Blé Renan : un OGM dans le bio !

Dans La France Agricole du 17 mai 2019, André Gallais, professeur honoraire de génétique et d’amélioration des plantes, membre de l’Académie d’agriculture, rappelle que « sur le plan génétique, (…) compte tenu de son mode d’obtention, (le blé Renan) pouvait être considéré comme un organisme génétiquement modifié ». En effet, justifie l’homme de science, un OGM est « un organisme dont le matériel génétique a été modifié d’une manière qui ne s’effectue pas naturellement ».

Les bios s’arrangent avec la réalité
De quoi faire hurler le lobby bio sachant que Renan et ses descendants sont largement utilisés en agriculture biologique. Dans un article récemment publié par Inf’OGM, Frédéric Prat prétend que Renan a été obtenu de façon naturelle et n’est pas un OGM relevant de la directive européenne 2001/18/UE. Mais pour André Gallais, « cette conclusion n’est pas si évidente que cela ». En effet, selon la directive évoquée, un OGM est « un organisme, à l’exception des êtres humains, dont le matériel génétique a été modifié d’une manière qui ne s’effectue pas naturellement par multiplication et/ou par recombinaison naturelle ». Or « Renan a bien été obtenu d’une manière qui ne se fait pas naturellement… »

Réponses aux objections
Si « l’induction polyploïde par traitement à la colchicine est certes dans les techniques considérées comme ne conduisant pas à un OGM », « on peut se demander si elle recouvre bien l’utilisation faite, à savoir la restauration de la fertilité d’un hybride interspécifique stérile qui conduit en fait à une nouvelle espèce, fabriquée par l’homme, donc pas très naturelle », argumente le professeur. « De plus, le processus d’obtention de cet hybride avec doublement chromosomique n’est probablement pas équivalent à ce qui se passe dans la nature, avec la fusion des gamètes non-réduits », continue-t-il. Enfin, « quelque soit son mode d’obtention, l’espèce ‘synthétique’ résultant de l’hybridation blé dur x Aegilops ne s’est jamais produite dans la nature, ou n’a pas été observée ».

Renan est bien un OGM
Conclusion, « le résultat de la méthode utilisée est le transfert d’un gène d’une espèce avec laquelle le blé tendre ne se croise pas naturellement » et « il y a bien eu franchissement des barrières naturelles de la reproduction ». « Sans la mise en oeuvre de techniques relevant du génie génétique au sens large, Renan n’aurait pas pu être réalisé » résume André Gallais pour qui « au sens de la première partie de la définition d’un OGM de la directive 2001/18, Renan peut être considéré comme un OGM ». « Du point de vue génétique, il s’agit bien d’un organisme obtenu par des moyens artificiels, nettement plus sophistiqués que ceux employés dans la sélection conventionnelle à l’intérieur d’une même espèce. » Ne comptez pas sur les entreprises bios pour le dire à leurs aficionados ! Vous voilà libres de le faire à leur place… 😉

email
Commentaires
  1. Visor
    • Bebop76
      • un physicien
        • Zygomar
          • un physicien
            • Bebop76
              • Seppi
      • Visor