100% bio = 349 phytos

Partager sur : TwitterFacebook

Le 27 février, Générations Futures et d’autres associations (Agir pour l’Environnement, Bio Consom’acteurs, le Collectif citoyen les Engraineurs et NatureParif) lancent une nouvelle campagne, décrite comme une « mobilisation citoyenne pour une France des collectivités bio et sans pesticides ». En fait, dans le contexte des élections municipales, il s’agit de recenser les communes qui réduisent ou éliminent l’usage des pesticides et/ou promeuvent l’agriculture bio via notamment la restauration collective.

Mais passés maîtres dans l’art de l’intox, les écolos ont décidé de baptiser cette campagne « 0 phyto-100% bio ». L’idée est évidemment d’incruster dans la tête des gens un amalgame trompeur à savoir que 100% bio égale à zéro phyto. Trompeur parce que pas moins de 349 produits phytos sont autorisés en agriculture en jardinage bio, dont certains ne sont pas anodins. Parmi ceux-ci, on trouve 97 spécialités classées « Risque de Toxicologie-N-dangereux pour l’environnement » (notamment la fameuse bouillie bordelaise), 87 classées « Très toxique pour les organismes aquatiques, peut entrainer des effets néfastes à long terme pour l’environnement aquatique » et 23 spécialités classées « Dangereux pour les abeilles ».

L’autre entourloupe que l’on peut lire dans la présentation de la campagne, c’est que ce projet est « lancé par des organisations de la société civile ». La bonne blague ! Ils oublient de mentionner les liens très étroits que Générations Futures entretient avec l’industrie du bio (voir ici ), notamment par le biais de sa présidente Maria Pelletier, également administratrice du Synabio. Sans parler de Bio Consom’acteurs, l’association de lobbying pro-bio qui siège chez Biocoop, leader de la distribution alimentaire bio dont le chiffre d’affaires dépasse le demi-milliard d’euros en 2013 (voir ici ). Espérons que tous les journalistes ne tomberont pas dans le panneau.

Sources
http://www.0phyto-100pour100bio.fr/
http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/111012_GUIDE_INTRANTS.pdf

106 commentaires sur “100% bio = 349 phytos

  1. Bien entendu tout cela n’a rien à voir avec les conflits d’intérêts. A quand un reportage télé mettant la doigt dans ces liens troubles entre associations et entreprises du « bio »?

    1. quelle énergie dépensée pour discréditer une agriculture qui représente moins de 6% de la SAU. Intéressez vous plutôt aux mélanges de produits phyto épandus sur le reste de la SAU sans AUCUNE étude toxicologique préalable. L’industrie ayant réussi à faire passer la couleuvre que le non cumul de certaine phrase de risque était suffisant pour homologuer le mélange et ce au mépris de toute loi toxicologique. Voilà ce qui inquiété les médecins, les consommateurs et certains agriculteurs dans le « non bio ». L’AB n’est certes pas parfaite, mais elle constitue une alternative sérieuse au tout chimique (combien de molécules épandues sur un simple colza ???)

      1. S’il y avait danger les agriculteurs premiers exposés tomberaient comme des mouches. Ce n’est pas le cas au grand dam des bobos des villes et des champs.
        Pour les résidus dans les denrées, les vrais problèmes viennent des produits importés pas ceux produits en France.

        Le bio c’est sympa, c’est près de chez soi sauf celui de Carrefour ou d’Auchan, c’est bucolique, mais pas meilleur pour la santé, ni la sienne, ni celle de l’environnement.

        Les arguments santé,c’est du pipeau de journaliste à la noix.

        En revanche l’histoire des mélanges est une réalité pour tous les produits chimiques….ou naturels, le jus de pamplemousse et certains médocs par exemple, mais commençons par les médicaments entre eux qui ne font l’objet d’aucune étude préalable et que l’on ingère en masse en France. On pourra aussi causer des fumeuses qui prennent la pilule, AVC et cancers garantis.

        1. Bonjour. le métier le plus représenté par les patients du centre anti cancéreux de Villejuif semble être l’ex très noble métier d’agriculteur…
          Cdt.
          MD

          1. Merci à Dindorf de vouloir bien communiquer la source de cette interessante information . Avez vous des statistiques récentes et précises pour etayer vos affirmations ? Parce que ceux qui font un travail sérieux avec une cohorte de 180.000 agriculteurs suivis pendant 5 ans je cite AGRICAN obtiennent des résultats contraire au message que vous voulez faire passer . C’est bien d’avoir des convictions, mais pour être crédible sur un forum il faut aussi sourcer les informations ..

      2. « une agriculture qui représente moins de 6% de la SAU » – See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/02/26/100-bio-349-phytos/#comments
        Certes! Juste sur-médiatisée avec un argumentaire erroné quand il n’est pas carrément mensonger! Avec des problèmes de santé publique qui ne passe pas inaperçu (E.Coli, Datura)
        Sur les études toxico et les homologations, je laisse zygomar répondre.
        Juste que les agris ont des informations pointues sur les produits et ne partent pas « tête en l’air » avec leur pulvé.
        Ils ont même prospecté une technologie de réduction de dose (50%) redoutable (le bas volume) qui leur permet une économie non négligeable avec une efficacité qui n’est plus à prouver!

        1. Contrairement à ce qui peut vous sembler intuitif, de très faibles doses peuvent très bien produire des effets plus importants qu’à des doses plus élevées. Les relations entre la dose et l’effet sont alors irrégulières on parle de courbes dose-réponse non monotones. D’ailleurs les molécules (agricoles ou médicales) sont homologuées pour un effet à une dose précise. La technique de réduction de dose à laquelle vous faites référence est peut-être idéale pour maintenir le revenu des paysans et l’efficacité des traitements, mais quelles répercussions a-t-elle sur l’environnement ? (je nous inclus nous les humains dans cet environnement).
          Une illustration citée plus haut à propos des pilules contraceptives dites de seconde génération. Micro dosées elles limitent fortement les désagréments engendrés par ces produits tout en assurant leur rôle contraceptif, seul problème elles multiplient par 2 le risque de thromboses chez certaines personnes. Un autre exemple ? Les perturbateurs endocriniens. Les agriculteurs qui contrairement à ce que vous affirmez sont très mal formés sur l’utilisation des produits chimiques réduisent les doses et mélangent diverses molécules dans leurs pulvérisateurs. Je suis incapable de vous dire si ces mélanges sont toxiques et vous êtes incapable de me dire qu’ils ne le sont pas, pour la simple raison que la toxicité de ces produits n’est tout simplement pas évaluée et apparemment il ne faut pas compter sur les industriels pour faire le travail. Je vous incite à consulter les travaux de l’équipe Toxalim de l’INRA de Toulouse

          Certes les agriculteurs ne tombent pas comme des mouches (même si 50% ont disparu en 20 ans), on peut également continuer de penser que l’essentiel de l’épidémie de cancers est lié à notre mode de vie, mais il y de plus en plus de recherches publiées dans des revues de références qui sèment sérieusement le doute sur l’innocuité de ces cocktails.

          1. Les pilules de la xième génération étaient elles seulement moins dosées, ou étaient elles avec une hormone différente, active à dose moindre?
            Dans le cas des réductions de dose qu’évoque Rageous, il s’agit de réduire la dose utilisée par rapport à la dose homologuée en optimisant le traitement: pas de vent, forte hygrométrie, température appropriée, de manière à éviter les pertes par volatilisation, etc. Il ne s’agit pas d’utiliser un autre produit efficace à moindre dose, donc risquant d’être éventuellement toxique à un seuil plus bas.

            Concernant les mélanges, la recherche, la législation et les pratiques ont fait des progrès. On tient compte des phrases de risques:
            http://www.cher.chambagri.fr/uploads/media/Fiche_4-1b_Utilisation_02.pdf
            Tout cela est désormais appris, obligatoirement, par tous les agriculteurs avec la formation Certiphyto.
            http://agriculture.gouv.fr/Certiphyto-un-certificat-pour,16486

            http://www.cher.chambagri.fr/uploads/media/Fiche_4-1b_Utilisation_02.pdf

          2. Vous parlez de produits différents. Certains étant efficaces à plus faibles dose que d’autres. Donc vous racontez n’importe quoi. Votre pseudo raisonnement ne tient pas la route. Vous ne démontrez rien du tout. Vous devriez apprendre les bases de la logique élémentaire avant de parler. A tchao bonsoir.

            Contrairement à la rumeur escrologiste que vous colportez il n’y a pas d’épidémie de cancers : http://laurent.berthod.over-blog.fr/article-il-n-y-a-pas-d-explosion-des-cancers-62767472.html

          3. Manifestement Laurent Berthold vous ne comprenez pas ce que vous lisez. Certes la mortalité lié au cancer baisse, mais dans le blog que vous citez il est écrit en toutes lettres « l’incidence tous cancers confondus a augmenté chez l’homme comme chez la femme au cours de cette décennie » au grand dam de la sécu d’ailleurs. Quant au certiphyto… laissez moi rire un instant, réservez ça au grand public pas à un fils d’agriculteur. Mon père a très bien dormi pendant ces deux jours et plutôt bien mangé à midi.

          4. @ Blaste

            Je ne nie pas que des agriculteurs « dorment » pendant la formation obligatoire Certiphyto. Votre père est dans ce cas, ne généralisez pas. Parmi les collègues avec qui je parle, deux tiers se soucient sérieusement de leur santé et de la pollution, même parmi ceux qui vitupèrent contre les « écolos ».

            Quant à l’incidence du cancer, il en a déjà été question sur ce site… Le scientifique de l’INSERM invité cet après-midi sur France Culture a répondu: vieillissement de la population, tabac, sel, obésité, détection de certains cancers qui, s’ils n’avaient pas été détectés n’auraient entraîné aucun signe clinique ni mortalité, etc. Il a cité le cancer de la prostate: traité ou non, aucune incidence sur la mortalité.

          5. Le blog que je cite, c’est le mien. Je sais ce que j’y ai écrit. Vous devriez lire mon article jusqu’au bout. Et enlever au préalable les lunettes de vos préjugés et idées reçues.

          6. ais il y de plus en plus de recherches publiées dans des revues de références qui sèment sérieusement le doute sur l’innocuité de ces cocktails.
            Pourquoi le mélange serait il forcément toxique ,pourquoi n’y aurait il pas des effets antagonistes ?

            J’oubliais c’est chimique donc c’est dangereux !

            Mais la vie c’est de la chimie : pas de chimie = pas de biologie !

          7. @cultilandes,

            Mon propos n’était peut-être pas clair sur les pilules, alors je l’illustre avec l’aspirine. A forte dose 1g l’aspirine à des propriétés anti-inflammatoire, à faible dose moins de 100mg elle est utilisée dans la lutte contre les thromboses. Une molécule, deux doses, deux effets. Bien évidemment les réductions de dose en agriculture peuvent-être bénéfiques… ou pas, mon problème, qui n’est que le mien, c’est que nous n’en savons rien faute de données.
            le débat est intéressant, en tout cas c’est comme ça que les points de vus bougent. Je vous remercie pour vos échanges.
            cordialement
            Blaste

          8. @ Blaste
            « A forte dose 1g l’aspirine à des propriétés anti-inflammatoire, à faible dose moins de 100mg elle est utilisée dans la lutte contre les thromboses. »

            Je ne suis pas en mesure de confirmer ou d’infirmer cet exemple, mais pour qu’il apporte un argument à la thèse affirmant qu’une faible dose peut être autant ou plus efficace/toxique qu’une forte dose, il faudrait que dans cet exemple, a contrario, la dose de 1g. soit moins efficace contre les thromboses que la dose de 100g. Est-ce le cas?

          9. @ Blaste :
            Vous écrivez
            « de très faibles doses peuvent très bien produire des effets plus importants qu’à des doses plus élevées. Les relations entre la dose et l’effet sont alors irrégulières on parle de courbes dose-réponse non monotones. […]
            Une illustration citée plus haut à propos des pilules contraceptives dites de seconde génération. Micro dosées elles limitent fortement les désagréments engendrés par ces produits tout en assurant leur rôle contraceptif, seul problème elles multiplient par 2 le risque de thromboses chez certaines personnes »

            Si je suis votre raisonnement, ces pilules de seconde générations devraient être légèrement plus dosées car le risque de thrombose serait plus faible alors !!!
            C’est assez risible, pour ne pas dire totalement idiot !!!

            En outre vous devriez lire ceci:
            http://www.efsa.europa.eu/fr/events/event/120614.htm
            « Aucun consensus scientifique n’a été atteint à ce jour concernant la validité de l’hypothèse des effets à faible dose. »
            « Selon Alexandre Feigenbaum, qui coprésidait l’événement pour l’EFSA, « de nombreuses incertitudes entourent encore ce débat mais la discussion a progressé »

            Enfin, vous n’avez clairement pas compris le concept dont vous parlez « l’hypothèse courbe dose-réponse non monotone » (qui est une hypothèse et non un fait avéré comme vous semblez le prétendre !!!) : Vous dites que le produit peut avoir des effets forts à des doses faibles et des effets faibles à des doses fortes.
            Or « l’hypothèse courbe dose-réponse non monotone » produit une courbe en forme de U avec des effets observés à des doses faibles ou élevées, mais pas à des doses intermédiaires. Donc les effets à des doses faibles sont identiques aux effets aux doses élevées (ce qui très différents de ce que vous affirmez !!!).

          10. @ Blaste
            « Quant au certiphyto… laissez moi rire un instant, réservez ça au grand public pas à un fils d’agriculteur. Mon père a très bien dormi pendant ces deux jours et plutôt bien mangé à midi. » – See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/02/26/100-bio-349-phytos/#comment-113374
            A moins d’être atteint de narcolepsie j’ai du mal à croire à cette anecdote, à moins de vouloir dénigrer cette initiative en amusant la galerie.
            Difficile en effet de roupiller dans une salle d’une vingtaine de personnes, pas des + timides dans ma cession, avec un animateur tout aussi réceptif des expériences de chacun…

            « pour la simple raison que la toxicité de ces produits n’est tout simplement pas évaluée et apparemment il ne faut pas compter sur les industriels pour faire le travail. » – See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/02/26/100-bio-349-phytos/#comment-113374
            A quoi servent alors les expertises ? Ah, oui c’est tous des vendus à la solde des grosssssses multinazzzzionales!

            2008 la réponse de l’ANSES à une des précédentes études de Grand Guignol…

            « Dans le cadre des demandes de mise sur le marché, les préparations font également l’objet d’études spécifiques réglementaires qui permettent d’évaluer la toxicité des formulants et les
            effets cumulatifs potentiels de ces derniers avec la substance active. »

            http://www.anses.fr/Documents/DIVE2008sa0034.pdf

            …Puisque, sans le nommer, c’est justement le sujet principal de sa dernière récidive.

            http://www.imposteurs.org/article-pesticides-et-vieilles-ficelles-le-seralinisme-sans-limite-par-wackes-seppi-122426720.html

    2. 350 produits chimiques dans le bio (allégation du site) surement des milliers dans les « non bio ».

      Que choisir ?

      Ca c’est difficile pour ceux qui vivent dans un monde où l’ennemi n°1 est l’écologie (faut voir la qulité des articles et surtout des commentaires de certains)

      Si vous aussi êtes banni du site c’est normal le webmestre m’a aussi banni (bah oui on peut pas dire des conneries à longueur d’article sans attirer une foule de critique, vive la censure) J’utilise le nabigatuer TOR pour contourner le soucis.

    1. L’agriculture et les produits labellisés « bio » ne sont pas un problème. Le problème est dans ce que proclament ses partisans pour dénigrer le « non-bio » et dans ce qu’ils cachent.

      1. « L’agriculture et les produits labellisés « bio » ne sont pas un problème. Le problème est dans ce que proclament ses partisans pour dénigrer le « non-bio » »

        Lesquels partisans sont pour cela bien aidés par le « tambour médiatique ».

        1. @rageous,
          J’en ai la même bonne appréciation !
          ___________

          H.S. : Je profite de l’occasion qui m’est offerte par votre post pour vous demander comment procéder pour présenter – comme vous – un avatar à gauche de son pseudo. Merci d’avance de vos explications ! 😉
          J’en avais fait la demande auprès de l’administrateur… mais elle est restée sans réponse.
          Je comprends tout à fait qu’il ait mieux à faire et ne lui en tiens nullement pas rigueur.

          1. Faut aller sur gravatar.com, après c’est pas trop sorcier! J’y suis arrivée! 😉

          2. Rageous est très forte parce que, moi, je n’y suis pas arrivé. Et comme disait le beau-frère de Fernand Raynaud : « Je ne suis pas la moitié d’un imbécile ! » 😉

          3. [HS suite et fin]

            @Laurent Berthod – 27 février 2014 à 0:00,

            Ne lisant pas couramment l’anglais, la procédure m’apparaît d’autant plus alambiquée, en effet, pour moi aussi…
            Je vais m’abstenir de tenter de la mettre en œuvre… 😳

            Pourtant, je ne suis pas plus bête que la moyenne… ou alors, de peu ! 😆

            En tous cas, merci à vous ainsi qu’à Rageous.

          4. [Hors-sujet (fin)]

            @rageous,

            Comme vous le voyez, j’y suis arrivé… 😉
            Je vous renouvelle mes remerciements pour vos encouragements.

            Je tiens également à remercier l’administrateur du site pour sa compréhension – mon intention au départ n’étant nullement de « polluer » le site par des questions de pratique de l’internet .

  2. Petite anecdote très récente :
    Au sortir de l’hiver en Languedoc, un apiculteur possédant une centaine de ruches et étant passé au miel « bio » a eu la désagréable surprise de constater que plus de la moitié de ses essaims étaient morts !
    Intelligent, pas obtus, il en a cherché les causes :
    Trop de froid ? ce n’est pas le cas cette année !
    Ai-je bien nourri mes ruches pendant cet hiver (avec du sucre candy notamment) ? oui
    Ai-je bien traité mes ruches contre diverses maladies ? oui j’ai cru bien faire en utilisant les produits phytosanitaires autorisés pour le miel « bio » : oui, je les ai utilisés correctement !

    Mais alors de quoi sont mortes mes abeilles ?
    Les OGM ? : pas possible, il n’y en a pas (y en a t-il jamais eu dans le coin d’ailleurs ?)
    Le froid : non, les abeilles ont plutôt tendance à mieux résister lorsqu’il fait froid car elles ne « bougent » que très peu. Des températures clémentes les incitent à bouger mais simultanément à consommer de l’énergie.
    Les pesticides ? difficile d’imaginer que les abeilles aient été exposées aux pesticides durant l’hiver !!!

    Finalement, après diagnostic du vétérinaire des abeilles du département, elles sont mortes du Varroa !!!!
    malgré les traitements « bio », mais démontrant que les produits ne sont pas efficaces ….!

    Conclusion logique et courageuse : cet apiculteur abandonne l’idée de continuer en « bio »…
    Belle clairvoyance !

  3. contre la gale, z’ont quoi les bobos bios?

    Il est évident qu’à force de jouer aux cons les bobos bios nous fabriquent un drôle de futur, des vieilles misères finissent toujours par ressurgir: poux, punaises des lits, gale, chikungunya, West Nile, dengue aux Antilles, zika à Tahiti…. la liste s’allonge.

    Les pyrethrinoides, c’est ce que les viticulteurs conventionnels utilisent contre les cicadelles de la flavescence.

    « Quel est le traitement pour guérir de la gale ?
    Les personnes atteintes de la gale, ainsi que leurs contacts proches, doivent consulter un médecin et suivre un traitement local (lotion à passer sur le corps) ou oral (comprimés). Bien évidemment, tout l’environnement du patient doit être décontaminé : les linges doivent être lavés en machine à 60°C, les autres matelas et coussins doivent être vaporisés d’un acaricide. »http://www.ladepeche.fr/article/2014/02/10/1814852-recrudescence-cas-gale-midi-pyrenees-tout-savoir-maladie-peau.html

    http://www.rtl.be/pourelle/article/vous-avez-des-demangeaisons-et-si-c-etait-la-gale-277843.htm

    « Traitement local à laisser agir 12h à 24h avant une nouvelle toilette.
    Renouvellement de l’application peut être effectué à 2 jours. On note que
    l’utilisation, parfois répétée de tels produits peut être irritante.
    − Le benzoate de benzyle (Ascabiol®) est d’utilisation courante. La
    posologie est à adapter en cas de grossesse.
    − Le lindane (Elenol®) est à éviter chez la femme enceinte.
    − Les pyréthinoïdes (Spregal®) peuvent être utilisés chez la femme
    enceinte et le nourrisson. Efficacité moindre.
    • Il existe également un traitement par voie orale : l’Ivermectine (Stromectol®) en prise unique, à jeun, à la dose de 200 μg/kg (1 cp/15 kg). En cas de réponseincomplète: seconde prise 10 à 15 jours plus tard. Une augmentation transitoire du prurit est possible. Ce traitement est à éviter chez la femme enceinte et est inefficace sur les oeufs. »
    http://www.chu-rouen.fr/mtph/fiches/GALE.pdf

    On notera: 12 heures avec du lindane ou un pyrethrinoide sur la peau et après des « journaleux à la con » relateront des histoire de détection de traces de pyrethrinoides dans les cheveux. méritent d’attraper la gale ceux-là pour voir comment ils la traitent, sur leur corps, pas dans leurs articles.

    Je n’ose imaginer une consultation chez les 1200 médecins anti insecticides si l’on a la gale!

  4. contre la gale, z’ont quoi les bobos bios?

    Il est évident qu’à force de jouer aux cons les bobos bios nous fabriquent un drôle de futur, des vieilles misères finissent toujours par ressurgir: poux, punaises des lits, gale, chikungunya, West Nile, dengue aux Antilles, zika à Tahiti…. la liste s’allonge.

    Les pyrethrinoides, c’est ce que les viticulteurs conventionnels utilisent contre les cicadelles de la flavescence.

    « Quel est le traitement pour guérir de la gale ?
    Les personnes atteintes de la gale, ainsi que leurs contacts proches, doivent consulter un médecin et suivre un traitement local (lotion à passer sur le corps) ou oral (comprimés). Bien évidemment, tout l’environnement du patient doit être décontaminé : les linges doivent être lavés en machine à 60°C, les autres matelas et coussins doivent être vaporisés d’un acaricide. »http://www.ladepeche.fr/article/2014/02/10/1814852-recrudescence-cas-gale-midi-pyrenees-tout-savoir-maladie-peau.html

    http://www.rtl.be/pourelle/article/vous-avez-des-demangeaisons-et-si-c-etait-la-gale-277843.htm

    « Traitement local à laisser agir 12h à 24h avant une nouvelle toilette.
    Renouvellement de l’application peut être effectué à 2 jours. On note que
    l’utilisation, parfois répétée de tels produits peut être irritante.
    − Le benzoate de benzyle (Ascabiol®) est d’utilisation courante. La
    posologie est à adapter en cas de grossesse.
    − Le lindane (Elenol®) est à éviter chez la femme enceinte.
    − Les pyréthinoïdes (Spregal®) peuvent être utilisés chez la femme
    enceinte et le nourrisson. Efficacité moindre.
    • Il existe également un traitement par voie orale : l’Ivermectine (Stromectol®) en prise unique, à jeun, à la dose de 200 μg/kg (1 cp/15 kg). En cas de réponseincomplète: seconde prise 10 à 15 jours plus tard. Une augmentation transitoire du prurit est possible. Ce traitement est à éviter chez la femme enceinte et est inefficace sur les oeufs. »
    http://www.chu-rouen.fr/mtph/fiches/GALE.pdf

    On notera: 12 heures avec du lindane ou un pyrethrinoide sur la peau et après des « journaleux à la con » relateront des histoire de détection de traces de pyrethrinoides dans les cheveux. méritent d’attraper la gale ceux-là pour voir comment ils la traitent, sur leur corps, pas dans leurs articles.

    Je n’ose imaginer une consultation chez les 1200 médecins anti insecticides si l’on a la gale!

    et en Tunisie

    « E- TRAITEMENT

    Ascabiol (lotion de Benzoate de benzyle)

    Benzochloryl (solution de DDT).

    Le traitement doit être pratiquer à tous les membres de la famille.

    Après un bain savonneux, le sujet applique sur tout le corps, la solution antigale, laisser sécher 15′ puis refaire une nouvelle application, remettre ensuite les mêmes vêtements. Vingt quatre heures après, sans se laver, faire une 3ème application et changer de vêtements. Au 3ème jour bain savonneux.

    Faire bouillir tout son linge, draps, passer au fer chaud les couvertures et les sous-vêtements, mettre de la poudre DDT (ascapoudre ou aphtiria) sur la literie, les matelas. Pour les enfant, le contact avec la solution antigale ne doit pas dépasser 12 heures (risques toxicité; convulsion). Le crotamiton (la crème Eurax* ou prurex* ) une application par jour de 7 à 10 jours, moins efficace que l’ascabiol pourrait être surtout utile sur les nodules scabieux des nourrissons. »

    On utilise du DDT, très persistant donc plus efficace.

    1. Plus ou moins hors-sujet.
      À propos de DDT, un long article de SPS présentant les raisons de s’opposer aux écologistes partisants de l’interdiction du DDT. :

      DDT et lutte contre le paludisme : la réécriture de l’histoire
      par Jean-Paul Krivine – SPS n° 308, avril 2014 (à paraître)

      http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2271

        1. Il est plutôt risible, votre site. 😆

          Article avec un titre « accrocheur » :

          « Insecticide, le DDT est impliqué dans Alzheimer »

          Mais pas plus loin que deux lignes plus bas, on lit :

          « Une étude prouve que cet insecticide serait impliqué dans l’émergence de la maladie d’Alzheimer. »

          Vous vous rendez compte… UNE étude […] cet insecticide SERAIT impliqué […]
          … alors que dans le titre on vient de lire « EST impliqué » !

          Manque évident de crédibilité…

  5. ici c est simple on est contre la bio et on est a fond pour les ogm les pesticides a bloc pour le Rundup etc …. ca rigole pas ici
    il y a des bios extrémistes et des anti bios extrémistes

  6. Mais passés maîtres dans l’art de l’intox : oui, vous, ci dessus…. le lobbying pro bio de l’industriel du bio les biocoop! C’est pitoyable de lire des âneries pareilles!! à côté du lobbying de Syngenta, monsanto et Rhone Poulenc, ou encore Dupont de Nemours pour vous intoxiquer silencieusement, les bio sont des BB, des enfants de choeur !!!
    Les agriculteurs jamais malades des pesticides ? mais vous êtes informés par les extraterrestres ou vous avez la tête dans le sable ?
    autant de mauvaise foi concentrée dans si peu de personnes est juste surnaturel
    mais c’est pas grave, intoxiquez vous donc, faites gaffe, les gales résistantes à toutes les merdes chimiques sont là, et c’est pas la faute des bios, mais les accuser vous allège un peu . Regarder la vérité en face, c’est pas votre spécialité !!

    1. Je ne sais pas comment le dire…
      De manière diplomatique : vous avez de graves lacunes scientifiques.
      De manière pragmatique : vous avez un manque clair de données et de discernement
      De manière pas polie du tout ! Mais vraiment vous en tenez un sacré couche de connerie !!!

      Le lobbying pro-bio est le pire de tous car il utilise massivement et gratuitement les médias. Il se cache derrière les attaques qu’il porte contre les autres mode de production. Il utilise à tout bout de champs les mensonges, la manipulation, la désinformation et la diffamation. Ce n’est pas une question d’argent mais bien d’accès aux outils de manipulation des masses que sont les médias.
      Il suffit de voir à la télé le nombre de reportage qui encense le bio (quasiment un par soir), l’absence de tout débat contradictoire (c’est à dire donnant la parole aux industriels)… et l’utilisation massive de mensonges : le Bio c’est bon, c’est sain, c’est écologique (les études scientifiques démontrent l’absence de bienfaits du Bio). Les pesticides sont mauvais, ils tuent et donnent le cancer (les études scientifiques démontrent l’absence de ces nuisances).

      Les agriculteurs sont bien moins touchés que le reste de la population humaine par les maladies, les toxicités et les cancers. Nous nous basons sur les résultats des études Agrican qui montrent sans ambage et de façon très clair que les agriculteurs sont en meilleur santé que la moyenne des français.

      Par contre aucune étude dans le monde entier ne montre une amélioration de la santé ou de l’espérance de vie des gens qui mangent bio.

      Ici, nous ne sommes pas contre le bio. Nous sommes contre la manipulation qui est faite autour de ce mode de culture !!!
      On prétend que le bio est meilleur sans apporter la moindre preuve et en attaquant avec de faux arguments les autres techniques agricoles !!!

      1. Mais ce site est vraiment infestés d’incultes. Le lobby bio est il plus ou moins condamnable que le lobby non bio ?

        Non parce que vous passez votre temps à critiquer le bio. Bon, et bien ne mangez pas le bio et [modéré]
        (c’est ce que le trio de débile léger Rageous Berthod et l’autre zygomar disent quand je parle de végétarisme) c’est curieux de voir qu’il répondront violemment avec insultes de préférence.

        Mort au « bio » oui aux pesticides !!! Ce doit être un joyeux bazard dans la tête de cerains.

    2. « … pour vous intoxiquer silencieusement… » oui y parait qu’au printemps c’est encore pire, surtout avec le DDT… comme des mouches j’vous dit !

    3. Rhône Poulenc n’existe plus sous ce nom depuis …1998.
      Faudrait peut être vous mettre à jour.

  7. utilisateur de pesticides jusqua present au premier mai j entame ma conversion au bio car 300 euros ha pendant 5 ans faudrai etre fou de pas accepter bon apres 5 ans j aviserai
    vive le bio

    1. Céréalier, il semble que ayez un état d’esprit pragmatique, conservez le, que la conversion de vos méthodes culturales ne soit pas une conversion à une idéologie! On peut valoriser ses produits, se valoriser, sans dénigrer systématiquement les autres. C’est ce que font la plupart des marques, les « label rouge », AOC ou « fermier », en se démarquant par une qualité gustative, par exemple, qui est réelle, « palpable » par chaque consommateur.

      Vous nous direz si vous n’utilisez plus aucun pesticide, ou des pesticides « bio », si vous arrivez à « nourrir le monde » pour une part identique…
      Bravo pour votre courage, bonne chance, sincèrement!

      1. @cutilande j ai 170 ha en culture mon revenu cette année c est moins de 20 000 euros quand on me parle de nourrir la planete pfff ca me fais plus rire
        je passe au bio donc 170 ha fois 300 euros ca fait 51 000 euros fois 5 ans ca fait255000 euros de conversion( pour info ca mange pas de pain)
        j ai presque pas de crédit donc je vais beaucoup semer en prairie temporaire whaoo 5 ans de vacance
        Cutilande a vous l honneur de nourrir la planete

        1. et apres 5 ans de conversion j arrete le bio car je ne toucherai plus de primes bio maintien je precise 5 ans de vacance!!!!

        2. C’est bien ce que pressentais, vous êtes pragmatique et/ou opportuniste.
          J’ai moi-même souscrit des contrats « Mesure Agro-Environnementale » de conversion de terre arable en prairie, de réduction de doses d’herbicides… En 2002, j’avais souscrit pour 5 ans un CTE avec notamment une bande enherbée de 10 M. le long de cours d’eau, suppression d’atrazine, etc. avant que ce ne soit obligatoire.

    2. utilisateur de pesticides jusqua present au premier mai j entame ma conversion au bio car 300 euros ha pendant 5 ans faudrai etre fou de pas accepter bon apres 5 ans j aviserai
      vive le bio

      Excusez moi mais le passage à l’agriculture bio ne se décide pas que par des aides !!!
      Etes vous près techniquement ?
      Sans en être certain, il me semble qu’en rythme de croisière les aides bio sont supérieur de 100 € au DPU de base .

      Si c’était si simple que cela, ce n’est pas 3 % des surfaces agricoles qui seraient en bio mais 3 % des surfaces qui seraient en conventionnelle !!!!!!!!!!!!!!!!!

  8. @Daniel
    Pour corroborer tes dires, sur France Culture, aujourd’hui dans « la marche des sciences »
    http://www.franceculture.fr/emission-la-marche-des-sciences-pollutions-et-scandales-alimentaires-le-monde-moderne-nous-rend-t-il

    Invités, André Cicolella, Marie Monique Robin et Hervé Chneiweiss (INSERM).
    Hallucinant le nombre d’approximations, raccourcis en tout genre énoncés par les deux premiers acolytes (qui se tutoient à l’antenne, ce qui montre leur connivence). Et félicitations à M.Chneiweiss pour son calme et ses propos mesurés, qui tranchait avec la logorrhée habituelle de nos deux « experts ».

  9. Marie-monique Robin a été qualifiée d’Expert par l’animatrice….Expert en désinformation oui ! mais pour le reste , même d’un point de vue professionel ses docu sont mals faits !

    1. pas du tout, son documentaire « voleurs d’yeux » lui a permis d’avoir le prix Albert Londres, ce n’est pas rien.
      Ah, on me dit à l’oreille qu’il est possible que son reportage ait été bidouillé. 😉

  10. AVEC UNE PRESIDENCE NORMALE LES SUBVENTIONS BIO SERAIENT MIEUX UTILISEES EN LES DISTRIBUANT AUX RESTOS DU COEUR PLUTOT QU AUX PRODUCTEURS QUI N ONT AUCUNE CONTRAINTE DE PRODUCTION .J EN AI VU PASSER LE BROYEUR DANS LA RECOLTE ET TOUCHER LA SUBVENTION.

    1. Il est inévitable que, même consciencieux et bon techniciens, les cultivateurs « bio » aient un risque plus important de récolte nulle.
      Si ce ne sont que des aléas climatiques exceptionnels, on peut admettre qu’ils perçoivent quand même leur écot. Il y en a sans doute certains qui passent le broyeur plus souvent qu’à leur tour. Ceux-là sont indignes.

      Quand certains voudraient rendre obligatoire la souscription à une assurance « aléas climatiques, voire chiffre d’affaires, on peut craindre le pire. Pire qu’avec la Sécu…

    2. @Popeye!
      et bien moi c est pareil je me convertis au bio pour toucher de la tune et si le president normal dit vouloir les arreter au bout de 5 ans ben j arrete le bio ou est le bleme?
      170 fois 300 =51000 zeuros fois 5 ans=255000 zeuros plus le futur DPB a 250 zeuros /ha moi ca me fait vivre
      je vous laisse l honneur popye de nourrir la planete et pour pas cher hein!! svp

  11. @cutilandes l assurance récolte j y pensais pas!! bonne idee pour ramasser de la tune
    objectif bio 2017 doublement des surfaces ils vont le faire moi je vous dit!bon apres je suis réaliste si apres cinq ans j ai pas de prime je reviens au conventionel (dpb plus maebio 2015 ca me fera un peut plus de 100 000 euros/an ca ca coute rien en mise en place je vais faire de l herbe putain 5 ans de vacance )nous sommes légion a penser ainsi mdr

    1. Je ne suis pas certain que l’assurance récolte fonctionne en bio !!!
      Dans tous les cas la franchise est de minimum 25 % et les rendements sont basés sur la moyenne des 5 dernières années.Donc je ne vois pas de miracle !!!

      1. Je ne sais pas si actuellement l’assurance aléas fonctionne en bio, mais je sais que du lobbying est activé pour la rendre obligatoire et je suppose qu’il doit en être de même pour le « bio ».
        Comme la tendance politico-administrative est, d’une part à favoriser le « bio » et, d’autre part, à « mutualiser » à coup de « volontaire obligatoire », à créer des structures para-publiques monopolistiques… Une manière d’externaliser les pertes pour les uns, de parasiter pour les autres.

        1. Je pense qu’il serait très difficile et très compliqué pour un expert de déterminer si la baisse de rendement en bio lors d’un aléas climatique proviendrait réellement d’un problème climatique ou d’un problème agronomique.
          Près de chez moi, un agriculteur en bio avait une parcelle de blé complètement étouffé par des coquelicots, le rendement n’a pas dépassé 20 qx ha.
          Si cet agri avait pris l’assu clim, qu’aurait dit l’expert ?

          1. 20 qx en blé bio c est déjà bien ca vaut pres de 450 zeuros la tonne

    1. Vive la provocation !

      Mais elle a l’immense mérite de montrer qu’une dérive est possible, et même qu’elle est réelle. Ça s’appelle l’effet d’aubaine…

      1. effet d aubaine?? non realité tout simplement !
        ! en tant que producteur de grains en 2013 on a pas gagné beaucoup si certains pendant 5 ans vont jouer a faire du bio pour toucher des aides et bien qu ils en profitent

        1. C’est précisément ça, l’effet d’aubaine.

          Et je pense que quand on examine les statistiques cocorico sorties chaque année par l’Agence bio on a une petite idée de l’effet d’aubaine.

      2. Quand plus de la moitié du PIB passe dans les budgets publics, il y a beaucoup d’effets d’aubaines!
        Quand les codes, lois, arrêtés, décrets, circulaires et autres règlementations administratives enflent chaque jour, il y a beaucoup de contraintes.

        Alors, on essaie de naviguer opportunément entre récifs, courants, vents dominants et tempêtes.

    2. Je ne pense pas que le prix de la tonne de blé bio soit de 450€ mais plutôt de 400€ maxi.
      D’autre part,il faut savoir que si le blé  » panifiable » bio est plutôt bien payé, le blé fourrager ,l’est beaucoup moins, soit un maximum de 300€.
      Les 20 qx maxi de rendement en blé bio était du fourrager , soit un produit brut de 600€ maxi.
      Comparer à un blé conventionnel à 90qx ha payé 170€ tonne, soit 1530 € de produit brut, mon choix est vite fait.

  12. hey paysan bio ! t es de Marseille?? 600 la tonne le blé bio améliorant?
    on va tous passer au bio envoyez les primes en plus!

  13. un conseil pour le bio dans les milieux autorisés on s autorise a penser(!!)que les primes a la conversions en 2015 seront de 300 euros l ha et pendant 5 ans aucune limite de surface donc allons y profitons en!
    apres 5 ans c est moins clair fini l aide au maintien donc massivement on retournera au conventionel et alors? ou est le mal apres tout effet d aubaine vous dites?

  14. @ monsieur l agriculteur bio!
    l information je l ai eu a ma chambre d agriculture et l aide au maintien n est plus acquise (voir site de la conf svp)

    1. Soyez correct, SVP. Il n’est pas « agriculteur », mais « paysan ».

  15. paysan bio tu fais du rendement en blé tu utilises des organiques?
    ou bien es tu nature et progres ?car tes rendements sont bien supérieur a la normale tu as combien d ha?

  16. @Paysanbio

    Je suis toujours étonné lorsque je vois apparaître de nouveaux internautes uniquement lors d’un sujet précis comme ici sur le prix du blé bio !!!, comment avez vous êtes vous arrivé là ?.
    Peu importe, si vous avez des acheteurs à ces prix là ( gardez les biens au chaud !!!),les quelques bios que je connais dans la Marne n’ont apparemment pas cette chance.
    Lorsque l’on est en bio, on ne sème pas que du blé . Que cultivez vous d’autre et à quel prix et rdt ?
    De même que pour faire du blé panifiable en bio il faut un minimum de protéines et donc de fertilisation azotée, comment faites vous ,fumier,légumineuses, ?

    Chez nous le blé bio n’est peut être pas payé cher mais on a le Lentillon de Champagne,qui vaut son poids d’Or !!!

  17. quand je vois paysan bio moi j mdit je passe au bio une fois!

  18. @ Paysanbio :
    Vous dites que vous faites des rendements à 45 q/ha en blé bio.
    Moi j’ai juste une question : depuis combien de temps avez vous votre conversion au bio. Ou pour être plus précis : depuis combien de temps vos parcelles en blé bio ne sont plus amendées ?

  19. Le rendement national moyen du blé tendre biologique toutes
    variétés confondues est stable par rapport aux deux récoltes précédentes (32 q/ha)

    1. aata tu en sais des choses!tu as apris ta lecon une fois!

  20. paysanbio est sur des sols humifères certainement anciennes prairies longue durée ou terres noires, il est au max du possible les bonnes années après deux ans de luzerne pour éviter les mauvaises herbes.

  21. c est vrai que ca marche le bio ! et c est beaucoup d econnomie a fairfe sur les intrants engrais chimiques et pesticides trop chers
    mou j vous je passerai bien au bio bientôt avec de bonnes primes ca sera bon moi a 600 euros la tonne de blé je réfléchis une fois(je suis belge 1 fois)

  22. il faut en finir avec ses histoires d amateurs de bio paysanbio est de Marseille aucun intrants et 48 qx haha elle est bonne celle la autrement el pulvérisator range son pulvé et se met au bio
    el pulvérisator le retour!

    1. ….et même si les rendements en blé bio sont bons, qu’en est il du reste des cultures ?,peut être zéro !!! mais cà on ne le sait pas !!!

  23. Merci pour votre réponse.

    Dans la Marne, la plupart des agribios sont mixtes, es ce votre cas ?

    1. Mixtes ? AB + AC ?
      oui et ils jonglent avec la luzerne déshy !

      Non chez moi 100 % AB

      1. Dans la Marne,les AB sont également AC surtout pour conserver la culture des betteraves sucrières ( encore rentable) et le droit à la vinasse qui ira fertiliser le bio.
        C’est certain que la luzerne bio est facile à cultiver et rentable et que derrière ils font de bons blés panifiables.
        Quelle type de terre avez vous ? ,ici les sols de craie,très fertiles avec de l’azote minérale contrairement à de l’azote organique, le sont beaucoup moins en AB car la minéralisation est plus lente que dans des terres coloreés.

        1. Je comprends le contexte économique de leurs choix, c’est tout à fait légitime !
          Un ilôt argilo calcaire, un autre sable argiles à 50 cm, et enfin limono argileux très profonds et riches.

Les commentaires sont fermés.