Michèle Rivasi, son assistant parlementaire et la nébuleuse antivaccin

Le 25 avril dernier, alors que l’on n’a pas encore trouvé de vaccin contre le covid-19, l’eurodéputée EELV Michèle Rivasi émettait déjà des doutes sur l’efficacité d’un tel futur vaccin : « Les vaccins contre les grippes saisonnières ne fonctionnent pas à 100 %. Loin de là. Comment envisager qu’un vaccin contre le coronavirus, qui mute sans arrêt, puisse réellement être efficace. » Un tweet vaccinosceptique qu’elle a dû supprimer suite à un rappel à l’ordre de Julien Bayou, le secrétaire général d’EELV : « Non Michèle, l’heure n’est pas à semer le doute mais à se mobiliser pour lutter contre la pandémie. Nous avons besoin de vaccins. »

Ce n’est pas la première fois que Michèle Rivasi créée la polémique au sujet des vaccins. En février 2017, elle organise à Bruxelles une journée de conférence qui inclut notamment la projection du film Vaxxed du controversé Andrew Wakefield, médecin radié pour fraude à propos d’une publication manipulée établissant un lien entre vaccination et autisme. Inquiet de voir cette polémique leur porter préjudice, le groupe européen des députés écologistes demande à Rivasi d’organiser l’événement en dehors de l’enceinte du Parlement européen et sans le logo du groupe écologiste. Elle corédige aussi la préface de l’édition 2017 du livre Vaccinations, les vérités indésirables de feu Michel Georget, militant antivaccin, administrateur du CRIIGEN et ancien président de la Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations.

Si le positionnement de Rivasi sur les vaccins détone par rapport à celui de la plupart des responsables de son parti, il s’explique peut-être par l’influence de son assistant parlementaire Charles-Maxence Layet. Se présentant comme « journaliste scientifique », Charles-Maxence Layet est un compagnon de route de Rivasi de longue date. En 2005, il a cofondé avec elle le CRIIREM (Centre de Recherche et d’Information indépendant sur les Rayonnements Electromagnétiques), une association qui véhicule un message alarmiste sur l’exposition aux rayonnements électromagnétiques. En 2010-2011, il est déjà assistant parlementaire de Rivasi, en charge des dossiers « santé et environnement ». A cette époque, il sort un livre intitulé Survivre au téléphone mobile et aux réseaux sans fil, coécrit avec l’eurodéputée.

Mais surtout, la réflexion de Charles-Maxence Layet s’inscrit totalement dans l’écologie spiritualiste, avec un langage truffé de termes scientifiques pour « faire sérieux ». Il est le fondateur de la revue ésotérique Orbs, l’autre Planète, dans laquelle on peut s’instruire sur la « science des tables tournantes » ou encore lire les propos du « médium et guide spirituel Anana Terramorsi » sur « l’art sacré de la guérison ». Directeur de collection à la maison d’édition ésotérique Guy Trédaniel, Charles-Maxence Layet est aussi auteur de divers ouvrages, comme L’énergie secrète de l’univers, qui « explore les secrets de nos ondes cérébrales, remonte aux sources de l’univers quantique, retrace l’histoire de la mémoire de l’eau ou du pouvoir des maîtres du Qi Gongune », ou Quinton, le sérum de la vie, ou encore un autre sur l’électroculture, « une forme de culture qui utilise l’électricité atmosphérique et tellurique, les rayonnements haute fréquence ainsi que le champ magnétique naturel pour stimuler la croissance des plantes ». Charles-Maxence Layet collabore avec des médias comme la webradio BTLV spécialisée sur les sujets d’occultisme et de New Age. Il lui arrive aussi d’écrire pour la revue Nexus, alors que celle-ci véhicule les théories conspirationnistes remettant par exemple en cause le fait que l’homme a été sur la Lune. Convaincu que « l’homéopathie est une thérapie quantique », Charles-Maxence Layet participe à l’organisation des Congrès Internationaux des Thérapies Quantiques, des événements initiés par Marion Kaplan, « bio-nutritionniste, spécialisée en médecines énergétiques ».

De façon assez cohérente, Charles-Maxence Layet fait partie de la nébuleuse antivaccin. Dans une vidéo Youtube visionnée 125.000 fois, on voit Charles-Maxence Layet interrogé par Marion Kaplan lors du congrès de l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle en 2017, pour faire d’importantes révélations sur les vaccins. Marion Kaplan présente Layet en commençant par dire que celui-ci « a permis d’ouvrir les yeux à… non, je ne le dis pas ? ». Eh non, elle ne le dit pas. Layet la coupe à ce moment, ne souhaitant visiblement pas dire qu’il avait ouvert les yeux de quelqu’un de connu (qui d’autre que Michèle Rivasi ?) sur la question de la vaccination. Il enchaîne ensuite avec ses « révélations » sur une planification supranationale pilotée par l’OMS et Bill Gates pour rendre obligatoires de nombreux vaccins dans les différents pays du monde. Et l’occasion pour lui de fustiger « les discours ambiants qui veillent à dramatiser, ou en tout cas à fabriquer une situation de crise, d’urgence, de peur, de crainte, par rapport aux maladies en parlant de pandémie inexorable, de risque pandémique ».

En février 2017, un mois avant que Michèle Rivasi ait exprimé sur son blog ses regrets concernant la diffusion Vaxxed de Wakefield, Charles-Maxence Layet publie un texte intitulé « Vaxxed, la censure ou la vie ? », dans lequel il affirme que ce « film accablant est une bombe ». Et de dénoncer « une censure discrète mais ferme qui montre bien les volontés de contrôler l’information, en limitant sa diffusion d’une façon ou d’une autre ». En janvier 2018, on voit l’assistant de Rivasi participer à une conférence organisée par Nexus avec des militants antivaccins comme Senta Depuydt et Serge Rader. Ce dernier, évoluant dans les milieux de la réacosphère, est aussi coauteur avec Michèle Rivasi du livre Le Racket des laboratoires pharmaceutiques. Le monde est petit !

Certes, les responsables d’EELV pourraient se rassurer en se convainquant que, sur la question des vaccins, Michèle Rivasi est sous l’influence néfaste de son assistant parlementaire. Hélas, le cas de l’eurodéputée écologiste n’est pas isolé. Une partie non négligeable de la base d’EELV baigne dans cette idéologie spiritualo-écologiste, adepte des « médecines » alternatives et du bio, où circulent nombre de théories conspirationnistes et antivaccins. Pour s’en convaincre, il suffit de faire un tour au Salon bio Marjolaine ou fréquenter les groupies de Pierre Rabhi. D’ailleurs, Yannick Jadot n’a-t-il pas scellé un partenariat avec Jean-Marc Governatori, le chef de l’Alliance écologiste indépendante, qui s’inscrit parfaitement dans cette mouvance ? En effet, Governatori, soutenu par EELV aux municipales de Nice en 2020, avait lancé en 2009 L’Alliance pour la santé avec le soutien de la militante antivaccin Sylvie Simon, et n’avait pas non plus hésité à propager des idées conspirationnistes selon lesquelles « le virus du sida est le fruit de tests scientifiques américains avec des vaccins ». Bref, le germe antivacciniste est déjà bien répandu dans les rangs écologistes et on ne voit pas bien comment celui-ci va s’affaiblir.

 

Sources

https://twitter.com/AEGRW/status/1254133454721232901

https://www.youtube.com/watch?v=QwmZueeOrmg&feature=emb_logo

https://fr.calameo.com/read/0046846999825142752db

https://www.facebook.com/notes/charles-maxence-layet/vaxxed-la-censure-ou-la-vie-/10158202139325223/

https://www.facebook.com/watch/live/?v=10159819881310244&ref=watch_permalink

Jean-Marc Governatori, Vivre, c’est possible, Le Courrier du Livre, 2006.

email
Commentaires
  1. Seppi
  2. Albatros
    • douar
  3. Paul
    • douar
  4. Pierre Allemand
  5. JG2433
  6. Zygomar
  7. Zygomar
  8. TMTisFree
    • max

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *