Après l’échec économique de la permaculture, l’échec économique de l’agriculture urbaine

On savait déjà que sans grosse mise de départ, main d’oeuvre bénévole (voire qui paye pour travailler !) dons divers et produits dérivés (formations, visites, vente de livres, conférences, location de gîtes, etc.) les fermes agroécologiques, notamment celles qui font de la permaculture, ne peuvent tout simplement pas équilibrer leurs comptes. Sur ce sujet, lire nos papiers ici, , et . Figurez-vous qu’elles ne sont pas les seules ! Les fermes urbaines aussi posent question, ainsi que l’a montré la faillite de l’une des plus grandes d’entre elles en Europe. Installée à La Haye, aux Pays-Bas, la ferme UFOO2 De Shilde a fermé ses portes en 2018. Le site The Conversation s’est penché sur les raisons de cette faillite et, plus généralement, sur les échecs de l’agriculture urbaine sous serre et sur toiture. Prix de vente des produits trop élevés, rendements trop faibles, le constat est sévère. Une enquête du projet européen Interreg NWE Groof confirme cette analyse et estime que le modèle économique de cette agriculture doit être remis en question.

email
Commentaires
  1. eric17
    • Zygomar
      • un physicien
      • Ernst
    • Daniel
    • cdc
  2. JG2433
  3. Vaslav Elie