Agriculture biodynamique : les racines ésotériques de l’agriculture bio

Les écologistes sont-ils des gens sérieux ? A en juger certaines des alternatives farfelues qu’ils soutiennent, la réponse est clairement non ! C’est notamment le cas de l’agriculture biodynamique, bien connue des milieux écolo-bo-bos tendance « New Age », qui est régulièrement promue en France en tant qu’alternative à l’agriculture conventionnelle par des responsables écologistes. Parmi ceux-ci, on trouve le « croisé antipesticides » François Veillerette, président du MDRGF, et le « pape du bio » Philippe Desbrosses, président d’Intelligence Verte et organisateur des Entretiens de Millançay. L’ingénieur agronome Claude Bourguignon, grand annonciateur de la mort des sols, considère pour sa part que « la seule chose qui puisse sauver l’humanité des grandes catastrophes, c’est l’agriculture biologique et la biodynamie ». Soit dit en passant, le plus étonnant est de constater qu’aux yeux du gouvernement, ces partisans de la biodynamie restent crédibles puisque, dans le cadre du Grenelle de l’Environnement, M. Veillerette a été nommé dans Comité opérationnel sur les phytosanitaires et que M. Desbrosses a été nommé copilote du Comité opérationnel sur l’agriculture biologique…

Outre ses caractéristiques qui lui sont propres, l’agriculture biodynamique est sans conteste l’ancêtre de l’agriculture bio. Encore pratiquée aujourd’hui, la méthode de production biodynamique est même majoritaire parmi les mouvements d’agriculture bio dans certains pays (Allemagne, Suisse, Autriche). Le Mouvement de culture biodynamique, principale association française dans ce domaine, est partenaire de France Nature Environnement, d’Objectif Bio, du MDRGF, de Nature & Progrès, de la Fédération nationale d’agriculture biologique et de L’Alliance pour la planète. Or, malgré un enthousiasme unanime de la part des écologistes pour la biodynamie, cette méthode agricole comporte de nombreux aspects irrationnels, voire délirants. Le concept d’agriculture biodynamique a en effet germé dans la tête de Rudolf Steiner (1861-1925), un penseur autrichien féru d’ésotérisme et d’occultisme, qualifié de « génial humaniste scientifique » par Philippe Desbrosses. Steiner est principalement connu pour avoir fondé l’anthroposophie, présentée comme un « enseignement spirituel fondé sur un corpus de techniques essentiellement méditatives et psychophysiologiques, visant à restaurer l’harmonie entre l’Homme, l’Univers et les “mondes supérieurs” ».

email