En plein chaos économique, 25 députés veulent ajouter des bâtons dans les roues des agriculteurs

Dans une lettre envoyée au ministre de l’Agriculture le 21 avril, 25 députés proches de la majorité, emmenés par Sandrine Lefeur (LREM, Finistère), dénoncent une permission « aberrante » suite à la validation des chartes ZNT sans concertation par les préfets de 25 départements. Elles autorisent les agriculteurs à réduire les distances d’épandage, en raison du coronavirus. En pleine psychose sanitaire, ces 25 élus accusent l’Etat « d’ignorer (la santé des Français) », rien que ça :


Ces élus ne font que réagir (avec l’absence de nuance habituelle) aux pressions de groupuscules environnementalistes (dont certains marchands de peur professionnels) comme le Collectif Info Médoc Pesticides, Union syndicale Solidaires, Alerte aux toxiques, Eau et rivières de Bretagne, Générations Futures, ou encore Respire qui, depuis quelques semaines, font des pieds et des mains, du bruit et référés devant le Conseil d’Etat (au choix).

Comme l’explique le site PleinChamp.com, en raison du contexte de Covid-19 qui chamboule la tenue des concertations publiques, le gouvernement a assoupli le processus de mise en œuvre des chartes départementales qui permettent entre autres, de réduire la largeur des ZNT à proximité des habitations. Désormais, et jusqu’au 30 juin 2020, dès lors que le préfet accuse bonne réception de la charte, celle-ci peut entrer en application même si elle n’a pas encore été lancée en concertation publique :

Autant dire que les 25 élus ne savent pas de quoi ils parlent. Alors que l’autonomie alimentaire (et pas que !) redevient une question cruciale, ces empêcheurs de nourrir les Français rêvent de compliquer un peu plus la vie (déjà pas toujours simple, souvent par la faute de ces mêmes élus) des agris. Quelqu’un peut-il leur expliquer qu’épandage ne signifie pas forcément phytos ? Sont-ils au courant par exemple que nos agris procèdent à l’épandage d’oligo-éléments ? Nous invitons les politiciens sous influence qui ont signé cette lettre ouverte à faire un stage dans une (vraie) ferme française.

email
Commentaires
  1. eric17
    • Daniel
    • un physicien
    • dan
    • Zygomar
  2. max
    • Albatros

Répondre à Albatros Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *