Réduction de la population : un tabou qui se fissure

Partager sur : TwitterFacebook

Le 18 novembre dernier, à la veille du Sommet de Copenhague, le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) publiait un rapport sur l’impact de la croissance démographique sur le climat. A l’époque, Le Monde avait couvert ce rapport, « selon lequel la natalité galopante des pays en développement est l’un des principaux moteurs du réchauffement et l’un de ses premiers risques ». L’article du Monde mentionnait notamment qu’« une autre étude tout aussi récente citée par le Fnuap conclut qu’un dollar investi dans la planification familiale et l’éducation des filles réduit les émissions de gaz à effet de serre au moins autant qu’un dollar dépensé dans l’énergie éolienne ». Malgré les avertissements du FNUAP, le sujet démographique semble cependant être encore tabou. C’est en tout cas ce que regrette amèrement Tom Levitt, journaliste à The Ecologist, dans un article intitulé « Climat : stabiliser la population mondiale » et paru dans le dernier numéro de L’Ecologiste. Il regrette en effet que « les politiques et même certaines grandes associations écologistes ne veulent pas soulever le problème » de la croissance démographique.

En fait, ce n’est pas qu’elles soient en désaccord, mais c’est une question de tactique. Ainsi, pour Tom Picken, des Amis de la Terre, cité par Levitt, « aborder le problème par le biais de l’inégalité dans l’accès aux ressources est la façon la plus efficace de réduire les émissions globales ». Interrogé aussi par The Ecologist, « Greenpeace dit (…) que toute tentative de mettre le sujet de la population sur la table serait contreproductif ». Par ailleurs, Yvo de Boer, le responsable de la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique « est réticent à aborder le sujet ». Même s’il admet que « la pression démographique est un facteur majeur dans l’augmentation des gaz à effet de serre », Yvo de Boer estime qu’une politique de réduction démographique « mène sur des terrains mouvants en matière morale ». Mais Tom Levitt ne désespère pas pour autant de voir ce tabou levé. Il mentionne le rapport 2008 « Planète Vivante » du WWF et les travaux de l’Optimum Population trust qui, tous deux, ne s’embarrassent pas de considérations morales sur la réduction de la population mondiale. Tom Levitt conclut en affirmant que « la prise de conscience progresse », mentionnant à titre d’exemple John Beddington, nouveau conseiller du gouvernement britannique, qui a récemment évoqué le problème de la croissance démographique.

Et en France…

Aujourd’hui, rares sont ceux qui en France s’avancent sur cette question polémique de la démographie. Dans la tradition de René Dumont, qui déclarait en 1999 que « le XXe siècle est un siècle maudit. Il n’y a jamais eu autant de conneries que durant ce siècle. La première étant l’explosion démographique. », on trouve évidemment la revue L’Ecologiste, mais aussi le député Vert Yves Cochet, l’eurodéputé Europe Ecologie Jean-Paul Besset ou encore le nouvel allié d’Europe Ecologie : Antoine Waechter, président du Mouvement écologiste indépendant (MEI). En effet, dans un communiqué du 24 novembre 2009 concernant le rapport du FNUAP, le MEI « qui se bat depuis des années pour faire reconnaître l’importance du facteur démographique dans la crise écologique, se réjouit de cette prise de position, qui brise le tabou démographique, au plus haut niveau des instances internationales ». Dans ce même communiqué, le MEI « rappelle la position de René Dumont qui est la sienne », en reproduisant une citation de l’agronome écologiste qui conclut : « Des mesures limitatives autoritaires vont donc devenir de plus en plus nécessaires, mais elles ne seront acceptables que si elles commencent par les pays riches et par l’éducation des autres. » Rajoutons que le MEI avait organisé en août 2009 un séminaire sur la démographie et que, dans un texte sur cette thématique, Antoine Waechter affirmait : « Pour stabiliser au niveau de 2005 l’impact de l’Humanité sur les ressources et les écosystèmes de la Terre, tout en permettant à chacun de vivre selon les standards français, la population devrait se réduire à 1,7 ou 2 milliards d’individus. » Réduire la population mondiale de 5 milliards d’individus, en voilà un projet ambitieux !

Enfin, sur le site « planète attitude, la communauté du WWF en France », Michel Tarrier, naturaliste et chroniqueur à la revue du WWF France, a créé un groupe « démographie responsable » dans lequel les débats sur la surpopulation sont absolument décomplexés. Tarrier n’hésite pas à dire qu’« il faut réhabiliter Malthus » ou que « le WWF est une ONG éco-malthusienne parce que lucide et bienveillante ». Il faut dire que Michel Tarrier connaît bien le sujet puisqu’il est l’auteur, avec sa fille Daisy (responsable des partenariats au WWF France), du livre Faire des enfants tue… (voir notre billet à ce sujet https://alerte-environnement.fr/?p=1150).

Sources

Grégoire Allix, « Limiter les naissances, un remède au péril climatique ? », Le Monde, 18 novembre 2009.

Tom Levitt, « Climat : stabiliser la population mondiale », L’Ecologiste, n°30, hiver 2009.

Entretien avec René Dumont, Politis, mars 1999.

http://www.mei-fr.org/communique_type.php?id_communiques=322

http://www.mei-fr.org/autrestextes_types.php?id=45

http://www.mei-fr.org/image/photo/Lettre/LdE88.pdf

http://www.planete-attitude.fr/group/dmographie

47 commentaires sur “Réduction de la population : un tabou qui se fissure

  1. On peut au moins reconnaître à ces gens le mérite d’aborder le débat de manière directe. Et à vous d’alerte Environnement d’en faire autant.

    Par contre, j’aimerais qu’on cesse les procès d’intentions.

    Laurent Berthod: «Cela confirme bien que les écologistes sont les ennemis de l’humanité. Il y a ceux qui osent le dire et ceux qui n’osent pas.»

    Franchement. Ces procès d’intention sont à la fois exagérés et malhonnêtes. Que certains croient réellement à une surpopulation globale et absolue, dangereuse à moyen terme, ils n’en sont pas moins pour la plupart de bonne foi, sincères et amis de l’humanité. Pour les autres qui ne se prononcent pas sur le sujet ou qui se prononcent contre l’obsession de la soit-disant surpopulation, je ne crois pas qu’il soit adéquat de les traiter tous d’hypocrites.

    Je suis environnementaliste depuis presque toujours, je fréquente ce milieu au Canada et un peu aux États-Unis, et pourtant je n’ai jamais cru que la surpopulation était autre chose que des problèmes locaux reliés à des conditions écologiques et économiques locales, j’ai participé, comme d’innombrables autres écologistes, a des actions humanitaire, et de nombreuses ations écologiques ont des motivations éminemment humanitaires.

    Bien sûr, il existe des écologistes misanthropes, et même des primitivistes. Il existe aussi des mégalomanes excentriques et des genres de Raspoutine qui utilisent l’écologie comme prétexte à la mode, pour avancer leurs lubies.

    Mais laissez-moi vous dire qu’il s’agit d’une minorité dans le mouvement, du moins celui que je connais en Amérique (relation Nord-Sud également très développées).

    Mais je me bats sur deux fronts, puisque tant que je me défend des accusations non fondées que des gens comme vous portez à l’ensemble du mouvement environnementaliste, sans faire les distinctions qu’imposerait le moindre souci d’exactitude et de vérité, en mettant tout le monde dans le même bateau, eh bien je ne suis pas en train de discuter avec d’autres écologistes moins informés des mauvais fondements de la notion de surpopulation mondiale absolue, et d’autres concepts scientifiques ou politiques qui peuvent aider les bénévoles ou les travailleurs environnementalistes qui sont mus, pour l’imposante majorité je vous en assure, par un grand amour pour l’humanité.

  2. « Mais laissez-moi vous dire qu’il s’agit d’une minorité dans le mouvement »
    => Une minorité peut-être (je n’en sais rien)… mais malheureusement, les membres de cette minorité trustent ou ont trusté toutes les positions influentes (celles qui permettent d’avoir une réel levier d’actions), direction des grandes ONG environnementalistes (WWF, Greenpeace, etc…) direction du GIEC (Pachauri), PNUE, secrétariat des nations unies, etc…. ainsi que les positions les plus médiatiques (Al Gore, Le prince Charles, Cousteau en son temps, etc…)

    « grand amour pour l’humanité »
    => Le problème, c’est qu’il n’y a rien de pire qu’un amour aveugle pour détruire l’objet aimé… 😉

  3. Victor : « les travailleurs environnementalistes qui sont mus, pour l’imposante majorité je vous en assure, par un grand amour pour l’humanité. »
    ————————-
    On s’en tape de tes mensonges, pauvre con hypocrite. Si tu avais de l’amour pour l’humanité, tu ne serais pas écolos. Point barre.

    Schwenkel (1938) :”Le Juif ne sait pas ce qu’est la protection de la nature… Seulement un homme cultivé, et surtout un Nordique, développe une relation complètement nouvelle avec la nature.”

    Jacques-Yves Cousteau : “C’est terrible de dire ça mais la population mondiale doit être stabilisé et pour cela, nous devons éliminer 350.000 personnes par jour.”

    John Davis, éditeur du journal Earth First: “Je soupçonne qu’éliminer la variole est une erreur. C’ets une maladie qui joue un rôle important dans l’équilibre des écosystèmes”.

    Paul Ehrlich, biologiste des populations de l’Uni. de Standford, un des penseurs les plus influents du mouvement écologiste : “Donner à la société de l’énergie abondante et bon marché revient à donner à un enfant attardé une mitrailleuse”

    David Foreman, fondateur de Earth First!: “Eliminer la race humaine va résoudre tous les problèmes sur Terre, sociaux et écologiques.”

    Merton Lambert, ancien porte-parole de la Rockefeller Foundation (défense de l’environnement): “La planète a un cancer et ce cancer est l’Homme”

    Maurice Strong, ancien directeur de l’Agence de l’Environnement de l’ONU : “Le seul espoir pour la planète n’est il pas l’effondrement de la civilisation industrielle ? N’est il pas de notre responsabilité de le provoquer ?”

    Paul Watson, un des fondateurs de Greenpeace: “J’ai l’impression qu’au lieu d’aller tirer sur des oiseaux, je devrais aller tirer sur les enfants qui tirent sur les oiseaux”.

    Prince Phillip, Duc d’Edinburgh, leader du WWF: “Si j’étais réincarné, j’aimerais revenir sur terre comme un virus tueur pour réduire la population humaine”

    Ted Turner, patron de CNN, et écologiste convaincu: “une population totale de 250-300 millions de personnes, une baisse de 95% du niveau actuel, serait l’idéal.

  4. miniTAX: Je ne sais pas pourquoi je voua répond, puisqu’en plus de manquer totalement de respect et de savoir vivre, vous semblez, malheureusement pour votre interlocuteur, vivre dans un monde parallèle paranoïaque.

    Vous sortez des définitions de quelques gus, qui sont pour la plupart des banquiers ou des hommes d’affaire puissants, et de quelques extrémistes médiatisés, et vous pensez qu’ils résument réellement tout ce qui, à travers la population du monde motive les gens a adhérer à certains programmes ou idées environnementalistes? Ce qui, dans les universités du monde, a motivé la création des chaires d’études en environnement et en écologie? vous croyez que tout cela est une volonté cachée de détruire la civilisation?

    Eh bien!

    Je connaissais toutes vos citations, et je pourrais vous en sortir d’autres des souvent absurdes ou atroces provenant du monde écolo, mais aussi des portes-paroles ou penseurs capitalistes, communistes, catholiques ou matérialistes. Les Lumières ont aussi eu leur lot de conneries, en fait aucun mouvement ni philosophie n’est à l’abri d’attirer des cons.

    Mais la vraie connerie, c’est de croire que rejeter une partie implique de rejeter un tout.

  5. @Victor

    « qui sont pour la plupart des banquiers ou des hommes d’affaire puissants, et de quelques extrémistes médiatisés »
    => Cela s’appelle distordre la réalité. Toutes les personnes citées par miniTAX sont de grandes figures de l’environnementalisme, toutes influentes et qui ont été à l’origine des grandes organisations environnementalistes, Onusiennes ou non-gouvernementales.
    Vous me faites un peu penser aux trois singes en ce moment… 😉

    « Ce qui, dans les universités du monde, a motivé la création des chaires d’études en environnement et en écologie? »
    => Chaires qui n’auraient jamais pu être créées sans financement, et financements qui n’auraient pas pu être obtenus en grande partie sans la brochètes de figures citées par miniTAX….
    C’est par exemple en grande partie grâce à Maurice Strong que le PNUE a été créé, que l’ONU a autant financé l’environementalisme, qu’il a reconnu et associé les grandes ONG environementalistes à sa gestion, et que la plupart des nations membres de l’ONU ont suivi et accéléré leurs politiques environnementales.

    « cela est une volonté cachée de détruire la civilisation? »
    => certainement pas…. mais c’est bien le reflet du fantasme de gouvernance mondiale, auquel toutes ces figures ont adhéré (ainsi que la plupart des grandes ONG… à condition d’y participer bien sur…)

  6. De détruire la civilisation peut-être pas, mais d’interdire l’accès au mode de vie moderne aux populations des pays pauvres et émergents, oui. Heureusement les populations des pays émergents n’ont pas attendu l’autorisation de tout ce beau monde aristocratique, elles leur disent merde, même, si vous voulez savoir et elles avancent Cf. taux de croisssance de la Chine, de l’Inde, du Brésil. C’est ce qui explique le flop de Copenhague qui était inéluctable, les peuples des pays émergents ont refusé de se faire imposer une limitation à leur croissance économique par le club néocolonialiste européen.

    Cf. »Copenhague : une heureuse issue » sur http://laurent.berthod.over-blog.fr/article-copenhague-une-heureuse-issue-41602114.html

    Cf. aussi « Le parfum d’Adam », roman de Jean Christophe-Ruffin, qu’on devrait mettre au programme d’instruction civique au collège.

  7. Vous savez bien comme moi que des gens comme Strong, qui a fait son argent dans le pétrole, ou des gens de la Rockefeller, sont des magnats opportunistes qui investissent dans tout et son contraire.
    Vous savez aussi très bien que Watson et les gars de Earth First! sont des extrémistes qui ne représentent qu’une minorité du mouvement.

    Le traité de Copenhague n’était pas acceptable pour la plupart des pays, mais ce n’est pas parce qu’un traité est mauvais que son principe même doit l’être.

    Laurent: Vous ne donnez quand même pas à Maurice Strong le pouvoir de manipuler les esprits au point de susciter de toute pièce une préoccupation et une mobilisation dans toutes les populations occidentales. Les bénévoles qui ont nettoyés les plages de l’Exxon-Valdez, sont-ce des esprits contrôlés par Strong? Des anti-humanistes hypocrites? Quoi d’autre?

    Vous devriez au moins admettre que le mouvement écologiste a pris racine dans le constats de détériorations réelles des milieux de vie, et que ce constat prend diverse formes et motive les gens à s’impliquer ou à adhérer, bien plus que n’importe quelle propagande imbibée d’argent, et que ce mouvement a aussi, à travers plusieurs erreurs sans aucun doute, donné lieu à de bons règlements, de bonnes technologies pour assainir notre milieu de vie, nos eaux, nos parcs, notre air, protéger la survie d’espèces, etc. et que les millions de gens qui y adhèrent ne sont pas, tous, des anti-humains.

    Il me semble que ça serait un minimum pour que j’accepte de voir que vous vivez dans le même monde que moi.

  8. « Vous devriez au moins admettre que le mouvement écologiste a pris racine dans le constats de détériorations réelles des milieux de vie »

    Vous avez tort : le mouvement écologiste prend racine dans la publication par Rachel Carson de « Printemps silencieux » qui va amener le mouvement à son premier combat pour l’interdiction du DDT, un herbicide organochloré utilisé dans la lutte contre les anophèles vecteurs de la malaria. Se basant sur une étude prétendant que la coquille des oeufs du faucon pêcheur (l’emblème des USA), ils s’illustrent déjà dans leur haine de l’humanité en faisant passer les oiseaux des banlieues riches de New-York devant les 120 millions de pauvres qui mourront suite à cette interdiction. A peines étaient-ils nés que nos jeunes verdâtres se sont déjà rendus responsables de plus de morts que la shoah et le stalinisme réunis.

  9. @Victor
    « Vous ne donnez quand même pas à Maurice Strong le pouvoir de manipuler les esprits au point de susciter de toute pièce une préoccupation et une mobilisation dans toutes les populations occidentales. »
    => Ben si… ses créations (Le PNUE, le congrès de Rio), les publications des grandes ONG qu’il a favorisé au point de les associer à la gestion des politiques environnementalistes onusiennes, les publications de ses amis patrons de presse, dont Teddy Goldsmith,ont certainement manipulé une partie non négligeable de l’opinion.
    Une partie des écologistes ne l’est sans doute pas, mais nier son influence est un manque certain de lucidité…

    « Vous devriez au moins admettre que le mouvement écologiste a pris racine dans le constats de détériorations réelles des milieux de vie »
    => Bah non… je n’admet pas. L’histoire et la literature montrent que la morale écologiste (sans laquelle il n’y aurait pas de « mouvement », mais juste des besoins de gestion environnementale) vient directement du concept idéalisé du « bon sauvage » propagé par les publications de l’accompagnement scientifique d’Amerigo Vespucci, puis de la reprise de ce concept par Rousseau… et de toute l’exploitation philosophique qui a suivi.

    « de bons règlements, de bonnes technologies pour assainir notre milieu de vie, nos eaux, nos parcs, notre air, protéger la survie d’espèces »
    => certains de ces règlements sont « bons » dans le sens ou ils correspondent à un besoin exprimé, et pas toujours avec un rapport avec la morale écologiste. En dehors de toute morale, un habitant d’un pays riche, ayant ses besoins primaires satisfaits, se trouve naturellement de nouveaux besoins (tout à fait légitimes), dont le désir de vivre dans un environnement plus propre, plus sain, de jouir de l’esthétique de la « nature » (en général plutôt domestiquée que sauvage). Et ces désirs, une fois exprimés, constituent naturellement un marché à satisfaire.
    Même si ces désirs sont en partie suscités par la morale écologistes, leur satisfaction, dans tous les cas, ne sera que le produit de l’industrie qui s’en chargera, et jamais le produit de la morale.
    Je n’ai personnellement aucun problème avec tout cela.
    Ce qui me pose problème c’est quand on utilise la morale écologiste pour contraindre, sous le prétexte que tout le monde aurait les mêmes besoins, en utilisant l’argument massue: ce seraient des besoins « naturels » (voire, en poussant la morale un peu plus loin, des besoins de la NATURE). Quand les contraintes vont jusqu’à nier (sous prétexte de futilité) les autres besoins exprimés par d’autre humains, alors commence la dictature, et donc forcément la résistance…

    « ça serait un minimum pour que j’accepte de voir que vous vivez dans le même monde que moi »
    => Tant que vous voudrez me convaincre qu’il existe des BESOINS naturels incontournables, nous ne vivrons pas dans le même monde. Si vous me dites un jours que vous avez des préoccupations environnementales, mais que vous trouvez légitime que tout le monde ne les partage pas (et que la terre ne s’en porte pas plus mal)… alors nous vivrons dans le même monde… 😉

  10. Nier l’influence de Maurice Strong serait ridicule, mais trop lui en imaginer conférerait au conspirationnisme. Non, selon moi Strong n’a pas le moins du monde « créé » la vague, il en a profité tout simplement, et il a joué un rôle de catalyseur dans un processus qui aurait eu lieu de toute façon.

    Je ne sais pas pourquoi vous parlez de morale, (en fait je m’en doute, parce que le mot déplaît). Aucun besoin de «bon sauvage» pour constater que la rivière dans laquelle on se baignait étant enfant est devenue impropre à la baignade. Nul besoin de propagande onusienne non plus. Juste de vivre et d’ouvrir les yeux. Pour certains, ça nourrit leur réflexions sociales et politiques. Et voilà, l’écologisme est né chez cette personne.

    Par rapport à ce que vous dites au sujet de la demande en environnement de qualité, je vous comprend parfaitement et honnêtement, j’en suis. J’aime les grands espaces sauvages et je ne manque pas de partager mon goût à qui le veut bien, tout comme un amateur de golf qui partagerait sa passion. J’aime aussi les villes propres et les espaces verts, et je m’implique à différents niveaux pour les protéger, les nettoyer, les sécuriser et les valoriser. Mais ce n’est pas pour parler de cela que je suis sur ce blogue.

    C’est un autre volet par contre, lorsqu’on calcule l’effet des arbres sur, par exemple, les extrèmes de températures d’une cité, les débits de pointes lors de grandes précipitations, la qualité de l’air qui a une incidence sur le taux d’asthme par exemple, et même la criminalité urbaine. La présence ou l’absence d’arbre a un effet bien estimé sur tous ces facteurs.

    Quand je parlais de l’impact d’un couvert végétal, arborescent, sur la diminution du ruissellement de surface, des innondations ou des écoulements de terrain, sur la diminution des sécheresses, la conservation du top soil, et la lutte à la désertification, ce sont des données concrètes. L’Afrique ou Haïti n’ont pas besoin d’arbres?

    «Tant que vous voudrez me convaincre qu’il existe des BESOINS naturels incontournables, nous ne vivrons pas dans le même monde. »

    ->Je considère que les besoins métaboliques sont naturels et incontournables, du moins pour toute personne souhaitant vivre. Que la satisfaction de ces besoins soient majoritairement prodiguée par des processus naturels, ce n’est pas nécessairement inéluctable, mais c’est notre réalité mondiale d’aujourd’hui.

    Je ne suis pas venu parler de morale ici, mais d’utilité. Et même d’humanité.

  11. @miniTax

    je pense que votre agressivité vous dessert.les propos de Victor montrent qu’il est peut être possible d’ouvrir le dialogue avec des environnementalistes et seuls les modérés de chaque bord peuvent le faire.
    c’est le seul moyen de trouver un compromis équilibré pour tous.

  12. Je connaissais toutes vos citations, et je pourrais vous en sortir d’autres des souvent absurdes ou atroces provenant du monde écolo, mais aussi des portes-paroles ou penseurs capitalistes, communistes, catholiques ou matérialistes. Les Lumières ont aussi eu leur lot de conneries, en fait aucun mouvement ni philosophie n’est à l’abri d’attirer des cons.

    « …..et je pourrais vous en sortir d’autres….. »

    ===> Chiche!!!

  13. @Victor

    « Je ne sais pas pourquoi vous parlez de morale »
    => Parce que VOUS n’arrêtez par d’en parler (tout en vous en défendant), relisez vous, votre vocabulaire est à base de ce qui est « bon » pour ceci, « mauvais » pour cela…. et tout en essayant de l’habiller avec une justification « économico-écologiste » qui ne fonctionne pas, vous ne parler en fait que de morale.

    « la rivière dans laquelle on se baignait étant enfant est devenue impropre à la baignade »
    => Sauf que vous ne faite pas que le constater… vous en tirer une généralité, qui n’est basée sur aucune réalité mesurable, et qui implique que l’homme dégrade nécessairement et partout la nature (ce qui est faut) et qu’il faut donc « lutter » pour « changer le cours des choses ».
    Que la rivière de ton enfance soit devenue impropre à la baignade est un problème si on veut s’y baigner, et ce problème a une solution en gestion environnementale.
    La réalité globale elle, n’existe pas…. les réalités sont toutes locales. Et en ce qui concerne par exemple l’Europe, la qualité de l’air et des cours d’eau ne fait que s’améliorer depuis 50 ans (et depuis plus… mais depuis 50 ans on peut le prouver car il existe des stations de mesures).

    « Et voilà, l’écologisme est né chez cette personne »
    => Parce qu’il a tiré d’un fait particulier une croyance globale. C’est donc un processus idéologique (ou religieux, au choix)

    « La présence ou l’absence d’arbre a un effet bien estimé sur tous ces facteurs »
    => Oui… et alors?

    « Que la satisfaction de ces besoins soient majoritairement prodiguée par des processus naturels »
    => On en a discuté par ailleurs… le problème vient de votre confusion entre matière et processus. Les matières sont TOTALEMENT naturelles, les processus eux, sont totalement anthropiques.

    « Je ne suis pas venu parler de morale ici, mais d’utilité »
    => Je veux bien croire que vous êtes sincère et que vous croyez ce que vous dites…. mais vous vous trompez. Quand vous croyez parler d’utilité, vous utilisez en fait une notion morale (le fumeux utilitarisme de la nature… 😉 )

  14. Laurent: «La réalité globale elle, n’existe pas…. les réalités sont toutes locales.»

    ->C’est un peu facile à dire. Le simple fait que le commerce international ne cesse soit justement international permet aux gestes et les actions de chacun à avoir des conséquences internationales. Les inuits vivant sur les banquises au nord du Canada reçoivent des composés organiques persistants qui ont été émis à des milliers de kilomètres. Les eaux internationales concernent au moins tous leurs pays limitrophes, et la gestion de leurs ressources concerne au moins tous les pays qui font de la pèche et tous les marchés pour ces prises de pêche.

    Ceci étant, même si tous les problèmes n’étaient que locaux, le fait de se concerter et de mettre en commun certaines informations pour éviter les erreurs et répéter les succès serait quand même parfaitement justifié.

    D’ailleurs, sur cette question, on peut faire la différence entre les écologistes réels et ceux qui sont en fait des mondialistes qui se drapent d’écologisme pour se déguiser. Un credo des écologistes a toujours été «penser global, agir local», ce qui suppose que les peuples sont eux-même les mieux placés pour répondre à leurs besoins et trouver leurs solutions. Des gens comme Strong ou tout autre personne ayant un esprit colonialiste diront pour leur part qu’il faut un gouvernement mondial, une législation mondial pour régler les ploblèmes globaux, ce qui suppose, en opposition avec les vrais fondements de l’écologisme, un credo du type «penser global, agir global».

    «Parce qu’il a tiré d’un fait particulier une croyance globale. C’est donc un processus idéologique ou religieux»

    ->Mais non, ça s’appelle une induction.

    Pour soutenir ses induction, la science procède avec les statistiques.

    «“La présence ou l’absence d’arbre a un effet bien estimé sur tous ces facteurs”
    => Oui… et alors?»

    ->Et bien, ces réalités ne se traitent pas seulement que par la morale. Elles sont par exemple en intégration dans des indices économiques.

    «les processus eux, sont totalement anthropiques.»

    Je suis désolé, mais sur ce coup-là, j’ai peur de ne pas vous comprendre. Êtes-vous en train de dire que des processus naturels, ça n’existe pas?

  15. @Victor

    « C’est un peu facile à dire »
    => Et pourtant… vous ne m’avez cité aucune réalité globale derrière… 😉

    « le fait de se concerter et de mettre en commun certaines informations pour éviter les erreurs et répéter les succès serait quand même parfaitement justifié »
    => Cela s’appelle partager les connaissances. Ce qui est bien sur une bonne chose, et n’a strictement rien à voir avec la dénonciation de menaces globales fantasmées….

    « on peut faire la différence entre les écologistes réels et ceux qui sont en fait des mondialistes qui se drapent d’écologisme pour se déguiser »
    => Mouais…. je ne sais pas ce qu’est le « vrai écologisme » ou « l’écologisme réel »… et d’ailleurs chaque écologiste doit en avoir sa propre définition particulière reflétant l’état de ses croyances.
    Ce que je sais par contre, c’est que le slogan écologiste le plus utilisé aujourd’hui, dans les médias, et jusque dans le greenwashing, c’est « sauver la planète »… ce qui est bien une façon de mondialiser la/les menaces ET la/les « solutions ».
    Il me semble donc que votre vision de l’écologisme est plutôt minoritaire…

    « ça s’appelle une induction »
    => Bah non… j’ai parlé de croyance, pas de théorie(Et déduire du fait qu’un cours d’eau est pollué que tous les cours d’eau sont pollués est bien la construction d’une croyance sur l’ignorance du fait global, et pas une théorie)….. par ailleurs l’inductivisme naïf n’a plus aucun supporter dans la communauté scientifique.

    « Elles sont par exemple en intégration dans des indices économiques »
    => Oui et alors?
    Organiser et géré des plantation arboricoles urbaines est un processus purement anthropique. Je ne vois toujours pas en quoi votre exemple soutiens votre théorie.

    « Êtes-vous en train de dire que des processus naturels, ça n’existe pas? »
    => Effectivement, vous n’avez pas compris.
    Je dis que tout ce qui conquiers à la satisfaction de besoins ou de désirs humains est issu d’un processus anthropique. Le fait que ce processus anthropique puisse utiliser de la matière inerte ou vivante, elle même issue d’un processus naturel n’y change rien…. cela reflète simplement le fait que l’homme vit sur terre.

  16. Je ne me méle pas de l’inutile débat avec Victor qui devrait simplement relire une vingtaine de lignes du Banquet de la Nature de Malthus: un vrai altruiste celui la …
    Je pense simplement à Miss Duflot et ses 4 gamins ( même nombre que Cousteau): ce qu’il faudrait éradiquer ce sont les enfants des…. autres. On ne sait si ce qui doit l’emporter , c’est la colère ou la dérision. Pour Duflot , qu’un blogueur a récemment appelé Zézette tant elle brille par son intelligence devant Elkabach c’est certainement la seconde…
    Rappelons aussi que Stéphane Foucard, bouffon attitré du journal de déférence a du se fendre d’un article la semaine dernière pour expliquer que le GIEC s’était fait flouer par le WWF en reprenant des conclusions sans fondement scientifique sur la fonte des glaciers de l’Himalaya .Pauvre chou : il a du boire le gibolin jusqu’à la lie! Que l’on se rassure nous dit le bouffon , ce n’était pas volontaire: ben tiens au moins une conclusion: soit les gens du Giec sont des menteurs et traficoteurs ( cf Climategate) soit ce sont de gros crétins de Diafoirus!!! dans les deux cas….

    MK

  17. Juste une précision:je viens regulièrement sur ce site et y laisse des commentaireS sous le pseudo Kelenborn depuis deux ans environ: je découvre ( réponse 22) qu’un intervenant a cru bon de s’approprier le dit-pseudo qui, il est vrai, ne fait pas l’objet d’une marque déposée non plus qu’il n’est classé AOC.Cependant , si Prosper de Colmar ou Marcel 35 peuvent recevoir des doublons plus ou moins involontaires, j’apprécie moins que l’on clone ce qui est totalement de mon invention: voir mon site et la nouvelle “Kelenborn” que j’ai écrite en 2002.
    Ce n’est d’ailleurs pas que les propos de ce dangereux usurpateur me gênent mais il pourrait faire un effort d’imagination pour se trouver un pseudo original: allons disons qu’il en est capable!!!

    Je le rappelle d’autant que nombre de canailles vertes ou leurs affidés ont une certaine propension à écrire sur ce site en utilisant les pseudos d’intervenants réguliers et leur faire dire le contraire de ce qu’ils disent habituellement
    KK

  18. @kelenborn

    Dans une interview dans le The Mail on Sunday, M. Lal, le co-ordinating auteur principal du chapitre du rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques pour l’Asie, a déclaré au sujet de la fraude de ce rapport sur les glaciers de l’Himalaya devant fondre d’ici 20030
    « C’est lié à plusieurs pays de cette région et de leurs sources d’eau. Nous avons pensé que si nous pouvons le mettre en surbrillance, il aura un impact sur les décideurs et les politiciens et les encourager à prendre des mesures concrètes. »

    Bref un gros mensonge pour le bien du peuple !

    Glacier scientist: I knew data hadn’t been verified

    Read more: http://www.dailymail.co.uk/news/article-1245636/Glacier-scientists-says-knew-data-verified.html#ixzz0dXIrtRYW

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-1245636/Glacier-scientists-says-knew-data-verified.html#ixzz0dUoPiTkG

  19. Je signale que le miniTAX ci-dessus n’est pas moi !!!
    C’est encore les mêmes usurpateurs qui ont recours à ce genre de procédé auparavant sur ce blog, preuve à quel point nos écolos trolleux sont dérangés de l’esprit.

    Je conseille au modérateur de remonter les adresses IP pour trouver le coupable (vu comment c’est posté, à coup sûr c’est le malade dénommé « écolo en colère ») et d’interdire définitivement ce genre de terroriste de la pensée qui faute d’argument, utilisent systématiquement des procédés abjects dans ce style pour saboter toute voix dissidente. Ils avaient fait ça sur Skyfal et ont été bannis.
    Il y a vraiment des extrémistes verts malades.

  20. Je signale que les derniers messages ne sont pas de moi!!! A quand une véritable politique d’identification sur ce site!!!

    [NDLR : désolés pour ces désagréments. Nous nous en occupons. Les prochaines modifications du site porteront sur une inscription proposée aux intervenants sérieux.

  21. Hors sujet
    @Minitax

    en parlant de terrorisme sur ce blog, avez vous des information sur Skyfal qui ne répond plus depuis plusieurs jours ?

    Merci

  22. Comment analysé vous la situation actuel en haiti ?
    Il y a tout les ingrédients d’une catastophe:instabilitée politique ,corruption ,violence,surpopulation,famine ..
    et tremblement de terre .
    Une situation, que je souhaite ne jamais connaitre !

  23. pour revenir au sujet de l’article, même si la fonte des glaciers ou le FLA sont également des sujets intéressants, la meilleure façon de réduire la croissance démographique, c’est le dévellopement.La transition démographique est en cours dans de nombreux pays. Evidemment qui dit dévellopement dit croissance de la consommation.Pour nos penseurs de l’écologie profonde, c’est peut être celà qu’ils sousentendent quand ils disent que la question démographique est contre productive. Pour eux,l’idéal serait que les pauvres restent dans le dénuement originel ( celui que tous les riches envient) sans faire beaucoup d’enfants!

  24. Laurent Berthod @

    «  » » »La fonte des glaciers de l’Himalaya, le Giec reconnait que la coquille était politique ! » » » »

    Ce qui est bizarre c’est que cette coquille qui n’apparaît que dans les travaux du groupe 2 (non scientifique) n’a pas été reprise dans le rapport final destiné aux décideurs, cceci vient en contradiction avec vos dires.

    Voici ce qu’en dit le docteur Murari Lal.

    «  » » »«Je ne suis pas un expert des glaciers, et je n’ai pas visité la région», admet le professeur Murari Lal, qui a supervisé le chapitre dans le rapport du Giec. «Je dois donc me fier à des recherches scientifiques publiées et crédibles. Les commentaires du WWF étaient fait par un scientifique indien respecté et il était raisonnable de penser qu’il savait de quoi il parlait.» » » » »

    Pas bien de désinformer….

  25. 1° Le groupe 2 est aussi un groupe scientifique, pas les mêmes sciences que celles du groupe 1.

    2° Le n’ai écrit nulle part que la « coquille » avait été reprise dans le résumé pour les décideurs. Le rédacteur a cependant déclaré qu’il avait repris cette histoire de fonte des glaciers pour faire pression sur les gouvernants.

    3° La règle du Giec est de n’appuyer ses rapports que sur des articles « peer review ». Que le scientifique indien soit respecté ou non, aller puiser cette histoire dans un texte du WWF est contraire aux règles que s’est donné le Giec, et quelque part il y a bien un mensonge.

    4° Vous me faites dire des choses que je n’ai jamais dites. C’est la signature du prototype du croyant qui croit avoir lu ce qu’il n’a pas lu ou qui est d’une parfaite mauvaise foi, il n’y a que vous qui puissiez trancher. M’accuser de désinformer alors que, pour rester poli, vous racontez n’importe quoi, c’est un comble !

    5° Vous avez raison, continuez à vous rassurer comme vous pouvez sur votre croyance, dont les fondements se fissurent sérieusement, sinon vous risqueriez de mal dormir !

  26. Voici ce qu’en dit le docteur Murari Lal.

    “” »”«Je ne suis pas un expert des glaciers, et je n’ai pas visité la région», admet le professeur Murari Lal, qui a supervisé le chapitre dans le rapport du Giec. «Je dois donc me fier à des recherches scientifiques publiées et crédibles. Les commentaires du WWF étaient fait par un scientifique indien respecté et il était raisonnable de penser qu’il savait de quoi il parlait.»” »” »

    >>> Tout vient confirmer ce que de plus en plus de scientifiques soupçonnaient depuis pas mal de temps, à savoir que les travaux et les manières de travailler du GIEC manquent pour le moins d’un minimum de sérieux et de rigueur et que par conséquent la crédibilité du GIEC est fortement et durablement entamée…..

  27. «  » » »Le rédacteur a cependant déclaré qu’il avait repris cette histoire de fonte des glaciers pour faire pression sur les gouvernants. » » » »

    Cette assertions est fausse, l’erreur en question ne figurant pas dans la synthèse faite pour les gouvernements.

    «  » » »La règle du Giec est de n’appuyer ses rapports que sur des articles “peer review”. » » » »

    Ceci ne concerne que les travaux du groupe 1 (scientifique). Avant de critiquer bêtement vous devriez commencer par apprendre ce qu’est réellement le GIEC et comment il fonctionne; accessoirement vous pouvez aussi lire l’intégralité du rapport, ça vous permettra de vous faire votre propre opinion au lieu de relayer de manière imbécile n’importe quoi (du moins ce qui vous arrange).

    http://www.ipcc.ch/

  28. Robert : « Ceci ne concerne que les travaux du groupe 1 (scientifique).  »
    —————————
    Et tu sors ça d’où, petit troll polymorphe Robert alias Flanagan alias Cocaaladioxine alias Enisor, de ton chapeau ? T’en n’as pas marre de raconter des bobards, encore et encore ?

    « Le GIEC s’appuie entièrement sur la littérature peer reviewed pour ses rapports ».
    (« IPCC relies entirely on peer reviewed literature in carrying out its assessment », dixit le (futur ex) patron du GIEC, le businessman multimillionnaire Pachauri, cité par l’EPA http://www.epa.gov/climatechange/endangerment/downloads/RTC%20Volume%2011.pdf )

  29. Dites donc Robert, vous en pensez quoi de la subvention européenne destinée à expertiser les conséquences du retrait des glacier himalayens?
    Projet du nom de HighNoon censé financer des travaux de recherche en Inde pour l’aider à s’adapter à la perte des glaciers!
    Subvention de l’Europe qui totalise 2 850 000 €, avec comme principal bénéficiaire TERRI alias le business de Pachauri + 350 000 € de la Carnegie Corporation tjs au même TERRI, ceci sur un rapport volontairement mensonger qu’il soit issu ou non du rapport pour décideurs ou « surtout pas » du groupe I, les faits sont là et en plus grossièrement manipulés par un seul homme on dirait…
    http://www.lepost.fr/article/2010/01/24/1903972_pachaurigate-terigate-giecgate-himalayagate-ipccgate-l-himalaya-de-dollars-fondra-t-il-avant-2035.html

    « ce qu’est réellement le GIEC et comment il fonctionne »
    Pour nous ça ira c’est tout vu et tant qu’il y’aura un usurpateur de cette envergure à sa tête, le GIEC peut bien finir à la poubelle!

  30. « “” »”Le rédacteur a cependant déclaré qu’il avait repris cette histoire de fonte des glaciers pour faire pression sur les gouvernants.” »” »

    Cette assertions est fausse, l’erreur en question ne figurant pas dans la synthèse faite pour les gouvernements.
    « .

    Je confirme que le rédacteur Murari Lal a bien déclaré ce que je prétends. Référence, son interview au journal britannique « The mail on Sunday ». Lire :

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-1245636/Glacier-scientists-says-knew-data-verified.html#ixzz0dXIrtRYW

    Idem pour le rapport du groupe 2, Monsieur Robert raconte encore n’importe quoi, avec un culot et un aplomb qui fait penser qu’il un menteur professionnel.

  31. « Réduction de la population : un tabou qui se fissure »

    Il n’y a pas que ce tabou qui se fissure!! Il y a aussi l’image du GIEC…..

  32. Et ça ça veut dure quoi ?

    « In an interview with The Mail on Sunday, Dr Lal, the co-ordinating lead author of the report’s chapter on Asia, said: ‘It related to several countries in this region and their water sources. We thought that if we can highlight it, it will impact policy-makers and politicians and encourage them to take some concrete action ».

    Juste pour les lecteurs, parce que je n’ai plus qu’un mépris profond et total pour Boby le troll.

  33. « N’aimant pas me traîner dans la boue…. »

    C’est pourtant ce que vous faites à longueur d’intervention avec les libertés que vous prenez avec la réalité, la vérité, les faits!!

  34. @ Robert :

    Les glaciers himalayens régressent? Ah la belle affaire.
    Les glaciers du monde entier régressent depuis 8000 ans…
    Il y a 6000 ans il n’y avait pas de glace au pôle Nord. Ni dans les Alpes.
    Il y a 2000 ans, les Alpes n’avaient aucun glacier.

    En ce qui concerne le Giec, plusieurs erreurs monumentales viennent d’être relevées dans la presse anglo-saxonne:
    – Des liens financiers entre mr Pachaury et un établissement privé (qu’il a fondé et dont il reçoit un salaire), des dotations basées sur les mensonges de la fonte des glaciers himalayens.
    – Un groupe de travail sur les maladies tropicales (malaria) ne comprenait que deux expert du domaine sur 62 personnes. La travail était truffé d’erreur
    – Une étude « sérieuse » sur la transformation de la forêt amazonienne en savane était en fait un article de journaliste militant écologiste.

    http://www.scidev.net/fr/opinions/des-mythes-sur-les-liens-entre-paludisme-et-change.html
    http://www.publications.parliament.uk/pa/ld200506/ldselect/ldeconaf/12/12we21.htm

    http://www.telegraph.co.uk/news/6847227/Questions-over-business-deals-of-UN-climate-change-guru-Dr-Rajendra-Pachauri.html
    http://www.telegraph.co.uk/comment/columnists/christopherbooker/7062667/Pachauri-the-real-story-behind-the-Glaciergate-scandal.html
    http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-1245695/UN-climate-change-panel-blunders-wrongly-linking-global-warming-rise-severe-floodings.html
    http://blogs.telegraph.co.uk/news/jamesdelingpole/100023598/after-climategate-pachaurigate-and-glaciergate-amazongate/
    http://www.guardian.co.uk/environment/2010/feb/02/hockey-stick-graph-climate-change
    http://www.lesoir.be/actualite/sciences_sante/2010-01-31/le-giec-a-base-son-rapport-sur-un-travail-d-etudiant-751199.shtml
    http://www.telegraph.co.uk/earth/environment/climatechange/7157590/India-forms-new-climate-change-body.html

  35. Daniel,

    Quand on lit l’article que vous signalez sur le paludisme (http://www.scidev.net/fr/opinions/des-mythes-sur-les-liens-entre-paludisme-et-change.html) et notamment le passage sur le noyautage du Giec, on ne peut que rapprocher cette information de l’article de Richard Lindzen sur le noyautage d’institutions universitaires et scientifiques par les écolo-militants voir : http://laurent.berthod.over-blog.fr/article-rechauffement-climatique-la-science-sacrifiee-sur-l-autel-de-la-pensee-unique-37873266.html

  36. « Il y a 2000 ans, les Alpes n’avaient aucun glacier. »

    Mouarf !

    Ou comment décrédibiliser tout ce site… qui de toute façon…

Les commentaires sont fermés.