Fruits et légumes frais : l’idylle avec les Français se poursuit, malgré les fake news

Le dernier baromètre* de la confiance des Français envers les fruits et légumes frais affiche un regain en 2019 malgré des niveaux déjà très élevés : respectivement 93% (+4 points par rapport à 2018) et 90% (+4 points sur un an). L’origine des produits est le premier critère de confiance devant le circuit d’approvisionnement et l’aspect des produits, il a gagné 12 points en quatre ans. C’est aussi le second critère d’achat cité par les Français en 2019.

Malgré l’agribashing et les mensonges des écolos sur les phytos

Après un effritement de la confiance envers les agriculteurs ces trois dernières années (injuste, l’agri-bashing déployé par de nombreux médias dont les publics n’y est pas pour rien), les voilà qu’ils progressent de 6 points en 2019. Elise Lucet n’a pourtant pas relâché ses efforts pour abîmer toujours plus leur image… Enfin, l’inquiétude vis-à-vis des résidus de pesticides recule de six points sur un an, à 43%, mais demeure pour autant la 1ère source d’inquiétude des Français. Un phénomène parfaitement irrationnel. Tant pis si, comme l’écrit l’EFSA, « l’approvisionnement alimentaire de l’Europe est parmi les plus sûrs au monde »…

Combattre la désinformation

L’Interprofession de la filière des fruits et légumes frais (Interfel) va donc poursuivre ses campagnes d’information « afin de renforcer les connaissances des consommateurs et lutter contre les idées reçues et certaines inquiétudes ».

*Depuis 2014, Interfel et FranceAgriMer ont mis en place un baromètre pour mesurer et suivre l’évolution de la confiance des consommateurs vis-à-vis des fruits et légumes frais.
Ce baromètre, issu d’une étude réalisée par l’institut CSA Research, a pour objectifs de comprendre quels sont les facteurs de confiance et les craintes associées à la consommation de fruits et légumes frais, ainsi que de mesurer l’impact de l’actualité autour de la filière. Dans ce but, 1005 individus, âgés de 18 ans et plus, représentatifs de la population française ont été interrogés en décembre 2019.

email