Stéphane Le Foll devient… transparent

Partager sur : TwitterFacebook

Philippe Moreau-Defarges, chercheur à l’IFRI (Institut français des relations internationales) dénonce lui-aussi « le mythe de la transparence » dans une tribune publiée ce jour dans le Figaro.

Si son propos concerne la question financière, il s’applique parfaitement au Ministère de l’écologie. « Stéphane Le Foll veut de la transparence » concernant les AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) des produits phytos  a-t-on appris par voie de communiqué.

«  Les sociétés d’extrême transparence (le laboratoire le plus achevé demeurant le délire stalinien) finissent dans le mensonge et la manipulation » (…). Tout pouvoir qui érige la transparance en objectif absolu fait de l’homme une… silhouette, un être sans chair  ni épaisseur. (…). De plus, ce pouvoir avide de transparence a nécessairement quelque chose à cacher ou cherche à détourner l’attention  ».

 Stéphane Le Foll, à force de vouloir la transparence, on devient… transparent.

25 commentaires sur “Stéphane Le Foll devient… transparent

  1. Le plus souvent ce sont des personnalités de droite qui sont contre la « transparence » , pourtant elles- même au nom de la sécurité mettent des caméras dans les rues pour nous surveiller .
    La transparence à géométrie variable en quelque sorte.
    il va de soi que cette « transparence » des personnes en charge de la chose publique doit être accompagnée d’un contrôle sérieux , sinon autant pisser dans un violon .
    Comme le ferait Guaino ou Guéant , si c’est mis en place , il n’ont qu’a quitter la vie politique.
    Au moins ça renouvellerait ce marigot .

    1. Vous êtes vraiment bête ou vous le fait exprès???

      Quel est le rapport entre la volonté des citoyens d’être en sécurité et le devoir de l’Etat d’assurer cette sécurité (Article II de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789) et le demande (enfumage) du PS de vouloir rendre public des biens privés ???

      Qu’il y est un contrôle de l’évolution des biens privés durant le mandat d’un élu est un chose qui me semble indispensable (et cela se fait dans de nombreuses démocraties) et c’est bien la seule demande des citoyens.
      Que les biens privés soient jetés en pâture sur la place publique n’a rien d’une transparence. Le PS fait cela depuis des années envers les « riches », c’est juste la première fois qu’ils sont obligés de la faire pour eux-mêmes. Et pour noyer le poisson, ils imposent cela à tous les parlementaires. Sachant très bien que le droite est majoritairement contre, car cette « transparence » enfreint le principe de Propriété.
      La gauche a déclenché un par-feu et tous les médias et socialistes bon teint fonce tête baissée dedans : « Hou ces salops de riches de droites ne veulent pas de la transparence, hou hou hou shame on you !!! »

      1. Et comme ils ont entraîné leur électorat dans la haine des riches qu’ils proclament et qu’il s’avère qu’ils sont eux-mêmes riches, ils se prennent le boomerang en pleine poire !

      2. Le problème c’est pas la propriété, au USA les parlementaires doivent montrer pâte blanche, c’est très stricte pour les ministres. Par contre la grande différence avec la France c’est qu’être riche n’est pas honteux.

          1. Vous avez raison , à gauche y sont méchants , à droite y sont gentils;
            Le manichéisme dans toute sa splendeur.

          2. Ernst n’a rien compris aux accords et désaccords qui nous rapprochent ou nous opposent, Karg et moi. Mon commentaire se situait seulement dans cette optique, et pas du tout dans le manichéisme qu’il m’impute.

          3. @Ernst
            « Vous avez raison , à gauche y sont méchants , à droite y sont gentils;
            Le manichéisme dans toute sa splendeur. »

            => ……??????? …… Parce que vous trouvez qu’il existe des polytoccards de droite en France ?
            Partout dans le monde la Droite est libérale et anti-étatisme centralien ….. Qui est de ce courant en France ?
            Nous avons au mieux toutes les déclinaisons de Rose Socialauds, du pourpre et Brun de Mélanchon/Le Pen au Rose allégé de l’UMP …..
            Il y a quelque années un journaliste Anglais avait fait un classement des hommes politiques Européens qui décrivait bien la position réelle de nos « élites » aux niveau Européen.
            Bienvenue dans la Socialie Française !
            Le nivellement par le bas est en marche depuis plus de trente ans …. quand le résultats sera-t-il suffisent ?

  2. A droite , c’est la haine des pauvres . S’il le sont c’est qu’ils l’on voulu dont pas de raison de les aider.
    Chacun sa croix !

     » L’argent donne moins de valeur aux choses qu’elle ne lui en confèrent. »

    1. Vous déraillez une fois de plus. Sauf exceptions il n’y a pas de haine des pauvres à droite. Seulement une vision de ce que la pauvreté est mieux combattue par le développement économique, donc une politique économique qui le favorise, que par la prétendue « solidarité » sans limites.

      1. vous avez raison Hector ou Roger : a chaque fois que je dus quelque chose notre Lolo prend le contre-pied. Qu’est ce qu’il est taquin , ce Lolo !

    2. Bin voyons comment ça se traduit :
      Le RSA ? Made in sarko !
      Le DALO ? Chirac !
      ….
      Il sont assez partageurs les gens de Droite en France !

      1. Le RSA :
        Le Revenu de Solidarité Active, c’est de l’argent en plus que reçoivent les salariés qui ont de très faibles salaires. Nicolas Sarkozy vient de décider de financer ce nouveau dispositif grâce à une taxation accrue de l’épargne. Sarkozy prend au capital pour donner aux plus pauvres ! Chouette ?

        “C’est motivant car je sais que plus je ferai d’heures, plus mon RSA va augmenter.” Avant, chaque euro gagné au travail lui était défalqué du RMI. Aujourd’hui, Jean-Christophe ajoute à son demi-SMIC, 500 euros, 351 euros de RSA. Le principe du RSA, c’est ça : percevoir, en plus de son salaire, une partie des allocations auxquelles on avait droit lorsque l’on était sans travail. Concrètement, une personne seule au RMI trouvant un emploi au SMIC à mi-temps (500 euros) aura désormais un revenu de 760 euros. Précisément, une personne qui gagne 100 euros en plus en travaillant peut conserver 62 euros de son aide sociale.

        Auparavant, cette personne perdait plus grande part de son allocation. Surtout, le mécanisme permettant aux allocataires du RMI de cumuler le RMI et leur salaire ne durait qu’un an (le RMI était conservé intégralement durant les 3 premiers mois, puis seulement une partie; voir les détails ici). Avec le RSA, le gain n’est pas limité dans le temps : il perdure tant que la personne ne dépasse pas un certain niveau de salaire, environ égal au SMIC. Au-delà, les personnes sont encore aidées, grâce à la prime pour l’emploi (Pour les détails, voir ici)

        Le RSA n’est pas une petite affaire, puisqu’il devrait concerner plus de 3 millions de ménages. Le RSA ne viendra pas s’ajouter à des dispositifs existants : il remplacera le RMI, l’allocation de parent isolé, ainsi que les diverses aides financières au retour à l’emploi. Au total, le dispositif coûtera 9 milliards d’euros.

        Il manquait de l’argent pour financer ces gains accrus des travailleuses et travailleurs pauvres. C’est pour cela que Nicolas Sarkozy a décidé d’accroître les taxes sur les revenus fonciers, les dividendes, l’assurance-vie ou encore les plus-values d’action. Ces revenus seront désormais taxés à hauteur de 12,1%, contre 11% précdemment. En faisant cela, l’Etat empoche 1,5 milliard d’euros supplémentaires.

        Bon, alors, c’est bien, le RSA ?

        Ben oui que c’est bien. Accroître les conditions de vie des plus mal payé(e)s d’entre nous, surtout en taxant l’épargne des mieux payés d’entre nous, évidemment que c’est une bonne idée ! De plus, il y a des effets positifs à attendre de la mesure, comme le recul du travail non déclaré.

        Il y a quand même deux ou trois trucs qui clochent.

        Le premier, c’est la philosophie sous-jacente du bidule, cette idée détestable qu’il faut “inciter” les gens à “travailler plus”. Oh là là c’est sûr, gagner 500 ou même 1000 euros par mois, c’est tellement bien, je vais m’en contenter, il faut vraiment que quelqu’un me pousse aux fesses pour que je daigne travailler plus !

        Le deuxième, qui y est lié, c’est que, dans la pratique, ce n’est pas parce qu’ils vont perdre leur RMI que de nombreuses personnes ne travaillent pas. Au contraire, ainsi que l’expliquait déjà Hélène Zajdela dans notre immortel ouvrage sur les idées reçues en économie, un nombre non négligeable d’anciens allocataires du RMI travaillent… alors que ces personnes y perdent financièrement.

        Non, si des tas de gens ne travaillent pas, c’est parce que, surprise surprise… il n’y a pas de boulot ! Ou alors, même quand il y a des emplois, c’est parce que ces personnes sont malades, parce qu’ells n’ont pas le permis de conduire, ou pas de véhicule, parce qu’il faut qu’elles s’occupent d’un enfant ou d’un parent, etc. Comme le dit Dominique Méda, “la plus grande partie des problèmes qui font obstacle à la reprise d’emploi des bénéficiaires de minima sociaux ne sont pas d’ordre monétaire”.

        Le troisième, c’est que tout le monde s’excite parce que Sarkozy “taxe le capital pour donner aux pauvres”. Mais les revenus du capital restent taxés à hauteur de seulement 12%. Cela reste beaucoup moins que le taux auxquel le travail est taxé.

        Enfin, ce dispositif revient à ce que la solidarité nationale s’adresse non pas à quelqu’un de malade, de vieux, d’handicapé ou sans emploi, mais à un travailleur. Ce genre de dispositif normalise le fait que les entreprises versent des salaires trop faibles pour pouvoir vivre dignement, et/ou que des tas de très mauvais emplois existent, voire se développent. C’est ce qu’explique très bien Denis Clerc dans cet entretien : avec le RSA, les entreprises sont d’autant plus incitées à proposer des emplois de quelques heures de travail par semaine, emplois que les personnes seront de plus en plus “incitées”, ou contraintes, à accepter.

        En effet, “dans la nouvelle logique de droits et de devoirs, il y aura davantage de pression sur les candidats pour qu’ils acceptent ces emplois, qui sont paupérisants”. Enfin, comme le souligne Denis Clerc, aucune demande n’est adressée aux entreprises dans ce dispositif.

          1. et alors !
            y a des arguments , on attend.
            Je ne vous ai jamais vu en avancer des arguments.
            Que des invectives , du fiel que du fiel .
            Que la vie doit être triste quand on est aussi aigri , ah les déçus du socialisme !

          2. C’est complètement faux. J’ai avancé des thèses. Quant au fiel, de ma part ce n’est qu’en réponse aux insultes dont je suis régulièrement arrosé par des minables.

      2. Sarko aime les pauvres il a offert 30 000 € de cadeaux (avec nos sous ) au couple Obama.
        Obama est pauvre par rapport à Bill Gates donc ça se tient

  3. Et si on se calmait ?

    Le billet prolonge les assertions de M. Philippe Moreau-Defarges dans le domaine de l’agriculture, dans le contexte de la récente communication du porteur du titre de Ministre de l’agriculture réagissant à une « mise en demeure » d’un groupuscule, ou plutôt d’une petite entreprise quasiment unipersonnelle, se prétendant ONG.

    Je ne sais pas si le propos d’A.-E. est vraiment pertinent. Je constate pour ma part que M. Le Foll s’est comporté comme… enfin soyons charitable. C’est-à-dire que je ne suis guère charitable en formulant ainsi ma pensée.

    Il ne s’agissait pas de transparence… mais de désertion.

    Quant aux projets gouvernementaux, qui reflètent une autre forme de fuite, il me semble que la messe est loin d’être dite.

    Il y a aussi, ci-dessus, un débat sur la droite et la gauche. Les ancrages idéologiques ont la vie dure…

    La haine des riches ? Elle est à gauche comme à droite, sous des formes différentes. Ce n’est qu’une opinion, mais je la partage : M. Chirac a été bien plus virulent que M. Hollande quand il a fait sa campagne de 1995 sur le thème de la lutte contre la fracture sociale.

    La haine des pauvres ? Elle n’est ni à droite, ni à gauche. Autant dire qu’elle n’existe pas.

    1. Beaucoup des gens qui me lisent doivent penser que je suis de droite.

      Pendant 32 ans de ma vie j’ai voté à gauche.

      Quand j’ai vu la trahison de mes idéaux de progrès économique et social par l’alliance Jospin-écolo, je me suis mis à voter au centre ou à droite.

      Même si j’ai voté Chirac au 2ème tour en 2002 je suis un antichiraquien viscéral, ayant eu à connaître des exactions commises par ses sbires pour assurer le financement du RPR (sans compter l’assassinat de Robert Boulin, qu’il n’a sans doute pas commandité, mais que d’autres sbires ont cru bon de commettre en son nom).

      Je ne me souviens pas que la campagne sur le thème de la fracture sociale, qui m’avait alors paru absurde, ait appelé à la haine des riches.

      Je reconnais que j’ai peut-être mauvaise mémoire.

      Si l’on m’apporte quelques « éléments de langage » de l’époque je suis disposé à résipiscence.

      Pour ce qui est de la « désertion », merci à vous de cette formule.

    2. Un moment fort du film « La Traversée de Paris », film de Claude Autant-Lara, sorti en 1956 :

      Celui où un certain Grandgil [rôle tenu par Jean Babin] en vient à traiter les tenanciers d’un bistrot ainsi que les clients de… « salauds de pauvres ».

    3. Mais Chirac était-il un homme de « droite » ?
      La campagne de 1995 est aussi célèbre pour sa phrase choc : »Mangez des pommes ! »
      Là oui, ce fut un réel décollage de Chirac !
      Puis quand il refusa de débattre avec Jospin, tout le monde s’en foutait !

      « La haine des pauvres ? Elle n’est ni à droite, ni à gauche. Autant dire qu’elle n’existe pas. »

      => C’est clair ! Parce qu’aujourd’hui le but de tout polytoccard est « d’acheter » des voix ! Et quelles sont les populations les plus sensibles au miroir aux alouettes de la « redistribution », d’après vous ?
      Ceux qui se « croient’ pauvres !
      Les fonctionnaires, les bénéficiaires d’allocations de toutes sortes, les emplois liées à l’action publique ….. C’est toujours sur ce terreau électoral que se gagnent toutes les élections. avec toutes les promesses démagogiques qui vont avec !
      .
      .
      .

      Bilan philo :
      http://www.youtube.com/watch?v=hr50QbpIfRM

      1. « La haine des pauvres ? Elle n’est ni à droite, ni à gauche. Autant dire qu’elle n’existe pas. »

        vous avez des preuves ?

  4. Sur l’article « A quoi sert Stéphane le Foll ? » j’ai posté un commentaire – https://alerte-environnement.fr/2013/04/24/a-quoi-sert-stephane-le-foll/comment-page-1/#comment-75589 – que les lecteurs qui auront reçu un mail d’avertissement de sa publication auront eu du mal à trouver compte tenu de la panne de chrono qui entache l’ordre de présentation des commentaires de cet article.

    Je le reposte donc ici.

    En résumé, l’article http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/gaz-effet-serre.xml signalé par Ernst, le 28 avril 2013 à 9:31, indique que l’effet des gaz dits à effet de serre, en général triatomiques, consiste à absorber des rayonnements dont la longueur d’onde est située dans l’infrarouge et de passer ainsi à un état excité. L’article indique aussi que l’absorption est décroissante avec la concentration de ces gaz dans l’atmosphère et il indique des variations de puissance rayonnée pour des variations de concentration, par exemple 50 W/m2 lorsque la concentration de CO2 passe de 0 à 350 ppmv et seulement 4 W/m2 lorsque elle passe de 350 ppmv à 700 ppmv. L’article ne donne aucune indication sur les variations de température (du sol, de l’atmosphère, des océans) qui pourrait résulter de cet accroissement de rayonnement.

    En tout état de cause le réchauffement climatique dit « par effet de serre » serait dû à l’absorption d’infrarouges par des gaz le plus souvent triatomiques. Cette absorption est je crois constatée expérimentalement par les physiciens, mais les conséquences en terme d’énergie supplémentaire rayonnés vers la surface de la terre, ou « piégée » dans l’atmosphère, ne résultent que de théories et de calculs non vérifiés expérimentalement. (Et ceci est encore plus vrai pour ce qui concerne les températures en résultant).

    Il n’y a à ma connaissance aucune expérience qui confirme ces théories et ces calculs. Si l’un d’entre vous en connaît une, beaucoup de gens seront intéressés que vous la leur communiquiez.

    Il y a une expérience qui semblerait même plutôt aller dans le sens de l’inexistence d’un effet des infrarouges sur la température de l’atmosphère, c’est celle faite par Wood en 1909. Les infrarouges émis par le sol chauffé par le rayonnement solaire ne franchissent pas le verre de la serre et restent « piégés » dans la serre. On pensait communément que c’était ce « piégeage » qui réchauffait la serre. Wood à construit une serre dont la paroi est en halite, matériaux transparent aux ondes visibles et aux infrarouges. Il n’a trouvé qu’une différence de 1°C avec la serre en verre (1°C c’est à peu près la marge d’erreur des thermomètres). Il en conclut que ce qui réchauffe les serres n’est pas dû aux infrarouges mais au confinement par la paroi de la serre, qu’elle soit en verre ou en halite. Voir le détail du compte-rendu d’expérimentation par Wood ici : http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/effet-de-serre-wood.xml

    « Piégés » par les gaz triatomiques ou par le verre, les infrarouges peuvent-ils réchauffer de façon conséquente quelque atmosphère que-ce soit ? C’est une vraie question.

    Quelques observations complémentaires.

    1° L’atmosphère de certaines serres maraîchères est enrichie en CO2 en vue de favoriser l’assimilation chlorophyllienne. Sont-elles pour autant plus chaudes quand elles sont enrichies en CO2 que lorsqu’elles ne le sont pas ? Je ne sais pas, mais si c’était le cas, il me semble que ça se saurait, or je n’ai connaissance d’aucun article à ce sujet.

    2° Si les variations de températures sur la terre sont moins brutales que sur la lune, ce n’est pas dû à un effet de serre, mais à un effet d’atmosphère.

    3° La surface de la terre, que ce soit le sol, la surface des océans, la limite supérieure de la troposphère ou de la stratosphère, ou la « synthèse » de tout ça, ne se comporte absolument pas comme un corps noir, présupposé des calculs utilisés par les diverses théories des gaz à effet de serre.

    4° L’article qu’opposait Ernst à mes thèses est parfaitement pertinent. Aussi valait-il que je prenne le temps de rassembler mes idées et de les exprimer le plus clairement que je pusse. Merci à lui d’avoir renvoyé à cet article que je ne connaissais pas.

Les commentaires sont fermés.