Réagir efficacement contre l’agribashing

Dans La France Agricole du 7 décembre 2018, Sylvie Brunel appelle les agris à ne plus se laisser intimider par les écolos et autres ONG environnementalistes, et à sortir de leur position défensive face aux attaques dont ils sont l’objet. Extraits :

« Ne vous laissez plus intimider par le reste de la société qui vous donne des leçons de nature, et vous adresse des injonctions contradictoires : du bio mais pas cher, de l’authentique mais pratique, des circuits courts mais des produits en toute saison… »

« Vos détracteurs, des ‘éco-guerriers’, des écologistes sincèrement convaincus de la fin du monde, ou des urbains déconnectés des réalités de la campagne et de l’agriculture productive, ont oublié l’histoire du monde paysan : pénibilité, aléas, faibles rendements jusque dans les années 50, pauvreté. On peut parler d’amnésie et d’ingratitude. »

« Sans protection des cultures, la moitié de la production agricole mondiale serait inutilisable. Le mildiou de la pomme de terre en 1846 a fait un million de morts ! Même en bio, on traite. Le plus gros employeur de glyphosate en France n’est pas l’agriculture mais la SNCF (30 millions d’euros par an). »

« Le monde agricole a considérablement modifié ses pratiques : il faut le faire reconnaître. Les trois quarts des molécules chimiques utilisées avant 1993 ne sont plus employées. Dans les années 60, 4 000 personnes mourraient chaque année d’intoxication alimentaire. Quant à l’espérance moyenne de vie des hommes, elle ne dépassait pas 65 ans. Aujourd’hui, ces chiffres sont respectivement de 200 et de 79. Les agriculteurs ont sans doute trop bien réussi. »

« Dotez-vous d’un bataillon de gens qui ont envie de défendre leur métier, et qui alerteront sur les risques liés à la sécurité alimentaire (7,6 milliards d’humains aujourd’hui, 10 milliards en 2050). »

« Quand l’alimentation du monde n’est pas assurée, cela se traduit par des migrations. »

« Ne vous découragez pas et ayez confiance en vous. Ayez en tête le principe de balancier. Un exemple parmi d’autres : l’éthanol. Solution à tout dans les années 90, pire des choses en 2010, il est aujourd’hui considéré comme indispensable à la transition énergétique. »

« Soyez solidaires. Si le monde agricole perd du terrain depuis une douzaine d’années, c’est qu’il n’est pas uni. Chacun est dans le sauve-qui-peut alors que vous rencontrez tous les mêmes problèmes. »

email
Commentaires
  1. Marc
    • Max

Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *