Dans un courrier très intéressant adressé à La France Agricole du 6 octobre, Armand Paquereau, agriculteur