GreenVoice, un nouvel outil du business model de Greenpeace ?

C’est bien connu, Greenpeace est une « machine à fric ». Ce n’est pas nous qui le disons mais Paul Watson, ancien responsable de la multinationale verte et fondateur de la Sea Shepherd Society. Et c’est une machine qui fonctionne plutôt bien puisque Greenpeace France affiche pour 2019 des recettes qui s’élèvent à 26.692.657 euros, en progression de 250% à celles d’il y a dix ans ! Le secret de sa réussite, le site Ecolopedia l’explique très bien par « un important effort de collecte de fonds puisqu’il représente environ 26% de son budget, c’est-à-dire 7 millions d’euros en 2019. En fait, Greenpeace embauche des «recruteurs» (et non des militants) qui vont ensuite dans la rue pour récolter des fonds auprès du grand public. Cette approche marketing et professionnelle est totalement assumée par les responsables de Greenpeace. » Autrement dit, quand vous faites un don à Greenpeace, un quart de votre argent sert à… récolter de l’argent.

Aujourd’hui, Greenpeace innove avec le lancement de GreenVoice qu’elle décrit comme « LA plateforme de campagnes citoyennes, 100% dédiée à l’écologie ». Mais serait-elle aussi dédiée à remplir les caisses de Greenpeace ? En effet, Greenpeace explique qu’il s’agit d’une « plateforme de pétitions en ligne engagée, lancée par Greenpeace France, qui héberge et promeut des mobilisations citoyennes ». L’association précise : « Sur cette plateforme, quiconque peut mettre en ligne une campagne environnementale matérialisée par une pétition, dans la mesure où elle s’inscrit dans la vision portée par Greenpeace, ses valeurs et son cadre stratégique. »

Jusque-là, pas de souci. Néanmoins, on peut lire sur le site de GreenVoice que « toutes les données des utilisateur·trices de GreenVoice restent la propriété de Greenpeace France ». Certes, il est affirmé clairement : « Pas question de revendre ou monétiser vos données. » On peut quand même s’interroger sur l’utilisation de ces données par Greenpeace qui « ne conserve vos données que pour la durée nécessaire à la réalisation des finalités précitées pour lesquelles elles ont été collectées ». Or ces finalités de la collecte de données personnelles comprennent, selon Greenpeace France, « la gestion des relations donateurs, testateurs, potentiels donateurs et potentiels testateurs ». Donc, en signant les pétitions sur GreenVoice, et si « vous acceptez le consentement spécifique », Greenpeace France se fera un plaisir de vous informer de ses propres campagnes et… de l’utilité de passer à la caisse pour sauver la planète. Bref, ceux qui vont démarrer leur campagne de signatures sur la plateforme GreenVoice vont agir en quelque sorte comme « rabatteurs » au bénéfice de Greenpeace.

 

Sources

http://www.ecolopedia.fr/?p=645

https://twitter.com/GreenVoice_ong/status/1325719549606580224

https://twitter.com/GreenVoice_ong/status/1326110797852979200

https://agir.greenvoice.fr/privacy_policy

email
Commentaires
  1. Justin
    • Ernst
  2. Marc
    • un physicien
    • max
      • Marc
        • Bugul Noz
        • max
    • Zygomar
    • yann
    • Ernst
    • Zygomar
  3. JG2433
  4. Marc
    • loup garou
    • Justin
      • eric17
        • Seppi
        • eric17
        • Ernst
        • Justin
    • yann
    • yann
  5. eric17
    • yann
      • eric17
        • un physicien
  6. JG2433

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *