Idée reçue : les catastrophes naturelles font de plus en plus de victimes

C’est faux. C’est même le contraire, grâce à la croissance économique, explique Michael Shellenberger* dans Le Point :

le développement économique nous a rendus moins vulnérables, ce qui explique pourquoi le nombre de victimes de catastrophes naturelles a diminué de 99,7 % depuis son point culminant de 1931. Cette année-là, 3,7 millions de personnes sont mortes des suites de catastrophes naturelles. En 2018, 11 000 seulement. Et ce déclin s’est produit au cours d’une période où la population mondiale a quadruplé.

Ne comptez pas sur un illuminé collapsologue ou même un journaliste pour le dire sur les plateaux TV !

*Nommé « héros de l’environnement » par le magazine Time en 2008 et fondateur du think thank Environmental Progress, Michael Shellenberger se définit comme un écologiste pragmatique et pro-nucléaire. Il est un fréquent contributeur de Forbes, du New York Times et du Washington Post.

email
Commentaires
  1. JG2433
    • Visor
  2. Ernst