Arrêté anti-pesticides : les agriculteurs conventionnels expriment leur ras-le-bol

La famille Morel élève des vaches et des veaux sur la commune de Langouët : 140 hectares de terre dont 90 en culture (maïs, blé, orge, betterave fouragère, etc.). La plupart des champs sont proches d’habitations et l’arrêté pris par le maire ne serait pas sans conséquence sur l’activité de la ferme. « On est bien en campagne, ici. On n’est pas en région céréalière et du coup on a des maisons un peu partout. Si je prends la parcelle en face de moi, j’ai au moins la moitié qui est impactée par cet arrêté » explique l’agriculteur qui affirme « (avoir) changé (ses) pratiques par rapport à (ses) parents », « diminué beaucoup ses produits phytos ». Mais « je ne peux pas du jour au lendemain (faire une croix) sur 30% de (son) chiffre d’affaires ». « Partout dans le monde, on est montré du doigt sauf qu’ailleurs, on nous montre du doigt positivement, on nous prend pour exemple. Ici, on est traité comme des pollueurs et empoisonneurs de la population », déplore Jimmy Guérin, un autre agriculteur de Langouët. Un reportage signé France 3 Bretagne :

email
Commentaires
  1. Visor
  2. eric17
  3. max
  4. Marc
    • Daniel
      • dan
      • Zygomar
      • Flore
  5. Albatros
  6. JG2433
  7. Zygomar
    • douar

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *