François Veillerette accuse l’agriculture française sur la base d’un classement dont ses amis écolos sont responsables !

C’est un peu l’arroseur arrosé :

 

Les explications de notre confrère Agriculture-Environnement :

« TEIU (L’Intelligence Unit de The Economist, ndlr) accorde à la France un zéro pointé pour l’indicateur intitulé « Water Management ». Traduit par « gestion de l’eau », ce terme recouvre en fait le recyclage des eaux usées ou de pluie. D’autres pays, comme le Danemark, l’Autriche et des pays aussi variés qu’Israël, le Sénégal, l’Ouganda, l’Inde, la Chine ou encore le Rwanda, se voient attribuer la note de 100.

Comment expliquer cet écart ? Tout simplement parce que, pour cet indicateur, il n’existe aucune note intermédiaire. C’est soit 100 soit 0, et cela en fonction d’un seul critère : la mise en place ou non de mesures suffisantes permettant le recyclage de l’eau.

Le TEIU constate que, sur ce point, la France est très mauvaise élève. Une opinion que partage le monde agricole, qui se bat depuis des années pour la mise en œuvre d’une vraie politique de l’eau, notamment par la création de retenues collinaires et l’utilisation d’eau usagée pour l’irrigation. Or, ce simple indicateur compte pour 6,74 % dans le calcul total de l’indice « durabilité de l’agriculture ».

Si la France adoptait une politique plus ambitieuse de stockage de l’eau, TEIU lui attribuerait automatiquement le score de 100, ce qui ferait passer la note globale de l’indice « durabilité de l’agriculture » à 77,7 (contre 71 aujourd’hui). C’est-à-dire à la hauteur du Danemark et de l’Autriche. En bonne logique, pour améliorer la performance de la France, Générations Futures devrait donc militer au côté des organisations agricoles afin de faciliter une gestion de l’eau impliquant davantage le recyclage et le stockage, au lieu de participer au sabotage systématique de toutes les initiatives locales. »

Un peu comme pour le recours aux centrales à charbon ou de la raréfaction du ver de terre, « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes » (Jacques-Bénigne Bossuet). Que les incroyants se rassurent, Dieu est même mort… de rire.

Concernant les néonicotinoïdes, comme l’explique très bien le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Julien Denormandie devant les députés, s’ils continuent à être interdits, les filières betterave puis sucre disparaîtront et La France Insoumise, vent debout contre la réautorisation de ces phytos, déplorera l’inaction du gouvernement pour préserver l’emploi en France :

 

email
Commentaires
  1. Max
    • Ernst
  2. Alzine
  3. Alzine
  4. Ernst
  5. Zygomar
  6. Ernst
    • douar
  7. Zygomar
    • douar
      • Zygomar
        • douar
          • un physicien
            • Zygomar
              • un physicien
              • yann
    • Seppi
      • yann
  8. Zygomar
  9. Zygomar
  10. Zygomar
    • yann
    • max
    • un physicien
      • un physicien
      • Zygomar
        • un physicien
          • Max
          • Zygomar
            • un physicien
  11. Zygomar
  12. Zygomar

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *