Au sein du groupe « adopter des modes de production et de consommation durables » du Grenelle de l’environnement, on peut remarquer dans le collège ONG la présence de Guy Kastler, représentant des Amis de la Terre. Cette affiliation est tout à fait opportuniste afin de lui permettre d’assister au Grenelle, car Guy Kastler n’a pas de poste de responsabilité dans l’association écologiste. En fait, Guy Kastler a principalement mené ses batailles au sein des mouvements sociaux plutôt qu’avec les ONG écologistes, se définissant lui-même comme faisant « partie des «soixante-huitards» qui se sont installés après plusieurs expériences ». Paysan dans l’Hérault, il s’est engagé depuis les années 70 dans le mouvement bio : il adhère en 1972 à Nature & Progrès, dont il est chargé de mission depuis quelques années, et a été, lors de sa création, le premier responsable national de la Commission Bio de la Confédération paysanne, au sein de laquelle il est milite encore. Il est aussi l’un des responsables du Réseau Semences Paysannes, un réseau d’associations créé en 2003 afin de préserver « la biodiversité des semences et plants dans les fermes », et membre d’Objectif Bio, un association créée par Philippe Desbrosses et défendant une agriculture 100 % bio.

    Mais il faut ajouter que Guy Kastler est sans doute la personnalité la plus radicale présente au Grenelle, tant par son idéologie que dans son mode d’action. Il rejette les fondements même de notre « société industrielle démocratique (qui) s’est construite sur les valeurs universelles de la « Science », découverte au siècle des « Lumières » ». Et dans un raccourci étourdissant, il affirme qu’« Einstein a permis le remplacement du char d’assaut des mécaniciens par la bombe atomique des physiciens ». Adepte de la décroissance, Guy Kastler refuse catégoriquement les OGM et les pesticides, sous n’importe quelles formes et quantités que ce soit. Plus généralement, il veut supprimer l’agriculture conventionnelle et la remplacer par une agriculture biologique paysanne. Pour faire avancer ses convictions, il est partisan de la désobéissance civile, encourageant les fauchages de champs OGM ou, par exemple, la vente illégale de semences paysannes par l’association Kokopelli, et il a démontré sa détermination en faisant, au printemps dernier, une grève de la faim pour réclamer un moratoire sur les OGM.

      email