Lettre ouverte d’un lecteur au député Matthieu Orphelin

« Quand les gens des villes parlent pour les gens des champs… »

Matthieu Orphelin est député dans la première circonscription de Maine-et-Loire depuis les législatives de 2017 (élu sous l’étiquette LREM, puis apparenté Libertés et territoires puis Écologie démocratie solidarité).

Le 2 août sur votre compte Twitter, vos commentaires sur la culture de la betterave sucrière ne sont pas passés inaperçus. Vos propos ont fait apparaître votre méconnaissance des pratiques agricoles.

« On se renseigne avant de dire n’importe quoi », vous ont tweeté plusieurs internautes spécialistes de la culture de la betterave. Vous avez très rapidement supprimé votre tweet…

En 2018, contre l’avis des producteurs et de nombreux scientifiques, vous avez voté la loi concernant la suppression des néonicotinoïdes en enrobage des semences en culture de betteraves sucrières. Selon vous, il existe des alternatives et il n’y a pas d’interdiction sans solution…

Les producteurs en 2020 font face à une invasion de pucerons. Ils appliquent vos alternatives et réalisent 2 à 3 traitements en pulvérisation foliaire. Les résultats sont très médiocres et les betteraviers vont perdre 25 à 30 % de leur récolte. Qui est responsable ? Qui va payer ce désastre ?

Chacun comprend maintenant que les alternatives devant se substituer aux néonicotinoïdes en enrobage des semences se sont révélées moins efficaces pour la protection des cultures et plus nuisibles à l’écologie et à la biodiversité.

Réaliser trois traitements en pulvérisation au lieu d’un seul traitement en enrobage des semences, c’est un recul historique pour l’écologie et un non sens environnemental.

Les professionnels agricoles de votre circonscription seraient très heureux de partager avec vous les contraintes de leur métier. Venez sur le terrain, expliquez nous vos alternatives…

L’agriculture de votre territoire est en danger, l’écologie régresse, les cultures locales sont en péril et on ne vous voit pas.Tweeter n’est pas suffisant pour échanger des points de vue.

Olivier de Kersauson a eu ces quelques mots très sages :

« Toutes les idéologies politiques qui ont voulu modifier le monde paysan ont échoué parce que le monde paysan ne peut-être géré par des théories, il est géré par la réalité. »

Dominique Trouillard (Le Plessis Grammoire)

email

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *