Stéphane Le Foll : figure du bobo

Partager sur : TwitterFacebook

Le communiqué de presse du ministère  concernant sa participation au Salon International de l’agriculture a de quoi laissé pantois les milieux agricoles !
Les premières lignes vous en donneront vite la raison : « En quoi consiste l’agro-écologie? l’agriculture biologique ou l’agroforesterie ? Quelles sont les alternatives aux pesticides en agriculture ou en jardinage? A quoi sert le bois des forêts? Comment contrôler la sécurité sanitaire des aliments de la fourche à la fourchette? Quels sont les différents métiers auxquels forme l’enseignement agricole ? Comment éviter le gaspillage alimentaire? Comment fait-on du yaourt ? Tels sont les multiples thèmes qui seront abordés sur le stand du ministère de l’Agriculture sous forme d’ateliers ludiques et pédagogiques pour petits et grands. »
Vous avez bien lu : les bobos et enfants de bobos vont voir au salon de l’agriculture ce qu’ils connaissent déjà par cœur via 20 minutes, Métro et le Nouvels Obs, à savoir une agriculture qui n’a rien à voir avec celle pratiquée par la plupart des producteurs : bio, locale. Avec cerise sur le gâteau : le mythe du “0 pesticide.”  Qu’on se le dise : aucun agriculteur, qu’il soit 100% bio ou conventionnel ne peut se passer de pesticides. Sous peine de voir ses cultures ravagées, de constater des années avec récolte et des années sans ! Nom de nom, en bio, on utilise du souffre et de la bouillie bordelaise. Notamment.
Est-ce comme cela que le Ministère de l’agriculture va communiquer sur la véritable agriculture française et corriger le gouffre entre la perception du grand public et la réalité du terrain ? Qui va parler de l’agriculture moderne qui représente 95% de l’agriculture française, qui participe à l’image d’excellence de la France, qui emploie 500 000 personnes et qui contribue largement à notre balance commerciale?

Monsieur Le Foll, vous adressez-vous encore aux agriculteurs ou aux lecteurs du Nouvel Obs qui publie un cahier spécial sur “les paysans de Paris”.

32 commentaires sur “Stéphane Le Foll : figure du bobo

  1. ça fait déjà un bail que le salon de l’agriculture porte de Versailles ne s’adresse plus aux agriculteurs.
    A part pour les concours d’animaux, quel agri y aurait du temps à consacrer?
    D’ailleurs, depuis plusieurs années, ce sont les distributeurs qui sont les plus présents.
    Les professionnels, fournisseurs vont aux salons  » pro », SPACE, Sommet et SIMA.
    Alors, quelle stratégie à adopter? laisser la main aux communicants , aux politiques? quitte à laisser s’installer une vision bucolique de l’agriculture française, ses terroirs (et musée), l’œil bien vissé sur le rétroviseur comme c’est le cas aujourd’hui?

  2. Le décalage entre la vision de Mr Le Foll et la réalité de l’agriculture est effectivement impressionnant, mais peut être est ce aussi la conséquence de la bienveillance de beaucoup ( y compris dans le milieu agricole)par rapport à tous ces concepts fumeux( le bio dans les écoles, les circuits courts, l’agro écologie ..). Par manque de courage ou par souci de surfer sur la vague de la communication ( en espérant, un peu bêtement ,pouvoir en tirer partie)ceux qui  » savent  » ont aussi leur part de responsabilité.Le drame c’est que pendant que la France se cherche les autres ( Allemagne, Brésil, USA …) progressent et produisent de mieux … en améliorant tout simplement le modèle actuel et ca marche!

    1. Le Fol avec sa vision idéologique de l’agriculture! Il veut détruire la production agricole française. Pourquoi? Il est aux ordres des lobbys écolos . Sait-il que notre agriculture était, il y a un couple d’année, l’une des plus efficace d’Europe. Sarkozy, déjà, avait ouvert la porte aux associations anti-agriculture mais Le Fol en remet une couche.

  3. C’est Faux et archi faux qu’un bio ne peux se passer de produits!!! Votre affirmation est bien trop rapide. Allez zur le terrain et vous trouverez des agriculteurs (pas nombreux certes!) qui peuvent se passer d’achats et j’en fait partie. Je vous signale que le sol est un milieu autonome et qu’il n a pas besoin du chequier pour vivre! Allez donc voir Claude Bourguignon (qui est venu chez moi) ou d’autres comme Pierre Rabbi qui vous prouveront qu’il est possible de se passer de produits en bio. Et je peux même vous certifier être 100% bio avec mes vaches à lait avec ZERO achats de produits miracles! Le vrai miracle c’est de comprendre la vie et le fonctionnement de cette dernière!!!

    1. Oui 100% bio avec maintient de la productivité tous les ans.
      Pour le Véto , vous usez de l’homéopathie? de l’ostéopathie ? Acupuncture ?
      Votre étable est alignée selon les flux telluriques ?

      En résumé , toutes les conneries pseudo scientifiques habituelles !

    2. c’est ça, allez faire croire que le sol est un « milieu autonome ». C’est comme le mouvement perpétuel ou le moteur à eau, c’est magique.
      Bon, il y a des sorties de matières non si je ne m’abuse? donc il faut bien, à un moment ou un autre, qu’il y ait des entrées.
      J’ai un copain en viticulture « bio » (on dit vigneron dans ce cas), qui n’apporte pas grand-chose sur ses vignes. Les rendements deviennent faméliques d’année en année. Son vin est excellent mais pour le peu de bouteilles qu’il produit, je doute qu’il puisse en vivre. La passion, ça ne nourrit pas son homme, ça ne fait plaisir qu’aux magazines.

      1. à douar

        « Son vin est excellent mais pour le peu de bouteilles qu’il produit, je doute qu’il puisse en vivre. La passion, ça ne nourrit pas son homme, ça ne fait plaisir qu’aux magazines. »

        La viticulture est le seul domaine agricole où les très faibles rendements du bio ou de la biodynamie ne sont pas un obstacle économique.
        Quand un producteur est en biodynamie, il peut multiplier ses prix par 2 ou 3 par rapport à son voisin, il trouvera toujours des gogos pour acheter son vin

        1. Tout à fait: dans le vin, on vend avant tout du rêve. Sinon, comment justifier une bouteille à 50 € par rapport à une autre à 8 €?
          Pour l’anecdote, un fournisseur de bouchons pour les bouteilles me disait que tous ses clients viticulteurs bio avaient, en parallèle, une activité négoce, celle là, pas bio. On se demande bien pourquoi 😉

    3. Pour ceux qui veulent rire ( jaune ) voir le compte rendu fait par des journalistes concernant la visite de la ferme agro écologique de Mr Rabhi
      http://afis-ardeche.blogspot.fr/2012/09/humanisme-notre-visite-chez-des.html

      les arguments sont pertinents et l’imposture est démontrée.
      Oui, on peut faire du bio sans pesticides : nos ancêtres le faisaient et il suffit d’aller voir en Afrique mais le problème c’est qu’ils meurent de faim car les résultats sont désastreux ( rendements faibles et très variables, problèmes de qualité ..). Pour certaines cultures c’est impossible .. en France compte tenu du climat tempéré

  4. bref, vu certains posts peu respectueux, on devine la valeur humaine de l’auteur;
    Juger sur des écrits est de la même classe l’illusion 😉
    Restez ô grands savants que vous etes avec vos préjugés et vos oeilleres, pour avoir fait les 2 types d’agriculture, je peux commencer à en tirer des conclusions concrètes, tant au niveau comptable que veterinaire;
    Oui le sol est un milieu autonome, cherchez et vous admettrez;
    Oui j’ai fait un travail sur les champs Telluriques;
    Oui Claude Bourguignon est un bon enseignant, allez à ses conférences ou faites le venir sur vos parcelles;
    Faites au lieu de taper du clavier!!!
    Si facile dans un monde où l’illusion est reine!

    Chacun sa vie après tout 🙂

  5. en bio on utilise de la bouillie bordelaise (300 grammes par quintal ) afin d emrober les semence de blé
    l efficacité contre la carie est hyper efficace par contre aucun traitement ni souffre ni cuivre en culture et on est pas ravagé par les maladies heureusement !!! pourquoi ?? choix varietal et rotation des cultures
    par exemple semer du blé derriere du sorgho ou maiis c est suicidaire le risque fusarium est trop important on priviligie le blé derrie fèves ou soja

  6. mes rendement bio 2013 blé 37qx (togano vendu 405 euros tonne)
    soja 31 qx vendu 680 euros la tonne
    tournesol 28 qx 550 euros la tonne
    sorgho 60 qx vendu 280 euros la tonne
    feverolles 25 qx 350 euros la tonne
    je suis heureux d etre en bio car avec mes 57 ha en conventionel je creverai de fain
    je me pose pas des questions psyco spirituelles juste des question économiques!!et putain de plus utiliser de phytos quel bonheur

    1. Ce n’est pas avec la bio qu’on pourra nourrir la planète mais si certains peuvent en vivre tant mieux pour eux s’il y a des gogos qui leur achètent leurs produits. Mais qu’ils ne nous empêchent pas de choisir notre mode de production !

  7. agri bio est un bio productiviste n en déplaise aux fanatiques de nature and progres l avenir du bio passe par de la qualité et des rendements le grenelle de l environnement de Sarko(bravo a lui) a permis l ermergence de nouveaux agri bio remarquable dans leurs rendements et d une qualité superieure
    contrairement aux bio(x) canal historique qui restent campés sur des dogmes post soixante huit hard! il ne faut pas opposer bio et conventionel on est complémentaires et comme l a dit notre ministre Le Foll la ferme France a pas vocation a devenir une ferme bio!!!!!!!!!!!!!!!!
    La bio doit se devolepper en fonction du marché et pas etre une pensee sectaire a bon entendeurs salut!

  8. « en bio on utilise de la bouillie bordelaise (300 grammes par quintal ) afin d emrober les semence de blé – See more at: https://alerte-environnement.fr/2014/02/13/stephane-le-foll-figure-du-bobo/#comment-111656 »

    Il est intéressant d’avoir cette information qui ne circule que sous le manteaux, si c’est une bouillie à 20% de cuivre cela fait quand même 60 grammes de cuivre par quintal, un peu élevé vis à vis des oiseaux, entre autre,qui mangeraient ces semences, bien plus toxique que les fongicides utilisés en conventionnel, désolé.

  9. Pour la production bio, effectivement comme marché limité à une clientèle qui peut se l’offrir et si possible dans des terres peu productives avec des circuits courts, c’est parfait.
    Plus personne ne revendique de nourrir le monde et tout le monde avec du bio, sauf des illuminés.

    1. Des terres peu productives ou, au contraire, tellement productives qu’elles n’ont pas besoins de beaucoup d’engrais (sols volcaniques ou l’herbe « pousse toute seule » par exemple). Le surcout lié à l’élevage bio devient alors assez faible.

    2. Pourtant c’est ce que fait l’humanité , elle se nourrit avec des éléments d’origine biologique , non ?
      Nous nous nourrissons de matière vivante donc biologique.

      Il est grand que le terme « biologique » ne soit plus le monopole d’un groupe politique.
      Réapproprions-nous le lexique vert !

    1. @

      pourquoi martine a la campagne svp?

      >>> C’est quand même beau d’être cultivé!

  10. http://www.agriculture-environnement.fr/edito,2/le-prix-de-l-impunite,938.html#.U5AjEEi9GI8.twitter
    Le prix de l’impunité


    En réalité, le ministre fait bien peu pour stopper ces réseaux criminels, et encore moins pour arrêter les agissements délictueux de ses alliés politiques, membres de la Conf’ et des Verts. Pire, il laisse faire, alors que ce climat délétère n’est pas sans rapport avec la hausse du vote FN dans le milieu rural. À croire que l’analyste politique Éric Zemmour n’a pas tort lorsqu’il affirme que l’Élysée rêve d’un Front national fort. Totalement impuissant face à la crise économique, François Hollande ne peut en effet prétendre à sa réélection que s’il provoque un 21 avril 2002 à son avantage. C’est-à-dire s’il se présente au second tour de l’élection de 2017 face à Marine Le Pen

    =>On peut se poser bien des questions sur les décisions des princes qui nous gouvernent

    1. Eric Zeymour un analyste politique?? , laisser moi rire .
      Ce n’est qu’un vulgaire journaleux friand d’exposition médiatique.

      Pour avoir une analyse sérieuse et documentée de la France , je vous conseille la lecture d’un ouvrage de 2 démographes : E.Todd et Hervé Le Bras « Le Mystère Français  » .
      D’ailleurs la concernant la modification des contours des régions ,son avis est clair : « c’est ni fait , ni à faire  »
      http://www.lemans.maville.com/actu/actudet_-fusion-des-regions-une-methode-de-travail-discutable_fil-2562338_actu.Htm

      1. on ne parle pas de la même chose.
        d’un coté, l’attitude de Le Foll qui soutient une politique de peur de l’autre un redécoupage des régions qui diminuait le nombre de « place » pour nos élites.

  11. Roro, quand vous pourrez aligner une œuvre écrite équivalente à celle de Zeymour, vous pourrez peut-être vous laisser aller à le traiter de « vulgaire journaleux »…..

    Par ailleurs, je ne vois que rapport que vous faites entre ce que pense Zeymour de la politique du président vis a vis du FN et les travaux de démographie de LeBras et de Todd. En tout cas, moi, je ne me laisserai pas aller vis a vis de Todd comme vous l’avez fait vis a vis de Zeymour bien qu’il y aurait pas mal de choses à dire sur son dos!

  12. http://www.francetvinfo.fr/societe/salon-de-l-agriculture/paul-francois-l-agriculteur-qui-defie-monsanto-j-etais-un-pur-produit-du-tout-chimique_828111.html

    Tout est dit. Restez cloisonnés dans vos certitudes, ne changez rien, vos polluez nos eaux, nos aliments et notre hypothéquez notre santé (la votre en premier lieu). Et finalement qui s’enrichit derrière tout ça? Les multinationales dont c’est de le jeu de faire s’opposer les agriculteurs entre eux! Réfléchissez deux minutes, ne vous cachez pas derrière des dogmes! C’est tous ensemble que nous devons reprendre notre indépendance! Divisés nous sommes foutus! Seuls une poignée de supers exploitants tireront leur épingle du jeu!

    1. Vous avez raison : tout est dit. Il suffit juste de savoir lire.

      M. François a l’honnêteté – que je tiens à souligner – de préciser qu’il a, en quelque sorte, mis la tête dans la cuve. Autrement dit qu’il a fait une c…

      C’était en avril 2004. Et ce n’est que « [c]ette année, [qu’]il va passer une centaine d’hectares en agriculture biologique. »

      Une centaine ? Un quart de l’exploitation…

      Dans d’autres articles il avait précisé qu’il faisait traiter par quelqu’un d’autre.

      Il y a l’honnêteté du discours. Il y a aussi la cohérence incertaine des actes. Et une leçon à en tirer.

      1. Il faut aussi préciser que le François en question, en plus de « l’honnêteté  » du discours etc… ne manque pas d’un culot certain qui atteint tout aussi certainement le foutage de gueule!

Les commentaires sont fermés.