« Bio » : ça va craquer

Le Figaro, suite à une publication récente dans la revue Nature, s’est interrogé il y a quelques jours sur les bienfaits du bio pour l’avenir de la planète notamment pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Manger bio est-il dangereux pour la planète ?

« Alors que les bienfaits du bio pour notre santé font débat dans la communauté scientifique, un article publié dans la revue Nature en décembre dernier démontre que l’agriculture biologique aurait un impact négatif sur le réchauffement climatique. Dans ces travaux dont Le Figaro s’était déjà fait l’écho, les scientifiques montrent que les cultures biologiques relâchent plus de CO2 que les cultures traditionnelles. Les rendements moins élevés demandent davantage de surface pour permettre aux plantes de pousser, causant donc une déforestation plus importante. »

Les mouvements écologistes par des communications simplistes ont imposé l’idée que le bio « est génial pour l’avenir de la planète ». Sur le plan des chiffres d’émissions de GES (gaz à effet de serre), c’est loin d’être une évidence.  Dans la presse professionnelle, l’institut Arvalis pointe également l’enjeu phosphore notamment pour le secteur des grandes cultures en Bio. Sur une longue période, la baisse régulière du stock de phosphore dans les sols et surtout l’impossibilité d’une fertilisation bio adéquate a un impact sur le rendement.

Depuis 2006, Arvalis Institut du végétal conduit dans la Drôme un essai du suivi de la fertilité des sols en grandes cultures conduites en AB. Une partie de l’essai reçoit des engrais organiques riches en phosphore tandis que l’autre ne reçoit que de faibles doses associées à la fertilisation azotée. Résultats ? « Les apports de phosphore ne compensent pas les exportations », souligne Régis Helias. « Les rendements baissent de façon significative pour des espèces telles que le maïs ou le blé. Le problème, c’est que l’agriculture bio se développe de plus en plus sans composante élevage, ce qui la prive des apports d’effluents. En 2011, 66 % des exploitations en agriculture biologique étaient dépourvues d’élevage. Bio ou pas bio, l’agriculture bénéficie encore aujourd’hui des apports massifs des Trente Glorieuses et continue de vivre sur ce stock de phosphore et de potassium. Mais un jour, je ne sais pas quand, ça va craquer ici ou là ».

email
Commentaires
  1. Visor
    • eric17
    • Ernst
      • Visor
        • Ernst
    • duterte
      • Visor
        • Zygomar
      • Zygomar
  2. Seppi
    • Marcel
    • yann
    • Hibou
      • Seppi
  3. douar
    • Visor
  4. JG2433
    • douar
      • Visor
      • JG2433
    • Pierre-Ernest
      • Visor
      • Astre Noir
  5. JG2433
  6. JG2433
  7. eric17
    • un physicien
      • Visor
        • Ernst
          • Alzine
  8. MP
    • Ernst
    • JG2433
    • Pelfrène
  9. Seppi
    • zygolar
      • Visor
        • JG2433
          • Zygolar
      • Seppi
      • adminalerte

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *