Michèle Rivasi et les écologistes célèbrent la médecine anthroposophique

Le 26 octobre 2020, Michèle Rivasi est chargée d’apporter les remarques finales d’un symposium organisé à Bruxelles, dans les locaux de la représentation du land de Bade-Wurtemberg auprès de l’Union européenne. Si le thème du symposium – « S’unir contre le cancer » – ne peut faire que l’unanimité, on peut en revanche être perplexe quant aux organisateurs de cet événement, en l’occurrence la Fédération internationale des associations médicales anthroposophiques (IVAA, en allemand). De fait, lors de ce symposium « présentant la contribution de la médecine anthroposophique à l’oncologie intégrative », Michèle Rivasi va participer à la célébration du centenaire de la médecine anthroposophique. Or, cette dernière est une pratique qui découle des théories ésotériques de l’occultiste autrichien Rudolf Steiner, avec des conceptions plutôt surprenantes.

Jugez par vous-même. Selon la médecine anthroposophique telle que décrite sur le site des adeptes de Steiner, la santé humaine dépend du corps physique mais aussi d’autres processus appelés « organisation éthérique » ou forces vitales, « organisation astrale » ou forces de l’âme, et enfin « organisation du moi ». Et d’expliquer par exemple que « la cause des maladies réside dans le développement de nos facultés psycho-spirituelles ». En effet, selon les anthroposophes, « les forces vitales en nous se métamorphosent en forces de pensée », et donc logiquement, « les forces de vie que nous retirons à notre organisme par le biais de notre conscience le conduit même jusqu’à la maladie ». Ils affirment notamment que « une scolarisation trop précoce et donc le développement de la conscience intellectuelle réduisent la longévité ». Evidemment, pour eux, l’anthroposophie apporte « la guérison des constituants de l’être humain », car elle permet de sortir d’une « obscurité spirituelle » : « L’expérience de la vérité, crée de la sérénité dans l’âme. En revanche, l’insécurité et le doute la rendent malade. (…) À cet égard, la vérité a un effet curatif, tandis que le mensonge affaiblit et offense l’âme. Les pouvoirs de la dévotion envers la vérité, les convictions de vie auxquelles on peut “croire”, ont un effet curatif sur l’organisation astrale. »

Maintenant, n’allez pas croire que la caution apportée par Michèle Rivasi à la médecine anthroposophique relève d’une démarche personnelle, déconnectée de sa famille politique. De la même façon que les écologistes s’enthousiasment pour l’agriculture biodynamique, conçue elle aussi par Rudolf Steiner, ils voient en la médecine anthroposophique une démarche à encourager. D’ailleurs, le discours d’ouverture du symposium sera donné par Bärbl Mielich, membre des Grünen depuis 1984 et par ailleurs secrétaire d’Etat au ministère des Affaires sociales et de l’Intégration du Baden-Württemberg. Et Bärbl Mielich est une fan de la médecine anthroposophe depuis bien longtemps. Avec le groupe de travail sur la santé et les affaires sociales du groupe Grünen du parlement du Land de Bade-Wurtemberg, elle avait accepté en juillet 2013 de rendre visite à Weleda, l’entreprise de cosmétiques et de médicaments anthroposophiques. Sous le charme, Bärbl Mielich avait déclaré : « Dans ce jardin, on peut vivre la philosophie de Weleda, qui consiste à comprendre l’homme en harmonie avec les autres, avec lui-même et avec la nature ».

On peut aussi mentionner l’engagement de l’homme politique écologiste belge Paul Lannoye, qui se qualifie « de longue date un partisan et un adepte des médecines douces ». En 1997, en tant qu’eurodéputé Vert, il avait fait passer une résolution en faveur de la reconnaissance des thérapies non-conventionnelles en Europe, dont la médecine anthroposophique. Une initiative qu’il a pu mener grâce à une collaboration étroite avec des adeptes de Steiner, comme Lannoye le confie en décembre 2019 : « Autour de ce travail, j’ai rencontré une série de médecins alternatifs, dont des médecins qui se basent sur les travaux de Steiner, en particulier le docteur alsacien Robert Kempenich, quelqu’un de brillant et de très sympathique. J’ai collaboré notamment avec lui quand j’ai rédigé tout un rapport pour la commission santé/environnement du parlement. » Pour Lannoye, « les approches de Goethe [référence de Steiner, NDLR] puis de Steiner sont arrivées à des moments où l’on n’était pas prêt à les recevoir. Mais elles sont tout aussi scientifiques. Et même plus rigoureuses que celles de la science dominante car celle-ci est réductrice. Et ce qui est réducteur est forcément faux, au moins en partie ».

On n’ose pas trop imaginer la réécriture des manuels de science avec les écologistes au pouvoir…

Dr Greenwatch.

Sources

https://www.ivaa.info/events/100years/

https://goetheanum.co/fr/nouvelles/laction-therapeutique-de-lanthroposophie

https://www.baerbl-mielich.de/gesundheit/mdl-mielich-und-mdl-schneidewind-hartnagel-besuchen-die-weleda-gmbh-in-schwaebsich-gmuend

http://www.naturemania.com/naturo/lannoye_collin.html

https://www.kairospresse.be/?p=5076

email
Commentaires
  1. un physicien
  2. Alex
  3. Albatros
    • A
  4. Zygomar
  5. Zygomar
  6. JG2433

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *