécient et qui sont prêts à payer pour ça, ça vous rend malade ! Pauvre chochotte !

            Les emplois peu qualifiés que cela créera ne méritent que votre mépris, de bobo-écolo-bio qualifié, pour vos congénères.

            L’expression démocratique des citoyens ? Ha ! Ha ! Ha ! Laissez moi rire !

          7. Les citoyens ne demandent qu’un chose : du boulot, du boulot, du boulot ! C’est pourquoi la fin des néo-malthusiens éscrolos n’a jamais été aussi proche.

          8. Justement pour protéger l’environnement ( même si j’ai du mal à comprendre ce que cela veut dire exactement , sauf si c’est aussi protéger l’être humain ) , il faut du pognon , donc de la croissance.
            En d’autres , il faut en avoir les moyens.
            C’est grâce au progrès économiques que les déchages à ciel ouvert ont disparu , que le ramassage des déchets se fait de manière rationnel.
            Allez dans les pays en déliquescence pour voir si ils font le tri .

          9. Mon cher Roger, ce que vous dites est parfaitement documenté. Il y a une corrélation étroite entre niveau de richesse d’un pays et niveau de l’hygiène publique et de protection « de l’environnement ».

          10. Bernard doit être un adepte du Balooîsme (voir post plus)

            « Il en faut peu pour être heureux
            Vraiment très peu pour être heureux
            Il faut se satisfaire du nécessaire
            Un peu d’eau fraîche et de verdure
            Que nous prodigue la nature
            Quelques rayons de miel et de soleil »

          11. OK d’accord, je pensais avoir affaire à des personnes rationnelles sur ce site mais force est de constater que seule l’idéologie conduit votre posture. Vous n’avez donc rien à apporter au débat, si ce n’est des insultes stériles, puisque manifestement vous ne connaissez absolument pas le dossier. Dommage.

          12. Je comprends votre colère, bernard. Vous rapportez de nombreux faits (que je ne connaissais pas non plus d’ailleurs, merci) au débat sur le center parc, et on vous répond par des railleries infantiles. Mais apparemment vous savez aussi bien quez moi que l’insulte est souvent l’argument final de celui qui ne trouve plus rien à dire.

            Dans une société de chômage et de précarité, l’emploi est un  »mot-magique » qui permet de justifier tous les injustifiables. Industries nuisibles à l’environnement et la santé ? Qu’importe pourvu qu’on ait l’emploi. Fabrication de machines-à-contrôler (biométrie, videosurveillance, RFID**…) et de machines-àdétruire (armes, explosifs…) ? Qu’importe pourvu qu’on ait l’emploi. Destruction physique et morale des  »ressources humaines » (dépressions, accidents du travail, stress, cancers, etc.) ? Qu’importe pourvu qu’on ait l’emploi. Pillage des biens communs au profit d’intérêts privés (captages d’eau, avantages fiscaux, subventions publiques, etc.) ? Qu’importe pourvu qu’on ait l’emploi. Je refuse ce chantage à l’emploi parce qu’il occulte les questions fondamentales : quels emplois ? Pour produire quoi ? Au profit de qui ? Avec quelles conséquences ? Pour quelle utilité sociale ? Qui doit décider de l’organisation du travail et de ses conditions ? Que doit-on produire, quels sont les besoins qui doivent être comblés ? Selon quels critères ? Peut-il y avoir d’autres motivations pour un travailleur que la hiérarchie des salaires et des pouvoirs ? Quelle société pouvons-nous et voulons-nous construire ?

            De plus, je refuse ce chantage à l’emploi parce qu’il est mensonger. Depuis 30 ans, la croissance nous est présentée comme la condition sine qua non du plein emploi. Depuis 30 ans, le chômage n’a fait qu’augmenter. Comme le dit l’association Berlinoise des Chômeurs Heureux, « Si le chômage existe, c’est précisément parce que le but du travail est de gagner de l’argent, non d’être utile socialement. »
            Enfin, je refuse ce chantage à l’emploi parce que je refuse d’être un simple rouage de la machine économique, accomplissant des tâches toujours plus spécialisées et répétitives, dans un cadre de plus en plus hiérarchisé et stressant, avec des relations de travail faites d’individualisme, de compétition, d’hypocrisie et d’arrivisme. Je refuse cette course à l’emploi sans réflexion sur les conséquences de ce que nous produisons. Nos vies et l’avenir de nos enfants sont plus importants que nos emplois.

          13. @gv
            Vous avez raison restez au chômage , ça fait plus de boulot pour les autres.

            Sauf que la croissance économique a fait que vos enfants vont à l’école rencontrer des instits compétents (pas comme dans 80% des pays) , en prenant des moyens de transports surs (pas comme dans 80% des pays ) , dans des rues sûres (pas comme dans 80% des pays) , bénéficier d’un système de santé performant (pas comme dans 80% des pays) ,etc…., manger à sa faim (si t’es pas sans boulôt ) ..(pas comme dans 80% des pays).

            Vous faites ce que vous voulez , vous pouvez vivre comme des amish si vous voulez , mais n’imposez pas aux autres vos lubies comme dans le film de Night Shyamalan « LE VILLAGE » .
            Prace que à vous lire c’est le type de monde que vous souhaitez.

          14. @roger

            Quant à vous, vous avez tort d’être aveuglé par la SACRO SAINTE CROISSANCE QUE VOUS VENEREZ TANT ET QUI N’APPORTE PLUS RIEN OU PLUS GRAND-CHOSE DANS LES PAYS RICHES EN TERME DE DEVELOPPEMENT HUMAIN, DE BIEN VIVRE ET DE LIEN SOCIAL (cf le livre de Wilkinson et Pickett « Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous »)

            La prospérité sans croissance est une transformation de nature qualitative. Les quantités (produites, consommées, de travail…) n’y prennent sens que sous des conditions ou normes de qualité. L’économie elle-même (section suivante) y est pensée comme une économie des qualités, des qualités dont on ne peut juger qu’à l’aune d’une économie comme science morale et politique.

            Loin d’être seulement une injonction individuelle pouvant parfois se révéler culpabilisante, la sobriété regroupe nombre de priorités écologiques collectives presque unanimement admises : l’économie « de fonctionnalité » et tous les usages partagés, l’économie « circulaire », le recyclage et la réparation, les circuits courts, la valorisation des activités gratuites, le combat contre le culte de la vitesse, etc.

            Au sujet de la relation supposée entre croissance et emploi, supposons qu’on remplace progressivement l’agriculture industrielle par de l’agriculture biologique ou agro-écologie de proximité. À production identique en quantités, il faudrait en moyenne 30 à 40 % d’emplois en plus. Les comptes nationaux actuels nous diraient alors que la croissance de ce secteur « en volumes » est nulle (mêmes quantités produites) et que la productivité du travail baisse fortement. Pourtant, on aurait créé de nombreux emplois, il y aurait plus de valeur ajoutée agricole, et surtout la qualité et la durabilité de la production auront été bouleversées positivement.

            Passer à une économie des qualités, de la soutenabilité, du prendre soin et des biens communs écologiques et sociaux sous condition de justice est très probablement bon pour l’emploi, croissance ou pas, mais mauvais pour les chiffres de productivité, parce que ces derniers ignorent ces catégories nouvelles.

            Les grands gisements d’emploi et de valeur ajoutée du futur résideront dans des transformations qualitatives « hors croissance », dans une économie dont le principe sera de « prendre soin » des personnes (des services de bien-être sans visée de productivité), des biens, de la nature et de la cohésion sociale.

          15. Roger, je ne suis pas toujours d’accord avec vous, vous vous en êtes bien rendu compte mais, là, je suis 100 % d’accord avec vous.

            Ne nous énervons pas. L’infantilisme n’est pas de notre côté et le néomalthusianisme n’a plus longtemps à vivre.

            Espérons néanmoins qu’il soit mort avant d’avoir fait monter la Marine nationale au pouvoir suprême !

          16. @Laurent Berthod,
            l’insulte est souvent l’argument final de celui qui ne trouve plus rien à dire.
            Content de vous retrouver M. Berthod !
            J’eusse espérer une réponse quelque peu plus argumentée, mais bon je n’en veux pas aux indigents intellectuels, on fait avec ce qu’on a !
            Il y a quelques jours, je vous avais demandé quelques explications car j’ai bien compris que vous êtes anti-écolo, anti-gaucho, pas vraiment pro-FN à lire votre dernier commentaire ci-dessus, je n’imagine pas une seule seconde que vous votiez PS, alors… non… ne me dites pas que vous êtes un partisan d’une Merd_ De Plus !? Et, comme à votre habitude, vous avez botté en touche… Pas de souci si vous ne voulez toujours pas répondre, je comprendrai. Bonne soirée à vous et au passage, mes amitiés à M.Valayer.

          17. Ben non, j’ai répondu un truc que vous ne pouvez pas comprendre, obnubilé que vous êtes par votre idéologie malthusienne.

            Les techniques anciennes exigent plus de main d’oeuvre pour arriver au même résultat que des technique plus modernes, c’est certain. Mais si vous croyez que c’est en revenant à des techniques dépassées qu’on résorbera la chômage vous êtes dans l’erreur d’un idéologue. C’est le B-A-BA de l’économie. Mais le B-A-BA de l’analyse économique c’est encore trop compliqué pour les idéologues.

            NB Vous pouvez remplacer le mot « idéologue » par le mot « con », ça revient au même, ça veut dire esprit obtus et borné.

          18. Qui est l’idéologue (ou le con selon votre signification, pfff…) embourbé dans son idéologie obsolète, incapable d’imaginer un autre système ?

            Manifestement, vous n’avez absolument rien compris à ce que j’ai écrit. Je n’ai jamais parlé de malthusianisme. Vous n’avez pas compris non plus l’exemple que j’ai donné qui démontre que la relation supposée entre croissance et emploi ne vaut pas un clou, contrairement à ce que vous prétendez. Il est patent et profondément regrettable que votre aveuglement vous empêche de comprendre et même d’envisager autre chose que votre religion-croissance à laquelle vous avez été abreuvé et gavé pendant toute votre vie.

            Mais s’il y a une chose de rassurante, c’est que vous êtes un retraité, et que le formatage dont vous êtes victime passera avec vous…

          19. Pour une fois je suis d’accord avec vous.

            La différence entre les neiges d’antan et la dernière averse, c’est l’expérience.

            J’ai moi-même dans ma jeunesse versé dans l’idéologie, pas la même, certes, que la vôtre, mais face à la réalité historique, j’en suis revenu et j’ai gardé la plus extrême réserve à l’égard de toutes les idéologies « main stream ».

          20. @ GV
            « Au sujet de la relation supposée entre croissance et emploi, supposons qu’on remplace progressivement l’agriculture industrielle par de l’agriculture biologique ou agro-écologie de proximité. [À production identique en quantités, il faudrait en moyenne 30 à 40 % d’emplois en plus]. Les comptes nationaux actuels nous diraient alors que la croissance de ce secteur « en volumes » est nulle (mêmes quantités produites) et que la productivité du travail baisse fortement. Pourtant, on aurait créé de nombreux emplois, il y aurait plus de valeur ajoutée agricole, et surtout la qualité et la durabilité de la production auront été bouleversées positivement. » – See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/11/28/sivens-voyage-au-coeur-de-la-zad/#comment-139684

            Il faudrait aussi, sans parler d’une constance ce qui n’est pas le fort des néo-ruraux, doubler la surface cultivée actuelle pour compenser la médiocrité des rendements, et un poil d’humilité quand vos récoltes se retrouvent anéanties par les aléas climatiques…
            Votre démonstration, celle des alters, des décroissants et autres petits rigolos utopistes est d’une grande pauvreté intellectuelle.
            Ça sent bon les vieux relents maoïstes; société plus équitable, partage du travail et conseils alakon agroécologiques!
            Je vous conseille de visionner « la grande famine de Mao »
            http://rutube.ru/video/b4b1c75d7518bb6b910391dd20fcd5e1/

          21. Si les homo-erectus ont pu sortir de leurs conditions c’est par la maitrise du feu (progrès technique ) ce qui leur a permis d’améliorer leur productivité dans la fabrication d’outils et avec ces outils plus efficaces , ils passaient moins de temps à chasser et donc avaient ^lus de temps pour perfectionner ses outils …ainsi de suite.
            Grâce à la croissance de leur productivité ils investissaient dans l’outil de production et dans la R&D et avec tout ça les conditions de travail n’étaient pas idéales.
            Et ce n’est que 400 000 ans plus tard qu’apparaissent les congés payés ,les caisses de retraites ,la sécurité sociale grâce à la croissance cette foutu croissance de merde qui permet à des millions d’ouvriers d’aller se faire chier sur les plages au mois d’Aout ou d’écouter Céline Dion ou Mozart sur son mp3 au soleil.

          22. Aujourd’hui, plusieurs recours sont déposés. Mais la société Pierre et Vacances choisit le passage en force. Espérant sans doute mettre la justice devant le fait accompli, comme cela a été fait ailleurs.
            Sur le chantier, ça travaille de jour comme de nuit, la semaine et les weekends, et même les jours fériés. Coûte que coûte, Pierre et Vacances détruit la forêt des Chambarans à toute allure. En un mois, 35% de l’abattage prévu a été réalisé, dans deux mois, tout sera largement à terre.

            Je ne m’étends pas plus sur ce sujet, je me souviens que vous ne connaissez pas ce dossier. Mais je reviens sur le débat de fond une dernière fois.
            Compte-tenu des décennies de formatage et de bourrage de crâne dont vous avez été victimes, votre incompréhension est légitime, vous ne pouvez concevoir que votre croissance chérie ne crée pas forcément des emplois. La prolifération des grands projets inutiles auxquels une pensée magique fondée sur le dogme de la croissance attribue la vertu de créer de l’emploi. Comme l’a dit GV, ne soyons pas aveuglés par le mantra « emploi ». Quels emplois ? Pour produire quoi ? Au profit de qui ? Avec quelles conséquences ? Pour quelle utilité sociale ? Qui doit décider de l’organisation du travail et de ses conditions ? Que doit-on produire, quels sont les besoins qui doivent être comblés ? Selon quels critères ? Peut-il y avoir d’autres motivations pour un travailleur que la hiérarchie des salaires et des pouvoirs ? Quelle société pouvons-nous et voulons-nous construire ?

            Parviendrez –vous à réaliser cette désaliénation, ce cheminement intellectuel consistant à libérer son esprit de la gangue des préjugés ou est-ce déjà trop tard pour vous ? Préférerez-vous persister à verser dans la caricature : « quoi les créations d’emploi sont décorrélées de la croissance ? » « Menteur ! Voyou ! Pauvre c_n ! Hérétique ! » ? Et faire dans la caricature grossière : « On va revenir à l’âge de pierre », « Vous voulez vous éclairer à la bougie », « Vous avez qu’à le retourner à la binette le champ, hi hi hi » ?

            RIDICULE !

            Vous avez vécu sous perfusion des 30 glorieuses et avez naïvement cru que cela serait éternel. Votre société idéale est individualiste, et spéculative, un système ou les plus forts écrasent les plus faibles, où l’Homme peut tout se permettre. Qu’on puisse envisager un partage des richesses vous rend malade !

            Aujourd’hui, il faut à la fois mondialiser et démondialiser, croître et décroître. Les raisonnements monochromes appartiennent au passé.
            L’orientation mondialisation/démondialisation signifie que s’il faut multiplier les processus de communications culturelles, s’il faut que se constitue une conscience de « terre-patrie » qui est une conscience de communauté de destin (bouh quelle horreur !), il faut aussi promouvoir, de façon démondialisante, l’alimentation de proximité, les artisanats de proximité, les commerces de proximité, le maraîchage périurbain, les communautés locales et régionales. Autrement dit il faut développer à la fois le global et le local sans que l’un dégrade l’autre.
            L’orientation croissance/décroissance signifie qu’il faut faire croître les services, les énergies vertes, les transports publics, l’économie plurielle dont l’économie sociale et solidaire, les aménagements d’humanisation des mégapoles, les agricultures et élevages fermiers et biologiques, mais décroître les intoxications consuméristes, la nourriture industrialisée, la production d’objets jetables et non réparables, le trafic automobile, le trafic camion (au profit du ferroutage).

            Il ne suffit plus de dénoncer. Il nous faut maintenant énoncer. Il ne suffit pas de rappeler l’urgence. Il faut savoir aussi commencer, et commencer par définir les voies qui conduiraient au nouveau paradigme. Le message qui l’indique n’a pas encore été formulé, il est en cours d’élaboration, ce à quoi ceux qui ne sont pas des réacs arc-boutés sur le passé essayent de contribuer.
            L’origine est devant nous disait Heidegger. La métamorphose serait effectivement une nouvelle origine.

            Oh je ne me fais pas d’illusion sur un éventuel changement de votre part, je ne connais déjà que trop les illuminés aliénés que vous êtes par la croissance infinie. Mais ne vous en faites pas trop, le monde que vous redoutez n’est pas celui que vous dépeignez en jouant sur les émotions et les peurs de perdre votre immense confort. Evidemment qu’on ne va pas revenir en arrière, ce n’est ni réaliste ni souhaitable. Il ne s’agit nullement de se priver des connaissances acquises dans tous les domaines et qui permettent de maintenir peu ou prou notre niveau de vie de privilégiés, mais de consolider les alternatives afin de s’extirper de cette idéologie surannée du « plus = mieux ».

          23. Bernard décide que le désir des autres doit être à l’image du sien. Sur cette base il décide de ce que doit être le développement économique.

            Bernard mourra sans avoir jamais rien compris à l’être humain. Mais on s’en fout, c’est son problème de finir sa vie en vieux limité intellectuellement.

            Le plus embêtant c’est qu’il participe à diffuser sa moraline et son idéologie puritaine mortifère.

          24. Bernard c’est quoi la décroissance pour vous ?

            1* la croissance zéro , c’est à dire le pib à 0% par an ?
            Le PIB est égale à la somme des valeurs ajoutés :
            Valeur Ajoutée = Valeur des biens et services produits − Valeur des consommations intermédiaires + Marges commerciales (valeur des ventes de marchandises revendues en l’état moins leur valeur d’achat)

            2* La diminution progressive de l’usage des matières premières .?
            ça se fait depuis quelques centaines années et surtout depuis 150 ans.
            Toute les entreprise cherchent à moins consommer de matière et d’énergie pour fabriquer .

            Quant à ce qui est UTILE pour la société ! Qui va décider ? sur quel critère ? Dois-je jeter tous mes 33 tours de Jazz sous prétexte que mon tourne-disque consomme d’énergie ? c’est vous qui allez décider ce que le gens ont le droit de lire (tels livres consomment trop de papier ), de d’écouter , interdire les voyages donc le tourisme hors du canton ?

          25. Vous avez raison Bernard, mais j’irais même plus loin : la lutte écologique n ’est pas une fin en soi, c’est une étape. Elle peut créer des difficultés au capitalisme et l’obliger à changer, mais quand, après avoir longtemps résisté par la force et la ruse, il cédera finalement parce que l’impasse écologique sera devenue inéluctable, il intégrera cette contrainte comme il a intégré toutes les autres.

            Car il faut bien voir que l’écologie, c’est comme le suffrage universel et le repos du dimanche, dans un premier temps, tous les privilégiés et tous les partisans de l’ordre vous disent que vous voulez leur ruine le triomphe de l’anarchie et de l’obscurantisme (il n’y a qu’à le constater sur ce forum). Puis, dans un deuxième temps, quand la force des choses et la pression populaire deviennent irrésistibles, on vous accorde ce qu’on vous refusait hier et, fondamentalement rien ne change.

            C’est pourquoi il faut d’emblée poser la question franchement : que voulons-nous ? Un capitalisme qui s’accommode des contraintes écologiques ou une révolution économique, sociale et culturelle qui abolit les contraintes du capitalisme et, par là même, instaure un nouveau rapport des hommes à la collectivité, à leur environnement et à la nature ? Réforme ou révolution ?

            La firme, par exemple, ne se demande jamais comment faire pour que le travail soit le plus plaisant, pour que l’usine ménage au mieux les équilibres naturels et l’espace de vie des gens, pour que ses produits servent les fins que se donnent les communautés humaines. Elle se demande seulement comment faire pour produire le maximum de valeurs marchandes au moindre coût monétaire.

            La prise en compte des exigences écologiques aura finalement cette conséquence : les prix tendront à augmenter plus vite que les salaires réels, le pouvoir d’achat populaire sera donc comprimé et tout se passera comme si le coût de la dépollution était prélevé sur les ressources dont disposent les gens pour acheter des marchandises.

            La production de celles-ci tendra donc à stagner ou à baisser, les tendances à la récession ou à la crise s’en trouveront aggravées. Et ce recul de la croissance et de la production qui, dans un autre système, aurait pu être un bien (moins de voitures, moins de bruit, plus d’air, des journées de travail plus courtes, etc.), aura des effets entièrement négatifs : les productions polluantes deviendront des biens de luxe, inaccessibles à la masse, sans cesser d’être à la portée des privilégiés : les inégalités se creuseront : les pauvres deviendront relativement plus pauvres et les riches plus riches.

            La prise en compte des coûts écologiques aura, en somme, les mêmes effets sociaux et économiques que la crise pétrolière. Et le capitalisme, loin de succomber à la crise, la gérera comme il l’a toujours fait : des groupes financiers bien placés profiteront des difficultés de groupes rivaux pour les absorber à bas prix et étendre leur mainmise sur l’économie.

            AUSSI N’EST-CE PAS TANT A LA CROISSANCE QU’IL FAUT S’ATTAQUER QU’A LA MYSTIFICATION QU’ELLE ENTRETIENT. Car les partisans de la croissance ont raison sur un point au moins : dans le cadre de l’actuelle société et de l’actuel modèle de consommation, fondés sur l’inégalité, le privilège et la recherche du profit, la non-croissance ou la croissance négative peuvent seulement signifier stagnation, chômage, accroissement de l’écart qui sépare riches et pauvres.

            COMMENT NE PAS VOIR QUE LE RESSORT PRINCIPAL DE LA CROISSANCE RESIDE DANS CETTE FUITE EN AVANT GENERALISEE QUE STIMULE UNE INEGALITE DELIBEREMENT ENTRETENUE : dans ce que Ivan Illich appelle « la modernisation de la pauvreté » ?

            « Dès que la masse peut espérer accéder à ce qui était jusque-là un privilège de l’élite, ce privilège (le bac, la voiture, le téléviseur) est dévalorisé par là même, le seuil de la pauvreté est haussé d’un cran, de nouveaux privilèges sont créés dont la masse est exclue. Recréant sans cesse la rareté pour recréer l’inégalité et la hiérarchie, la société engendre plus de besoins insatisfaits qu’elle n’en comble, le taux de croissance de la frustration excède largement celui de la production » (lllich).

            Tant qu’on raisonnera dans les limites de cette civilisation inégalitaire, la croissance apparaîtra à la masse des gens comme la promesse – pourtant entièrement illusoire – qu’ils cesseront un jour d’être « sous-privilégiés », et la non-croissance comme leur condamnation à la médiocrité sans espoir.

            Aussi, je le répète, n’est-ce pas tant à la croissance qu’il faut s’attaquer qu’à la mystification qu’elle entretient, à la dynamique des besoins croissants et toujours frustrés sur laquelle elle repose, à la compétition qu’elle organise en incitant les individus à vouloir, chacun, se hisser « au-dessus » des autres. La devise de cette société pourrait être : Ce qui est bon pour tous ne vaut rien. Tu ne seras respectable que si tu as « mieux » que les autres.

          26. @GV post #4 décembre 2014 à 22:27
            « Car il faut bien voir que l’écologie, c’est comme le suffrage universel » – See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/11/28/sivens-voyage-au-coeur-de-la-zad/#comment-139957

            Eh bien c’est tout le contraire !

            Selon les propos tenu lors de la campagne électorale par Mme Eva Joly, candidate EELV à l’élection présidentielle de 2012, « l’écologie n’est pas démocratique. »

            ‘A pu de suffrage universel dans ce cas de dérive totalitaire de l’écologisme…

          27. @ JG2433
            Comme c’est tout le contraire qui se passe avec un baril au plus bas à 64 $ quand les escrolos le rêvaient à 200!
            « Il n’y a aucune fin en perspective pour cette baisse des prix du pétrole, puisqu’un énorme excédent d’offre, d’environ 1,5 million de barils par jour, est attendu pour le premier semestre 2015 et va continuer à peser sur les cours »
            A lire !
            tinyurl.com/k9a2f4u
            « Les réserves exploitables de pétrole permettent 125 années de consommation. En 1980, on les évaluait à 55 années! »

            GV c’est « l’oracle d’Oberhausen » qui se plaisait à prédire l’avenir sauf qu’on le connait que trop bien, le nivellement par le bas des pastèques…

          28. Je suis un « peakiste », je pense que la théorie du pic pétrolier est avéré. Mais je ne demande qu’à être détrompé.
            J’ai lu l’article. Le problème c’est qu’il n’y a aucun véritable argument contre le pic pétrolier dedans.
            La « révolution » du gaz de schiste est actuellement en danger à cause de la baisse du prix du pétrole. Et même sans ça, l’agence internationale de l’énergie prévoit le pic du pétrole de schiste pour 2017 … c’est dire !!!
            Quand aux investissements massifs dans le secteurs pétroliers, c’est vrai, pour quel résultat ? une production qui baisse !
            Les rockefeller se retirent du business du pétrole.
            On peut égrainer les contres-arguments comme ça pendant un bon moment.
            Je veux bien qu’on discute du pic pétrolier, mais la plupart ne savent même pas ce qui se dit sur le sujet. Ils en sont resté aux caricatures de la presse à ce sujet ou aux théories de Hubbert qui datent d’il y a 50 ans…
            Les picquistes sont très loin de ça. Il faut voir Steven Koppits, ou Gail Tverberg pour savoir de quoi on cause maintenant.

            Cet article est bourré de bullshit en terme d’informations. Passons sur le conflit d intéret, largement évident concernant l’auteur. Il reste quoi le fait que ce soit un X ce qui justifierait l’argumentaire…

            Quitte a prendre un non écolo titré et au fait des chiffres actuels, autant aller voir les informations du coté d’un polytechnicien qui est autrement mieux documenté – et pour cause, c’est sa spécialité – que la propagande dont vous vous faites le vecteur http ://manicore.com/

            http://manicore.com/documentation/petrole/pic_passe_petrole.html
            http://manicore.com/documentation/petrole/pic_futur_petrole.html
            http://manicore.com/documentation/petrole/non_conv.html
            http://manicore.com/documentation/petrole/gaz_non_conv.html

            Je reste persuadé que cela ne fait que repousser le problème dans le temps de quelques années.
            La facture énergétique fossile de la France avoisonne les 70 milliards d’€ d d’euros en 2013, cette somme investie dans la recherche de nouvelles solutions serait bien mieux utilisée.

            rageous est une partisane du statu quo, inutile d’espérer quoi que ce soit.

          29. Comme vous dites GV, rien à attendre d’une telle idéologue qui boit la propagande nauséabonde du premier type en conflit d’intérêt venu.

            A propos du Center Parc des Chambarans, vous commencez sans doute à en entendre parler à présent dans les grands médias puisque ces derniers s’intéressent à cette ineptie qui fait aussi parti des grands projets inutiles, nuisibles, imposés et onéreux.

            Les commissions de l’ONEMA (Office national de l’eau et des milieux aquatiques) et de la CNPN (Conseil National de la Protection de la Nature) ont donné des avis négatifs, mais ces derniers étant seulement consultatifs, aménageurs et élus peuvent passer outre, ce qu’ils font sans hésitation (Le Préfet de région Jean-François CARENCO a publiquement déclaré : « l’avis du CNPN je m’assois dessus »).
            Incroyable mais vrai : le Préfet de région est à la fois juge et partie, car il est également le Préfet de bassin au regard de l’autorité environnementale (Agence de l’eau Bassin Rhône Méditerranée).

            SI UN PREFET S’ASSOIT SUR UN AVIS D’UNE COMMISSION OFFICIELLE, ON NE VOIT PAS POURQUOI DES OPPOSANTS NE POURRAIENT PAS S’ASSEOIR SUR L’INTERDICTION DE PENETRER SUR LA ZONE PRIVATISEE DES TRAVAUX ? L’EXEMPLE VIENT DE « HAUT »…

          30. @ GV
            « Je suis un « peakiste » »
            Sans blague!?! Le contraire aurait été surprenant 😆
            Hein, les idéologues de la décroissance, concept malthusien par excellence avec vos prédictions depuis un siècle qui font un flop à chacune de vos échéances.

            Quels conflits d’intérêt, Janco également polytechnicien et conseiller auprès de groupes du CAC40, rêve d’un pétrole cher ou sinon ultra taxé comme s’il ne l’était pas assez!

            *Exxon mobil dans son dernier rapport estime les réserves exploitables de gaz à environ 200 années de consommation!
            Attention, c’est une estimation, il ne viendrait pas à l’idée à un chef d’entreprise d’annoncer qu’il a un stock « prouvé » de cette importance au risque de voir ses actions en chute libre.
            Le pétrole c’est 45 ans de réserves prouvées et c’est bien suffisant pour ces exploitants au regard en particulier du progrès technologique.
            Dans les années 80 vous l’auriez cru qu’il y ai une décroissance de consommation pétrolière malgré la croissance demographique, le niveau de vie et son espérance et c’est pourtant ce qui s’est passé, alors les exploitants vont pas s’amuser pour vous faire plaisir à claquer un fric fou pour découvrir des stocks, avec des moyens qui seront à l’avenir avec la technologie en pointe dans ce domaine moins onéreux.

            * http://www.objectifliberte.fr/2014/11/transition-energetique-retour-au-rationnel-polytechnique.html
            Et mot à mot, même commentaire que le votre!
            http://profile.typepad.com/yoanandawordpresscom
            yoananda=GV?

            Ça mange pas d’pain d’aller lire la votre* d’analyse
            *si c’est vous qui en êtes l’auteur?…
            http://yoananda.wordpress.com/tag/pic-petrolier/page/3/
            Et coucou, revoilou la théorie du chaos 🙄

            En attendant il y a plus intéressant à lire et ça fout pas un mal de crâne comme chez Janco!
            Extrait du livre de Samuel Furfari
            http://blog.turgot.org/index.php?post/Fufari-energie
            « Continuer à faire peur sur la fin prochaine du pétrole est une stupidité qui ne résiste pas à l’analyse factuelle.
            Pourtant, depuis 1924, la litanie du pic de pétrole continue d’être propagée et de faire des adeptes. Que ce soit les médias, les ONG environnementalistes, ou même certaines institutions ou des individus au sein de ces institutions, la crainte de la fin prochaine ne cesse de se transmettre.
            Etrangement, ce ne sont pas les compagnies pétrolières qui s’inquiètent de cette fin, mais ceux qui n’aiment pas le pétrole. On voit là le manque de crédibilité flagrante de cette théorie. Pourquoi ceux qui gagnent de l’argent, beaucoup d’argent, grâce au pétrole ne s’inquiètent-ils pas de cette fin annoncée comme imminente et ceux qui trouvent qu’il est la source de tous les maux se préoccupent-ils de sa fin prochaine ? Au lieu de se taire et d’attendre sournoisement l’issue fatale qui mettrait fin à cette industrie qu’ils abhorrent, les « piquistes » font tout pour retarder l’arrivée de ce pic. Allez comprendre ! »

          31. @rageous

            Et oui, ça fait un peu mal au crâne bichette d’essayer de comprendre les sciences économiques et géopolitiques appliquées à l’or noir lorsque l’analyse n’est pas réalisée à l’emporte pièce par un non-spécialiste.

            Si vous êtes satisfaite d’engraisser les nababs du pétrole plutôt que d’injecter l’argent non dépensé dans notre économie, ne comptez pas sur moi pour vous approuver. Vous avez conscience de ce que permet une somme comme 70 milliards d’euros chaque année ? J’en doute.

          32. GV a dit ; « Et oui, ça fait un peu mal au crâne bichette d’essayer de comprendre les sciences économiques et géopolitiques ».

            GV c’est l’hôpital qui se fout de la charité !

          33. Ahh Lolo le chien de garde qui vient en aide à sa maîtresse, c’est mignon !
            Merci pour votre nouvelle superbe intervention… vraiment réfléchie, argumentée… et très drôle aussi…
            Vous aussi ça vous sans doute plaisir de balancer l’argent par les fenêtres ?

          34. @bernard

            Merci bernard pour vos dernières infos sur cette nouvelle aberration de center parc dont j’ai effectivement à présent entendu l’écho dans de grands médias. Elles montrent à quel point les plus hauts représentant de l’état s’assoient sur la démocratie. Dans ces conditions, je pense hélas que CETTE PSEUDO DEMOCRATIE PEUT NOUS CONDUIRE AU FASCISME.

            Certaines et certains vont percevoir dans ce titre une provocation. Hélas, ils/elles ont tort. Mais c’est bien la faillite du « régime démocratique » qui conduit au fascisme. Nous avons aujourd’hui le recul de l’Histoire, et celle du 20e siècle nous en apprend beaucoup sur le fatal processus qui conduit à un tel drame.

            Le système politique dans lequel nous vivons aujourd’hui, en France, et dans les autres pays européens est étiqueté « démocratique ». Il en a l’apparence, l’illusion du fonctionnement,… et le discours officiel, largement intégré par le peuple auquel il est interdit de penser autrement. Cette méthode Coué, si confortable, évite de nous rendre compte du chemin sur lequel nous sommes et qui nous conduit à la catastrophe.

            Posons directement le problème : ce n’est pas parce que nous votons à intervalles réguliers pour élire nos représentants à différentes instances que notre société a un fonctionnement démocratique… la situation actuelle en est une preuve.

            Sur le papier, en théorie, le principe du fonctionnement démocratique paraît simple : les citoyens élisent librement leurs représentants qui réalisent leurs désirs politiques.

            Or, nous le savons depuis longtemps,… ça ne se passe pas comme cela.

            1- Ce principe s’applique dans, et pour, un système économique – le capitalisme – qui n’a jamais fait de l’intérêt du citoyen, sa finalité, donc en contradiction totale avec la philosophie même de la démocratie. L’individu y est au service de l’économie et non l’inverse. Tant que le système permet, plus ou moins, de satisfaire l’ensemble des besoins de la population, il arrive à se stabiliser,… dans le cas contraire il se délite – ce qui est le cas aujourd’hui – entraînant avec lui le « principe démocratique », sur lequel il est censé être fondé.

            2- Le principe démocratique de représentativité dérive et aboutit à la perte de responsabilité du citoyen. L’élection du représentant est devenue l’essentiel de l’acte citoyen, abandonnant à une classe politique les destinées et la gestion des affaires publiques.

            3- Les partis politiques, à l’origine clubs de réflexion, sont devenus des instruments d’accès et de conservation du pouvoir ainsi que de promotion sociale pour toute une catégorie d’individus qui font de la politique leur métier, voire l’instrument de leurs prétentions et de leur enrichissement personnel.

            4- Partis politiques et médias sont devenus de véritables instruments de domination idéologique, enserrant l’ensemble des citoyens dans une trame de pensée excluant toute remise en question du système.

            Sous l’écume d’apparence démocratique fonctionne de fait un système politique qui ne l’est pas. La décadence du système économique marchand, qui n’arrive plus à créer du lien social et la circulation rapide de l’information minent ce qui faisait la stabilité de ce système : la confiance des citoyens. Un écœurement citoyen, suivi d’un détachement des affaires publique se font jour donnant naissance à un désintéressement politique qui peut-être source de toutes les aventures.

            Le capitalisme ne mérite pas le principe démocratique, c’est pourtant cela que les classes dirigeantes essayent de nous faire accepter.

          35. GV a dit – 6 décembre 2014 à 23:31
            « Sous l’écume d’apparence démocratique fonctionne de fait un système politique qui ne l’est pas. » – See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/11/28/sivens-voyage-au-coeur-de-la-zad/#comment-140205

            Pour faire court… Rappelons-nous.
            Après la prise du pouvoir par un coup d’état, la minorité bolchévique a imposé un parti unique. Le totalitarisme était en place.
            C’est cela que vous appelez de vos vœux ?
            Vous acceptez quand-même que l’on ne soit pas d’accord avec vous, ou bien ?… 😥

          36. @rageous
            Voilà nous y sommes. Si vous vous plaignez des taxes, alors pourquoi êtes-vous en faveur du statu quo dans lequel le pétrole se taille la part du lion ? Prise à votre propre piège, l’insulte est souvent l’argument final de celui qui ne trouve plus rien à dire, j’espère ne pas vous l’apprendre.

            @JG2433
            Si on est critique envers le capitalisme, c’est qu’on est un stalinien-maoïste ? Déduction un brin simpliste non ?
            Mais pour répondre à votre question, c’est votre droit le plus absolu de penser qu’il n’existe pas de solutions alternatives hormis ces 2 systèmes totalitaires.

          37. @ GV
            Où est-ce que j’ai bien pu montrer mon assertion aux taxes prélevées par l’Etat?
            Je n’ai fait que vous rappeler les faits! La « part du lion » est pour l’Etat!
            Fustiger l’importation pétrolière en affirmant comme prétexte que ce pognon serait mieux utilisé ailleurs, c’est bien de la dictature!
            Maintenant que l’Etat dilapide ce bénéfice c’est autre chose comme par exemple se refaire la cerise en vantant et aidant les gougnafiers de l’énergie verte!

          38. @rageous
            « Fustiger l’importation pétrolière en affirmant comme prétexte que ce pognon serait mieux utilisé ailleurs, c’est bien de la dictature! »

            De l’argent qui ne vas pas dans les caisses de monarchies pétrolières mais qui alimente notre économie et permet le développement / l’amélioration de l’éducation, de la santé, du logement, du transport, de la recherche… c’est de la dictature pour vous ? Et moi qui espérais encore que vous étiez sensée…

            @ JG2433
            Le malthusianisme au même titre que le capitalisme et le stalinisme sont des doctrines détestables, dépassons-les !

          39. @GV,
            « Le malthusianisme au même titre que le capitalisme et le stalinisme sont des doctrines détestables, dépassons-les !» – See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/11/28/sivens-voyage-au-coeur-de-la-zad/#comment-140275

            À lire la fin de votre phrase, je ne peux m’empêcher de repenser aux plaisanteries des Soviétiques, voulant ridiculiser la propagande du régime omniprésente en Urss, du temps du « socialisme réel » (fin des années Krouchtchev puis époque Brejnev).
            Ainsi, le rapprochement de ces deux slogans :
            – 1er slogan : Le capitalisme court à sa perte ; il est au bord du gouffre !
            Alors que, dans le même temps…
            – 2e slogan : Le communisme est sur le point de dépasser le capitalisme !

            Hi Hi Hi ! :mrgreen:

          40. @ GV
            Si vous connaissez un seul pays qui « alimente son économie et permet le développement / l’amélioration de l’éducation, de la santé, du logement, du transport, de la recherche » ceci en se privant d’énergie fossile faites-moi signe!
            Toujours aussi cuit d’la tête le gourou…

            « Et moi qui espérais encore que vous étiez sensée… »
            Ah, oui? C’est pas l’impression que j’ai eu!

          41. @ rageous

            La Suède notamment s’oriente dans cette direction. Quand bien même il n’y aurait aucun pays suffisamment courageux pour s’y engager, la France devrait donc suivre le reste du troupeau et surtout ne pas faire preuve d’audace ? Immobilisme pusillanime, quand tu nous tiens !

          42. @ GV
            Il y a 4 jours c’était:
            « La facture énergétique fossile de la France avoisonne les 70 milliards d’€ d d’euros en 2013, cette somme investie dans la recherche de nouvelles solutions serait bien mieux utilisée. »
            Cette somme, sous-entendu sa totalité de cette source d’énergie fossile que NOUS devrions bannir et aujourd’hui c’est la Suède qui « s’oriente dans cette direction », savoir si elle s’y emploie est une autre histoire!
            Importation de charbon, facile à vérifier y’a des tas dans tous les ports, plate-forme pétrolières, l’excédent des moulins à vent danois quand le Danemark est en surproduction, reste sa filière énergie-bois…
            Vous vous foutriez pas de ma gueule un peu, là?…

          43. @rageous

            Loin de moi l’idée de me « foutre de votre gueule » !
            Pourquoi pensez-vous ça d’ailleurs ? Est-ce parce que je ne suis pas d’accord avec vous et m’efforce de répondre de manière argumentée à vos et vos interrogations, certes légitimes, mais bien souvent imprégnées d’invectives laconiques (blaireau, cuit d’la tête, gourou, …) m’obligeant à faire preuve de beaucoup de flegme pour poursuivre la conversation ?

            Sachez donc qu’il est prévu depuis 2005 que la Suède devienne le premier Etat non dépendant du pétrole à l’horizon 2020. Loin d’être une chimère, ce projet semble aujourd’hui réalisable. La Suède a diminué sa consommation de pétrole de moitié en 40 ans : 16,0 Mm³ de produits pétroliers consommés en 2011 contre 31,3 Mm³ en 1970. Au-delà d’une taxe carbone dissuasive, la Suède a su développer une politique énergétique d’une redoutable efficacité, basée sur un mix énergétique dont nous devrions nous inspirer. 12 ans maintenant que la Suède s’est lancée dans l’aventure du bio méthane. Partie d’un constat simple : le pétrole coûtera de plus en plus cher, et d’une volonté politique ferme : il va falloir apprendre à vivre sans or noir.

            Dans un pays très froid, le chauffage coûte pour beaucoup sur la facture énergétique. C’est pourquoi de nombreuses communes se dotent d’un chauffage urbain fonctionnant notamment grâce à la biomasse. Enfin, il est intéressant de noter que cette politique, même avec une taxe carbone très forte, ne freine en aucun cas l’économie du pays. 6ème économie la plus compétitive du monde, la Suède a réussi à conjuguer décarbonisation et industrie.

            Le gouvernement suédois donne les grandes lignes de la politique énergétique mais laisse les communes, en les aidant financièrement, mettre en œuvre leurs propres installations. C’est de cette décentralisation concrète pour renforcer les compétences locales en matière d’énergie dont nous avons urgemment besoin en France. « Les municipalités disposent de moyens importants et de très larges marges d’action, notamment sur les questions liées à l’environnement et au changement climatique, qui leur permettent d’agir efficacement », expliquait en avril 2012 Bo Franck, maire de la ville de Växjö (80 000 âmes), souvent montrée en exemple pour ses chiffres exceptionnels en matière d’émissions de CO2.

          44. @ GV
            « Loin de moi l’idée de me « foutre de votre gueule » !
            Pourquoi pensez-vous ça d’ailleurs ? Est-ce parce que je ne suis pas d’accord avec vous et m’efforce de répondre de manière argumentée à vos et vos interrogations, certes légitimes, mais bien souvent imprégnées d’invectives laconiques (blaireau, cuit d’la tête, gourou, …) m’obligeant à faire preuve de beaucoup de flegme pour poursuivre la conversation ? » – See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/11/28/sivens-voyage-au-coeur-de-la-zad/#comment-140636
            Et quel flegme!
            Commencez par formuler vos propos différemment ! Vous m’avez déjà fait le coup en extrapolant sur « toute la France » un nombre supposé important d’agriculteurs opposés à Sivens, alors avec cette dernière déclaration, j’allume !
            « La facture énergétique fossile de la France avoisine les 70 milliards d’€ d d’euros en 2013, cette somme investie dans la recherche de nouvelles solutions serait bien mieux utilisée. »

            Pour commencer la France n’a pas importé une goutte de pétrole de plus que dans les années 80.
            Elle s’est laissée envahir de moulins à vent et plus récemment d’étendues de PV à rendements plus que discutables et qui ne sont pas étrangers (surtout l’éolien) à cette facture énergétique fossile… (centrale thermique associée)
            En règle générale méthanisation, recyclage déchets ou biomasse issue de l’agriculture n’est pas spécialement bien vu (ferme des 1000 vaches, production d’ethanol) de même que notre patrimoine hydraulique, barrages, s’ils devaient être élaborés maintenant ce serait la révolution!…
            http://www.lessallessurverdon.com/LSdemol.html
            Le nuc que certains aimeraient voir disparaitre !
            Le GdS inenvisageable.
            Ce qui passe mieux, la filière bois encore que, dézinguer des espaces boisés pour l’ecolo c’est encore sacrilège.
            Reste la géothermie, c’est discret, ça ne pue pas, ni ne pollue…
            Comparer la France avec la Suède alors qu’elle n’a pas les mêmes ressources naturelles, ni la même densité de population 120 contre 20 hab/km² fait partie des lubies escrolos à crosseus lunettes !

  4. POUR VOTRE INFO:

    Excellent article sur le sujet dans la dernière livraison (novembre 2014) d’Agriculture et Environnement!

    Ces abrutis de « zadistes » font vraiment froid dans le dos.

    >>>> PS. Lorsque j’ai envoyé le présent message, j’ai eu outre plusieurs lignes de signes cabalistiques le texte suivant:

    Sorry, but your comment has been flagged by the spam filter running on this blog: this might be an error, in which case all apologies. Your comment will be presented to the blog admin who will be able to restore it immediately.

    You may want to contact the blog admin via e-mail to notify him.

    Quelqu’un a déjà fait cette expérience?

    Modérateur/teuse, si vous me lisez, une explication?

    1. Zygomar a dit :
      « >>>> PS. Lorsque j’ai envoyé le présent message, j’ai eu outre plusieurs lignes de signes cabalistiques le texte suivant:

      Sorry, but your comment has been flagged by the spam filter running on this blog: this might be an error, in which case all apologies. Your comment will be presented to the blog admin who will be able to restore it immediately.

      You may want to contact the blog admin via e-mail to notify him.

      Quelqu’un a déjà fait cette expérience? »

      Oui moi !
      Mais pas d’inquiétude, cela n’arrive qu’aux intervenants dont les commentaires peu pertinents sont catalogués comme trolls.

  5. C’est plutôt une bonne nouvelle :à cultiver leur potager à la binette ils seront trop fatigués pour aller enquiquiner les autres.Qu’ils fassent eux mêmes ce qu’ils recommandent et tout ira mieux pour tout le monde.Ensuite, il est probable qu’ils reviendront rapidement à la réalité et honteusement chercherons à profiter de ce que la technologie offre.

    1. Regardez vite Complément d’enquête, les premières minutes après l’insupportable pub…

      Ils ont déjà dépassé le stade de la binette (en fait pas pour la production alimentaire).

    2. « il est probable qu’ils reviendront rapidement à la réalité » – See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/11/28/sivens-voyage-au-coeur-de-la-zad/#comments

      Rappelons-nous un « retour à la terre » (qui ne ment pas ?) et la vie en communautés de certaines franges du gauchisme post-soixantuitard, qui avait pour la plupart d’entre eux mal tourné et, pour certains, s’était même carrément mal terminé.
      Il en fut ainsi de Pierre Conty et de ses « Esperados » – cf l’affaire des tueurs de l’Ardèche et de Lozère (fin août 1977).

  6. Effectivement, si l’on suit « http://www.article11.info/?Les-Esperados-comment-77-enterra on retrouve pas mal, de l’esprit néo rural raté dans les zadiste, la volonté de retour à la terre en moins et un apport financier occulte en plus .

    Il n’est plus question de construire des barrages en France, il n’est plus question de planter, d’expérimenter voire de parler de plantes génétiquement modifiées, il ne sera plus question bientôt, à ce rythme d’utiliser des pesticides efficaces.

    Seuls les avions ont le droit de se multiplier dans le ciel, atterrir et décoller des aéroports parisiens ( il est bien écrit parisiens, car dans la campagne des bouseux, l’aéroport devient objet de lutte).

    Et les associations environnementalistes que l’ont va citer ont boudé la dernière conférence environnementale pour cause de refus du gouvernement d’instaurer une gabelle, véritable usine à gaz, qui profiterait à un investisseur italien sous influence et à des fonds financiers américains.

    Tout cela est très logique, on accélère vers « 1984 » car l’empire du milieu s’attaque à l’Empire américain, déjà sous les murailles de Wall Street et compte bien passer ce mur là avant de s’en passer.

    « Rome » meurt mais compte bien éradiquer ses troupes auxiliaires avant, pour être sur qu’elles ne se révoltent pas ensuite .

    L’histoire prend toujours un tour à sa façon qui défie les plans savamment élaborés mais cette potion là est très amère actuellement.

      1. Déjà , il aurait été plus intelligent d’interdire de construire en zone inondable , mais certain maire ont une vision à court terme .

        C’est vrai que ce n’est pas évident de subir la pression immobilière mais la sécurité des gens est plus importante.
        De plus des crétins achètent des maisons en zone inondables , et c’est la collectivité qui payent pour ces cons !

        Moi-même , quand je cherchais une maison , j’ai éliminé systématiquement les sites en zone à risque .

  7. Un bon article sur le ragondin écrit par une observateurs averti, comme quoi il suffit de bien se renseigner.
    On notera que le ragondin est une espèce exotique envahissante et mériterait d’être éradiquée, ce qui est possible s’agissant d’un vertébré, tir, piégeage mais aussi empoisonnement sélectif, si nécessaire avec des poisons végétaux, extraits de plantes toxiques, que du naturel.

    Mais cette vérité là, ce double danger, les écolobobos veulent l’ignorer

    http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/seduisant-mais-nuisible-le-52374
    « Un double danger écologique et sanitaire
    Les dégâts causés par les ragondins sont incontestables dans les rivières et les marais où ils détruisent les plantes aquatiques dont ils sont friands ainsi que les superbes roselières où nichent de nombreuses espèces d’oiseaux. Mais c’est sur les digues et les chaussées d’étang qu’ils provoquent les plus gros dommages par le creusement de galeries qui peuvent atteindre plusieurs mètres de longueur et minent les rives avant de provoquer leur effondrement.

    Les ragondins mettent ainsi en péril non seulement les équilibres écologiques dans leur zone d’habitat mais aussi l’exploitation de fermes piscicoles ou d’espaces préservés ainsi que les routes établies sur des digues ou les canalisations qui les bordent. Et cela sans compter les dégâts qu’ils occasionnent aux cultures voisines, notamment maraîchères et céréalières. Sachant qu’un ragondin consomme chaque jour 30 à 40% de son poids en végétaux, on imagine sans mal les dommages qu’ils peuvent infliger aux parcelles proches de leurs terriers.

    Autre volet du danger provoqué par la prolifération des ragondins : le risque de leptospirose dont ils peuvent être les vecteurs à la fois pour l’homme et pour le chien. Une menace qui ne doit pas être prise à la légère : la leptospirose est une maladie infectieuse grave transmise par les bacilles présents dans les urines du ragondin. Elle se communique à l’homme ou au chien par un contact de ces urines ou de végétaux souillés avec les muqueuses ou des plaies mal protégées. On recense environ 300 cas de leptospirose chaque année en France dont plusieurs mortels ! »

    1. Voila de bonnes raisons pour les violenter en public.

      Après la mise à feu du centre d’impôt, les indésirables fonctionnaires auraient dû subir le même sort.

      Centre des impôts payés pas nos impôts, comme la PAC. Rien de pire que les assistés.

      1. @ Mops86
        « Voila de bonnes raisons pour les violenter en public. » – See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/11/28/sivens-voyage-au-coeur-de-la-zad/#comments
        En partie oui! Le ragondin n’est pas un animal familier ou domestique.
        Les « piégeurs » de ces ragondins se sont fait « piéger » par le comportement de certains de ces bestiaux qui enfermés depuis plusieurs jours, voir semaines, se sont habitués à l’Homme qui les a nourris et abreuvés et au moment du lâcher n’avaient aucune raison de fuir comme d’autres plus récemment capturés l’ont fait.
        Montrer en « public » et dans le contexte quelques sensibilités n’était pas concevable…
        C’est mon avis sur cet épisode, on est loin de ces cas de maltraitances gratuites et de + en + en vogue; chat cogné contre un mur, chien brûlé vif ou scènes de déviance maladive sur des brebis!

        S’ils le pouvaient ils le condamneraient à la peine de mort!
        http://www.liberation.fr/societe/2014/02/03/de-la-prison-ferme-pour-maltraitance-animale-une-premiere_977555

        L’autre « madone » de la cause animale 🙂
        http://preview.tinyurl.com/nxgjc6q

        Et les cinglés…
        http://www.midilibre.fr/2014/01/06/des-moutons-victimes-d-actes-de-cruaute-et-de-zoophilie,804840.php

  8. bon après c’est le figaro, pas le journal le plus objectif de la Terre hein.
    Mais bon, pour avoir passé 2 semaines à faire un bout de route avec une « marche solidaire » par curiosité, je retrouve pas mal de chose. L’organisation horizontal avec ceux qui bossent tout le temps et ceux qui branlent, les professeurs de bonne parole qui font tout le contraire…
    Je me souviens d’un jour savoureux, où nous approchions d’une ville. La veille, le leader horizontal avait mis en garde contre les tentations de Babylone, dont il ne fallait pas céder aux sirènes. Finalement, après avoir installé le campement à la périphérie de la ville, nous le vîmes revenir avec un porte-manteaux et du chocolat, achetés avec l’argent du pot commun.
    « j’ai craqué, la tentation était trop forte. Mais c’est fait maintenant, nous partagerons avec l’ensemble de la communauté ». Après cette décision autocratique de l’emploi des ressources financières de tous, nous partageâmes effectivement les quelques tablettes de chocolat, qui n’était même pas fair-trade, produit hautement industriel et capitaliste, reflet de l’exploitation des terres et des petits africains et antithèse des circuits courts. Quant au porte-manteaux made in china, il horna l’entrée de la yourte. Il détonnait un peu dans cet environnement où la gloire était faite aux fabrications manuelles, jusqu’aux chiottes en contreplaqué. Bref, une anecdote de plus au pays des bisounours…

    1. Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir.

      1. Pour le dire autrement, et sans vouloir viser nommément quelqu’un, j’emprunte cette citation – s’il passe par ici, son auteur se reconnaîtra :

        « C’est parce que la vitesse la lumière est plus élevée que celle du son
        Que tant de gens paraissent brillants avant d’avoir l’air c**. » 😆

        1. et aussi :

          et ce n’est pas en tournant le dos aux choses qu’on leur fait face.

          (pour ces zadistes qui ont peur de la société ..)

          1. Il ne faut pas désespérer des imbéciles. Avec un peu d’entraînement, on peut arriver à en faire des écolos !

  9. guiguinou > L’organisation horizontal avec ceux qui bossent tout le temps et ceux qui branlent

    Classique. C’est notamment pour ça que l’auto-gestion ne marche pas : dans un groupe, il y a toujours des gens qui prennent des initiatives et d’autres qui attendent que ça se passe. Et si on plus on impose le principe du salaire identique pour tous… assez vite, les plus ambitieux se tirent.

    Ce qui est étonnant, c’est qu’il continue à y avoir des gens pour croire à ce truc alors que ce ne sont pourtant pas les échecs qui manquent.

    Si la « décroissance » les fait tant rêver, pourquoi ces gens ne prennent-ils pas un aller-simple pour Cuba ou l’Afrique?

  10. Pour une fois je suis d’accord avec vous.

    La différence entre les neiges d’antan et la dernière averse, c’est l’expérience. J’ai moi même versé dans ma jeunesse dans l’idéologie, pas la même, certes, que la vôtre, mais face à la réalité historique, j’en suis revenu et j’ai gardé la plus extrême réserve à l’égard de toutes les idéologies « main stream ».

  11. Mais vous fantasmez tout seul sur cette question d’âge !
    Je n’ai jamais dit que j’étais jeune et ne le suis pas d’ailleurs, pas retraité non plus, mais pas jeune pour autant. Vous divaguez complètement, les idées progressistes n’ont pas grand chose à voir avec l’âge.
    Et maintenant vous prenez la posture du vieil expérimenté qui a une grande expérience de la vie et qui a viré sa cutie !
    Ah vous me faites bien rire avec votre côté rebelle face au « main stream » ! Parce que les apôtres de la croissance n’ont pas représenté le « main stream » ces soixante dernières années peut-être ? Vous me faites rire mais quand même à la longue vous me fatiguez, bonsoir.

  12. « Le capitalisme ne mérite pas le principe démocratique, c’est pourtant cela que les classes dirigeantes essayent de nous faire accepter. »

    La connerie illimitée !

  13. GV n’est pas un chien de garde, c’est un chien d’attaque ! Il ne comprend rien, il ne raconte que des idioties, il est ignare. Mais il fait la seule chose qu’il sait faire, il attaque. Allez, attaque Mirza, attaque !

  14. « CETTE PSEUDO DEMOCRATIE PEUT NOUS CONDUIRE AU FASCISME ». C’est les zadistes les fascistes et ce qui nous conduit au fascisme c’est les élucubrations fascisantes de GV.

    1. ça fait chaud au coeur de voir ce type de manif .
      Celle en faveur de NDL n’a pas été aussi médiatisée , hélas !

  15. @ Laurent Berthod

    [modéré]

    30 novembre 2014 à 23:09

    >>> De la même manière que tout le monde il est égaux mais qu’il y en a qui sont plus égaux que les autres, on s’

  16. Chers habitants de Chambaran et alentours, depuis le début de la contestation, les promoteurs cherchent visiblement à nous monter les uns contre les autres, les pro- et les anti-, les locaux et les extérieurs, les habitants et les opposants. Ne tombez pas dans le panneau !

    Une minorité radicale cherche à vous manipuler, qui ne voit que ses intérêts et se sert de vous comme bouclier. Vous êtes pris en otages par une poignée d’extrémistes millionnaires, et par leurs sbires en costard ou en rangers. Ce sont des marginaux, des gens qui vivent coupés de la réalité, qui ne pensent qu’à eux. Ils ne peuvent l’emporter qu’en achetant le soutien des habitants des environs, par la peur et le chantage. Ils dénoncent les « extérieurs », mais vendent votre territoire à des milliers de touristes. Ils disent « n’écoutez pas les opposants, soutenez le projet, ou vos enfants n’auront pas de travail », mais c’est pour leur propre tiroir-caisse qu’ils se décarcassent.

    À les écouter, vous auriez peur des « opposants », des « zadistes », des « extérieurs ». Vous êtes pourtant nombreux à marcher avec nous, et déjà beaucoup d’entre vous viennent (même en cachette !) soutenir les habitants de la Marquise. À part quelques désespérés cherchant à casser du jeune, c’est ensemble que nous allons défendre les Avenières, pour que nous puissions, à l’avenir, nous y promener tous librement. L’opposition au Center Parc ne défend pas la nature, ou les arbres, elle défend le futur, et le vôtre. Est-ce le cas de vos politiciens ?

    Croyez-vous être les seuls à souffrir du chômage, de « la crise » ? Pensez-vous que c’est en faisant confiance à ceux qui en profitent pour faire des affaires, que vous allez vous en tirer ? Le Center parc est financé par l’argent public, pas seulement le vôtre, pour plus de 100 millions d’euros. Que ceux qui soutiennent le projet parce qu’ils ont flairé le pognon sortent leur porte-monnaie et se le paient tous seuls, leur parc à bestiaux humains. Et que les mômes puissent espérer mieux que de vider les poubelles des mass-touristes qui vivront enfermés là-haut. Mille autres activités dignes et décentes sont à imaginer pour leur avenir.

    Quant à l’avenir des Avenières, il n’est pas chez Pierre et Vacances. Eux ne font que vampiriser votre territoire pour l’enrichissement de quelques-uns. Et après le Jurassicenter Parc, viendront d’autres mastodontes pour s’installer sur la forêt, et vous serez les grands perdants car vous aurez abandonné votre réelle richesse.

    VOUS SEREZ LES HABITANTS D’UNE AIRE D’AUTOROUTE AU BORD D’UN FLOT DE TOURISTES, OU PEUT-ETRE LES CAMPAGNARDS TYPIQUES DANS UN DECOR DE BONS SAUVAGES ET DANS QUELQUES ANNEES, QUAND VOUS AUREZ HONTE DE VOUS ETRE FAITS AVOIR, C’EST AUX TOURISTES QUE VOUS DIREZ : « ON EST CHEZ NOUS ». TROP TARD.

    À bientôt dans les bois.

    1. il a bien appris sa leçon , il nous récite cela comme du catéchisme.
      Du prêt à penser comme on en trouve sur des sites écolos

  17. La manifestation des pro Center parcs a été appelée par l’ensemble des partis institutionnels, par mails privés et annonces publiques, par une très forte majorité d’élus, invitant par courriers leurs pairs de l’Isère et de la Drôme à s’y rendre en famille et par l’ensemble des organisations patronales.

    Le PS, l’UMP, L’UDI, le FN se sont retrouvés ensemble et complices à battre le sentier avec les syndicats patronaux !
    Elle est pas belle la grande union nationale ? Et les organisateurs, « commerçants et artisans de Roybon pour Center Parcs » se nomment « la majorité silencieuse ». Un peu de relents de poujadisme, non ?

    Avez-vous remarqué la propagande de peur qui a été organisée autour des « zadistes » dépeints comme des « anarchistes, feignants, sales, casseurs, saccageurs » venus de partout et même de toute l’Europe pour semer la terreur à Roybon ? De nombreuses rumeurs de casse circulent, non étayées et non validées par la gendarmerie.

    Je note qu’alors que le maire de Roybon a prétendu devant les micros que 98% des roybonnais étaient pour le projet, les 1200 personnes présentes ( ce qui correspond à l’ensemble de la population) à cette manifestation sont venues de loin en voiture ( parking à l’entrée du village saturé). Or, c’est ce que les partisans nous reprochaient, nous traitant d’étrangers qui se mêlent des affaires des roybonnais.

    Alors, il y a donc les bons étrangers, aliénés à la propagande de Center Parcs et les mauvais étrangers la dénonçant ??

    Du temps de la décharge que le préfet voulait imposer à Roybon (2006/2007/2008), les écologistes étaient les bienvenus à Roybon pour grossir les troupes d’opposants…

    Les panneaux-slogans de cette manif :

    « Laissez nous travailler »… pour 319 euros par mois, en cdd ? Et de toute façon, une société qui doit détruire pour « créer du travail » n’est-elle pas une société à l’agonie qu’il est suicidaire de continuer ? Et qui porte ces panneaux ? Des chômeurs ? Ou des commerçants et petits patrons qui parlent en leur nom ? Disons plutôt : « laissez nous détruire », sans réfléchir à ce que l’on fait pour le bienfait des caisses des gérants de trois ou quatre sociétés à l’oeuvre pour seulement 1 an.

    A Toulouse, la FDSEA, le syndicat des agriculteurs industriels, a eu dans une autre manif contre les zadistes de Sivens le même slogan, ou presque : « Laissez nous produire », à traduire, en fait par « laissez nous continuer à ravager la terre par les pesticides et à entasser des animaux-machines dans des structures industrielles. »

    « Oui au renouveau du village » … en instituant cette misère sociale et ce précariat organisé ? ( le nombre d’emplois annoncé, l’est sur la base d’une occupation à 90%, qui n’est atteinte qu’en période de vacances scolaires, on travaille « au coup de sifflet » chez Center parcs. y’a des touristes t’arrives en courant, y’en a pas, tu restes chez toi ).

    « L’avenir de nos enfants c’est maintenant »… En leur volant à jamais ce patrimoine forestier et en laissant un nouveau seigneur disposer à son gré de leur « force de travail », leur temps, leur vie ?

    « Chantier autorisé »… Et si la justice l’interdit à la suite des plaintes déposées, on détruit d’abord et on verra après ?

    « Zadiste, les Chambarans c’est pas ton pays », variante du nationaliste « on est chez nous »( mais le FN était officiellement dans le cortège et madame d’Ornano y dénonçait le « diktat des écologistes »).

    Mais à qui appartient l’eau détruite qu’on empêche autoritairement de se répandre chez les populations voisines ??? A qui appartient l’air que les forêts ne purifieront plus ??? Et plus généralement à qui appartiennent les territoires de cette planète ? Pierre et Vacances et ses complices ont le droit de dessiner des frontières et de les fermer à qui ils veulent ?

    Rien de nouveau, au fond, sous le soleil.

    Le monde capitaliste exige des destructions et des sacrifices pour ses intérêts privés et pour asseoir son pouvoir. Il associe par la propagande et la peur la population ouvrière à ses diktats au nom du travail bienfaiteur et rassembleur.

    Les camps de vacances de Center Parcs sont aussi des camps d’aliénation collective et de travail forcé.

    1. « Les camps de vacances de Center Parcs sont aussi des camps d’aliénation collective et de travail forcé. »

      Vous vous discréditez par cette seule mention. Même pas besoin de lire la logorrhée indigeste du reste de votre message. Après une telle énormité vous n’êtes pas crédible.

    2. Vous rendez-vous compte de ce que vous dîtes ? 😡

      Avec le moignon qui vous reste d’esprit (©Jean-François Revel), pouvez-vous vous imaginer en train d’essayer de tenir de tels propos devant des victimes survivantes des goulags ou des camps nazis, ou devant leurs proches qui en portent la mémoire ?… 😥

      Tout ce qui est excessif est dérisoire.

    3. [modéré], tout ceci a été décider démocratiquement par des élus désignés démocratiquement , il est hors de question qu’une bande de malotrus remettent en cause une décision démocratique.
      Que cela vous plaise ou non , force est à la loi.

      Si vous n’aimez pas la démocratie , allez en Iran ou en Russie .

      1. Bien sûr j’ai été excessif avec cette dernière phrase pour agiter le chiffon rouge et enfin faire bouger cette ambiance de torpeur qui règne ici, mais vous vous focalisez sur cette phrase, alors que le plus important est le reste. Je fais avec mes moyens mais il y tellement de conneries accumulée par vos commentaires que les rectifier prend beaucoup de temps, il faut en effet dix secondes pour sortir une ânerie, et dix minutes pour expliquer pourquoi c’est une ânerie.

        Par rapport à vos insultes, j’en appelle à la modération qui devrait supprimer vos messges grossiers et qui n’apportent rien, comme elle l’a déjà d’ailleurs fait sur ce présent fil.
        Et si vous persévérez dans l’insulte gratuite, j’en déduirais que vous n’avez définitivement aucune argumentation à apporter (ce dont je suis quasiment sûr à présent) et que vous n’êtes là que pour provoquer des polémiques stériles.

  18. Oui Bernard, voter analyse vise juste.

    Le pire dans cette histoire, c’est que Pierre & Vacances bénéficie d’un partenariat privilégié avec les collectivités locales et la région qui investissent 36,5 millions d’euros et lui ont cédé le terrain pour une bouchée de pain (0,30 euro/m2, alors que le prix moyen est normalement de 18 euros). L’impact en terme d’emploi est, lui, limité et discutable : 48 % des emplois promis seront des activités de nettoyage avec un temps moyen d’un peu moins de 12h/semaine soit 370 euros/mois. » (L’Humanité, 03/12). Si le chantier avance si vite, c’est parce que « le temps presse pour Pierre et vacances puisque son projet de Roybon est basé sur une niche fiscale qui s’arrête fin 2015. » (daubé qui est daubé, 01/12 et 02/12)

    De son côté, la Fédération départementale de pêche a déposé un recours au tribunal administratif contre le projet. Son président s’indigne : « Center parcs va rejeter de l’eau à 21 degrés, alors qu’à 20 degrés l’espèce truite disparaît. Ce secteur, c’est le château d’eau de la Drôme.» (daubé qui est daubé, 22/11).

    Enfin, la FRAPNA, qui a pris position contre le Center Parcs, dénonce dans un communiqué le chantage aux subventions du conseil général : « la FRAPNA Isère […] se voit désormais couper les vivres par le Conseil Général de l’Isère, qui n’accepte pas que l’on puisse contester la légalité d’un projet touristique qui va détruire des dizaines d’hectares des précieuses zones humides des Chambaran. » (ADES, 28/11)

    1. Si la critique et les actions concrètes contre la destruction de l’environnement commencent à porter ses fruits, sur l’importance des zones humides, des bouilles, des forêts, des espèces végétales et animales, il me paraît important de les compléter par une critique (et des actions concrètes) contre le modèle économique qui se cache derrière les opérations de Center parcs.

      Cloba, je pense que vous l’avez déjà initiée.

      L’opération à Roybon n’est pas isolée, il existe de nombreux projets dans les résidences tourisme dans les Alpes, en Europe, en Espagne, au Maroc.
      Le modèle économique n’est pas si compliqué si nous prenons le temps de bien le comprendre. Nous avons besoin d’outils pédagogiques pour décrypter les mécanismes financiers à l’œuvre.

      Premièrement, la défiscalisation.

      La multinationale Pierre et Vacances propose via ses nombreuses filières l’acquisition de terrains généralement situés en zone rurale pour bénéficier d’avantages fiscaux dans des zones de revitalisation rurale. Il est probable que pour d’autres investissements tels que les Aparthotel (adagio) qui ont fleuri ces dernières années, bénéficient d’autres types de défiscalisation, comme ceux concernant les investissements à 500 m des quartiers politiques de la ville. Il y a donc un travail critique à mener sur ces avantages fiscaux de ces sociétés, ce qui leur permet de ne pas payer les impôts. C’est d’autant plus scandaleux que la multinationale bénéficie de subventions des collectivités territoriales pour venir s’installer sur le territoire !

      Deuxièmement, la financiarisation.

      Le métier de Pierre et Vacances n’est plus seulement de faire du tourisme mais de la finance. Ils proposent à des clients, particuliers ou investisseurs, d’investir dans les Centers Parcs ou les résidences de tourisme. Cela se fait généralement grâce à des partenariats qu’ils entretiennent avec des banques. Ils garantissent des retours sur investissements mais qui peuvent baisser si l’activité venait à chuter… On ne compte plus les propriétaires floués par ces produits immobiliers que l’on peut qualifier de TOXIQUES. Avec les conséquences de la crise, la lutte contre la financiarisation est de plus en plus importante. Un front s’est ouvert face aux investisseurs immobiliers réunis chaque année au MIPIM à Cannes et à Londres. Ce sont eux qui achètent nos villages, nos quartiers, nos villes…

      Troisièmement, les paradis fiscaux.

      Le groupe Pierre et Vacances s’est internationalisé et s’intègre désormais dans une économie capitaliste mondialisée. Le groupe entretient des relations avec une entreprise CK Partner Asia qui est basée dans les paradis fiscaux de Hong-kong et Singapour. Elle est également présente au Maroc où elle investit fortement à Marrakech ce qui lui permet de créer des liens avec des investisseurs des Emirats Arabes Unis. Plus près de nous, la multinationale est présente à la City de Londres, l’un des plus grands paradis fiscal à travers la société W2-IM et au Luxembourg à travers la société UFG.

      Pierre et vacances immobilier » et ses liens avec la Française Bank qui gère par exemple les cottages du center parcs des trois forêts en Moselle. Un travail d’investigation plus poussé permettrait très certainement de découvrir l’évasion fiscale de ces entreprises.
      POUR RESUMER, LA MULTINATIONALE PROFITE D’AVANTAGES FISCAUX ET DE SUBVENTIONS EN VENDANT DES PRODUITS TOXIQUES ET EN RAPATRIANT LES PROFITS DANS DES PARADIS FISCAUX !

      J’appelle tous les groupes critiques qui travaillent sur les questions de financiarisation et la lutte contre les paradis fiscaux à contribuer à ce travail d’investigation. Il est nécessaire d’avoir des prises de paroles sur ces enjeux lors de nos luttes.
      J’appelle également les médias citoyens, et plus largement les journalistes, à prendre connaissance de ces mécanismes qui nuisent à la démocratie.

      Le projet de CENTER PARCS est TOXIQUE ! NON A LA DESTRUCTION DE L’ENVIRONNEMENT ! NON A LA FINANCE !

      1. Tout ceci est appelé « aides à l’intégration du Center-Parcs par les Collectivités » : un total d’environ 37 millions d’euros d’argent public. Pour vous donner une idée des proportions, le budget consacré à la santé publique pour toute une année dans le département de l’Isère en 2013 est de trois millions d’euros et le budget de la culture de 18 millions. Le projet commercial « Center Parcs du Domaine de la forêt de Chambaran » représente donc presque quarante fois le budget consacré à l’accès au soin pour tous, ainsi que le double du budget réservé aux activités et événements culturels du département…
        Les services de communication du département nous assurent qu’il s’agit néanmoins d’investissements rentables. Ils ne nous précisent cependant pas que le département mettra environ douze années pour seulement se rembourser lesdits investissements ; douze années avant de faire le moindre profit économique.
        Quel prix a pour l’instant payé l’entreprise Pierre et Vacances pour avoir la chance de réaliser son projet commercial ?
        Le maire de Roybon a signé la vente de 200 hectares à l’entreprise Pierre & Vacances. L’entreprise a d’abord acheté les terrains à des prix qui relèvent du terrain non constructible (0,30 euros le m2). Certains de nos élus politiques ont ensuite modifié le caractère légal et administratif de ces terres pour les rendre légalement constructibles, ce qui leur donne alors une valeur de 18 euros le m² (=35 millions de cadeau pour Pierre et Vacances de nos poches.

        1. [modéré] Elle compare des chiffres qui ne sont pas comparables.

          – La totalité des financements publics à Roybon, un investissement, donc une dépense une fois seulement.

          Avec :

          – Le budget du seul département de l’Isère pour les hôpitaux, en oubliant la Sécu, la Région, l’Etat, j’en passe et des meilleurs, dépenses annuelles, celles-là, qui plus est.

          La mauvaise foi et le mensonge zadistes sont sans limites.

          Mon plus profond mépris vous accompagne, Madame Maria Hygson, qui portez fort mal votre prénom, symbole de la vertu la plus haute.

        1. Merci Meria pour cette comparaison très intéressante.

          Ne faites pas trop attention à certains intervenants un peu limités intellectuellement, la modération de ce site est relativement permissive.

        2. L’ergonomie déplorable de ce site fait que vous avez pu croire que mon « allusion déplorable » s’adressait à vous. Mais non, C’était à Bernard.

          Si je vous suis antipathique, sachez que vous m’êtes très violemment antipathique, à tel point je crois que si je vous croisais dans la rue je changerais de trottoir.

          Bon, à part ça, vous avez quelque chose de raisonnable à répondre à mes arguments de fond ?

        3. Il est certain que les zadistes n’apprécient pas la permissivité intellectuelle. Eux ce serait plutôt « Le meilleur des mondes », « Big brothe »r et « Le zéro et l’infini » réunis !

          1. @ Laurent Berthod

            Il est certain que les zadistes n’apprécient pas la permissivité intellectuelle. Eux ce serait plutôt « Le meilleur des mondes », « Big brothe »r et « Le zéro et l’infini » réunis !

            >>> Le tout furieusement mâtiné de bolchevisme …….

            1. Absolument dingue le nombre de personnes qui tentent d’intervenir pour exprimer leur mécontentement d’être bousculés dans leurs intimes convictions, mais qui, pour ce faire, sont incapables d’écrire autre chose qu’une phrase de 2 ou 3 lignes complètement à côté de la plaque, sans argumentation, quand ce n’est pas une insulte… Enfin, passons…

              Merci pour votre synthèse GV, mis bout à bout, tous ces arguments permettent en effet de légitimer une contestation.

              Ceux qui défendent les territoires veulent préfigurer une société qui fonctionne sur d’autres bases que la prédation des ressources naturelles. De Notre-Dame-des-Landes à Sivens en passant par Roybon, ce qui se joue désormais, ce sont des résistances aux activités d’extraction de grands volumes de ressources naturelles, qu’elles soient agraires, pétrolières ou forestières. Le front de ces activités d’extraction était jusqu’à présent principalement situé dans les pays du Sud. Il se déplace désormais vers les pays du Nord, qu’il s’agisse des sables bitumineux de l’Alberta, des gaz de schistes, de la promotion du tourisme de masse (par la construction d’aéroports ou de parcs de loisirs), ou encore du soutien aux projets d’agriculture industrielle.

              Comme vous l’affirmez à juste titre, ce ne sont pas seulement des revendications environnementales. Les mobilisations se jouent aussi autour de revendications liées à la démocratie. Il y a notamment un enjeu autour de l’idée d’une égalité : tout le monde, et non les seuls élus, doit pouvoir participer aux décisions et est fondé à les remettre en cause. Il ne s’agit donc pas uniquement d’occupations défensives.

              Ce qui se joue dans ces résistances est donc double : la résistance aux activités d’extraction et l’invention ou la préfiguration d’autres modes de vie.

              1. Au sujet des intervenants, force est de constater que vous avez entièrement raison Meria. Que de réflexions grotesques dignes de polichinelle ! Je vous propose de ne plus perdre de temps, nous avons bien mieux à faire et du pain sur la planche, et j’ai déjà passé beaucoup trop de temps à expliquer des évidences, ne serait-ce que sur la manière décente de communiquer.

                Les malheureux qui ne voient pas plus loin que leur nez ou les reportages à sensation crieront aux zadistes, mais nous savons bien que le ras-le-bol est bien plus ample. Oui, quelque chose est en train de se construire, d’être expérimenté. Il y a un modèle qui se diffuse, et pas uniquement en France : on peut observer des dynamiques similaires en Angleterre, en Allemagne, en Amérique du Nord. Il y a par ailleurs une histoire déjà ancienne de ces mobilisations (on peut penser aux mouvements anti-barrages en Inde, par exemple). En ce sens, on peut considérer qu’il s’agit d’un cycle global de mobilisations, d’une nouvelle forme de construction des solidarités.

                PS : rageous, je ne fais que relater des faits. C’est le préfet lui-même qui a publiquement déclaré : « l’avis du CNPN je m’assois dessus ». Ce n’est donc pas faux. Par contre, il est vrai qu’on demande l’avis des citoyens… mais seulement pour leur donner l’illusion de participer aux décisions afin de mieux les éloigner du pouvoir de décider. Faire participer, c’est faire accepter.

              2. @ GV et son double Meria Hygson
                Ça ne vous gêne pas de faire des C/C ?
                http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2014/12/14/des-zad-mais-pour-quoi-faire_4540277_4497186.html
                On comprend mieux pourquoi vous êtes incapables de répondre à JG2433, par exemple!

                « Seulement pour leur donner l’illusion de participer aux décisions afin de mieux les éloigner du pouvoir de décider. Faire participer, c’est faire accepter. » – See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/11/28/sivens-voyage-au-coeur-de-la-zad/#comment-142160
                Quand on prend le temps de participer à une enquête et a fortiori si l’on est opposé au projet, c’est du taf!
                Il ne suffit pas de déblatérer 3 conneries que le CE reprendra avec amusement dans son rapport, mais bien de lui soumettre des arguments pertinants, fondés et vérifiables et en 1 mois étudier un dossier qui peut faire 400 pages peu en dégoûter plus d’un.
                Après il jugera sur la motivation du public, plus particulièrement celui que le projet concerne (nom et adresse), et sur son affluence ou non.
                Comme il est + important de prendre le temps de le rencontrer plutôt que de ne faire qu’un courrier ou lui apporter une pétition qui si elle n’est pas suffisemment motivée n’aura aucune valeur.
                En cas d’échec, viennent ensuite les recours…
                C’est ça la democratie, pas le délire existentiel d’une bande de gonzs réacs manipulés par la propagande ecolo-gaucho-alter-décroissantiste.

              3. Ces crétins frustrés dont l’activité sociale se résume à la haine de l’autre sont complétement dans le délire ; étant donné qu’ils n’ont aucun argument et que surtout ils sont incapables d’en construire de robustes , ces frustrés se déchainent dans l’outrance et la dénonciation de complots imaginaires
                Répandre des rumeurs est plus aisé que de faire preuve de discernement et de construire un dialogue.
                La caricature prend le pas sur l’analyse.
                Mais en définitive , ne vaut il pas mieux tendre la main à ces égarés , à ces handicapés sociaux , ces paraplégiques de la démocratie ?

              4. roger a dit :

                Ces crétins frustrés dont l’activité sociale se résume à la haine de l’autre

                >>> Cà ne se résume pas qu’à « la haine de l’autre »…. puisqu’ils sont bien contents de se shooter (entre autre) aux subventions, allocations et subsides divers et variés, qui leur sont généreusement distribués contre son gré et sans contreparties par « l’autre » tant haï…..

              5. @ roger

                Ces crétins frustrés ….. Mais en définitive , ne vaut il pas mieux tendre la main à ces égarés , à ces handicapés sociaux , ces paraplégiques de la démocratie ?

                >>>> Essayez de leur tendre la main mon vieux! Je suis sûr qu’ils vont vous la mordre! C’est tout ce qu’ils savent faire!

              6. Ce n’est sans doute pas adminalerte, mais un troll. Il faut faire gaffe, le terrain est miné par les zadistes. Et le restera tant qu’adminalerte n’aura pas viré toutes ces crapules crapoteuses aux égouts dont ils n’auraient jamais dû sortir.

              7. c’est à Gv que je répondais :
                « changer de disque ! toujours les mêmes rengaines ! »

              8. @véro :
                vous avez trouver ça toute seule ou vous vous êtes mis à plusieurs pour trouver cet maxime digne des fins de beuverie !

              9. « Quand l’administrateur rentrera de son congé maladie »

                Profitez-en vite pour insulter à tout bout de champ sans être censuré 😉

        4. Mes « insinuations grossières » ne sont pas des insinuations. C’est de l’ironie et de la dérision explicites. Parce que la défense des « zones humides » commence à me courir sur le haricot.

          Si on avait voulu conserver les zones humides en l’état on n’aurait jamais transformé les marécages de la Sologne, de la Dombes, de la Brenne, etc. en étangs, éliminant ainsi la malaria endémique de ces régions. On n’aurait jamais !@#$%^&*éché le gigantesque marécage des Landes pour en faire un pinède autrement plus vaste que le Parc Centers de Roybon !

          [modéré]

          Vivent les zones humides ! Les autres auxquelles je pense !

          1. A propos de ces prairies humides du Testet, elles ont non seulement un pH acide (déminéralisation) mais sont aussi un formidable réservoir au parasitisme des ruminants genre Grande Douve, paramphistomes, nématodes, etc. en gros pas le site le + sexy pour faire de l’élevage!
            C’est certes exploitable pour le fourrage (néanmoins du fait de l’acidité du terrain pas de très grande qualité) et vraiment pas bandant pour la pâture, à moins d’avoir la panoplie d’antiparasitaires correspondante!

            1. @rageous

              A propos de ces prairies humides du Testet, elles ont non seulement un pH acide (déminéralisation) mais sont aussi un formidable réservoir au parasitisme des ruminants genre Grande Douve, paramphistomes, nématodes, etc. en gros pas le site le + sexy pour faire de l’élevage!

              >>> Je pense que vous perdez votre temps avec ces explications à destination des brutes épaisses totalement incultes de zadistes! Pour cette engeance parasite vous vous exprimez en volapuk complètement obscur …. Et même dans l’éventualité où ils y comprenaient quelque chose, ils vous rétorqueraient que ce « un formidable réservoir au parasitisme des ruminants  » est un exemple de défense de la biodiversité!Toutes les petites bêtes ont le DROIT de vivre, non? Désespérant!

              1. @ Zygomar
                Ça ne mange pas d’pain d’apporter quelques connaissances « pratiques » aux béotiens surtout quand ils ont cette prétention de nous montrer comme voie incontournable leur new forme d’agriculture agroécologique!

              2. @ rageous

                @ Zygomar
                Ça ne mange pas d’pain d’apporter quelques connaissances « pratiques » aux béotiens

                >>> Ne m’en veuillez pas de citer encore une fois Audiard mais, je pense que ce bonhomme, avec Desproges était l’expression de l’esprit, de la sagesse, du bon sens et de la conscience contemporains hélas trop souvent ignorés et/ou négligés aujourd’hui:

                « Je ne parle pas aux cons parce que çà les instruit… »

              3. @ Zygomar
                Il ne faut pas s’arrêter qu’à ces gens là, ceux qui n’ont que de la gueule!
                Une majorité silencieuse (les taiseux comme les appelait Krolik sur Agoravox) lis aussi et parfois, même en étant de l’autre bord, vous répondra être d’accord avec vos arguments.
                C’est ce que j’ai pu constater sur le site des bouilles (site zadiste de Sivens) où après une bonne dizaine de commentaires n’ont plus laissé passer un seul de mes posts après que des intervenants aient abondé dans mon sens. La censure discrète…des défenseurs de la liberté de toutes les expressions!

              4. Le journaleux de Reporterre couine du plus fort qu’il peut à l’adresse de ses CONfrères de la presse qu’il se serait fait molester sur la manif antiZADISTES de Sivens du 18 dec … en fait il est est allé au contact provoquer les paysans , les narguer avec ses questions fermées à la con genre modèle d’agriculture industrielle non durable (le mec il sait à peine combien de tétines au pis ont les vaches, ni si le blé on le sème en avril ou en novembre …), il prétend s’être fait bousculer … il a de la chance , moi je lui aurais fait bouffer son sac à dos !
                Par contre les zadistes odorifères pouilleux et galeux dont il fait l’apologie en légitimant leur juste combat, eux ils te contrôlent ton texte tes vidéos et tes photos et si ça leur va pas ils te caillassent… mais là c’est normal la liberté de la presse agroécologique tendance commissaire du peuple

              5. « il prétend s’être fait bousculer »

                Mon pauvre ami… Ne savez-vous pas qu’il est strictement inconcevable pour lui, comme en général pour ses coreligionnaires, que l’on puisse se permettre, ne serait-ce que toucher à un seul cheveu d’un représentant du – soit-disant 🙄 – « camps du Bien » ?

                Vous êtes alors un bon candidat pour un sévère (et mérité ! :mrgreen: ) programme de « rééducation-refonte ».

            1. @ Laurent Berthod

              Dites donc sacrément coriace cette gosse Daphné hein, elle vous en a fait baver sur le fil Jean Vincent Placé !

              Et maintenant, d’autres énergumènes vous donnent encore du fil à retordre. « L’enfer c’est les autres », écrivait Sartre, enfin… il faudrait préciser surtout ceux qui ne sont pas d’accord avec vous. « Si tu dis ce que tu veux, tu entendras aussi ce que tu ne veux pas » (Alcée de Mytilene).

              Si certains ne veulent plus communiquer avec vous car vous les avez excédé – ce que je peux aisément comprendre – ce n’est pas (encore tout à fait) mon cas.

              Ceux qui apprécient L. Berthod sur ce site pourraient-ils lui dire de cesser de se ridiculiser ? Honnêtement, ce serait pour son bien. A moins qu’ils n’aient déjà tenté de le raisonner en vain, ou alors qu’ils le considèrent comme un cas désespéré ou un masochiste.

              Voici ses dernières déblatérations :

              « Apparemment ils en pleine plein la tronche, ces [modéré]. »

              Voilà bien ce qui vous fait jubiler : l’échange belliqueux plutôt que le débat d’idées. Calmez-vous, ça va bien se passer, vous recouvrerez bientôt votre capacité à vous exprimer en bon français ! En plus vous vous moquez et discréditez l’humour de roger mais ne le comprenez même pas ! MDR comme disent nos jeunes !!

              « Je ne sais pas comment sont arrivés ces signes cabalistiques »

              Point de signes cabalistiques, il s’agit de vos éructations !

              « Bon, l’administrateur, réveillez-vous ! Agissez, quoi, merde »

              Rassurez-vous, votre appel n’est pas resté lettre morte, compte tenu du nombre de censures que vous avez subies !

              J’en passe et des pires !

              Vous vous enfoncez sérieusement tout seul, mais je dois reconnaître qu’il faut que je vous remercie sincèrement pour ces moments de franches rigolades :-D, merci d’amuser autant la galerie par vos bouffonneries, sans vos interventions ce site serait peut-être un peu trop sérieux.

              1. @ Meria

                Très subtile cette analyse.
                Et quand on sait que :

                – le préfet s’assoie sur l’avis d’une enquête publique ET de deux commissions nationales officielles, démontrant donc qu’il se torche avec l’avis des citoyens et que le « processus démocratique » est donc du foutage de gueule au plus haut point dans lequel on demande l’avis à la population pour lui faire croire qu’elle participe aux décisions mais en réalité pour mieux l’éloigner des pouvoirs de décision, cela a un nom, c’est l’aliénation,

                – le maire de Roybon a signé la vente de 200 hectares à l’entreprise Pierre & Vacances à des prix qui relèvent du terrain non constructible (0,30 euros le m2) et que certains de nos élus politiques ont ensuite modifié le caractère légal et administratif de ces terres pour les rendre légalement constructibles ! Ce qui leur donne alors une valeur de 18 euros le m² (soit 60 fois plus cher qu’initialement, ce qui représente un joli cadeau de 35 millions pour Pierre et Vacances DE NOS POCHES).

                – les dépenses d’argent public pour ce mastodonte du tourisme atteignent des sommets, alors qu’elles pourraient être mieux utilisées pour favoriser plusieurs petits projets, les commerçants et agriculteurs locaux, les transports publics dans cette région mal desservie, la rénovation énergétique des bâtiments, les écoles…

                – la multinationale Pierre et vacances profite d’avantages fiscaux et de subventions et vend des produits financiers toxiques en rapatriant les profits dans des paradis fiscaux,

                – de graves problèmes de salaires et de conditions de travail subsistent dans les Center parcs, Pierre et vacances n’a que très peu de considération pour ses salariés.

                Ce n’est pas par gaieté de cœur mais bien parce que leur conscience guide leur conduite que ceux qui se sentent floués s’opposent à ce genre de projet. Lorsqu’on se sent révoltés par ces faits, que l’on est cohérents et favorables à la justice sociale, quoi de plus légitime que de défendre les territoires impactés, comme le font, sur le terrain ou pas, de nombreuses personnes ? C’est bien la moindre des choses pour qui veut tendre vers plus d’équité, refuser la pression de ceux qui veulent se faire du fric sur le dos des contribuables et alerter sur la parodie de démocratie qui se joue dans le théâtre des dominants.

              2. Le fait qu’une collectivité territoriale met de l’argent dans un projet on appelle ça un investissement , ignorant.

                Mais cela c’est trop difficile à cerner quand on a le cerveau abimé par une vision tordue de la société et de l’économie.

              3. pourquoi vous n’êtes élu en tant que maire , si vous avez d’aussi bonne idée Mr YAKAFOKON ?

              4. @ GV
                « le préfet s’assoie sur l’avis d’une enquête publique ET de deux commissions nationales officielles » – See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/11/28/sivens-voyage-au-coeur-de-la-zad/#comment-141954
                C’est faux. Les commissions « nationales officielles » désignées n’ont qu’un avis consultatif pour les (pour le coup) très officielles DREAL (ex DRIRE et DIREN) et DDTM (ex DDE et DDAF), organismes d’Etat (avec d’autres s’il est besoin de les consulter) qui apporteront leurs avis favorables ou non au projet à la connaissance du Préfet.
                Elles peuvent assortir leur avis (favorable) avec des réserves suite aux avis des commissions environnementales.
                Lors de l’Enquête Publique, le Commissaire Enquêteur peut alors demander au pétitionnaire d’apporter des garanties ou revoir ses mesures compensatoires s’il les juge insuffisantes au regard des conclusions des services de l’Etat (DREAL, DDTM et autres).
                Ce sera avec tous ces éléments, l’avis de la population comme des associations locales qui se seront fait connaitre lors de l’enquête avec leur doléances que le CE donnera son avis défavorable ou non avec ou non des réserves à connaissance du Préfet.
                Ce dernier pourra ou non les reprendre pour accepter ou non le permis de construire.
                Ni vous, ni moi et visiblement ni les interlocuteurs, Meria Hygson et FabLab n’avons connaissance des documents officiels (autorisation PC, rapport du CE), dans ce cas on ne beugle pas sur le processus démocratique parce qu’il ne va pas dans votre sens!
                S’il y a des irrégularités ou des conclusions abusives, les TA sont là pour ça! Faire appel à une bande de hors-la-loi pour défendre le Droit est une imposture!

              5. GV

                le pénible c’est vous!
                Vous pouvez détourner les propos de LB en les sortant de leur contexte cela ne changera rien aux bétise que vous répétez sans intelligences autre que celle du militantisme de perroquet « con vaincu »

        5. Je critique avec des arguments raisonnés la comparaison de Meria entre différents financements. Que répond Fablab ? A Meria, « Merci de cette comparaison », sans avancer aucun argument, aucune réfutation des miens.[modéré]

        6. Laurent Berthod, vous écrivez :

          « L’ergonomie déplorable de ce site fait que vous avez pu croire… »

          Je crois surtout que vous êtes un pauvre Monsieur. Vous n’avez donc pas compris qu’après de multiples tentatives de communiquer avec vous (notamment sur le sujet « Jean-Vincent Placé… ») en vain – puisque vous n’avez cessé de l’insulter – FabLab ne vous adresse plus la parole (il est d’ailleurs fort possible que je fasse de même), ne sauriez-vous pas lire ? :
          « dites-lui que je ne daignerai plus lui répondre tant il m’inspire de la répugnance avec ses insultes incessantes et autres calomnies provocatrices dans presque chacune de ses interventions. Remarquez, comme ça, il sera certain d’atteindre son objectif : avoir raison et le dernier mot à tout prix. A moins qu’il ne suive instamment (mais j’en doute) les recommandations bienvenues de la modération que j’alertais depuis déjà plusieurs jours au sujet des « dérives ». »

          Cela est pourtant suffisamment clair. Même la modération se voit obligée de vous censurer quasiment à chacune de vos interventions. D’ailleurs, si j’avais un conseil à lui donner pour sauvegarder un intérêt à son site, ça serait de vous bannir définitivement, en plus elle gagnerait beaucoup de temps.

            1. C’est vraiment des [censuré] et des gros [censuré] , une bande de [censuré] mue par une idéologie de [censuré] et téléguidé par des [censuré] de EELV.

              1. @roger,

                Quoi de plus efficace que l’auto-censure ? 😉
                Nous ne sommes pas toujours d’accord sur le fond, mais contrairement à d’autres, j’apprécie bien votre humour !

        7. Meria,

          En analysant le nombre et les horaires des commentaires de ce triste personnage, j’ai constaté qu’il est très présent sur ce site. C’est probablement le signe de quelqu’un qui se sent seul (vit seul ?) et qui n’a pas beaucoup d’amis, alors il part à la recherche de personnes avec qui converser virtuellement. Il n’y a pas de mal à cela bien entendu, les no-life sont nombreux, mais ça n’excuse en aucun cas son comportement déplorable.

          Mais n’accordons pas trop d’importance à ses élucubrations, j’en reviens donc au sujet : avez-vous remarqué que ceux qui essayent de coller un label sur les zadistes adoptent très vite le jargon des autorités et de la police ? Autorités et police qui ont besoin d’assigner des identités aux zadistes, de les figer dans des catégories existantes pour savoir comment les traiter – en l’occurrence pour justifier qu’il n’est pas possible de dialoguer avec eux et qu’il faut donc faire le choix de la répression ? De plus, on renonce ainsi à saisir tout ce qui se joue de nouveau dans ces mobilisations, dans des pratiques et des expérimentations dont le propre est précisément de faire évoluer les identités hors des catégories existantes. Et c’est précisément ce qui fait peur aux élus : les zadistes leur « échappent ». Les autorités ont besoin de faire entrer dans des cases : soit ce sont des associations avec des porte-parole avec qui on peut discuter, soit ce sont des jeunes non organisés, donc dangereux. Parce que ces mobilisations ne sont pas complètement structurées de manière classique, et qu’elles échappent à la récupération, il n’y a de fait aucun pacte tacite qui permettrait d’anticiper ce qui va se passer.

            1. @Laurent Berthod

              Vous ne connaissez rien de ma vie. Vous délirez complètement

              >>> Ce ne sont qu’un ramassis de minus prétentieux aussi bêtes que méchants qu’il faut laisser mijoter dans leur crasse physique et intellectuelle auto entretenue.

  19. Si tous les Conseils généraux, et le Conseil régional supprimaient les subventions à la Frapna, elle n’y survivrait pas. Une telle association qui n’a déjà aucune légitimité ni scientifique ni démocratique, n’a même pas celle des cotisations de ses adhérents !

    1. Et pourquoi pas, tant qu’on y est, mettre en usage l’invention imaginée dans la BD « Léonard » ?
      À savoir : la charrue à propulsion féminine ? 😉

      Ou encore, faire comme cette femme africaine :
      (image visible… pour autant que le lien soit fonctionnel)

      http://fr.tinypic.com/r/avj0hd/8

    2. Je m’appelle Daphné et je suis Zadiste parce que je ne sais pas faire autrement. J’ai 28 ans et dans ma petite vie, j’ai essayé de trouver ma place de différentes manières. J’ai fait une école de commerce et j’ai travaillé dans des entreprises, grandes et petites, mais je me suis vite rendue compte que quelque chose clochait dans ce monde là. Alors j’ai essayé de travailler pour le secteur public, puis même de faire de la politique à l’échelle nationale puis locale. Mais là encore, j’ai vite déchanté. Alors je me suis tournée vers l’université, le lieu de tous les savoirs, de la connaissance, du travail désintéressé. Mais encore une fois, mes illusions ont rapidement été ramenées à la réalité d’un monde gouverné par l’ego, au service du prince et de l’argent plus que du peuple.
      Aujourd’hui, j’ai quitté la ville, j’habite en collectif à une demi-heure du projet de Center Parcs et j’essaie de revenir à une vie simple et juste.
      Depuis le début des travaux, je fais de mon mieux pour bloquer le projet, en enlevant des piquets de géomètres, en m’approchant des bucherons ou des machines, et je discute avec les ouvriers, les vigiles et les gendarmes dès que l’occasion se présente.
      Je suis Zadiste, et j’assume.
      Daphné

      1. 28 ans ça va , encore jeune ,…………puis l’âge de la raison viendra..assez tôt , je l’espère pour vous.

        Si après toute votre expérience (très petite quand même ) vous considérez que c’est les autres qui clochent , c’est que vous avez une très haute opinion de vous-même et que la remise en question n’est pas d’en votre « logiciel » .
        Un conseil : pour changer le monde , il faut déjà être dans ce monde et pas à coté ou ailleurs !

      2. Vous dites avoir suivi un cursus d’étude dans le secteur commercial.
        De vous impliquer dans une structure que vous fonderiez vous-même ne vous serait-elle jamais venue à l’idée ?
        Vous ne parlez que de déconvenues dans divers postes que vous avez occupés en tant que salariée et vous semblez en ressortir plutôt aigrie et frustrée.
        Ma (modeste) expérience :
        Après avoir été « pion » (surveillant, quoi…) pendant sept ans pour me permettre d’aller au bout de mes études en fac (secteur médical) et avoir obtenu mon diplôme, j’ai exercé mon métier en tant que professionnel libéral…
        J’aurais très bien pu faire un autre choix et opter pour le salariat… L’option libérale m’a plus inspiré ; je me suis donc engagé dans cette voie et, ensuite, j’ai « assumé » – avec les avantages et les inconvénients inhérents.
        Peut-être l’option d’activité dans le secteur « indépendante pourrait-elle mieux vous convenir ?

          1. Merci à vous pour votre appréciation.
            Ce que je voulais simplement – et humblement – suggérer à Daphné, dans cette parenthèse toute personnelle, c’est qu’il ne faut, en règle générale, s’en prendre qu’à soi-même et ne pas attendre « trop » de la « société ». L’essentiel a néanmoins été pour moi d’aboutir. Et ce, sans que cela soit au détriment de quiconque !

      3. @ Daphné

        Aujourd’hui, j’ai quitté la ville, j’habite en collectif à une demi-heure du projet de Center Parcs et j’essaie de revenir à une vie simple et juste. Je suis Zadiste, et j’assume.

        >>> Et elle est financée par quels moyens votre petite vie de « discussion » de « zadiste » ??

        1. @Zygomar
          L’immense majorité des zadistes sont des traîne-savates qui vivent aux crochets d’un « système » qu’ils vomissent mais dont ils acceptent volontiers les subsides.

          1. @EBER

            @Zygomar

            L’immense majorité des zadistes sont des traîne-savates qui vivent aux crochets d’un « système » qu’ils vomissent mais dont ils acceptent volontiers les subsides.

            >>>> J’espérais, à tort évidemment, que ce soit Daphné elle-même qui me fasse cette réponse!!

        2. à votre avis : papa et maman doivent financer les errances de leur bébé , je suppose.

          1. @ roger

            « à votre avis : papa et maman doivent financer les errances de leur bébé , je suppose. »

            >>> Eh! oui! Avec peut-être aussi un petit peu de menace, de chantage et de racket des petits commerçants et paysans du coin (« l’impôt révolutionnaire » pour soutenir la cause ) pour mettre un peu de beurre dans le cannabis…..

      4. @ Daphné :

        je fais de mon mieux […] en m’approchant des bucherons…

        Ah les bûcherons et leurs grosses mains calleuses…
        Quand la for^t vous prend !

        je suis déjà sorti

  20. @ roger demandant à rageous :
    « vous avez pensé à l’exil ? »

    + 1 !

    Nous ne sommes pas toujours d’accord mais là, force est de constater que j’approuve votre commentaire. Je n’aurais probablement pas pu mieux dire. En seulement 5 mots, vous visez juste.
    Vous m’aviez attribué un point il y a quelques semaines, aujourd’hui permettez-moi de vous le décerner, il est bien mérité.

    En me risquant moi-même à un commentaire, je me serais probablement aventuré sur un terrain qui n’aurait fait qu’amplifier la hargne qui transparaît des interventions de rageous.

    Imaginez simplement que je lui aie dit : « Avec cette influente lecture, je comprends mieux votre animosité et vos difficultés à vous exprimer sans recourir à l’insulte, ce côté harpie revêche qui se répand lorsque vous rédigez quelques lignes ; je saisis mieux aussi votre amour du statu quo et votre vision passéiste, pas étonnant avec CDG comme mentor… » ou encore « est-on vraiment crédible pour parler d’économie et de politique lorsqu’on pense qu’il est possible de cumuler un poste de sénateur et de ministre alors que le principe de séparation des pouvoirs sous-tend notre Constitution et est essentiel au fonctionnement de notre démocratie représentative ? A moins que cela ne soit qu’un lapsus traduisant une propension pour le despotisme ?»

    Vous voyez roger, sur ce coup, je préfère me taire plutôt que de réveiller sa susceptibilité et ses diatribes de furie, et préfère aussi à l’avenir éviter de trop échanger avec elle, il serait regrettable que nous demeurions en mauvais termes.

      1. @ Laurent Berthod

        @ roger demandant à rageous : « vous avez pensé à l’exil ? » + 1 ! Roger, ça vous apprendra à dire des conneries !

        >>> Il nous démontre dans la plupart de ses interventions qu’il semble bien ne s

      2. il n’y a rien de provocateur : quand on fait un bilan comme ça , la solution est de changer de pays , d’autres le font , non ?

        Que GV me donne raison , j’en ai rien à foutre !

    1. @ GV
      « Vous voyez roger, sur ce coup, je préfère me taire plutôt que de réveiller sa susceptibilité et ses diatribes de furie, et préfère aussi à l’avenir éviter de trop échanger avec elle, il serait regrettable que nous demeurions en mauvais termes. »- See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/11/28/sivens-voyage-au-coeur-de-la-zad/#comment-140572

      C’est bon, là ? Vous vous êtes assez lâché ?
      Primo, ce n’est pas parce que je sors une des fameuses citations du grand Charles que j’en fais mon mentor, remarquez qu’à côté de son successeur actuel, Monsieur « petites blagues », on n’a pas affaire à la même carrure ! Lui n’a pas attendu d’atteindre une telle impopularité pour se retirer ! Ce doit être ça la dignité d’un grand chef d’Etat…
      Passéiste ? C’est complètement stupide, la France a eu de grands politiques, reconnus et même pris en exemple à l’étranger, alors qu’ici la plupart les ont oubliés!
      Deuxio, pas la peine de vous gargariser sur ma merdique tournure de phrase sur le « cumul » de salaires de face de lune, quand c’est à son plan de carrière que je pensais, maladroitement, j’en ai convenu.
      Sinon pour la petite histoire, le pseudo rageous, prononcé rad’jouss, emprunte son origine ici https://www.youtube.com/watch?v=4A1HP41hZws
      pour servir de nom de baptème à un de mes fidèles serviteurs au gardiennage du troupeau.

      1. @ rageous

        « C’est bon, là ? Vous vous êtes assez lâché ? »
        Ce n’était pas mon intention. En tous cas, je me « lâche » beaucoup moins sur mes commentaires que vous !

        Vous vous épanchez à présent ? Sympa la petite confidence « rageous, prononcé rad’jouss » !
        Votre pseudo rageous vient donc du groupe Rageous Gratoons !
        Heureux de l’apprendre. Cela m’étonne beaucoup mais soit.

        A mon tour de me confier un peu : si je vous disais que je connais un peu ce groupe pour l’avoir déjà vu plusieurs fois sur scène dans les années 2000, vous me croiriez ? J’imagine que non mais peu importe. Toujours est-il que ce groupe a écrit et interprète une chanson nommée Rastapopoulos dont voici un extrait :

        Rastapopoulos possède des palaces à Nice,
        des bouges à Florianopolis, des casinos à Las Vegas,
        des usines à Mulhouse qu’il délocalise à Lagos,
        afin de raquer moins de charge et pouvoir faire bosser des gosses.

        Et il danse le Sirtaki de la haute finance,
        le Sirtaki de la toute puissance,
        au rythme des indices de croissance,
        il dansera jusqu’à l’ivresse.

        Et il danse au son de la fanfare de sa milice,
        il danse avec d’autant plus de délice,
        qu’il sait qu’un beau jour il l’aura dans l’os,
        tel est Rastapopoulos.

        J’avoue être un peu perplexe, faut-il en réalité derrière ce pseudo déceler un profond message subversif dans vos propos ? Non, vous allez me répondre que je prends encore mes fantasmes pour des réalités !
        Et au fait, le troupeau ? C’est des moutons ?

        1. Rastatopoulos est un personnage plus que déplaisant, crapuleux à vrai dire, et Juif, des aventures de Tintin, d’Hergé, dont l’antisémitisme de jeunesse est bien connu. Le groupe que vous aimez tant a donc encore contribué à l’antisémitisme ambiant, et de gauche il faut le dire. Car en France on a tendance à attribuer l’antisémitisme exclusivement à la droite. Mais il y a toujours eu autant d’antisémitisme à gauche qu’à droite, les antidreyfusards se recrutaient autant d’un côté que de l’autre, et dans les temps récents sans doute même beaucoup plus à gauche qu’à droite. ça ne m’étonnerait vraiment pas que bien des zadistes soient des antisémites qui soutiennent le terrorisme du Hamas sous prétexte de cause palestinienne .

          1. Ce que vous dites n’engage que vous mais je suis d’autant plus curieux de lire les explications de rageous sur son pseudo.

            Vous semblez tout ramener aux zadistes, jusqu’à leur prêter des intentions très hypothétiques, est-ce le signe d’une rancœur tenace ?

          2. @ GV
            « perplexe » « curieux » alors qu’il n’y a absolument rien d’extraordinaire d’avoir et de partagé encore les goûts musicaux de ses mômes! 🙂
            Je ne suis pas non plus allée approfondir chaque thème surtout quand ils n’étaient pas en français.
            Ne pas partager les prises de position ou l’engagement de ces groupes sur ces faits de société, comme le soulève Laurent, ne m’a pas empêchée d’en apprécier certains talents…
            Il y a eu cependant des évênements qui nous ont touchés au plus près au cours de leur adolescence qui n’ont pas manqué de les encourager à suivre une autre voie que ces « zonards », ça reste vrai encore aujourd’hui…
            Je suis assez fière qu’elles n’aient pas suivi bêtement ce troupeau bêlant les mensonges et idées reçues écologistes.

    2. @ GV

      Je me demande comment vous trouver l’énergie de répondre aux commentaires trop souvent ineptes voire carrément débiles et vulgaires de certains intervenants de ce forum. Personnellement, je ne préfère même pas leur accorder une seconde d’attention. « Don’t feed the troll » dit un dicton de sagesse populaire. Il ne doit pas y avoir de modération sur ce site sinon leur commentaires nuls auraient déjà sauté, ou alors elle est particulièrement laxiste.

      Bref, je tenais à écrire quelques mots sur ces saloperies de politiques de libéralisation du commerce et d’extension des droits des investisseurs qui renforcent la division internationale des systèmes productifs, font prédominer le droit des investisseurs sur le droit de l’environnement et la démocratie, et ignorent les exigences climatiques. En orientant le développement économique vers l’exportation et la recherche de compétitivité externe à tout prix, elles rendent les économies et nos sociétés ultra-dépendantes des importations et exportations d’énergies fossiles, et dotent les acteurs économiques des instruments pour empêcher la mise en oeuvre de véritables politiques de transition énergétique. Les négociations entre l’Union européenne et les États-Unis (TAFTA) et entre l’UE et le Canada (CETA) promeuvent un modèle énergétique insoutenable, très fortement dépendant des infrastructures d’extraction, de transformation et d’acheminement des énergies fossiles, qui anéantit toute ambition de maîtriser le changement climatique.

      Satisfaisant les intérêts des multinationales de l’énergie et de l’industrie, l’extension du libre-échange et de la protection de l’investissement privé s’oppose aux exigences de sobriété, de relocalisation des systèmes productifs, de développement des énergies renouvelables et de coopération entre les citoyens, les consommateurs et les communautés pour partager et distribuer les ressources existantes. Conclure des accords de l’ampleur de TAFTA et de CETA réduira presque à néant l’espoir de voir naître « des sociétés plus agréables à vivre, plus conviviales, plus solidaires, plus justes et plus humaines » (Appel « Créons 10, 100, 1 000 Alternatiba en Europe »). Ainsi combattre TAFTA et CETA, c’est lutter contre le réchauffement climatique car c’est préserver la possibilité de mettre en œuvre de véritables pratiques et politiques de transition écologique et sociale.

  21. @ Laurent Berthod

    @ roger

    Roger, ça vous apprendra à dire des conneries !

    >>> Il n’a pas besoin d’apprendre parce que manifestement chez lui c’est inné! La plupart de ses « interventions » montre qu’il semble bien ne savoir faire que çà…..

    1. Roger ne dit pas que des conneries, loin de là. Son défaut est de céder un peu trop souvent à son penchant pour la provoc qu’il croit drôle et qui ne l’est pas vraiment.

      1. Si je « cède  » à la provocation c’est par dérision.
        Ne pas se prendre au sérieux est un doux plaisir .

  22. @ GV

    « Vous voyez roger, sur ce coup, je préfère me taire »

    >>> Enfin, une bonne résolution! Continuez sur ce chemin, çà nous fera un peu de vacances!

    1. Non zygomar, c’est le genre d’assertions pour montrer de sa personne, une grosse prétention, faut pas le prendre au mot, c’est pipo.

    2. Pendant nos « vacances », nous pourrions en profiter pour investir dans la « pierre ».
      Nous aurions ainsi… « pierre et vacances » ?

      [Non… pas taper… Pas la tête ! Je sors… ➡ ]

        1. Il y a aussi le calicot sur la vieille bâtisse la Marquise : « Prends des vacances Pierre !».

  23. Je m’appelle Genny, j’ai 54 ans et je suis au chômage. Je viens d’un milieu ouvrier et modeste. J’ai deux grands enfants et je ne travaille plus, non par choix mais par obligation. Je suis zadiste parce que je ne supporte plus que la nature de part le Monde soit ainsi défigurée, massacrée et réduite à peau de chagrin au nom du profit et du tout puissant fric.
    J’ai vu et soutenu la ZAD de Sivens et l’immense gâchis de cette déforestation et le scandale de la mort de Rémy F.
    J’ai vu la motivation de nos jeunes et moins jeunes Zadistes. Je soutiens tous les combats pour la sauvegarde de notre Terre. Je dis non au mépris, à l’arrogance de nos états menteurs, fourbes, voyous. La Terre est une immense ZAD, je soutiens notre jeunesse courageuse et volontaire, idéaliste, celle qui monte au front, car la vie de tous les jours est un combat, une guerre contre le capitalisme. Cette jeunesse qui est un modèle pour nous plus âgés. Ils sont nos voix, nos porte- paroles.
    Tant qu’il en est encore temps, pour nos générations futures, je suis Zadiste et j’assume….
    Genny

    1. J’ajouterais même : un style tellement lisse qu’il en est trop beau pour que l’histoire soit vraie. Un véritable montage. Du mensonge pur jus monté par une propagandastaffel pas encore tout à fait au point.

    2. Donc vous soutenez les agressions commises à l’encontre des ouvriers du chantiers (plusieurs blessés graves) et des gendarmes venus les protéger ?
      Belle mentalité

        1. je parie une caisse de savon bio (si ça existe , il y en a sur le marché de noël de toulouse )

          1. Un jour ils vont réinventer les capotes anglaises bio. Avant l’invention du caoutchouc obtenu par l’abominable procédé de la vulcanisation, elles étaient en boyau de mouton. Comme les couches bio modernes, lavables et réutilisables, donc ! Hi ! Hi ! Hi ! Beurk ! Mais on réduira la consommation de « terre » pour faire moins d’enfants, le summum du malthusianisme !

  24. @ la modération : il serait grand temps de virer les trolls dont les messages n’apportent rien à ce fil et sont souvent injurieux.

    1. Ce site est libre d’expression.
      La modération est très faible, sauf en cas d’insulte raciale ou de menaces physiques. je vois pas d’autres raisons de « modérer » a posteriori.

      Perso mon message n’est pas injurieux.
      Je pose une vraie question : les prétendus « zadistes » qui se sont exprimés ici soutiennent-ils les violences que leurs comparses ont commises à l’encontre des ouvriers et autres civils ?

    1. Merci pour votre soutien Maryck

      Pour les aménagements comme Center parcs (un disneyland pour bobo en mal de nature artificielle), certains médias ou dirigeants politiques disent à qui veut les entendre que toutes les procédures démocratiques de concertation ont été déployées, que ces projets sont donc légaux, portés par des responsables démocratiquement élus. Selon eux les opposants aux grands projets inutiles qui persistent, et pratiquent la désobéissance civile, la résistance non-violente, seraient anti-démocratiques, voudraient imposer des opinions minoritaires et « extrémistes ». Dans ce schéma de pensée biaisé les opposants seraient des « anti-tout autoritaires » tandis que les porteurs de ces projets seraient eux de « braves démocrates » !

      Dans la plupart des situations, et c’est le cas pour le Center Parcs de Roybon, les procédures dites « démocratiques » de concertation prévues ont été à peu près employées et les autorisations de démarrage des travaux ont l’apparence de la légalité. Le problème est justement là : en fait ces procédures n’ont rien de démocratiques, elles ne sont ni justes ni équilibrées, et se situent dans un système global (politique, économique, juridique…) qui n’est pas démocratique non plus.
      Ces travaux ont généralement respecté les procédures légales, mais dans le cadre d’un système ou les puissants (aménageurs et élus) ont tous les pouvoirs et peuvent faire à peu près ce qu’ils veulent, où les populations elles n’ont pas de pouvoir. Elles peuvent parfois un peu s’exprimer, mais les dirigeants ont le droit de les traiter de haut et de les ignorer totalement, puis de leur envoyer les gendarmes si elles persistent.

      C’est donc cette pseudo légalité et cette fausse démocratie qu’il faut analyser si on veut aller plus au fond du problème.

      1. intéressant ces interventions des anti-tous.
        il y a une radicalisation du discours, et une montée de la violence contre notre démocratie.

        il est peu probable que la population française accepte leur violence et leur mépris de la démocratie.

        de sympathique car luttant contre les méchants lobbys, ils vont apparaître comme des casseurs.
        le milieu des journalistes globalement favorable à leur cause va aussi probablement évoluer, la violence de ces groupes vis à vis d’eux va faire apparaître des articles critiques et faire encore plus apparaître leur violence.

        1. J’adore celle-là (qui montre totalement la maitrise du sujet « théorie du complot »):
          « Les études d’impacts, censées évaluer les écosystèmes et les dégâts qui leurs seraient causés sont payées par l’aménageur !
          Il n’y a donc aucune garantie d’indépendance et d’objectivité car il n’y a aucun contrôle et les entreprises qui mènent ces études risquent forcément de favoriser l’aménageur qui les rétribuent.  »

          1) C’est normal que les études soient payées par l’aménageur. Je ne crois une seule seconde que les opposants et les Zadistes vont payer de telles études (qui coûtent en moyenne 250 €/ha pour inventaires faune flore et chiro).
          2) Dire que les Bureaux d’études sont non objectifs et non indépendants, donc à la solde du payeur est un mensonge complet. Car les bureaux d’études sont responsables (pénalement et administrativement) des expertises qu’ils produisent. Donc les bureaux d’études font les expertises du mieux possibles (souvent meilleur des les écolo eux-mêmes). ne pas faire d’étude réelle expose à la ruine de l’entreprise, voir de la prison !!!
          3) Sous-entendre que les bureaux d’études ne font que « plaisir » aux clients est stupide. Car pour cela il n’est nul besoin de se rendre sur le terrain. Le bureau d’étude pourrait écrire un rapport totalement bidonné et se faire grassement payer. Malheureusement, heureusement plutôt, personne ne fait cela. Pas envie de finir en tôle !!!

  25. Ce que je remarque dans ces « témoignages » de ces ZADistes, c’est leur volonté d’imposer leur vision du monde aux autres.
    Qu’ils soient contre le capitalisme, c’est leur droit, mais alors, pourquoi vouloir tout détruire ou empêcher l’évolution avec leurs pseudos arguments écologistes.
    Ils ont en commun une certaine culture, s’expriment bien, ne font pas de fautes d’orthographe, manient bien les sophismes.
    Mais derrière ça, j’hésite à les qualifier de nihilistes, en tout cas, ils se rapprochent du terrorisme simple.
    Les témoignages des agriculteurs près de Sivens sont éclairants. Malheureusement, ceux ci préviennent aussi que face à la faiblesse de l’autorité publique, les réactions des locaux risquent d’être vives et des coups de fusil peuvent partir.
    c’est d’ailleurs, ce que souhaitent ces ZADistes: se faire passer pour des martyrs (à condition que ça tombe chez le copain).
    Le terme de Jihadiste vert est donc tout à fait approprié.

    1. Si vous allez sur le site qui publie ces textes, vous arrivez vite à la conclusion qu’il s’agit d’une vaste manipulation. Le style de tous ces témoignages est tellement semblable qu’ils ont pour le moins été rewrités, et sans doute même écrits de la même main. Les animateurs du mouvement zadiste sont des petites crapules qui ne reculent devant aucune malhonnêteté.

  26. Bon, c’est devenu un vrai trollage. L’administrateur doit intervenir pour que les trolls n’arrivent pas à pourrir le site.

    Les zadistes manifestent une fois de plus leur comportement de voyous, de dictateurs en herbe, de terroristes intellectuels, de véritables crapules.

    1. Des couillons manipulés pour s’attacher les services d’un nègre, très mauvais d’ailleurs, tellement la supercherie est visible!

  27. Grand merci à la modération d’avoir modéré Laurent Berthod et Zygomar, ça commençait à bien faire.

    Il faut aussi surveiller de près un dénommé rageous dont les commentaires frisent souvent la vulgarité (en plus d’être vides).

    Merci encore pour votre vigilance.

        1. Je ne m’énerve pas, je souligne seulement une vérité, au cas où elle aurait échappé à certains qui auraient lu en diagonale. Cette vérité semble vous être désagréable. Mais la vérité reste la vérité. Vous avez conscience du ton de votre post de remerciement ? Celui d’une lèche cul à l’école primaire, rapporteur en plus !

          1. Ne vous fâchez pas parce que vous avez été modéré enfin !
            ça arrive à tout le monde.

          2. Ben alors à, si vous saviez ce que je m’en torche d’avoir été modéré. Et pour vous confirmer que je m’en fous, je provoque à la modération, [effectivement…modéré]

    1. @ Daphné

      Grand merci à la modération d’avoir modéré Laurent Berthod et Zygomar, ça commençait à bien faire. Il faut aussi surveiller de près un dénommé rageous dont les commentaires frisent souvent la vulgarité (en plus d’être vides).

      >>> C’est, en plus , la Charité qui se fout de l’Hôtel Dieu! Plus débile, malhonnête, bête et méchant que çà tu meurs…

  28. En fait si je comprends bien, ce site est un ramassis d’anti-écolo et d’anti-justice sociale primaires. Impressionnant le niveau. C’est une réserve en quelque sorte. Et ben figurez-vous que grâce aux écolos et aux alter qui préservent la biodiversité, on n’exterminera pas toutes les espèces en voie de disparition, et que des spécimens comme vous, on les parquera dans des réserves justement, pour les montrer aux générations futures qui n’en croiront jamais leurs yeux !!!

      1. @ douar

        Non, mais, vous vous rendez compte de ce que vous écrivez?

        >>> Bien sûr que non! Elle ne s’en même pas compte! A lire ses élucubrations , on se rend compte qu’elle ne fait que régurgiter un catéchisme mal digéré! Sa manière de s’exprimer montre assez clairement qu’elle se situe à la limite de l’inculture totale et de l’analphabétisme !

    1. @ Daphné

      En fait si je comprends bien, ce site est un ramassis d’anti-écolo

      >>> Non ! Pas anti écolo! Simplement anti écolo terroristes abrutis bornés à mentalité totalitaire de votre acabit qui desservent comme vous leur propre cause tellement ils sont intellectuellement, culturellement limités et manipulés!

      1. Ne pas omettre la composante pseudo-scientifique, sur laquelle se fonde l’écologisme et leurs théories fumeuses (pléonasme), à l’origine de leur comportement irrationnel – compris celui des dji-zadistes. 🙁

  29. >>> La modération s’est manifestement laissée abusée par le zadisme ambiant! C’est dommage de ne pas avoir fait preuve d’un minimum de discernement et d’avoir évité de prendre en compte les avis des plusieurs intervenants habituels ayant depuis longtemps démontré leur recherche d’argumentation et de n’avoir retenu que quelques mots un peu brutaux pour répondre au mépris et aux insultes récurrentes des anarchiques bolchéviques incapables de mettre en avant une argumentation qui se tienne et d’avoir recours à une « embolisation » du site par une avalanche de copiés/collés d’un même texte inepte! Dommage et très regrettable! A moins que la « modération » n’ait viré sa cuti et retourné sa veste ….. Sauf

  30. >>> La modération s’est manifestement laissée abusée par le zadisme ambiant! C’est dommage de ne pas avoir fait preuve d’un minimum de discernement et d’avoir évité de prendre en compte les avis des plusieurs intervenants habituels ayant depuis longtemps démontré leur recherche d’argumentation et de n’avoir retenu que quelques mots un peu brutaux pour répondre au mépris et aux insultes récurrentes des anarchiques bolchéviques incapables de mettre en avant une argumentation qui se tienne et d’avoir recours à une « embolisation » du site par une avalanche de copiés/collés d’un même texte inepte! Dommage et très regrettable! A moins que la « modération » n’ait viré sa cuti et retourné sa veste ….. Sauf avis contraire de la dite modération évidemment!

    Daphné a dit :
    Je m’appelle Daphné et je suis Zadiste parce que je ne sais pas faire autrement. J’ai 28 ans et dans ma petite vie, j’ai essayé de trouver ma place de différentes manières..
    Je suis Zadiste, et j’assume.
    Daphné

    10 décembre 2014 à 21:46

    Genny a dit :
    Je m’appelle Genny, j’ai 54 ans et je suis au chômage. Je viens d’un milieu ouvrier et modeste. J’ai deux grands enfants et je ne travaille plus, non par choix mais par obligation. Je suis zadiste parce que je ne supporte plus que la nature de part le Monde soit ainsi défigurée, massacrée et réduite à peau de chagrin au nom du profit et du tout puissant fric.
    Tant qu’il en est encore temps, pour nos générations futures, je suis Zadiste et j’assume….
    Genny

    11 décembre 2014 à 21:33

    Maryck a dit :
    Moi aussi je suis ZADiste parce que je veux une terre belle et bienveillante pour Nino, mon petit fils.
    J’ai 57 ans, j’habite Roubaix dans le Nord de la France, et je suis formatrice en expression écrite et culture générale.
    Je soutiens autant que je le peux les ZAD présentes
    Maryck

    12 décembre 2014 à 9:56

    François a dit :
    Je m appelle François, j’ai 34 ans, je suis marié et nous avons 2 enfants.
    BEP/BAC PRO dans le bâtiment pour ma formation, j’étais un bon petit soldat et ne pensais qu’à l’argent, consommer et faire la fêteJe suis Zadiste et j’assume !
    François

    12 décembre 2014 à 11:49

    Gil a dit :
    Je m’appelle Gil, et je suis Zadiste. J’ai 61 ans, je suis en retraite, et je vis à Chabeuil dans la Drôme à une cinquantaine de kilomètres de la forêt des Chambarans, pas très loin donc. Avant d’être en retraite, j’étais éducateur, je m ‘occupais de personnes handicapées mentales.
    Je suis Zadiste, et j’assume !
    Gil

    12 décembre 2014 à 13:07

    Noël a dit :
    Moi aussi je suis zadiste et j’en suis fier. Je m’appelle Noël, je suis agriculteur, j’ai 53 ans.
    Je suis allée presque tous les jours à la MaquiZAD la première semaine d’occupation et je soutiens cette occupation.
    Je la soutiens car je trouve scandaleux qu’après une enquête publique sur l’eau exécutée par des spécialistes qui ont rendu un avis très défavorable, de constater que le préfet a décidé de nier cela et de faire commencer les travaux. Avec quels deniers a été financée cette enquête ?
    J’aime la nature, j’aime la vie, j’aime l’humain. Je suis zadiste et de l’assume.
    Noël

    12 décembre 2014 à 13:56

    1. vrai ou fausse la liste des chiadistes , cela ne change rien .
      Le projet a été démocratiquement décidé , il doit être mise en forme.
      Sinon à quoi servent les élus et les électeurs ?

      Quelque soit leurs arguments , même s’ils ont raison , le Peuple et ses représentant ont décidé et c’est irrévocable.

      1. On revient vers des propos plus « salonfähig ». C’est heureux.

        Une rectification, M. Roger (vous ne m’en voudrez pas…) : une décision démocratiquement prise est toujours révocable ou réformable. Mais par les voies légales.

        Pour revenir au problème plus général, la société (pas seulement française, voir l’émeute de Zürich) est confrontée à une menace qui dépasse les individus qui se déclarent « zadistes ». Ce mouvement est manifestement planifié, organisé, financé, etc.

        Mais que fait le gouvernement ? La question s’adresse aussi à l’opposition (celle qui a vocation à gouverner) : il s’agit d’une urgence nationale.

        1. « Ce mouvement est manifestement planifié, organisé, financé, etc. »

          Organisé, sans doute.

          Planifié ? à quelle échelle ?

          Financé ? Par qui ? La CIA, Poutine, la mafia, les narcotrafiquants, Al Qaïda, l’EI ?

          Attention de ne pas tomber dans la parano.

          Il y a une autre explication possible.

          L’idéologie escrolo, alter, malthusienne, qui inonde toute notre société bienpensante, celle des « élites ».

          Les militants à la rhétorique mensongère mais redoutablement efficace, relayés par les médias en mal de tirage et d’audience, relayés par les politiques démagos à la recherche désespérées des quelques voix marginales de plus qui leur permettront de passer à la prochaine élection.

          Si vous voulez mon avis, la démocratie française (je ne puis me prononcer sur les autres en parfaite connaissance de cause) est mal barrée. Mais le mal est interne et profond, très difficile à extirper. Je suis très pessimiste.

          Les Lumières pensaient que la démocratie ferait appel au meilleur de l’homme, la Raison. En fait elle gagne par l’émotion, autrement dit les hormones, autrement dit encore, les plus bas des instincts.

          NB Ce post est spécialement dédié à GV et Fab Lab.

          1. Je crois bien qu’à choisir entre deux maux, je préfère encore la dictature des dirigeants chinois, tous ingénieurs, conduisant leur peuple à plus d’aisance et de confort, à celle de nos minables zadistes, conduisant notre peuple à toujours plus de misère.

            NB Ce post aussi est spécialement dédié à GV et Fab Lab.

  31. Ce ne sont pas des vrais zadistes… les vrais s’appellent tous Camille:) par contre ce sont ce sont de vrais fachos qui sous prétexte de sauver la planète sont prêt à massacrer quelques millions d’humains pollueurs

  32. Je m’appelle Laurent, j’ai 48 ans, marié avec 3 enfants, j’habite Roybon et je trouve juste insupportable que des financements publics (100 millions, ce n’est pas rien !) servent à enrichir les actionnaires d’une société privée qui en plus – le comble – traite ses salariés comme des esclaves (renseignez vous sur les Center parcs déjà existants là : http://mncp71.fr/mouvement-de-greve-a-center-parcs/ et là : http://blog.centerparcs.fr/avis/vision-employes/)

    Avec une telle somme, on pourrait nettement améliorer les transports publics dans notre région qui est mal desservie. On pourrait aussi favoriser la rénovation énergétique des bâtiments ou encore œuvrer pour le bien commun à travers l’éducation qu’elle soit nationale ou populaire, la santé…

    Mais non, on engraisse des riches. C’est à se demander si les politiciens locaux ne seraient pas corrompus. L’enquête publique concernant la loi sur l’eau a conclu à un avis négatif des 3 commissaires enquêteurs à l’unanimité avec 12 points majeurs relevés. Et franchement, quand un préfet s’assoit sur l’avis d’un conseil national, sommes-nous encore en démocratie ? J’en doute fort !

    Je suis Zadiste, et j’assume !
    Laurent

    1. Merci pour vos liens Laurent.

      Je me tue à expliquer tout ça ici, mais malheureusement la plupart des intervenants font la sourde oreille et insultent gratuitement.

      1. @ Daphne

        Je vous en pris, c’est normal
        Ne perdez quand même pas trop de temps à répondre à des personnes bourrues !
        Bien à vous.

          1. Bonjour Laurent, Je m’appelle Fab Lab, je ne suis pas zadiste, mais même si je n’utilise pas les mêmes méthodes de contestation, je peux comprendre votre posture. D’autant mieux grâce aux liens que vous avez indiqué qui permettent de réaliser les conditions de travail réelles des salariés dans les center parcs, à mille lieues de celle promises par l’employeur Pierre & Vacances.

    2. @Laurent

      Il est curieux que votre post n’ait pas suscité de réactions chez ceux qui sont habituellement si prompts à gloser, comme ils l’ont amplement démontré sur ce fil.

      Edifiant aussi les témoignages des employés de Center parcs, ils éclairent un peu mieux la situation et témoignent que tout n’est pas rose, loin de là, dans ces parcs d’attraction de tourisme de masse. Cela rejoint d’ailleurs mes critiques sur le chantage à l’emploi à tout prix servi par les élus puisque dans une société de chômage et de précarité, l’emploi est un  »mot-magique » qui permet de justifier tous les injustifiables.

      1. Certainement pas par toute la population, loin s’en faut.
        Et quand le disneyland pour bobo est construit, il n’y a qu’à voir comment il traite ses salariés. Si la population avait su ça avant, jamais elle n’aurait toléré cette installation et sa propagande.

        1. Les mages prédisent l’avenir. Il prennent les gens pour des imbéciles. Mais faites gaffe. Les augures dans l’antiquité il ne leur est pas arrivé que du bien.

        2. Bernard l’hermite à raison il faut interdire les créations d’entreprises car elles sont par définition (les entreprises) des machines destinées à l’aliénation .

          Pour vivre heureux : vivons de Chasse , de Nature et de tradition……

          Ah mon dieu !! Frédéric Nihous ! sort de ce corps ! vite de l’eau bénite (de zone humide ,bien sur ! saint sivens , priez pour nous !)

    1. « Mieux vaut parfois savoir se réfugier dans la philosophie. » See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/11/28/sivens-voyage-au-coeur-de-la-zad/#comments

      Ou encore (tenter de) s’échapper un instant en pratiquant l’humour. 😉
      Je m’essaie…
      Manifestement [c’est le cas de le dire, à NDL, Sivens et ailleurs] pour les verts, le bonheur est sur le pré.
      Il n’empêche…
      Au Zad de France, lors d’un match de foot,
      « Allez l’OGM » !
      est une clameur qui n’a aucune chance d’être entendue !

      Et ce n’est pas du jeu !

  33. Je suis un ancien client des Center Parc et je trouve que c’est un mode de tourisme familial intelligent. Les lieux sont très beaux, les installations complètement intégrées dans l’environnement naturel. Il y a pas mal d’activités et donc de salariés. Tous les salariés des Center Parc ne sont pas des femmes de ménage. Et même si c’était le cas je connais des tas de gens qui préfèreraient un boulot de ce type près de chez eux plutôt que d’aller chercher des boulots pas trop qualifiés en ville. Et surtout ce que je revendique c’est la liberté de choisir. Au nom de quoi quelques excités décideraient de ce qui est bon pour tous. Ne laissons ces trolls zadistes faire la loi.

      1. @roger
        Si je comprends bien la question, vous vous interrogez sur les attitudes à tenir vis à vis des khmers verts et autres zadistes liberticides. Effectivement c’est bien là le problème. Surtout ces gens semblent disposer de grandes disponibilités de temps, ils sont prêts à s’installer ici ou là pour aller à la castagne. Que faire? Ces groupuscules d’interventionnistes ont pour seul objectif de mettre tout en oeuvre pour bloquer ce qui ne leur plait pas, au nom soi-disant des zones humides ou des petits paysans ou de tout autre prétexte.

  34. @FabLab

    En effet, je fais également le constat que les autorités et la police aiment bien catégoriser pour mieux contrôler et réprimer, mais merci de l’avoir exprimé noir sur blanc, c’est encore plus évident ainsi.

    Et ce qui est en jeu n’est pas seulement des revendications environnementales. Les mobilisations se jouent aussi autour de revendications liées à la démocratie. Il y a notamment un enjeu autour de l’idée d’une égalité absolue : tout le monde, et non les seuls élus, doit pouvoir participer aux décisions et est fondé à les remettre en cause.

    Les zadistes veulent préfigurer une société qui fonctionne sur d’autres bases que la prédation des ressources naturelles. Ce ne sont donc pas uniquement des occupations défensives.

    De Notre-Dame-des-Landes à Sivens en passant par Roybon, ce qui se joue désormais, ce sont aussi des résistances aux activités d’extraction de grands volumes de ressources naturelles, qu’elles soient agraires, pétrolières ou forestières. Le front de ces activités d’extraction était jusqu’à présent principalement situé dans les pays du Sud. Il se déplace désormais vers les pays du Nord, qu’il s’agisse des sables bitumineux de l’Alberta, des gaz de schistes, de la promotion du tourisme de masse (par la construction d’aéroports ou de parcs de loisirs), ou encore du soutien aux projets d’agriculture industrielle.

    Ce qui se joue dans les ZAD est donc double : la résistance aux activités d’extraction et l’invention ou la préfiguration d’autres modes de vie.

    1. « l’invention ou la préfiguration d’autres modes de vie. » – See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/11/28/sivens-voyage-au-coeur-de-la-zad/#comment-141758

      La seul et unique motivation dans tout ça ? Mettre à bas le capitalisme par tous moyens… Vaste programme.

      Rappelons-nous les bolcheviks. Pour eux (et pour faire court), il s’agissait déjà de renverser le capitalisme… 🙄
      La « révolution » faite, tout ceux qui n’étaient pas « eux » furent déclarés « ennemis du peuple » tout juste bons à être éliminés, c’est-à-dire : liquidés. À méditer quand même… Non ?

      1. @ JG2433

        Vous mettez le doigt sur un point fondamental.
        Les drames du passé doivent éclairer l’avenir.

  35. Bon, là j’abandonne, les messages sont insérés n’importe où !

    Je disais simplement que GV n’est pas un perroquet, espèce dont les représentants ont des moments d’intelligence contrairement à lui et qu’il était une crécelle.

Les commentaires sont fermés.