Petit copinage avec l’argent du contribuable

Partager sur : TwitterFacebook

Josette Travert est depuis 2008 maire-adjoint de Caen, aux côtés du maire PS Philippe Duron. Elle a aussi été présidente de l’université de Caen Basse-Normandie de 1998 à 2001 et de 2006 à 2012. A ce titre, elle a donc été le « boss » de Gilles-Eric Séralini. Il semble cependant que leurs liens soient assez amicaux. En effet, Gilles-Eric Séralini a régulièrement intégré Carine Travert, la fille de Josette, dans ses recherches. Sur la vingtaine de publications scientifiques où apparaît le nom de Carine Travert, environ la moitié a été faite sous la houlette de Séralini. Est-ce la raison pour laquelle, en 2011, la Ville de Caen a apporté 5000 euros à la production du film Tous cobayes ! de Jean-Paul Jaud, relatant l’étude choc de Séralini sur les rats ? Est-ce la raison pour laquelle la Ville de Caen, quand elle a voulu organiser en 2012 un cycle de conférences sur le thème « produits chimiques et santé humaine » pour les agents de la Ville, a porté son choix sur Gilles-Eric Séralini afin de prodiguer ses conseils ? Cela explique-t-il pourquoi, quand Gilles-Eric Séralini a cherché en 2011 un lieu pour le colloque annuel de l’ENSSER, une association anti-OGM européenne dont la présidente et le vice-président sont également responsables du CRIIGEN, il a pu compter sur l’aide de l’université de Caen ?

Echanges de bons procédés ? Peut-être. Quoi qu’il en soit, Harmonie Séralini, la fille de Gilles-Eric, affiche sur ses comptes twitter et facebook ses sympathies pour la liste socialiste Duron-Travert aux prochaines municipales. Et pour sa part, Gilles-Eric Séralini copréside le comité de soutien de la liste municipale d’EELV, qui s’alliera à celle de Philippe Duron et Josette Travert au second tour. D’autant plus que l’on trouve sur cette liste EELV la vice-présidente du CRIIGEN, Caroline Amiel, ainsi qu’un autre administrateur de l’association anti-OGM, Frédérick Lemarchand. Surprenant quand on sait que Gilles-Eric Séralini et ses amis ont toujours mis en avant leur engagement scientifique « apolitique ».

 

Sources
http://www.caen.fr/infos_mairie/ConseilMunicipal/integraux/2012/CR26032012.pdf
http://www.researchgate.net/profile/Travert_Carine/publications/
https://twitter.com/seralini
https://www.facebook.com/harmonie.seralini
http://caen-ecologiste-citoyenne.fr/2014/02/27/gilles-eric-seralini-annie-berger-co-president-e-s-du-comite-de-soutien/
http://caen-ecologiste-citoyenne.fr/les-candidat-e-s/

21 commentaires sur “Petit copinage avec l’argent du contribuable

  1. Eh bien il semble que ça conforte ce que tout le monde sait sur les plantes transgéniques c’est à dire que ce n’est pas la fin du monde.
    Corinne Lepage va encore dire que le rapport est manipulé par les grands satans de l’agro-chimique qui pue.

    1. Le tandem DURON-TRAVERT est battu , il y a donc une justice .
      Quand est soutenu par un imposteur……..

  2. Tout çà expliquerait donc le silence assourdissant (et complice) prolongé de l’université de Caen sur les affaires et les comportements de Séléralini et de sa clique de pseudo chercheurs scientifiques

  3. peut-on à ce point être naïf ..
    Monsanto n’est ni humaniste ni pour la liberté mais pour le bénéfice de ces activités de production.
    savez-vous qu’ils ont réussi, grâce à un fort lobbying auprès de Bruxelles, à interdire aux agriculteurs d’utiliser leur propre semence pour semer l’année suivante !!!!!
    l’agriculteur doit acheter de nouvelles semences chaque année … sinon sa dotation PAC sera diminuée

    1. Peut-on être bête à ce point…

      Savez vous que Monsanto n’a JAMAIS FAIT LE MOINDRE LOBBYING pour interdire aux agriculteurs de re-semer l’année suivante. Et pire que tout : il n’y a aucune loi qui interdit cela !!!!
      Ce que les ignares sont facilement manipulable !!!

      1. Et en plus, pour le maïs, le re-semer , c’est à la limite de la stupidité. Quand les cours sont à 100 euros la tonne, ça peut éventuellement se justifier, mais au delà…

    2. Il a m^me fait du lobbying au Vatican pour les hosties soient exclusivement fabriqués avec de la farine de blé transgénique.

    3. « …..à interdire aux agriculteurs d’utiliser leur propre semence pour semer l’année suivante !!!!! l’agriculteur doit acheter de nouvelles semences chaque année … sinon sa dotation PAC sera diminuée  »

      === C’est faux!

  4. Aurais-je eu sur ma boîte courriel un message sur un commentaire de l’ignoble usurpateur ?

    Mais je réponds volontiers.

    .

    Pour faire court, il existe en droit des brevets – que ce soit de par la loi ou par la jurisprudence – un principe qui veut que l’acheteur d’un produit breveté peut en disposer à sa guise (avec certaines limitations) lorsque ce produit a été mis dans le commerce légalement, par le titulaire du brevet ou avec son consentement. C’est le principe de l’« épuisement du droit » et aux États-Unis d’Amérique, la « first sale doctrine ».

    Question à un million de dollars : la vente de semences emporte-t-elle le droit pour l’acheteur de produire des semences de ferme ?

    Pour éviter tout problème, les titulaires de brevets portant directement ou indirectement sur les semences (couvrant par exemple un « événement » de transgénèse) n’ont pas « vendu » (au sens propre) les semences mais les ont mises à disposition dans le cadre d’un contrat de licence auquel, le plus souvent, l’« acheteur » (en fait le preneur de licence) souscrivait en ouvrant le sac de semence (« shrink wrap licence »).

    On est à cet égard dans la même situation que pour les logiciels dont le commun des mortels croit qu’il les a achetés alors qu’en fait il n’est que titulaire d’une licence.

    Le législateur européen a répondu à cette incertitude par l’article 8 de la Directive 98/44/CE du Parlement européen et du Conseil du 6 juillet 1998 relative à la protection juridique des inventions biotechnologiques :

    « 1. La protection conférée par un brevet relatif à une matière biologique dotée, du fait de l’invention, de propriétés déterminées s’étend à toute matière biologique obtenue à partir de cette matière biologique par reproduction ou multiplication sous forme identique ou différenciée et dotée de ces mêmes propriétés.

    « 2. La protection conférée par un brevet relatif à un procédé permettant de produire une matière biologique dotée, du fait de l’invention, de propriétés déterminées s’étend à la matière biologique directement obtenue par ce procédé et à toute autre matière biologique obtenue, à partir de la matière biologique directement obtenue, par reproduction ou multiplication sous forme identique ou différenciée et dotée de ces mêmes propriétés. »

    Les États-uniens, comme souvent et conformément à leur tradition politique, économique et législative, ont laissé faire.

    Nouvelle question à un million de dollars : M. Bowman pouvait-il acheter quelques quintaux de soja auprès de son silo (organisme stockeur en charabia français) pour s’en servir comme semences pour sa culture dérobée (pour la culture principale, il « achetait » des semences et se conformait à la licence) ?

    La Cour suprême – dans une affaire dont je pense qu’elle a vraisemblablement été « fabriquée » – a décidé en résumé :

    « L’épuisement du brevet ne permet pas à un agriculteur de reproduire des semences protégées par un brevet, par plantation et la récolte, sans la permission du titulaire du brevet. »

    http://www.supremecourt.gov/opinions/12pdf/11-796_c07d.pdf

  5. Suite à la lecture de cet article,

    je tiens à dire qu’il n’y a pas de honte au « copinage » pour une grande cause: La Santé Publique!
    Je dirais même la défense de La Propriété Citoyenne de la Santé Publique!

    De manière générale, les échanges de bons procédés, dans un but légitime et commun, qu’est ce qu’on peut en penser?

    Après tout pourquoi pas, du moment qu’il n’y a pas de malversations avec l’argent du contribuable.

    Harmonie SERALINI

    1. la défense de La Propriété Citoyenne de la Santé Publique

      ==== Ah!!! Citoyen-(ne)…. Que de conneries ne dit-on pas en ton nom……..

        1. « Non mais sérieusement dans quel monde de stupides parano réactionnaires anti-écolo vous vivez ? » – See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/03/10/petit-copinage-avec-largent-du-contribuable/#comment-117512

          Selon vous, il serait tout à fait normal de subir ce que développent ces articles (liens ci-dessous) et, par dessus le marché, devoir approuver… au risque de passer pour des infâmes – stupides parano réactionnaires, dîtes-vous obligeamment ?

          Article de janvier 2010 :

          http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/jeunesses-climatiques-67580

          Article d’aujourd’hui (repris de Skyfall.fr, à propos d’un rapport de GWPF) :

          http://www.contrepoints.org/2014/04/14/162814-entrisme-vert-a-lecole

Les commentaires sont fermés.