La France carbure au charbon grâce à Emmanuel Macron… et Angela Merkel

Après avoir, sous la pression des écologistes et pour favoriser une stratégie d’alliance électorale avec eux, décidé en 2011 d’abandonner le nucléaire civil (tout en sachant qu’elle ne pourra pas, comme ses voisins, se passer du nucléaire 4e génération) d’ici 2022, l’Allemagne carbure au charbon, notamment lorsque les renouvelables (vent et soleil essentiellement) ne sont pas disponibles. Parallèlement, Emmanuel Macron a tenu à appliquer une mesure de campagne de François Hollande en fermant cette année la centrale de Fessenheim dont on rappelle que la puissance nominale est de 1 760 MW. Or, constate l’animateur-ingénieur bien connu Mac Lesggy, la France a importé d’Allemagne 1 778 MW le matin du 7 décembre :

 

Et Lesggy de rappeler dans la foulée un pieux mensonge d’Emmanuelle Wargon, alors Secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire :

 

Otage des écologistes, d’autres pays d’Europe occidentale se retrouve dépendante du charbon… en 2020 :

 

Avec des renouvelables à l’arrêt comme partout en Europe, la France est un peu l’exception… grâce au nucléaire. Elle le serait encore davantage avec la centrale de Fessenheim :

 

Si seulement la France avait pu négocier une mesure de bon sens contre cette fermeture :

 

Commentaires
  1. un physicien
  2. dan
  3. Justin

Répondre à dan Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *