Eau du robinet : « Que Choisir » dénonce les « fausses alertes » de Générations Futures

L’UFC-Que Choisir et sa publication Que Choisir sont bien connus pour leur indépendance au service des intérêts (donc de la santé) des consommateurs. Ils reviennent sur la récente tentative par Générations Futures de diaboliser l’eau du robinet pour, une fois encore, accuser les agriculteurs.

Tout d’abord, Que Choisir constate le caractère moutonnier et suiveur de médias qui n’ont plus les moyens ou la volonté de vérifier les affirmations d’associations militantes pourtant connues pour leur fake news :

« Des pesticides et des perturbateurs endocriniens dans l’eau du robinet », viennent d’assurer en chœur la plupart des médias, semant ainsi une belle panique, pour le plus grand bonheur des industriels de l’eau en bouteilles.

Le comble (voir ici et ). Un peu comme les antiviande qui font le jeu d’acteurs très puissants basés dans la Silicon Valley.

Puis, Que Choisir en revient aux faits et annonce tout de go :

En réalité, il y a vraiment de quoi relativiser.

La publication constate que

l’alerte est surjouée, dès lors qu’elle repose sur des limites de détection très basses et discutables, et non les limites de détection réglementaires prises en compte dans la carte interactive de la qualité de l’eau de l’UFC-Que Choisir. Il faut savoir que les limites analytiques ont énormément progressé, si bien que les seuils de quantification des molécules sur lesquels s’appuie cette alerte se situent à des niveaux infiniment bas, très inférieurs à la limite réglementaire de 0,1 µg/l (microgramme par litre) qui ne doit pas être dépassée.

Or Que Choisir qui analyse et teste des produits en permanence est bien placé pour le savoir, les limites de détection et de quantification se sont tellement abaissées qu’on trouve des traces de tout partout, ce qui ne veut pas dire qu’elles présentent toujours un risque pour la santé. Il peut être légitime de ne vouloir strictement aucune trace de pesticides, aussi infinitésimale soit-elle, mais il s’agit d’un combat militant, en aucun cas d’un enjeu de santé publique, il est dommage que de nombreux médias l’aient oublié.

Bref, on ne leur la fait pas, pas plus qu’à nous et vous.

A quand des poursuites judiciaires contre Générations Futures pour diffusion de fakenews? ?

email
Commentaires
  1. Seppi
    • Alain Valeyrac
      • Seppi
        • Alain Valeyrac
  2. pierre marie 22
  3. Albatros
    • Dan
  4. Zygomar

Répondre à Zygomar Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *