L’alternative au glyphosate va coûter cher aux contribuables…

Nous sommes en 2020, la France devrait voir son PIB reculer de 8,7%, la dette publique et dans une moindre mesure le chômage explosent, la SNCF va réaliser cette année des pertes records (on parle de cinq milliards d’euros)… Mais la priorité du gouvernement est d’interdire le glyphosate donc de faire passer la note de désherbage de la SNCF de 30 millions d’euros par an à… 350 millions (standards dégradés) voire 500 millions (standards actuels), sans trop savoir comment pour l’instant. Le contribuable paiera.

En attendant, l’État a annoncé avoir souscrit mardi 15 décembre, à une augmentation de capital de la SNCF à hauteur de 4,05 milliards d’euros dont 1,5 milliard sera consacré aux investissements nécessaires pour mettre fin à l’utilisation du glyphosate le long des voies ainsi qu’à la sécurisation des ponts et tunnels.

 

Et quelle alternative a trouvé la SNCF? L’acide pélargonique, plus polluant et plus cher que le glyphosate. Bienvenu en absurdistan !

Emmanuel Macron continue à vouloir interdire le glyphosate même s’il reconnaît qu’il n’a pas la solution. Ses promesses n’ont qu’un objectif de court terme : faire patienter les dingues qui lui servent d’alliés occasionnels et capter les voix d’une population totalement désinformée sur le sujet. Une stratégie risquée sur le long terme car les impatients peuvent devenir des radicaux, et pas qu’en petit nombre, puis accéder au pouvoir et prendre des décisions folles et contraires aux intérêts vitaux de notre pays. Une stratégie enfin qui ne rend aucun service à l’environnement, bien au contraire, comme le démontre les décisions absurdes de la SNCF.

Commentaires
  1. un physicien
    • Zigomar
    • Alain Valeyrac
    • Mg2+
      • douar
      • un physicien
        • Dan
      • Alain Valeyrac
      • Seppi
  2. Pierre Allemand
  3. Zygomar
  4. Seppi

Répondre à Pierre Allemand Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *