Loiret : deux extrémistes anti-glyphosate poursuivis pour dégradation

Le glypho les rend dingos. Deux hommes, des retraités de 62 et 68 ans, « faucheurs volontaires » revendiqués, avaient collé neuf affiches (toutes en nuances, jugez plutôt : « Glyphosate = permis de tuer. Interdiction immédiate », « Où étiez-vous au moment du vote ? », etc.) sur la permanence de Marianne Dubois, le député de Pithiviers. Ils entendaient ainsi interpeller l’élue LR sur son absence à l’Assemblée nationale, lors du vote sur l’amendement contre le glyphosate en septembre 2018. Elle a moyennement apprécié et déposé plainte pour dégradation. Marianne Dubois réclame 4 600 euros de dommages et intérêts aux deux extrémistes.

Jeudi 22 février dernier, François Coulmeau et Claude Lipmann comparaissaient devant le tribunal d’Orléans. « Pourquoi (Marianne Dubois n’a-t-elle) pas défendu notre santé et celle de tous les citoyens ? » ont-ils questionné, manifestement victimes des fake news colportées par les ONG sur le glyphosate. Pour Maître Nicolas Gallon, ses clients n’avaient pas le choix : « Doivent-ils se laisser contaminer (sic), les bras ballants, sans réagir ? Ils ont décidé de faire confiance à leurs représentants, et face au recul de ceux-ci, ils ont décidé d’agir ». Il a sollicité la relaxe pour ses deux clients. Le procureur de la République a, lui, requis une amende de 500 euros par tête de pioche. Verdict rendu le 21 mars 2019.

email
Commentaires
  1. yann
  2. Daniel
    • Zygomar
  3. Max
  4. Max