Jean-Noël Jouzel : « je ne suis pas scientifique mais je donne mon avis de sociologue »

Dans son dernier livre, Pesticides : comment ignorer ce que l’on sait (éditions Les Presses de SciencesPo), le sociologue Jean-Noël Jouzel prétend savoir ce qu’aucune agence d’évaluation des risques peuplée de scientifiques au monde n’a jamais déterminé.

C’est dans ces moments où vous vous dites qu’il y a quelque chose qui cloche dans ce monde. Quand on parle de phytos, tout le monde il est scientifique, le simple quidam sait mieux que les spécialistes, les environnementalistes radicaux de Générations Futures servent de caution scientifique aux journalistes militants et le sociologue Jean-Noël Jouzel joue au cancérologue. Le complot des industriels ? C’est un peu le complot chic et moralement autorisé, le complot qui peut être dénoncé sans crainte de passer pour un dingue dans la bonne société germanopratine. Au contraire des complots de bofs (Illuminatis et tout le tintouin).

Voici la présentation de l’ouvrage par l’éditeur sur Fnac.com :

Les pesticides sont des produits dangereux. Pour cette raison, ils comptent parmi les substances chimiques les plus surveillées et ce, depuis des décennies. Des agences d’évaluation des risques contrôlent leur mise sur le marché et assurent une toxico-vigilance de leurs effets sur la santé. Comment alors expliquer l’accumulation de données épidémiologiques qui attestent la sur-incidence de pathologies chroniques – maladies neurodégénératives, hémopathies malignes, cancers – parmi les populations humaines les plus exposées, et en particulier les agriculteurs ? Pourquoi des résultats aussi inquiétants sont-ils si peu de répercussion sur les autorisations de mise en vente ? Le sociologue Jean-Noël Jouzel a mené l’enquête en France et aux États-Unis pour comprendre ce qui conduit les agences d’évaluation à ignorer volontairement certaines données scientifiques lorsqu’elles n’ont pas été élaborées selon les normes de la toxicologie réglementaire. Les industriels ont bien compris le profit qu’ils pouvaient tirer de cette routine normative. Ils ont en effet tout intérêt à suivre ce cadre, disposant par ailleurs des ressources matérielles nécessaires pour s’y conformer.

Euh… Et les sociologues comme Jean-Noël Jouzel, ils n’ont pas compris le profit qu’ils pouvaient tirer de ce marketing de la peur peut-être ? Ils ont en effet tout intérêt à suivre ce cadre, disposant par ailleurs des ressources matérielles nécessaires pour s’y conformer…

email
Commentaires
  1. dan
    • Raùl-Hugues
    • Daniel
      • Dan
      • Visor
        • Daniel
          • yann
      • Zygomar
  2. Daniel
    • JG2433
  3. un physicien
  4. Zygomar
    • un physicien
    • JG2433
    • Zygomar
    • Alzine
      • Visor

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *