Ségolène Royal : l’incompétence à la une

On savait Ségolène Royal incompétente…Mais pour ceux qui avaient encore quelques doutes, l’ancienne ministre de l’environnement et actuelle ambassadrice des pôles arctiques et antarctiques pour la France, nous en a encore fait une belle démonstration.

1er épisode vendredi sur BFM avec une déclaration choc : « Aujourd’hui, plus d’une femme sur dix est touchée par le cancer du sein, est-ce que vous vous rendez compte de ça ? C’est dû à quoi, cela ? C’est dû aux pesticides. »

L’affirmation n’est pas passée inaperçue et a fait quasi immédiatement l’objet de réactions notamment du très sérieux président de la Ligue nationale contre le cancer, Axel Kahn :

Ce matin, tentative de rétropédale de Sègolène Royal sur France inter…

…qui s’enfonce encore plus dans le ridicule : « « C’était un peu résumé » […] « dans l’aléa et dans le principe de précaution, si on attend que tout soit démontré, il n’y a plus de principe de précaution ». Comme le remarque justement Le Monde : « La question d’agir sans attendre l’accumulation de preuves scientifiques irréfutables est légitime face à un risque sanitaire avéré. Mais il devient difficile de parler de principe de précaution lorsqu’il s’agit de risques hypothétiques, de surcroît, lorsque d’autres causes avérées ont été identifiées pour les pathologies en question. »

Fin de la partie? eh non! Ségolène Royal persévère sans sourciller :

« Vous voyez, à force de dire [qu’il ne] faut rien dire, on ne dit rien et on subit la dégradation de l’environnement, et on subit des maladies et on subit des cancers. Les cancers de l’appareil génital des femmes et des hommes dans le monde agricole [sont] bien supérieurs à la moyenne nationale. Donc il y a quand même un lien avec l’utilisation des produits chimiques en agriculture. »

Là encore, Le Monde,  peu suspect d’être complaisant avec l’industrie agrochimique reprend:

Là encore, l’ancienne ministre de l’environnement se livre à des explications approximatives. Certes, il est avéré que l’utilisation des pesticides par les travailleurs agricoles est associée à un risque accru de développer certaines pathologies.

Le sujet est ardu : la recherche scientifique se heurte à toute une série de difficultés, notamment méthodologiques, pour déterminer le lien de causalité entre l’exposition à certaines substances et les pathologies. Il est, en effet, très difficile d’isoler les substances potentiellement incriminées, et surtout de mesurer dans quelles proportions les travailleurs y ont été exposés.

Parmi les études de référence sur la question, on trouve l’expertise de l’Inserm publiée en 2013 qui a utilisé les données d’Agrican, une cohorte de 180 000 agriculteurs affiliée à la Mutualité sociale agricole. Globalement, il y apparaît que, sur la période étudiée (2005-2013), les agriculteurs suivis avaient été un peu moins touchés par des cancers que le reste de la population. Mais une plus forte proportion de certains types de cancers a également été mise en évidence : + 6 % pour l’ovaire et + 7 % pour la prostate.

[…] En résumé, Ségolène Royal a raison de noter que l’utilisation de pesticides est associée à des risques accrus de développer certaines pathologies. Mais son propos était là encore approximatif.

« Approximatif », Le Monde reste cependant bien « sympa » avec notre ex-ministre de l’environnement. Le langage de Ségolène Royal est clairement parsemé de contre-vérités. Et dire qu’elle a failli être présidente de la République!

 

 

email
Commentaires
  1. Visor
  2. Alzine
    • Ernst
  3. Zygomar
    • Ernst
      • Visor
        • Zygomar
  4. dan
    • Ernst
  5. Zygomar
    • dan
    • dan
  6. Zygomar
    • dan
  7. Ernst
    • Ernst
      • Zygomar

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *