You are here: Home » L'œil agricole » Suicide des agriculteurs : et si Stéphane le Foll commençait par défendre la profession ?

Suicide des agriculteurs : et si Stéphane le Foll commençait par défendre la profession ?

On entend beaucoup parler ces derniers jours de l’étude sur le suicide des agriculteurs menée par l’INVS. Et les données sont effectivement alarmante : un suicide tous les 2 jours, plus que la moyenne nationale. Pour l’INVS,  l’une des causes probables serait les contraintes économiques de la profession : « En revanche, la présente étude confirme clairement l’existence d’un excès de mortalité par suicide chez les agriculteurs exploitants masculins, de l’ordre de 20 % par comparaison à la population générale française. Celui-ci a déjà été observé dans d’autres études, en France et à l’étranger [2;3;9;24]. L’excès de mortalité par suicide observé à partir de 2008 dans l’étude pourrait être pour partie associé aux fortes contraintes financières, liées à la crise économique, subies par le monde agricole depuis 2007 »
Le Figaro nous rapporte l’analyse plus large de Marie-Thérèse Denieul, exploitante à Janzé (Ille-et-Vilaine) et administratrice à la Mutualité sociale agricole (MSA) en charge des suicides :  «trois causes principales poussent les agriculteurs à mettre fin à leur jour: l’isolement social de plus en fréquent, la crise économique et la multiplication des contrôles et des démarches administratives».
En clair, la surrèglementation et les contrôles administratifs qui en découlent, sont une cause de suicide chez les agriculteurs. Ce n’est une nouveauté ! Malheureusement, Stéphane Le Foll se contente d’une ligne téléphonique et de quelques mesurettes alors qu’une véritable politique de soutien à la profession serait nécessaire. Par exemple : oser parler de compétitivité dans le projet de loi pour l’avenir de l’agriculture. Chiche ?

21 commentaires

  1. Bonjour,
    Dans ma famille un éleveur a été harcelé pendant des mois par un voisin néo rural. Ce dernier ne supportait pas les meuglements des vaches, des veaux, le bruit des bâches sur la paille agitées par le vent, la boue sur le route, le passage des bêtes devant sa porte…La nuit il pénétrait dans les enclos déplaçait certaines vaches, visitait les bâtiments…
    Mon parent a failli se suicider ( son père l’a trouvé à temps).
    Je connais d’autres exemples avec des néo ruraux intolérants aux bruits de la campagne et aux élevages.
    Des procès contre les éleveurs sont souvent gagnés par eux, pour des plaintes aussi ahurissantes que la présence de vaches « gênante » dans un pré près de leur maison!
    Cdt

    • La solution: des fermes de 1000 vaches, ICCPE, en stabulation tout l’année, éloigné des habitations… A merde, ça aussi ils n’en veulent pas.

      • Par chez moi la stabulation entravée à l’année longue est la norme. Ça n’a pas empêché le ministère de l’environnement de classer les odeurs des fumiers pour permettre aux municipalités rurales d’émettre des restrictions.

  2. Pour toutes les entreprises , l’époque de crise actuelle n’aide pas.
    Une des grosses différence entre les chefs d’entreprises agricoles et les autres(à quelques exeption prèt),est que les agriculteurs ont très souvent en charge sur les épaules un patrimoine familliale transmis de génération en génération .Le fait que leurs parents est pu faire prospéré et transmetre ce patrimoine familliale alors que eux ce retrouvent en echec y compris dans la possibilité de continuer cette transmision ajoute un sentiment de culpabilité énorme à leurs situations.
    Je suis surpris que cette particularité ne sois jamais sité lors d’études de se dramatique problème.

    • Ceci est une approche intelligente et respectueuse des victimes de suicides .
      Il serait apprécier que certain en prennent de la graine au lieu déverser leur bile sur des boucs émissaires pour servir leurs interêts corporatistes.

  3. C’est évident, c’est comme pour les indiens, les suicides des paysans sont causés par les OGM et Monsanto !!
    Aucune raison que Le Foll bouge son petit doigt (vert).

  4. Cela fait des années que j’alerte autour de moi des taux de suicide très importants dans le monde agricole… Je m’attire surtout des quolibets du style : de toutes manières c’est moins grave que ce qui se passent chez renault ou à la poste…
    1) Ce qui est totalement faux, c’est bien pire.
    2) Quel est ce silence assourdissant des syndicats français (FO, Sud, CGT…) sur ces suicides et leur origine honteuse : L’Etat français !!!

    • . Les agriculteurs qui mettent fin à leurs jours ne sont pas des salariés. Je ne vois Monsieur ce que vient faire votre diatribe contre les syndicats de salariés. Adressez vous à la FNSEA, à la Condédération paysanne, la Coordination Rurale et le MODEF.
      Gilles Mercier

    • . Les agriculteurs qui mettent fin à leurs jours ne sont pas des salariés. Je ne vois Monsieur ce que vient faire votre diatribe contre les syndicats de salariés. Adressez vous à la FNSEA, à la Confédération paysanne, la Coordination Rurale et le MODEF.
      Gilles Mercier

    • il est impossible de déterminer la cause d’un suicide .

      A part pour en faire une exploitation politique ……….

      Ce qui en dit long sur les personnes qui usent de se stratagème ignoble.

  5. > En clair, la surrèglementation et les contrôles administratifs qui en découlent, sont une cause de suicide chez les agriculteurs.

    En tout ca, c’est qu’elle dit. Est-ce vrai? Comment le mesurer?

  6. L’économie bretonne, agricole notamment, assassinée par l’écotaxe !

    Un portique finistérien sous haute protection, belle image du totalitarisme écologiste en acte !

    https://twitter.com/L_Berthod/status/389046362387406848/photo/1

    • Bin en attendant il est pas près de taxer quoi que ce soit celui-la !

    • Détruire des biens publiques , c’est quoi ?

      Ce sont des faucheurs volontaires version de droite ?

      • C’est la révolte antifiscale des Jacques. Elle est parfaitement justifiée. Combien de GAD en perspectives en Bretagne ? Les chefs gabelous vont devoir numéroter leurs abattis, comme en 89 ! .

        • Pour les GAD et les Doux s’ils acceptaient de travailler pour 4 € de l’heure comme en Allemagne , ils auraient gardés leurs boulots.
          Même en supprimant les cotisations du salaire , on arrive pas à ça .

          • Les salaires dans les abattoirs allemands viennent de doubler et sont aux environs du double de ce que vous dites.

          • Et si vous étiez vraiment libéral comme vous le prétendez vous seriez opposé à l’écotaxe qui fausse la concurrence entre modes de transports, entre entreprises, entre régions. Mais les trolls ne sont pas à une contradiction près.

      • des biens publics?
        Le décision d’installer des portiques a été prise en catimini sous le mandat précédent malgré les protestations des acteurs économiques, puis des élus (tous, sauf les EELV). C’est facile, après de se draper d’indignation quand certains s’attaquent à ces symboles.
        Quant à dire que ce sont les équivalents des faucheurs volontaires de droite, je dois rappeler que parmi les « abatteurs », il y avait des salariés des industries, qui ont compris les effets néfastes de ces taxes à venir. Je ne pense pas qu’ils aient eu conscience de faire un acte de « droite  » ou même de « gauche ».

Comments are closed.