Peut-on encore être scientifique et de gauche ?

Partager sur : TwitterFacebook

Dans une tribune parue dans “sciences et pseudo sciences” Jean de Kervasdoué dont nous avons loué les excellents ouvrages nous fait part de son dépit : “peut-on encore être scientifique et de gauche ?”. Une interrogation dans la droite ligne de notre billet d’hier dans lequel nous doutions des convictions politiques de Stéphane Le Foll. Une ministre de l’agriculture se doit de servir le bien commun (excusez du peu) et ne pas sombrer dans la gestion émotionnelle et à court terme…

Morceaux choisis :

  • “A l’instar de ce qui s’est passé dans les années 1950 au Parti Communiste pour les intellectuels, pour d’autres raisons, les scientifiques et les ingénieurs qui ont accompagné le Parti Socialiste depuis sa création s’en éloignent ; je suis l’un d’entre eux”.
  • “Il semble évident que les élites et élus du PS ne croient plus au progrès et, plus grave encore, au raisonnement rationnel. “
  • “Comment se fait-il que le pays qui avait pour héros Louis Pasteur et Bernard Palissy, soit aujourd’hui celui de José Bové ? “

A lire et méditer…

https://alerte-environnement.fr/2011/01/26/la-peur-est-au-dessus-de-nos-moyens/

15 commentaires sur “Peut-on encore être scientifique et de gauche ?

  1. C’est vrai qu’a droite , c’est pas folichon non plus .Mise en place d’une culture du résultat à court terme alors que la recherche c’est de la longue échéance.
    J’ai un ami qui est chercheur et un collègue états-uniens lui a fait ce commentaire : »comment arrivez- vous a travailler avec si peu de moyen » il était assez admiratif .

    1. @ Enrst :

      « Mise en place d’une culture du résultat à court terme alors que la recherche c’est de la longue échéance. »
      –> La recherche n’est pas forcément à longs termes. Des recherches courtes peuvent déboucher sur de très grandes avancées. Faire de la recherche à court terme n’a rien de déshonorant.
      Pourtant c’est « la honte » de la recherche à la Française : La recherche appliquée !!!

      Je voudrais dire aussi que les « sentences » du PS depuis sa prise de pouvoir sont pour le moins ridicules :
      « il faut investir dans la recherche et développement, cela créera les emplois de demain »…. Sous entendus « la recherche donnera des produits à fabriquer et à vendre dans 6 à 12 mois »…
      Le hic c’est que la R& D est ne produit rien en France (ou presque), et que le temps de latence entre une découverte réelle et une application est très long. D’autant plus long que la France refuse justement d’investir dans la recherche appliquée !!! Qu’elle ne jure que par la recherche fondamentale !!!

  2. Tien quand on parle de culture du résultat à court terme, le comité socio-économique (=bob-escrolo) du HCB ne comprend pas l’intérêt du peuplier OGM pour les biocarburants et vient de donner un avis négatif.

    C’est la droite qui a mis en place ce machin, parmi d’autre structures et commissions aussi couteuse que néfaste.

    Fondamentalement il devient impossible de soutenir un quelconque partis politique en France et être pro science: tout les partis s’écrasent devant la pression des écolo-bobos, tout en nous racontant qu’ils vont aller chercher la croissance avec les dents ou redresser l’industrie…

    1. « tous les partis s’écrasent devant la pression des écolo-bobos »

      Loi d’Olson :

      “Lorsqu’un petit groupe organisé cherche à imposer ses intérêts à un grand groupe non organisé il a des chances de ne rencontrer que peu de résistance, car les membres du grand groupe comptent sur autrui pour exercer des pressions visant à contrer le petit groupe organisé….”

      Cette loi explique pourquoi des organisations totalitaires minoritaires sont finalement capables, contre toute attente, de s’imposer à une majorité paralysée ou hypnotisée.

      Des « vaux » ? 🙄

  3. Je vais être clair :
    On ne peut pas être scientifique et engagé idéologiquement (que se soit à droite ou à gauche) !!!

    La science est faite d’expériences et de résultats reproductibles. Un vrai scientifique suit une idée (hypothèse) et fera des expériences pour la valider.
    Si les résultats des expériences, qui reposent sur un protocole bien construit, sont différentes de l’hypothèse, la conclusion qui s’impose c’est que l’hypothèse est fausse.

    Un scientifique ne peut pas suivre une idéologie qui ne repose sur aucun fait avéré, sur aucune expérience, sur rien d’autre que des paroles !!!

    1. les scientifiques sont des gens comme vous et moi et ils ont forcément des idées politiques ,des croyances , une façon de voir le monde .
      Le truc pour eux est que sa ne conduise pas à des biais dans leurs recherches.Pas évident , ils sont faillibles.

  4. La vrai question est :
    « Peut-on encore être de droite et de droite ? »

    1. Le propre de la connaissance scientifique est la confrontation avec le réel par le moyen d’expérimentations objectives, c’est à dire que quelquesoit l’opinion de l’expérimentateur le résultat doit toujours être le même.
      L’opinion du chercheur joue seulement sur le choix du sujet.
      exemple Galilé qui cherche à vérifier la loi sur la chute des corps en lachant du haut d’une tour deux masses différentes et qui vérifie qu’elles arrivent en même temps au sol.
      Contre exemple : GES qui a construit son expérimentation afin d’obtenir le résultat qu’il souhaitait.

  5. Il y a aussi le P. Benveniste. L’apôtre de la dilution.

    Jésus a travailler chez Boiron , la multiplication des pains à partir de rien et aussi les hosties : une pincée de dieu et hop des milliards d’hosties…

  6. Selon Charles Gave, économiste et financier français :
    « On ne peut être à la fois …
    – intelligent,
    – socialiste,
    – et de bonne foi. »

    Réinterprétant à sa façon cette de voir, un forumeur avait prétendu qu’il est possible de présenter deux caractéristiques à la fois :
    – intelligent et socialiste = de mauvaise foi,
    – intelligent et de mauvaise foi = non-socialiste,
    – socialiste et de bonne foi = idiot.
    Ça vaut ce que ça vaut… Humour facile… 🙄

  7. Le socialisme n’a réellement existé dans sa plénitude que dans les kibboutzim.

    1. Le vrai socialisme n’a pas attendu les kibboutzim pour exister, il fonctionne très bien depuis des siècles dans les ordres religieux.
      Mais seulement parce qu’il a un vrai patron, contrairement aux socialauds actuels.

    2. Des centaines d’expériences de création de communautés socialistes s’inscrivant dans la filiation du socialisme utopique peuvent être relevées à travers l’histoire. Jusqu’à présent, elles ont été réalisées à échelle limitées (des communautés de quelques centaines de personnes au plus) et sur des durées généralement limitées, leur pérennité n’étant assurée par aucune instance centrale ou politique.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Socialisme_utopique

Les commentaires sont fermés.