Emmanuel Macron est un idéologue et un fossoyeur industriel, nouvelle démonstration

Les faits. le Conseil constitutionnel a validé vendredi 31 janvier l’interdiction (à partir du 1er janvier 2022) de la production, du stockage en France et de l’exportation de phytos contenant des substances prohibées dans l’Union européenne voulue par Emmanuel Macron et le gouvernement Philippe. La question prioritaire de constitutionnalité (QPC) avait été posée par l’Union des industries de la protection des plantes (UIPP) à l’appui d’un recours contre la circulaire du 23 juillet 2019 relative à l’entrée en vigueur de cette interdiction votée dans la loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole (Egalim).

Notre analyse. Décidément, nos « élites » ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. La seule conséquence de cette interdiction ne sera évidemment pas l’arrêt de la production de ces substances mais l’arrêt de leur production en France. Concrètement, des usines françaises vont devoir stopper leurs lignes de production, ce qui entraînera la fermeture de certaines d’entre elles donc des suppressions de postes donc des plans sociaux… Selon l’UIPP, 2 700 emplois et 19 sites de production répartis sur l’ensemble du territoire sont directement menacés. Ces pesticides seront donc fabriqués dans d’autres pays par des travailleurs étrangers. L’idéologie l’emporte une fois de plus, pour le plus grand malheur des Français les plus modestes. Les ONG, elles, applaudissent.

La mesure est d’autant plus incompréhensible que certains phytos sont interdits en France en raison de leur inutilité sous nos latitudes, comme par exemple des pesticides utilisés pour le coton…

email
Commentaires
  1. Daniel
    • Seppi
      • Daniel
      • Visor
        • Daniel
          • Seppi
  2. Visor
    • JG2433
      • Visor
        • Ernst
    • Seppi
      • Visor
      • Ernst
      • Visor
    • Ernst
    • Daniel
      • Visor
  3. eric17
  4. Visor

Répondre à Seppi Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *