Glyphosate & Cie : l’incohérence française

Tandis que le ministre de l’Agriculture martèle partout que « la France va être le premier pays du monde à sortir du glyphosate » (bien qu’une utilisation correcte du glyphosate ne représente aucun risque pour l’humain), il oublie que « c’est par millions de tonnes que le soja OGM désherbé au glyphosate entre dans l’Hexagone », rappelle Philippe Pavard, rédacteur en chef adjoint à La France Agricole.

« Ce n’est pas demain la veille que cette situation va cesser, tant la dépendance au soja de l’alimentation animale est grande, et le trou des protéines végétales important » et « ce n’est pas la percée des écologistes au Parlement européen qui va modifier cette réalité implacable », continue-t-il dans son éditorial du 31 mai 2019. « On voit bien l’incohérence de telles postures, où l’on revendique être le phare de l’agroécologie pour ses propres producteurs et où on est incapables de faire valoir le même niveau d’exigences pour les produits importés ».

Résultat, une intolérable distorsion de concurrence loin d’être unique : interdiction du diméthoate pour les producteurs français de cerise, interdiction du dichloropropène pour les producteurs français de carottes, interdiction du métam-sodium pour les maraîchers français, dérogations obtenues pour les néonicotinoïdes sur betteraves dans 13 pays européens mais pas en France…

La liste est longue et « à votre avis, qui est le dindon de la farce ? » Je vous le donne en mille : nos agris.

Le pire pourrait être à venir : selon certaines rumeurs, l’UE préparerait un accord de libre-échange avec le Mercosur dont les normes n’ont rien à voir avec les nôtres. Ainsi le Brésil vient-il d’autoriser plus de 150 nouveaux pesticides…

En attendant, la compétitivité de notre agriculture et l’excédent de la balance commerciale agricole s’effondrent : -36% entre 2007 et 2017. La France est désormais le 6e exportateur mondial alors qu’elle était n°2 dans les années 2000. Bravo les écolos ! Je crois que si j’étais une puissance étrangère désireuse de remplacer la France en matière agricole, je subventionnerais ces alliés objectifs pour qu’ils continuent leur travail de sape de l’agriculture française.

email
Commentaires
  1. Visor
    • max
  2. Seppi
    • douar
  3. eric17
    • eric17
  4. eric17

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *