Revoilà les stars du showbiz pour nous dire comment vivre « l’après Covid-19″…

Madonna, Cate Blanchett, Jane Fonda ou encore Anish Kapoor, ont lancé il y a quelques jours dans une tribune publiée par Le Monde un appel, initié par Juliette Binoche (une spécialiste dans le genre en plus d’être propagatrice de fake news) et Aurélien Barrau, contre un « retour à la normale » après la pandémie du coronavirus.

Ils exigent sans rire une « transformation radicale » du système contre le « consumérisme ». Oui, vous avez bien lu.

On avait un doute, on a vérifié : ce n’est pas une blague

Tant pis si ces 200 donneurs de leçons affichent chacun une « empreinte carbone » gigantesque (quelques estimations) – certaines personnalités ne s’aventurent d’ailleurs plus sur ce terrain glissant car elles savent qu’elles seront ensuite rattrapées par la réalité.

Tant pis si les signataires de ce texte incarnent en réalité l’exact inverse de ce qu’ils préconisent pour le reste de l’humanité.

Au hasard, prenons l’artiste-businessman Kapoor :

Pas mal pour un ennemi du « consumérisme ». Saviez-vous que le 27 février 2016, Anish Kapoor est devenu le propriétaire du brevet du Vantablack, une variété de noir inventée par la société britannique Surrey NanoSystems qui a la propriété d’absorber 99,965% de la lumière (donc de transformer une surface noire en trou) ? C’est la première fois qu’une personne achète le droit exclusif d’une matière… Une folie « mégalomaniaque » qui a choqué, à l’époque.

Un mode de vie aussi indécent que leurs leçons de morale verte

On pourrait continuer avec Nicolas Hulot, hélicologiste, homme d’argent et pollueur devant l’Éternel.

Ou avec Yann Arthus-Bertrand qui admet lui-même qu’il a beaucoup plus salopé la planète que n’importe lequel d’entre nous.

Aurélien Barrau ? Il prône la décroissance une Rolex GMT-Master II au poignet

Isabelle Adjani ? Elle prend l’avion comme nous le métro. Mais quand elle renonce à un voyage, elle le fait savoir à la terre entière. On vous rassure, cela n’arrive quasiment jamais, il faut en général attendre que le pays brûle (littéralement) pour qu’elle s’y résolve…

Chacun des signataires est une usine à CO2 à lui tout seul

Madonna ? D’après les calculs détaillés du News of the World, ses émissions de CO2 atteignent l’équivalent de celles de 54 Américains moyens, 102 Britanniques ou 14 548 Malaisiens. L’estimation de l’empreinte de la chanteuse sur une année s’élève alors à plus de 1 018 372 kg de CO2. À titre de comparaison, l’Anglais moyen émet 10 000 kg !

Etc. Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. Chacun de ces 200 signataires est une usine à CO2 à lui tout seul.

Et ce sont ces individus qui nous demandent, à nous pauvres Terriens anonymes (pré)occupés à survivre économiquement, de l’ « audace et (du) courage » ainsi qu’ « un engagement massif et déterminé ». En pleine crise sanitaire doublée d’une crise économique dont l’ampleur pourrait bien être sans précédent.

Le pompon

« À quand les actes ? », insistent les 200 tartuffes signataires de l’appel, avant d’oser : « C’est une question de survie, autant que de dignité et de cohérence. »

Sic.

email
Commentaires
  1. JG2433
  2. gus
  3. JG2433
    • JG2433
  4. Alzine
  5. JG2433
  6. Seppi
    • JG2433
  7. douar
    • Visor

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *