Macron pense que l’angoisse de fin de mois a quelque chose à voir avec l’environnement

Le 6 mai dernier, notre Président a tenu ces propos étranges devant des journalistes :

« L’angoisse de fin de mois, c’est une angoisse de citoyen. C’est un sujet de pouvoir d’achat mais c’est aussi un sujet de sens qu’on donne à sa vie, c’est aussi un sujet où l’on sent que l’on perd le contrôle de sa vie, c’est un sujet d’inégalité d’opportunités de destins, c’est l’angoisse qu’on a pour ses enfants et c’est aussi l’angoisse quand on dit chaque jour que la planète est en train de se dégrader, qu’on a un problème de réchauffement climatique, qu’on a un problème de biodiversité. Donc je pense que ces problèmes n’en font qu’un. »

Vous avez déjà croisé quelqu’un vous dire qu’il craignait de ne plus réussir à nourrir ses enfants à cause du réchauffement climatique ? Moi, non. Niveau déconnexion des réalités, je crois qu’on atteint des sommets : depuis plusieurs mois, des dizaines de milliers de Français manifestent contre la hausse des taxes et des impôts ainsi que la baisse de leur pouvoir d’achant mais Emmanuel Macron continue sa marche forcée vers une « transition écologique » qui implique forcément de nouvelles taxes ! Pas sûr que cela fonctionne… Par contre, le président touche du doigt sans le savoir un problème réel, celui que posent les marchands de peur et ceux qui leur donnent la parole avec complaisance sans permettre la contradiction. De cette culpabilisation permanente et infondée, il ne peut évidemment rien sortir de bon : radicalisation, orthorexie avec hospitalisation, suicides d’agriculteurs, totalitarisme, violences contre les personnes et dégradations de biens, etc.

email
Commentaires
  1. JG2433
  2. Alzine
  3. dan