Gros intérêts financiers et multinationales derrière la « viande » sans viande

Depuis 2009, deux milliards d’euros ont été investis dans la recherche autour de la viande végétale, rapporte le quotidien Les Echos du 8 juillet. Deux start-up américaines sont à la pointe de ces travaux : Impossible Foods et Beyond Meat. Selon elles, le « steak » (voir ici et ) végétal générerait 90% de moins d’émissions de gaz à effet de serre qu’un steak de bœuf. Tant pis si les prairies permanentes disparaissent et avec elles leur cortège d’espèces associées (exemple : la moitié des 380 espèces de papillons répertoriées en Europe fréquente des milieux herbacés). Oui, on oublie de nous dire que la prairie pâturée entretenue par fauche ou par pâturage extensif est l’un des écosystèmes les plus riches au monde en espèces au m2 (jusqu’à 89 espèces). Quant aux faux steaks végétaux, leur texture comme leur goût ne sont pas au point. Mais, explique le quotidien Les Echos, les multinationales Nestlé et Unilever s’y intéressent de près…

Lire aussi :
> Les végans, idiots utiles de l’industrie de la viande artificielle

email
Commentaires
  1. YaPuKa
    • Marc
  2. YaPuKa

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *