Action citoyenne pour les alternatives aux pesticides (ACAP)

En mal de représentativité, le MDRGF lance en octobre 2004 un appel pour créer un collectif d’associations contre les pesticides. Ainsi voit le jour l’Action citoyenne pour les alternatives aux pesticides (ACAP), un collectif d’une centaine d’associations françaises sur lequel François Veillerette règne en maître.

C’est sûr, parler au nom de 125 associations, ça présente mieux que les quelque 400 adhérents du MDRGF. Ainsi, l’ACAP n’est rien d’autre qu’un faux-nez pour le MDRGF. Au départ, l’ACAP avait un groupe de travail sur l’eau, un autre sur les pollinisateurs et un troisième sur les villes sans pesticides… mais visiblement ils ont vite arrêté de travailler.

Il semble en effet que l’ACAP n’existe que pour une seule chose (à part François Veillerette) : la semaine pour les alternatives aux pesticides. La première édition, en 2006, a compté environ 90 « événements » et l’ACAP espère doubler la mise en 2007. A noter que L’Ecologiste a donné deux pages de pub pour l’édition 2007.

email