Noteo : institut indépendant ou écolobusiness ?

Partager sur : TwitterFacebook

Rapportées par l’AFP, Le Monde, Le Parisien, Le Nouvel Obs, etc., difficile d’ignorer les conclusions alarmistes d’une nouvelle étude selon laquelle près de 40% des produits d’hygiène-beauté contiennent au moins un perturbateur endocrinien (PE). Cette étude a été réalisée par « l’institut indépendant de notation Noteo ». Mais cet « institut indépendant » est-il vraiment sérieux ? A vous de juger avec ces quelques éléments de réponse.

1) Une association phagocytée par les écologistes
Noeto est l’enseigne d’une association sans but lucratif baptisée « Conseil en Consommation Durable », créée en janvier 2008 par Baptiste Marty, son président. Son idée est de noter un maximum de produits alimentaires, d’hygiène ou d’entretien sur le plan de la santé, du respect de l’environnement, du budget et des conditions sociales dans lesquelles il a été fabriqué. Mais qui établit ces notes ? On peut lire sur son site : « L’Institut Noteo s’appuie sur un Comité Scientifique composé d’experts indépendants pour proposer une méthodologie de notation robuste » et « L’ensemble des méthodologies élaborées par les spécialistes de l’Institut Noteo sont révisées et validées par un Comité Scientifique, composé d’experts indépendants et reconnus dans leur domaine ». « Indépendants » ? En novlangue, ça se traduit par « écologistes ». En effet, environ la moitié de ces fameux experts provient de la mouvance écologiste militante :

  • Aurèle CLEMENCIN : a travaillé pour Greenpeace, Générations Futures, le Bureau Européen de l’Environnement et le Réseau Environnement Santé.
  • André CICOLELLA : président et cofondateur du Réseau Environnement Santé (RES), administrateur de la Fondation Sciences Citoyennes, administrateur du Rassemblement pour la planète, membre de la Commission Santé d’EELV, membre du conseil scientifique du WWF-France, membre du conseil scientifique de l’Appel de la jeunesse, administrateur de Health and Environment Alliance.
  • Yannick VICAIRE : coordinateur sur les produits de consommation du Réseau Environnement Santé, vice-président de Health and Environment Alliance, chargé de mission transport-climat pour l’association Agir pour l’Environnement, ancien responsable « produits toxiques » de Greenpeace France pendant 7 ans.
  • François VEILLERETTE, porte-parole de Générations Futures, porte-parole et cofondateur du Réseau Environnement Santé, président de Pesticide Action Network, Conseiller régional EELV en Picardie, ancien président de Greenpeace France.
  • Nadine LAUVERJAT : chargée de mission de Générations Futures, secrétaire du Réseau Environnement Santé, présidente du Rassemblement pour la planète.
  • Yann QUEINNEC : trésorier de Greenpeace France, ancien directeur de l’association Sherpa (jusqu’en 2009), a représenté L’Alliance pour la planète pendant toutes les négociations du Grenelle.
  • Christine SOURD : directrice Adjointe des Programmes WWF depuis plus de 20 ans.
  • Arnaud GRETH : président fondateur de Noé Conservation, ancien Directeur scientifique du WWF-France (1996-2000).
  • Philippe IRIGARAY : coordinateur des recherches pour l’Association pour la Recherche Thérapeutique Anti-Cancéreuse (ARTAC).

 

Difficile ensuite de croire à la neutralité des critères de notation, qui est forcément biaisée par le militantisme de ces « experts ».

 

2) Marketing de la peur pour écolobusiness
Comme le mentionne un article de Rue89, Baptiste Marty est « un entrepreneur malin ». A côté de son association à but non lucratif, il a créé une société – Notéo Solutions – qui, elle, a des visées très lucratives. Présidée jusqu’en juillet par l’Institut Noteo, et depuis par Baptiste Marty himself, Noteo Solutions a engrangé environ 2 millions d’euros d’investissement, provenant de Baptiste Marty, de soutiens publics et de sociétés d’investissement. Noteo Solutions a fait appel à Michel Kubler, ancien directeur du développement du groupe TF1, pour mener son développement commercial. Rue89 résume ainsi les activités de cette société : « Noteo Solutions cherchera des sponsors et vendra des services aux entreprises (…) leur permettant d’améliorer la qualité de leurs produits. (…) Les services vendus par Noteo Solutions peuvent permettre d’échapper aux feux rouges ou oranges de l’appli conçue par l’Institut Noteo. » Autrement dit, après la campagne alarmiste sur les perturbateurs endocriniens dans les produits cosmétiques, Noteo Solutions peut maintenant démarcher les entreprises épinglées de ce secteur pour leur vendre leurs conseils. Rue89 pose quand même la question « Un tel modèle ne soulève-t-il pas un risque de conflit d’intérêts ? » Et Marty de rejeter l’argument : « L’association est « indépendante », le calculateur est « automatique », les critères sont totalement « transparents ». » Pas très crédible…

Le conflit d’intérêt est flagrant, mais pas que là ! On a vu que plusieurs « experts » de Noteo sont impliqués avec Générations Futures et le WWF. Or, comme nous l’avons montré dans un billet précédent (https://alerte-environnement.fr/2012/04/30/le-marketing-agressif-du-lobby-des-industriels-bio/), Générations Futures a de forts liens avec le Synabio (Syndicat de l’industrie bio) et reçoit des financements de plusieurs entreprises bio, dont les produits sont susceptibles d’être notés par Noteo. De même pour le WWF qui a de nombreux partenariats avec des entreprises, comme Rainett, Cocorette, Carrefour, etc. Il est incompatible pour ces « experts » écologistes de recevoir d’un côté des financements d’entreprises, et de l’autre côté, participer à une notation neutre et objective de leurs produits ou des produits des entreprises concurrentes.

 

Sources
http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/09/13/les-perturbateurs-endocriniens-presents-dans-deux-produits-de-beaute-sur-cinq_3477286_3244.html
http://pourquoi-docteur.nouvelobs.com/Les-produits-de-beaute-contamines-par-des-perturbateurs-endocriniens–3612.html
http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/40-des-produits-de-beaute-contiendraient-des-substances-toxiques-13-09-2013-3134107.php
http://www.noteo.info/la-notation/des-experts-partenaires/
http://www.journaldelenvironnement.net/article/lancement-de-noteo-outil-d-aide-aux-choix-de-consommation,32028
http://www.fusacq.com/buzz/go-capital-investit-dans-la-societe-noteo-solutions-a49368.html
http://www.rue89.com/rue89-planete/2012/12/05/jai-teste-noteo-appli-responsable-qui-vous-conseille-au-supermarche-237521

 

24 commentaires sur “Noteo : institut indépendant ou écolobusiness ?

  1. la première fois que ma compagne m’a parlé de ce site, il y a déjà quelques temps de cela, je me suis demandé combien de temps ça allait prendre pour qu’il fasse le buzz. j’avais déjà repéré que le comité scientifique était assez coloré. il aura donc fallu l’appui de la ‘science’ (junk science?) pour que le site fasse le buzz, c’est désolant 🙁

  2. « Un tel modèle ne soulève-t-il pas un risque de conflit d’intérêts ? » Et Marty de rejeter l’argument : « L’association est « indépendante », le calculateur est « automatique », les critères sont totalement « transparents »
    Non c’est pas opaque, c’est juste du chantage.

    1. Tout à fait d’accord.
      Du chantage et de l’escroquerie.
      Tout comme le WWF qui demande un partenariat financier à Lapeyre pour le FSC ou le WWF lance une campagne de dénonciation de Lapeyre « utilisant » des bois non certifiés…

  3. « Les services vendus par Noteo Solutions peuvent permettre d’échapper aux feux rouges ou oranges de l’appli conçue par l’Institut Noteo ».

    En bon français, du racket pur et simple.

  4. si c’est la même société :
    NOTEO SOLUTIONS /
    Activité : Conseil pour les affaires et autres conseils de gestion 7022Z
    Le code ne correspond pas à l’activité énoncée dans l’article !

    Président : M. Baptiste MARTY
    DG :M. Michel KUBLER

    1. Vous connaissez la codification des activités ? Il est probable que le code est celui qui correspond le moins mal à l’activité de la société telle que décrite dans l’article de Rue 89. J’ai moi même assuré la direction de deux boutiques dont l’activité était vraiment difficile à rattacher à un code d’activité INSEE.

      En tout état de cause je ne crois pas qu’il existe un code INSEE pour l’activité de racket.

    2. Moi je l’aurais mis sous le code 74 :Autres services professionnels, scientifiques et techniques

      70 : c’est conseil de Gestion et d’affaires ….

      Comme il ne font pas de sciences mais du lobbying bio en se mettant sous le code 70 ils sont cohérents.

      Plus de 1.8 million d’euros de capital social !! avec un résultat net négatif . ( -304 000€ 2012 et -200 000 € en 2011) Ils ont de la marge pour bouffer la moitié du capital.

      On dirait que la boîte n’est pas là pour faire du bénéf , et qu’elle sert d’outil de propagande , les associations affiliées abondent au capital social et ça absorbe les pertes.
      Question : L’entreprise existe t elle physiquement ?

  5. Quand Noteo décrypte une liste INCI d’ingrédients dans un produit d’hygiène ou dans un cosmétique, et qu’elle constate l’absence ou la présence de substances reconnues comme étant « perturbateurs endocriniens », elle fait un travail simple et objectif : il y en a, ou il n’y en a pas. Qui peut discuter cela ?

    1. Ben, c’est-à-dire que personne ne sait dresser exactement la liste des perturbateurs endocriniens, parce que personne ne sait exactement ce que c’est. Ceux qui prétendent le faire sont des menteurs.

    2. Les produits à base de soja – tels que pseudo laits, pseudo yaourts, pseudo steaks – sont-ils répertoriés comme contenant des perturbateurs endocriniens par le prétendu « Institut » Noteo ?

    3. Le problème c’est la double casquette association/conseil, le package forme ce qu’on appel communément du chantage ou du racket.

      1. ça peut être considéré comme de la diffamation , faudrait faire attention quand même !

        1. Va y ma cocotte, va porter plainte. Je n’ai pas accusé, je constate que c’est une forme de chantage qui s’appuie sur les peurs de l’opinion publique. Vendre du conseil sur ses propres indicateurs, en dehors de toute certification officiel, juste après avoir créé un buz médiatique pour imposer sa problématique, c’est quoi si non du chantage?

          1. Bof, la loi sur la diffamation a été vidé de son contenu, on a le droit de dire que c’est une arnaque.

          2. Pour le fond je suis d’accord avec pas sur la forme.
            Mon conseil était amical , ce n’était pas une menace.

            Quelle agressivité !

          3. « la loi sur la diffamation a été vidé de son contenu »

            Quand on diffame Pierre Pellerin?

  6. Noteo – mal – noté par Que Choisir :

    http://www.quechoisir.org/commerce/commerce-equitable/actualite-site-noteo-notation-des-produits-simpliste

    Et encore, Que Choisir a été poli. Il faut vraiment lire l’article !

    Il y a une erreur dans le billet ci-dessus. Ce n’est pas « Une association phagocytée par les écologistes », mais une (pseudo-)association créée par « un entrepreneur malin » (avec une bonne dose de subventions…) qui s’est associé à des personnes plus ou moins bien connues ; cette dernière assertion peut aussi s’exprimer par : des personnes plus ou moins bien connues ont prêté leur image et leur notoriété à cette entreprise.

    Quand on lit : « L’ensemble des méthodologies élaborées par les spécialistes de l’Institut Noteo sont révisées et validées par un Comité Scientifique, composé d’experts indépendants et reconnus dans leur domaine », on doit se demander quelle compétences ont ces gens pour valider lesdites méthodologies. On peut bien sûr répondre qu’elles ont toutes les compétences vu que les méthodologies relèvent de la technique de l’index mouillé (il n’y a qu’à voir les aberrations relevées par Que Choisir ou encore sur Rue89).

    Il faut ajouter – et c’est vraiment important – que ces gens trouvent des relais dans la presse grâce à des « journalistes » plus que complaisants. L’article de l’Immonde, c’était « avec AFP ».

    Pour les relations « incestueuses » entre la société à but lucratif et la pseudo-association, voir par exemple :

    http://www.fusacq.com/buzz/go-capital-investit-dans-la-societe-noteo-solutions-a49368.html

    Juste un extrait :

    « La société NOTEO SOLUTIONS a ouvert le 29 novembre 2012 ses accès aux notations des produits au travers de son site internet (www.noteo.info) et de son application mobile. « 

    Et que dit le « Qui sommes-nous ? » du site internet ?

    « Noteo est une association indépendante, qui réunit des experts en nutrition, environnement, toxicologie, responsabilité sociale… »

    1. Des experts en nutrition, toxicologie, je veux bien mais « en responsabilité sociale » ? C’est quoi l’expertise en responsabilité sociale? Je me marre ! Enfin, c’est plutôt à pleurer de bêtise et de mauvaise foi.

  7. Je viens de lire l’article de Que choisir? La description qui est faite du site Noteo est effectivement celle d’une véritable arnaque. Mais ce qui me sidère un peu de la part de Que choisir, c’est sa conclusion

    « En résumé, Noteo part d’une excellente idée, le projet est porté par des entrepreneurs manifestement sincères et enthousiastes… ».

    Que choisir ne nous avait pas habitués à une telle « naïveté » : des entrepreneurs sincères et enthousiastes »…. Alors qu’ils viennent de décrire une véritable entreprise de tromperie et de falsification! De qui Que choisir? se moque-t-il ou de qui se méfie-t-il ou les grâces de qui cherche-t-il à s’attirer?

    1. Le terme de « mansuétude » aurait probablement été plus approprié que celui de « naïveté » pour qualifier l’attitude de Que choisir? vis a vis de Noteo. Il faut également noter à cet égard que les deux organisations font dans le même business!

  8. En tout cas pour moi ce site m’est bien utile. Malheureusement pas assez de produits notés. Ce qui m’intéresse c’est de trouver des produits qui ne font pas trop de mal: je veux éradiquer les perturbateurs endocriniens de mes produits, ce site m’aide pour ça, il me facilite la lecture des étiquettes. Je recoupe avec d’autres sources de données. Ils ne peuvent pas inventer qu’une substance est bonne ou mauvaise, les données se retrouvent facilement sur le net sur des sites sérieux. Et de nombreux de produits ayant des labels écologiques se retrouvent mal noté sur le site notéo; ce site m’a ouvert les yeux sur le bio et l’écologique qui sont pas si bons que ça. Je regrette que pour chaque produit il n’y ait pas toutes les substances listées, on doit compléter ses recherches par ailleurs. C’est très utile pour faire un premier tri

Les commentaires sont fermés.